Jean Richard (acteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richard et Jean Richard.

Jean Richard

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Richard en 1974

Naissance 18 avril 1921
Bessines, France
Nationalité Drapeau de France Français
Décès 12 décembre 2001 (à 80 ans)
Senlis, France
Profession acteur, directeur de cirques
Films notables Belle mentalité, Elena et les Hommes, Messieurs les ronds-de-cuir, La Famille Fenouillard...
Séries notables Les Enquêtes du commissaire Maigret

Jean François Henri Richard, né le 18 avril 1921 à Bessines (Deux-Sèvres) et mort le 12 décembre 2001 à Senlis (Oise), est un acteur et directeur de cirques français.

Famille[modifier | modifier le code]

Jean Richard est le fils de Pierre Richard, marchand de chevaux, et de Suzanne Boinot.

En 1945, il épouse en premières noces Anne-Marie Lejard dont il divorce six ans plus tard, en 1951.

Il se marie en secondes noces, le 3 décembre 1957, avec Annick Tanguy (* le 6 octobre 1930 à Aubervilliers ; † le 24 juillet 1999 à Ermenonville), comédienne.

De ces unions naissent deux enfants :

  • Élisabeth (* le 22 août 1946) de son premier mariage,
  • Jean-Pierre de son second mariage.

Son fils Jean-Pierre Richard (né en 1958), qui, après avoir travaillé avec son père au cirque et présenté des numéros d'animaux (avec des poneys en 1975 et des dromadaires en 1977-1978), sera un jeune et éphémère directeur du Cirque Jean Richard au tout début des années 1980 [1], est mort le 19 juin 2009 à Toulon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lycéen, Jean Richard est passionné par le dessin alors que sa famille le destine à devenir notaire. Il travaille en tant que caricaturiste dans plusieurs journaux de sa région. Après avoir échoué à l'examen d'entrée à la prestigieuse école du Cadre noir de Saumur, il monte sur la scène de cabarets lyonnais où, dans la tradition du comique troupier, il incarne un ahuri sympathique au parler pittoresque qui fleure bon le terroir. Il crée ensuite avec des amis une compagnie de théâtre amateur.

Après avoir suivi les cours du Conservatoire national supérieur d'art dramatique en 1947, Jean Richard exerce ses activités dans le cirque, le cabaret, le cinéma et la télévision. Son premier grand succès au cinéma, Belle mentalité date de 1952, et Jean Renoir lui offre l'un de ses meilleurs rôles dans Elena et les Hommes.

Sa passion pour les animaux le pousse à se constituer une véritable ménagerie. Celle-ci devient si imposante qu'il crée au milieu des années cinquante un zoo à Ermenonville, où il s'installe en 1955. En 1963, il crée dans cette ville La Mer de sable, le premier parc de loisirs à thème français, profitant d'une grande étendue sablonneuse, qui lui permet de reconstituer des décors du Far West américain.

Passionné par le cirque, il participe à des galas avec le cirque Medrano, puis présente en 1957 et 1958, le premier cirque Jean Richard grâce à la collaboration des familles Grüss et Jeannet et de leur propre cirque. Il rachète le 29 janvier 1972 le cirque Pinder qu'il confie à son fils en 1978 après des soucis de gestion administrative et financière. Pour financer ses projets coûteux, il se résigne alors à tourner dans de nombreux films à l'accueil souvent mitigé, mais aussi dans des pièces de théâtre de qualité inégale et à se produire en province dans les galas Herbert-Karsenty. À ce sujet, il dira être « le seul homme à nourrir des lions avec des navets » (sic).

En 1962, 1965, 1972, il joue aux côtés de Georges Guétary dans des opérettes signées par Marcel Achard (1962 - La Polka des lampions), Charles Aznavour (1965 - Monsieur Carnaval) et Françoise Dorin (1972 - Monsieur Pompadour).

Il finit par rencontrer la célébrité en incarnant pendant plus de vingt ans, à partir d'octobre 1967, le commissaire Maigret à la télévision, sous la direction de Claude Barma, René Lucot, Marcel Cravenne, Denys de La Patellière entre autres dans 92 épisodes dont dix-huit en noir et blanc. Sa stature imposante, son côté naturellement bourru et lent, sa démarche assurée, et le fait qu'il fume la pipe depuis longtemps, lui ont sans doute permis de décrocher ce rôle, en dépit du nombre très important de candidats en lice. Georges Simenon prodigue alors ses conseils à son interprète qui s'impose très vite dans le rôle. C'est le seul acteur au monde à avoir tourné l'ensemble des Maigret de Georges Simenon, le dernier ayant été diffusé sur le petit écran en juin 1990.

