Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Ne doit pas être confondu avec la partie de certains chiffres romains  ; ni avec la lettre O ouvert : Ɔ.

Antisigma, C inversum
   
Graphies
Capitale
Bas-de-casse
Utilisation
Alphabets latin (uniquement à l’époque claudienne)
Phonèmes principaux /bs/, /ps/

(minuscule ), appelée antisigma ou C inversum, est une lettre additionnelle utilisée en latin à l’époque claudienne ou dans des inscriptions épigraphiques comme abréviation de mulieris.

Utilisation[modifier | modifier le code]

L’antisigma fait partie des lettres claudiennes, portant ce nom car elles ont été inventées par Claude. Elle remplaçait les séquences de lettres BS et PS, comme la lettre X remplaçait les séquences CS ou GS[1].

Dans les inscriptions épigraphiques, le C inversum est utilisé pour Gaia le plus souvent dans l’abréviation Ↄ.L. = Gaiae libertus, liberta (= mulieris libertus, liberta) [2].

Le C inversum est aussi une forme du symbole romain de centurie ‹ 𐆛 ›[3] qui utilisé pour l’abréviation de centurio, conductor, coronarum[4].

Représentation informatique[modifier | modifier le code]

L’antisigma peut être représenté avec les caractères Unicode (formes numérales) suivants :

formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions
capitale U+2183 U+2183 lettre majuscule latine antisigma
minuscule U+2184 U+2184 lettre minuscule latine antisigma

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) George Davis Chase, « The Origin of Roman Praenomina », Harvard Studies in Classical Philology, vol. 8,‎ , p. 103-184 (JSTOR 310491, lire en ligne)
  • (en) Michael Everson, Proposal to add Claudian Latin letters to the UCS (no ISO/IEC JTC1/SC2/WG2 N2960R2, L2/05-193R2), (lire en ligne)
  • (en) Harry Thurston Peck, Harper’s Dictionary of Classical Literature and Antiquities, vol. 1, New York, Harper, , 620 p. (lire en ligne)
  • (en) David J. Perry, Proposal to Add Additional Ancient Roman Characters to UCS (no L2/06-269), (lire en ligne)
  • Franz Steffens, « Les abréviations dans l’écriture latine », dans Paléographie latine : 125 Fac-similés en phototypie, accompagnés de transcriptions et d'explications avec un exposé systematique de l'histoire de l'écriture latine. Paris 1910. (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]