Point souscrit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Point souscrit
◌̣
Graphies
Graphie ◌̣
Codage
Unicode 0323
Bloc Diacritiques

Le point souscrit est un signe diacritique utilisé dans plusieurs systèmes d’écritures. Il est notamment un diacritique de l'alphabet latin par exemple utilisé en vietnamien (quốc ngữ), ou de manière similaire avec l’alphabet cyrillique ou l’alphabet grec. Un point souscrit est aussi utilisé dans d’autres systèmes d’écritures comme le nuqta de l’écriture arabe ou le nukta des des écritures brahmiques comme la devanagari) ou l’alphasyllabaire tamoul.

Asturien[modifier | modifier le code]

L'asturien utilise le point souscrit dans le digramme ḷḷ et le graphème ḥ. Si ces caractères sont indisponibles, on leur substitue respectivement «l.l» et «h.»

Vietnamien[modifier | modifier le code]

En vietnamien (quốc ngữ), le point souscrit sert à noter le ton bas tombant glottalisé.

Transcription des langues afroasiatiques[modifier | modifier le code]

Dans les langues afro-asiatiques, le point souscrit note une consonne emphatique par exemple en arabe :

  • ﺪ da (non emphatique)
  • ﺾ ḍad (emphatique).

ou encore en berbère (écrit en tifinagh ou néo-tifinagh):

  • ⵔ r roulé
  • ⵕ ṛ roulé emphatique

On utilise donc les consonnes diacritées suivantes selon les langues : Ḍḍ, Ḥḥ, Ṣṣ, Ṭṭ, Ṛṛ, Ẓẓ

Transcription des langues de l'Inde[modifier | modifier le code]

Pour ces langues, le point souscrit note les consonnes rétroflexes. On utilise les consonnes diacritées suivantes : Ḍ, , Ṣ, Ṭ.

Dictionnaires de l'allemand[modifier | modifier le code]

Dans les dictionnaires d'allemand, le point souscrit note les voyelles accentuées et tendues.

Épigraphie[modifier | modifier le code]

Les épigraphistes emploient le point souscrit pour transcrire des lettres dont l’interprétation n’est pas certaine, parce que trop abîmées ou partiellement effacées[1].

Unicode[modifier | modifier le code]

Le point souscrit (unicode U+0323) est l'un des diacritiques combinants de la table des caractères Unicode (U+0300 à U+367).

Des caractères munis d'un point souscrit figurent au titre du latin étendu additionnel dans la table des caractères Unicode (U+1E00 à U+1EFF).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Siméon Luce, « D’un emploi du point souscrit dans les manuscrits français », Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 19,‎ , p. 360-363 (DOI 10.3406/bec.1858.445573, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) B. F. Cook, Greek Inscriptions, Berkeley/Los Angeles, University of California Press/British Museum, coll. « Reading the Past », , 63 p. (ISBN 978-0-520-06113-2, lire en ligne), p. 16.