Saint-Paul (Oise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Paul.
Saint-Paul
L'abbaye et l'église
L'abbaye et l'église
Blason de Saint-Paul
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Auneuil
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Beauvaisis
Maire
Mandat
Gérard Hédin
2014-2020
Code postal 60650
Code commune 60591
Démographie
Population
municipale
1 547 hab. (2011)
Densité 163 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 25′ 48″ N 2° 00′ 28″ E / 49.43, 2.00777777778 ()49° 25′ 48″ Nord 2° 00′ 28″ Est / 49.43, 2.00777777778 ()  
Altitude Min. 72 m – Max. 147 m
Superficie 9,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paul

Saint-Paul est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 68 km au nord de Paris, 5 km à l'ouest de Beauvais, 65 km à l'est de Rouen et 55 km au sud d'Amiens.

Communes limitrophes de Saint-Paul
Saint-Germain-la-Poterie Saint-Germain-la-Poterie
Le Mont-Saint-Adrien
Le Mont-Saint-Adrien
Goincourt
Lachapelle-aux-Pots
Ons-en-Bray
Saint-Paul Goincourt
Villers-Saint-Barthélemy Rainvillers
Villers-Saint-Barthélemy
Goincourt
Rainvillers

Cette commune fait partie du Canton d'Auneuil et de l'Arrondissement de Beauvais. Saint-Paul fait également partie de la Communauté d'agglomération du Beauvaisis.

Topographie et géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : L'Avelon.

L'Avelon, rivière affluente du Thérain lui-même affluent de l'Oise, prend sa source entre Senantes et Villembray, aux confins de l'Oise et de la Seine-Maritime. Elle par l'ouest venant de Lachapelle-aux-Pots, puis à Saint-Paul, au hameau du Becquet-Saint-Paul plus précisément où elle passe dans la propriété du Parc Saint-Paul et à proximité de plusieurs étangs. Elle sort de la commune par l'est et rejoint Aux-Marais, Goincourt puis Beauvais où elle se jette sur la rive droite du Thérain. Après le pont de la D931, le ruisseau du Moulinet venant de Troussures la rejoint.

Le Rû de Boyauval, prenant sa source au nord-ouest de la commune sur les hauts de Saint-Paul à 99 mètres d'altitude, traverse le bois de Froidmont avant de rejoindre l'Avelon au Becquet-Saint-Paul. À proximité du ruisseau se trouve une fontaine : la Fontaine-qui-Bout.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Route nationale 31.

La Route nationale 31 E46, axe routier de Rouen à Reims passe dans la commune de Saint-Paul en venant de Rouen par l'ouest et en se dirigeant vers Beauvais puis Reims par l'est. Elle connaît un trafic assez dense jusqu'en 2009 où le contournement sud de Beauvais est ouvert à la circulation. Toutefois, elle demeure toujours en "rouge" ou "vert" sur les cartes routières car la déviation est trop longue pour certain automobilistes et le trafic demeure assez fréquenté malgré l'interdiction des poids lourd sur l'ancienne nationale déclassé en D931.

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ligne de Goincourt à Gournay - Ferrières, construite au XIXe siècle et fermée en 2010 au delà de Saint-Paul passe sur le territoire de la commune. Le village possédait même une gare située 500 mètres après la bifurcation avec la ligne Beauvais-Gisors. La ligne, aujourd'hui délaissée, devrait cependant être aménagée en voie verte entre Beauvais et Gournay-en-Bray. Le débroussaillage a commencé début 2011[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Paul, Carte de cassini de Beauvais

