Ʒ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ej, ezh
Ʒ ʒ
Ʒ ʒ
Graphies
Capitale Ʒ
Bas de casse ʒ
Lettre modificative
Utilisation
Alphabets aja-gbe, dagbani, kâte, kube, romani, same skolt, uropi
Phonèmes principaux /ʒ/

Ej (majuscule Ʒ, minuscule ʒ) /ˈɛʒ/, aussi écrit ezh d’après la graphie de son nom en anglais, est une lettre additionnelle de l’alphabet latin utilisée dans l’alphabet phonétique international, l’écriture du same skolt, de certaines langues de Papouasie-Nouvelle-Guinnée comme le kâte ou le kube, de certaines langues africaines comme l’aja-gbe ou le dagbani, et dans l’alphabet romani standard.

Malgré la ressemblance, cette lettre n’a aucun lien avec le chiffre arabe 3.

Linguistique[modifier | modifier le code]

Rasmus Rask utilise la lettre ej dans son orthographe du same, notamment dans Ræsonneret Lappisk sproglære efter den sprogart[1] ou dans sa transcription du géorgien et de l’arménien Nonnulla de pleno systemate Sibilantium in lingvis montanis[2] publiés en 1832.

Nils Vibe Stockfleth utilise aussi la lettre ej dans son orthographe du same dans les années 1830.

Elle est utilisée dans l'alphabet phonotypique créé par Isaac Pitman en 1844.

Description de la lettre ej par Ellis en 1848, en anglais écrit avec l’alphabet phonotypique.

La lettre ʒ est utilisée par l'alphabet phonétique international pour transcrire une consonne fricative palato-alvéolaire voisée (comme le ‹ j › de « je », en français) [ʒ]. Son équivalent SAMPA est [Z].

C'est une consonne à part entière de l'alphabet adopté par l'Union Romani Internationale en 1990.

Elle est utilisée comme lettre en same skolt, où elle est aussi utilisée comme une seconde lettre avec un caron : ‹ Ǯ ›. Elle apparaît également dans certaines langues africaines, comme l’aja-gbe ou le dagbani, avec une capitale qui ressemble à un Σ inversé. On la retrouve aussi en uropi, avec parfois la forme du yogh ‹ Ȝ ȝ ›.

En kâte, l’ej ‹ ʒ › est utilisé pour représenter une consonne affriquée alvéolaire voisée [d͡z][3].

Unité de mesure[modifier | modifier le code]

Le symbole ‹ ʒ › est utilisé comme symbole du drachme dans le système des apothicaires.

Variantes et formes[modifier | modifier le code]

Formes du ej
Majuscule Minuscule Description
Latin capital letter ezh.svg Latin small letter ezh.svg Formes où la majuscule est basée sur la minuscule, toutes deux descendant sous la ligne de base ; utilisées dans l’Alphabet des langues nationales béninoises ou en kâte.
Latin capital letter angular Ezh.svg Latin small letter ezh.svg Formes de la majuscule angulaire basée sur un sigma majuscule, seule la minuscule descend sous la ligne de base ; formes retrouvées dans l’Alphabet international africain, ainsi que dans les langues aja-gbe et en dagbani.
Latin capital letter ezh.svg Latin letter small capital ezh.svg Formes de la minuscule ressemblant à une petite capitale (), seule la majuscule descend sous la ligne de base ; forme retrouvée dans l’Alphabet nordique unifié.

Graphies similaires[modifier | modifier le code]

La graphie de la lettre ʒ ressemble aux lettres suivantes, avec lesquelles elle ne doit pas être confondue :

  • ‹ Ȝ ȝ ›, yogh, lettre latine archaïque du moyen anglais ;
  • ‹ Ᵹ ᵹ ›, g insulaire, forme du g au Moyen Âge dans les manuscrits du vieil anglais ou du vieil irlandais, et lettre latine utilisée dans la transcription phonétique du vieil irlandais au XIXe et XXe siècles ;
  • ‹ Ꝫ ꝫ ›, lettre et, lettre abbréviative utilisée au Moyen Âge ;
  • ‹ Ӡ ӡ ›, edz, lettre cyrillique utilisée en abkhaze.

Dans la version 1.0 d'Unicode, la lettre ej fut confondue avec la lettre yogh, laquelle ne fut pas introduite avant la version 3.0.

Représentations informatiques[modifier | modifier le code]

L’ej peut être représenté avec les caractères Unicode (Latin étendu B, Alphabet phonétique international) suivants :

formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions
capitale Ʒ ƷU+01B7 U+01B7 lettre majuscule latine ej
minuscule ʒ ʒU+0292 U+0292 lettre minuscule latine ej

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rask 1832b, p. 1.
  2. Rask 1832a, p. 1.
  3. Schneuker 1962, p. 7.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Alexander John Ellis (dir.), « Orijin and ᶙs ov Ƌɛ Fɷnetic Alfabet », Ƌɛ Fɷnetic Jurnal, no 1,‎ , p. 4-31 (lire en ligne)
  • (en) Michael Everson, On the derivation of YOGH and EZH, (lire en ligne)
  • [Rask 1832a] (la) Rasmus Rask, Nonnulla de pleno systemate Sibilantium in lingvis montanis, item de methodo Ibericam et Armenicam lingvam literis Europæis exprimendi, Hostrup Schultz, (lire en ligne)
  • [Rask 1832b] (da) Rasmus Rask, Ræsonneret Lappisk sproglære efter den sprogart, (lire en ligne)
  • (en) Carl L. Schneuker, Kâte language handbook, Madang, Territory of New Guinea, Lutheran Mission Press, (hdl 1885/207690, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]