Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Crystal128-fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.

G virgule souscrite
  
Graphies
Capitale
Bas de casse
Utilisation
Écriture alphabet latin

(minuscule : ), appelé G virgule souscrite, était un graphème qui a été utilisée dans une grammaire du latgalien de 1928[1]. Il s'agit de la lettre G diacritée d'une virgule souscrite.

Il est utilisé en letton mais dans la pratique les caractères codés pour G cédille sont utilisés pour le représenter pour des raisons techniques historiques. Ce dernier a sa cédille remplacée par une virgule souscrite sous la majuscule et une virgule culbuté suscrite sur la minuscule dans plusieurs fontes adaptées au letton.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Représentations informatiques[modifier | modifier le code]

Le G virgule souscrite peut être représenté avec les caractères Unicode (latin de base, diacritiques) suivants :

formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions
capitale GU+0047◌̦U+0326 U+0047
U+0326
lettre majuscule latine g
diacritique virgule souscrite
minuscule gU+0067◌̦U+0326 U+0067
U+0326
lettre minuscule latine g
diacritique virgule souscrite

Pour le letton, dans la pratique, G virgule souscrite peut être représenté avec les caractères Unicode représentant aussi le G cédille ‹ Ģ ģ › avec les fontes adaptées.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Andronovs, Leikuma 2009

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aleksandrs Eisuļs et Juoņs Silinīks. Latgalīšu volūda (Etimologija), Novosibirsk : Taisneiba, 1928.
  • Aleksejs Andronovs, Lidija AndronovsLeikuma, « Par latgaliešu rakstu jeb literārās valodas pareizrunas kopšanu », Baltu filoloģija XVIII (1/2), 2009, pp. 5-14. ([1]
  • Juris Cibuļs, « Ieskats latgaliešu ābecēs lietotajā rakstībā », Latgalistikys kongresu materiali I (=Proceedings of the congress on latgalistics I), 19-20 septembre 2008, 2009, pp. 17-30. (lire en ligne)