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 en cours
(au 4 avril 2014)
Gérard Hédin SE Réélu pour le mandat 2014-2020[2]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 547 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 039 1 010 1 091 1 139 1 203 766 811 850 770
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
747 758 720 660 645 652 669 647 636
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
676 632 586 555 596 504 483 539 549
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
562 633 849 1 034 1 206 1 423 1 526 1 541 1 547
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,7 %, 15 à 29 ans = 17,4 %, 30 à 44 ans = 22,3 %, 45 à 59 ans = 24,1 %, plus de 60 ans = 16,5 %) ;
  • 50,8 % de femmes (0 à 14 ans = 21,5 %, 15 à 29 ans = 14,3 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 22,9 %, plus de 60 ans = 18,1 %).
Pyramide des âges à Saint-Paul en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
0,1 
4,9 
75 à 89 ans
6,1 
11,5 
60 à 74 ans
11,9 
24,1 
45 à 59 ans
22,9 
22,3 
30 à 44 ans
23,2 
17,4 
15 à 29 ans
14,3 
19,7 
0 à 14 ans
21,5 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Paul

Les armes de Saint-Paul se blasonnent ainsi :

De gueules à un pot d’argent avec un anse du même à senestre, au chef cousu d’azur chargé de trois fleurs de lys d’or

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La commune possède deux monuments historiques sur son territoire.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Ancienne abbaye et Hostellerie des Dames : L’abbaye de Saint Paul fut fondée au VIe siècle par Sainte Angadrême, patronne de Beauvais et fille du grand référendaire de Clotaire III. Ce fut tout d’abord un oratoire, détruit au VIIIe siècle par les Normands, puis une abbaye royale de bénédictines de 1036 à 1792. L’abbaye fut alors transformée en prison et caserne puis en faïencerie. De 1850 à 1995, elle devient une ferme d’élevage. En 1995 elle fut reprise par un particulier qui a entrepris des travaux de restauration. De cette longue histoire subsistent, outre le site, les vestiges du portail de l’abbatiale consacrée en 1042, un pigeonnier de 1699, un des bâtiments du XVIIIe siècle ainsi que la plus ancienne maison de l’Oise l’ « hostellerie des Dames » restée dans le patrimoine de l’abbaye du XVIe siècle à la Révolution. Les ruines de l'abbatiale sont inscrites monument historique depuis le 11 avril 1933[7].
  • Hostellerie des Dames : L'Hostellerie des Dames est inscrite monument historique depuis le 29 juillet 1935[13].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • L'église paroissiale : Une bonne partie de cette église remonte au XIe siècle. Elle est donc de la même époque que l'abbaye bénédictine située à proximité. À l'extérieur, l'abside est entourée d'une corniche appuyée sur des corbeaux représentant d'étranges animaux et des figures grimaçantes. À l'intérieur, la voûte en "cul de four" a été restaurée en 1892. La nef a été en grande partie détruite en 1442. Les Anglais et les Bourguignons incendièrent l'église et l'abbaye dont il ne reste plus que le réfectoire et la petite cuisine. L'Hostellerie qui venait d'être construite (1433) en face de la chapelle abbatiale a été épargnée. Un auvent, adossé au côté sud de la nef protégeait la petite porte d'entrée. Il datait du XVIe siècle. Très abîmé par le temps il a été démonté courant 1977.
  • Le monument aux morts
  • Parc Saint-Paul
  • Jardin André van Beek

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La future voie verte Beauvais-Gournay », sur www.courrier-picard.fr (consulté le 10 septembre 2011)
  2. « Gérard Hédin a commencé son dernier mandat », L'Observateur de Beauvais, no 836,‎ 4 avril 2014, p. 12 (ISSN 1287-7565)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. « Évolution et structure de la population à Saint-Paul en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 novembre 2010)
  6. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 novembre 2010)
  7. « Ruines de l'abbatiale », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. D'après lHistoire de l'abbaye royale de Notre Dame de Saint-Paul-lès-Beauvais. E. Deladreue, 1867
  9. De la famille de Guillaume de Hellande, évêque de Beauvais
  10. a et b Réélue
  11. Fille de Claude de Lorraine
  12. Cousine de la précédente
  13. « Hostellerie des Dames », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Nominis : Sainte Angadrême
  15. Forum 'orthodoxe.com' : saints pour le 14 octobre du calendrier ecclésiastique