ʯ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

h culbuté crosse réfléchie et hameçon rétroflexe
 ʯ ʯ
Graphies
Bas de casse ʯ
Utilisation
Phonèmes principaux /ʐ̩ʷ/

ʯ (uniquement en minuscule), appelé h culbuté crosse réfléchie et hameçon rétroflexe, est une lettre additionnelle de l’alphabet latin qui est utilisée dans l’extension de l’alphabet phonétique international utilisée pour les langues chinoises.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le symbole ʯ est utilisé en premier par Johan August Lundell dans l’alphabet dialectal suédois de 1878[1] et est popularisé dans l’étude des langues sino-tibétaines par Bernhard Karlgren.

Le h culbuté crosse réfléchie et hameçon rétroflexe ‹ ʯ › est un symbole utilisé par les sinologues pour représenter une voyelle postérieure articulée comme une consonne apicale fricative rétroflexe, c’est-à-dire une consonne fricative rétroflexe voisée arrondie et syllabique dont la représentation standard avec l’alphabet phonétique international est [ʐ̩ʷ]. Selon Pullum et Ladusaw, ce symbole a été introduit en Chine par des linguistes allemands dans les années 1950 ; il serait composé comme d’autres symboles de l’alphabet phonétique international et semblerait être un amalgame de l’iota (pour une voyelle fermée), un r réfléchi (pour une prononciation apico-alvéolaire), un u (pour une prononciation arrondie) et un crochet rétroflexe (pour une prononciation rétroflexe)[2].

Son équivalent non arrondi est représenté par les sinologues avec le symbole r sans obit réfléchie hameçon rétroflexe ‹ ʅ ›[3],[4], autant dans l.


Représentations informatiques[modifier | modifier le code]

Le h culbuté crosse réfléchie et hameçon rétroflexe peut être représenté avec les caractères Unicode (Alphabet phonétique international) suivants :

formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions
minuscule ʯ ʯU+02AF U+02AF lettre minuscule latine h culbuté crosse réfléchie et hameçon rétroflexe

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richard S. Cook et Michael Everson, Proposal to add six phonetic characters to the UCS, (lire en ligne)
  • (de) H. K. H. Goodwin Buergel, « Die zeitschrift für schwedische mundarten- und volkskunde », Zeitschrift für deutsche Philologie, vol. 37,‎ , p. 399–409 (lire en ligne)
  • (en) Bernhard Karlgren, A mandarin phonetic reader in the Pekinese dialect, Stockholm, K.B. Norstedt & Söner, coll. « Archives d’études orientales » (no 13), (lire en ligne)
  • Bernhard Karlgren, Études sur la phonologie chinoise, Leyde, Stockholm et Gotembourg, E.-J. Brill, P.A. Norstedt & Söner et Elanders Boktryckeri A.-B., coll. « Archives d’études orientales » (no 15), 1915–1926 (lire en ligne)
  • (sv) Johan August Lundell, « Det svenska landsmålsalfabetet », Svenska Landsmål, no 1,‎ , p. 11–158 (lire en ligne)
  • Geoffrey K. Pullum et William A. Ladusaw, Phonetic Symbol Guide, Chicago ; London, The University of Chicago Press, (ISBN 0-226-68535-7)

Voir aussi[modifier | modifier le code]