Ligne verticale en chef

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La ligne verticle en chef, aussi appelée ou ligne verticale suscrite ou crête[1], ‹ ◌̍ ›, est un diacritique de l’alphabet latin. Il se présente comme une courte ligne verticale au-dessous d’une lettre. Il modifie la valeur du son représenté par la lettre. Il n’est pas à confondre avec le point suscrit auquel il ressemble.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Orthographe standardisée des langues du Congo-Kinshasa[modifier | modifier le code]

L’orthographe standardisée congolaise de 1974 définit l’usage de la ligne verticale en chef comme indiquant le ton moyen dans les langues où celui-ci n’est pas le ton le plus fréquent et où son indication permet de réduire les ambigüités.

Pe̍h-ōe-jī[modifier | modifier le code]

La ligne verticale en chef est utilisée pour indiquer un ton dans la transcription des langues chinoises en caractères latins Pe̍h-ōe-jī.

Système de romanisation taïwanais[modifier | modifier le code]

Le Système de romanisation taïwanais, dérivé du Pe̍h-ōe-jī, utilise aussi la ligne verticale en chef pour indiquer un ton.

Monégasque[modifier | modifier le code]

Dans la langue monégasque, ce diacritique est utilisé pour indiquer un accent tonique qui ne serait pas régulier en utilisant les règles classiques de prononciation de la langue. Il peut être observé sur chacune des voyelles

Exemples:

  • scia̍: (madame)
  • tambe̍n (aussi)
  • merçi̍ (merci)
  • po̍ (peut)
  • Mu̍negu (Monaco)
  • stœ̍megu (estomac)

Ce diacritique peut également être utilisé en combinaison avec d'autres diacritiques notamment avec le tréma.

Représentation informatique[modifier | modifier le code]

La ligne verticale est codé dans le codage Unicode à l’aide du caractère (U+030D, ◌̍) combinable avec une lettre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Diki-Kidiri, Le sango s’écrit aussi... : esquisse linguistique du sango, langue nationale de l’Empire centrafricain, Paris, Société d’études linguistiques et anthropologiques de France, coll. « Langues et civilisations à tradition orale », (présentation en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]