Ɨ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
image illustrant la linguistique
Cet article est une ébauche concernant la linguistique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

I barré
Ɨ ɨ Ɨ ɨ
Graphies
Capitale Ɨ
Bas-de-casse ɨ
Lettre supérieure Ɨ, ɨ
Lettre inférieure Ɨ, ɨ
Lettre modificative
Utilisation
Écriture alphabet latin
Alphabets alphabet africain de référence, alphabet général des langues camerounaises, API, cora
Phonèmes principaux /ɨ/

Ɨ (minuscule ɨ), ou I barré est une lettre additionnelle qui fait partie de l’alphabet africain de référence, et de l’alphabet général des langues camerounaises. Cette lettre est utilisée dans l'écriture de certaines langues africaines comme l’awing, le babungo, le bafut, le bamessing, le bangolan, le bum, le dii, l’ejagham, le kemezung, le kenyang, le kom, le koozime, le kwanja, le makari, le mekaa, le merey, le meta, le mfumte, le mundani, le mungong et le pinyin au Cameroun[1], ou le mangbetu, le lendu et le lika au Congo-Kinshasa ; et dans l’écriture de langue amérindienne comme le cora au Mexique, le chilcotin au Canada, l’arhuaco, awa pit, bora, epena saija, huitoto, hupda, muinane, orejón et wayuu en Colombie, l’iñapari au Pérou, le teko et le wayãpi en Guyane, le chiquitano et le siriono en Bolivie. La lettre est formée d'un I diacrité par une barre inscrite.

Linguistique[modifier | modifier le code]

Sa forme minuscule également utilisée par l'alphabet phonétique international pour retranscrire la voyelle fermée centrale non arrondie.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le i barré est utilisé dans l’orthographe provisoire du mangbetu[2].

L’orthographe du lika utilise le i barré[3].

Depuis la Déclaration de Bellevue-Yanou en 1997 suivant quatre années d'ateliers d'écriture, les Kali'na de Guyane française ont adopté une graphie incluant le i barré[4].


Représentations informatiques[modifier | modifier le code]

Le I barré possède les représentations Unicode suivantes (Latin étendu B, alphabet phonétique international, Extensions phonétiques) :

formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions
capitale Ɨ ƗU+0197 U+0197 lettre majuscule latine i barré
minuscule ɨ ɨU+0268 U+0268 lettre minuscule latine i barré
exposant U+1DA4 U+1DA4 lettre modificative minuscule latine i barré

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Abuotubodio et al 1987] Abule Abuotubodio, Nzila Ongasa et Robert McKee, Amɛ́hya Nɛ́mangbɛtʉ! (Lisons le mangbetu! Premier livre de lecture mangbetue (pour lettrés)), Isiro, Projet de traduction biblique en dialectes mangbetus, , 20 p. (lire en ligne)
  • [Atindogbe 2003] (en) Gratien Gualbert Atindogbe, Standardization and harmonization of Cameroonian languages, Cape Town, Centre for Advanced Studies of African Society (CASAS), (ISBN 1-919799-93-1)
  • [de Wit 2002] Gerrit de Wit, Manuel d’orthographe lika, Isiro, République démocratique du Congo, Projet de traduction de la Bible et d’alphabétisation en langue lika,
  • [Renault-Lescure 2007] Odile Renault-Lescure, « L’écriture du Kali’na en Guyane, des écritures coloniales aux écritures contemporaines », dans I. Léglise (éd.), B. Migge (éd.), B. Cerquiglini (préface), Pratiques et représentations linguistiques en Guyane : regards croisés, Paris, IRD, (lire en ligne), p. 425-453

Liens internes[modifier | modifier le code]