En 1973, alors qu'il se trouve au sommet de sa popularité, il est victime d'un terrible accident de voiture, qui le laisse six semaines dans le coma. Il collabore alors aux magazines pour enfants Pif Gadget et Pif Poche en 1974, démêlant de petites enquêtes, sous le titre Jean Richard enquête et en 1976, il raconte des histoires dans Jean Richard raconte.

Il reçoit en 1980 le Grand Prix national du cirque après avoir obtenu de l'État la reconnaissance du cirque comme une activité culturelle à part entière, puis est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1995.

En 1999, il perd son épouse, la comédienne Annick Tanguy, qui avait succédé à Dominique Blanchar dans le rôle de Madame Maigret à la télévision. Il meurt deux ans plus tard. Il est inhumé à Ermenonville dans l'Oise.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilm[modifier | modifier le code]

Maigret à la télévision[modifier | modifier le code]

Les Enquêtes du commissaire Maigret - rôle du commissaire Jules Maigret -

Autres téléfilms[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Le cirque - Les animaux - Les loisirs[modifier | modifier le code]

Passionné par les animaux et par le cirque, Jean Richard mena, à côté de son métier d'acteur, une seconde carrière dans le domaine du cirque, des animaux et des loisirs.

Jean Richard constitua la plus grande entreprise de spectacle et de loisir d'Europe comprenant à son apogée en 1977 :

Le zoo d'Ermenonville, célèbre pour son spectacle de dauphins, ses gorilles et orangs-outans, faisait collection commune de ses animaux avec les ménageries des cirques Jean Richard. En 1974, Jean Richard a lancé une éphémère ménagerie itinérante sous l'appellation Expédition Jungle.

Centres attractifs[modifier | modifier le code]

  • 1955 : ouverture au public du zoo d'Ermenonville (2e zoo privé de France d'après-guerre)
  • 1956 : inauguration du zoo d'Ermenonville en mai 1956 par Michèle Morgan et Madeleine Robinson
  • 1963 : création de la Mer de sable à Ermenonville
  • 1965 : construction du Cirque d'Été dans l'enceinte du zoo à Ermenonville
  • 1966 : création de la Vallée des Peaux-Rouges à Fleurines
  • 1968 : création d'une ménagerie de dressage dans l'enceinte du zoo
  • 1969 : présentation d'un spectacle de dauphins savants dans l'enceinte du zoo
  • 1971 : retour des dauphins au zoo
  • 1971 : Jean Richard rachète la Vallée des Peaux-Rouges
  • 1981 : transformation du chapiteau du Cirque d'Été en petit musée appelé Cirque mon ami
  • 1988 : fermeture définitive de la Vallée des Peaux-Rouges
  • 1991 : fermeture définitive du zoo
  • 2005 : vente des Centres attractifs Jean Richard (La Mer de sable) à la Compagnie des Alpes

Chapiteaux Spectacles[modifier | modifier le code]

  • 1957-1958 : Cirque-Zoo Jean Richard ou « le cirque des vedettes » avec le cirque Grüss-Jeannet d'Alexis Grüss (Sr.), André Grüss et Lucien Jeannet
  • 1964 : réapparition du Cirque Jean Richard au Palais des sports de Paris en décembre 1964 toujours en association avec les Grüss-Jeannet (spectacle de cirque pour les fêtes de fin d'année)
  • 1968-1983 : Cirque Jean Richard
  • 1969-1970 : spectacle de dauphins présenté à partir du 22 novembre 1969 sous chapiteau à Paris, avant de se produire en 1970 dans les grandes villes de France
  • 1972-1983 : Cirque Pinder Jean Richard
  • 1973 : série d'incendies criminels au Cirque Pinder Jean Richard[2] - accident de la route de Jean Richard le 10 mai 1973 au retour de la reconstitution des actes criminels[3]
  • 1975-1982 : Nouvel Hippodrome de Paris
    • reprise du spectacle Ben-Hur du 20 novembre 1975 au 4 janvier 1976
    • installation au jardin des Tuileries d'avril à juin 1976
    • le Cirque sur l'eau de Budapest en 1976
    • le Cirque d'État de la RDA du 26 novembre 1977 au 8 janvier 1978
  • 1976-1978 : Nouveau Cirque Jean Richard (devient Medrano en 1978)
  • 1978 : première faillite des Chapiteaux Spectacles Jean Richard
  • 1982 : tempête de décembre 1982 sur le chapiteau du Nouvel Hippodrome de Paris contraint à fermer ses portes[4]
  • 1983 : deuxième faillite des Chapiteaux Spectacles Jean Richard (la société sera reprise par Gilbert Edelstein)

