Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Moitié de H
 
 
Graphies
Capitale
Bas de casse
Utilisation
Alphabets latin (uniquement à l’époque claudienne)

(minuscule ), appelée moitié de H, est une lettre additionnelle utilisée en latin à l’époque claudienne.

Utilisation[modifier | modifier le code]

La moitié de H fait partie des lettres claudiennes, portant ce nom car elles ont été inventées par Claude. Elle représentait une voyelle entre i et u ([ɨ] ou [ʉ])[1].

Représentation informatique[modifier | modifier le code]

La moitié de H peut être représenté avec les caractères Unicode (formes numérales) suivants :

formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions
capitale U+2C75 U+2183 lettre majuscule latine moitié de h
minuscule U+2C76 U+2184 lettre minuscule latine moitié de h

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Boulanger, Les Inventeurs de dictionnaires : de l’eduba des scribes mésopotamiens au scriptorium des moines médiévaux, University of Ottawa Press, coll. « Regards sur la traduction », , 545 p. [détail de l’édition] (ISBN 2760305481 et 9782760305489, présentation en ligne, lire en ligne), « La tentation dictionnairique », p. 191
  • (en) Michael Everson, Proposal to add Claudian Latin letters to the UCS (no ISO/IEC JTC1/SC2/WG2 N2960R2, L2/05-193R2), (lire en ligne)
  • (en) Veronika Nikitina, « Claudian letters. Attempted spelling reform and its effects », dans Standardisation and Variation in Latin Orthography and Morphology (100 BC – AD 100) (thèse de Ph.D.), Sub-Faculty of Classical Languages and Literatureand Wolfson College, University of Oxford, (lire en ligne)
  • (en) Revilo P. Oliver, « The Claudian letter Ⱶ », American Journal of Archeology, Boston, vol. 53, no 3,‎ juillet–septembre 1949, p. 249–257 (JSTOR 500662)
  • (la) Fridericus Ritschelius, Theodoro Mommseno et Guilelmo Henzeno, « De Ti. Claudio Grammatice », dans Franz Bücheler, Kleine Schriften, vol. 1, , 1–48 p. (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :