ĸ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kra
 ĸ  ĸ
Graphies
Capitale
Bas-de-casse ĸ
Utilisation
Alphabets inuttitut (Labrador)

ĸ (prononcé kra) est une lettre utilisée dans l’écriture de l’inuttitut au Labrador et était utilisée dans l'alphabet groenlandais.

Linguistique[modifier | modifier le code]

« Avangnâmioĸ » en lettres capitales, titre de périodique groenlandais de 1957, avec ‹ Kʼ › comme capitale de ‹ ĸ ›.

Au Labrador, en inuttitut écrit avec l’orthographe de Bourquin, ĸ est utilisé pour transcrire une consonne fricative uvulaire sourde /χ/, aussi transcrite par ‹ q › dans d’autres orthographes. La lettre est aussi souvent remplacée par un K majuscule ‹ K ›[1].

La lettre ĸ était utilisée pour transcrire le son d'une consonne occlusive uvulaire sourde /q/ en groenlandais.

Il est notable que ĸ n'existe que sous la forme d'une minuscule, la forme capitale est un K en inuttut[2] ou était composée par un digramme en groenlandais : la lettre K et l’apostrophe ‹ Kʼ ›[3],[4],[5],[6],[7]. Concernant l'ordre alphabétique, ĸ est considérée comme un q et non pas comme un k.

Histoire[modifier | modifier le code]

La lettre ĸ est créée par Samuel Kleinschmidt (en), une missionnaire morave, pour transcrire le groenlandais et celui-ci l’utilise déjà en 1851. L’alphabet morave est repris ensuite avec cette lettre par Theodor Bourquin pour transcrire l’inuktitut du Labrador. En groenlandais, elle a été remplacée par la lettre q lors de la réforme orthographique en 1973[8].

Représentation informatique[modifier | modifier le code]

La lettre ĸ est représentée en Unicode par le code U+0138.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pigott.
  2. Harvey 2006.
  3. Aliprand 2002, p. 5.
  4. Everson 1998a.
  5. Everson 1998b.
  6. Holst 2005, p. 48.
  7. Michael Everson représente ce digramme avec la lettre K et l’apostrophe culbutée ‹ Kʻ › dans Everson 2001, Alphabets of Europe et l’INSTA avec la lettre K et l’accent aigu ‹ K´ › dans INSTA 1992, Nordic cultural requirements on information technology.
  8. Heilmann 1973.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Joan M. Aliprand, Status of Mapping between Characters of ISO 5426-2 and ISO/IEC 10646-1 (UCS) (no L2/02-150), (lire en ligne)
  • (de) Theodor Bourquin, Grammatik der Eskimo-Sprache, (présentation en ligne, lire en ligne)
  • [Everson 1998a] (en) Michael Everson, Additional Latin characters for the UCS, (lire en ligne)
  • [Everson 1998b] (en) Michael Everson, Responses to NCITS/L2 and Unicode Consortium comments on numerous proposals, (lire en ligne)
  • (en) Michael Everson, « Greenlandic kalaallisut », dans The Alphabets of Europe, (lire en ligne)
  • (en) Chris Harvey, « The Inuktitut/Inuttut Language », sur Languagegeek.com,‎ (consulté le 23 août 2016)
  • (kl) Peter K.S. Heilmann, « agdlausitâgssamik ilitsersûtit », Atuagagdliutit,‎ , p. 21 (lire en ligne)
  • (de) Jan Henrik Holst, Einführung in die eskimo-aleutischen Sprachen, Hamburg, Helmut Buske Verlag, (ISBN 3-87548-386-3, présentation en ligne)
  • (en) Inter-Nordic Group on Information Technology Standardization, Nordic cultural requirements on information technology: Summary report, Reykjavík, Icelandic Council for Standardization, coll. « INSTA technical report, STRI TS3 », (ISBN 9979-9004-3-1, lire en ligne)
  • (de) Samuel Kleinschmidt, Grammatik der Grönländische Sprache, (présentation en ligne, lire en ligne)
  • (en) Paul Pigott, « Labrador Inuttut Dictionary », sur Virtual Museum of Labrador

Voir aussi[modifier | modifier le code]