Présentation et dressage d'animaux[modifier | modifier le code]

  • septembre 1955 : à l'Olympia, Jean Richard fait une entrée en cage avec Lisa, la lionne de Sarah Caryth.
  • du 25 novembre au 15 décembre 1955 : Jean Richard effectue une entrée en piste au Cirque Medrano de Paris où il présente les 6 éléphants d'Asie de Rolf Knie.
  • mars 1956 : Gala de l'Union des Artistes avec les chevaux en liberté d'Alexis Grüss (Sr.).
  • 1956 : avec le Cirque des Grüss-Jeannet à Bruxelles, Jean Richard effectue une entrée en cage comique avec une lionne et présente 6 chevaux en liberté.
  • 1956 : lors de galas à Genève avec le Cirque Knie, Jean Richard présente le troupeau de 7 éléphants africains.
  • saison 1957 du Cirque-Zoo Jean Richard avec les Grüss-Jeannet : Jean Richard assure la 2e partie du spectacle avec son premier groupe de 4 lions et un groupe de 3 éléphants.
  • 1960 : pour l'exposition de Bruxelles avec les Grüss, Jean Richard présente le spectacle du Cirque de Moscou.
  • mars 1963 : Gala de l'Union des Artistes avec les tigres de Bouglione.
  • 1965 : au Palais des Sports de Paris, Jean Richard présente un groupe de 5 lionnes ainsi que les éléphants des Grüss-Jeannet.

Émissions télévisées[modifier | modifier le code]

  • les émissions télévisées de Jean Richard consacrées aux animaux :
    • De la Jungle à la Piste (1968), série de 26 émissions,
    • Ces animaux qu'on appelle des bêtes (1re chaîne, 1971-1972), série de 26 épisodes en 1971 suivie de 26 émissions de la même série en 1972.
  • les émissions télévisées de Jean Richard consacrées au cirque :
    • 1,2,3… en piste (1re chaîne), émission présentée par Marcel Fort et Jacqueline Monsigny,
    • Messieurs les Clowns (2e chaîne couleur),
    • Calvacade Circus (1973),
    • Cirques du Monde (1974-1977).

Discographie[modifier | modifier le code]

  • De la Jungle à la Piste (1968) : ce disque a obtenu le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros en 1969.
  • Dans le numéro 356 de Pif Gadget (1975), on pouvait trouver un disque souple 33 tours enregistré par Jean Richard et reprenant Les petits renards, bande dessinée présente dans l'hebdomadaire.
  • Des espions au Zoo, un livret-disque 33 tours.
  • En 1983, un 45 tours « Dis moi Jean Richard » [5] et « Tous les clowns sont nos amis » [6] avec la chorale des écoliers de Bondy.
  • Pierre et le Loup (narration)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Écrits de Jean Richard
  • Mes bêtes à moi : Fernand Nathan Éditeur, Paris (1966) - Ce livre a obtenu le Prix Grammont.
  • Envoyez les Lions ! Ou le métier de dompteur : Éditions Fernand Nathan, Paris (1971).
  • Nos amis les Lions : Fernand Nathan, Paris (1974).
  • Ma vie sans filet : Robert Laffont, Paris (1984).
Sources bibliographiques
  • Pierre Fenouillet : Jean Richard et son cirque, Éditions du Nez Rouge, Vieux Boucau (1998)
  • Yvan Foucart : Dictionnaire des comédiens français disparus, Mormoiron : Éditions cinéma, 2008, 1185 p. (ISBN 978-2-9531-1390-7)
  • Pierre Fenouillet : Jean Richard, le risque-tout du Spectacle, Éditions Bastingage, Talence (2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ouest-France, 4 août 1982, sur le site burguscircus.blogspot.fr.
  2. Paris Match n°1248 du 7 avril 1973. Incendie criminel au cirque Jean Richard.
  3. Paris Match n° 1255 du 26 mai 1973. Jean Richard dans la guerre des cirques - Sa bataille pour entrer dans le monde interdit du cirque - Sa bataille contre « La piste aux étoiles » - Sa bataille contre la mort après l'accident.
  4. Le Parisien du lundi 20 décembre 1982. Accident au cirque Jean Richard - Une poutrelle tombe sur les spectateurs : 4 blessés.
  5. Jean Richard : "Dis moi Jean Richard" (Sacha Zahnd - Bob Mehdi - Cyril Assous).
  6. La Chorale des écoliers de Bondy : "Tous les clowns sont nos amis" (paroles et musique de Guy Thomas, 1939-1990).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]