Rhinolophus ferrumequinum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec l'orchidée Ophrys ferrum-equinum.

Grand rhinolophe ou
grand fer à cheval

Description de cette image, également commentée ci-après

Grand rhinolophe
(Rhinolophus ferrumequinum)

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Placentalia
Ordre Chiroptera
Famille Rhinolophidae
Sous-famille Rhinolophinae
Genre Rhinolophus

Nom binominal

Rhinolophus ferrumequinum
(Schreber, 1774)

Répartition géographique

Description de cette image, également commentée ci-après

Répartition de rhinolophus ferrumequinum

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Rhinolophus ferrumequinum, nommé Grand rhinolophe[1] ou Grand rhinolophe fer à cheval, Grand fer à cheval ou encore Grand rhinolophe obscur[2], est une espèce de chauve-souris.

Description[modifier | modifier le code]

C’est le plus grand des rhinolophes européens[réf. nécessaire]. Il ne possède pas de tragus.

  • Taille : corps de 5,7 à 7 cm ; queue de 3,5 à 6,5 cm
  • Envergure : 35 à 40 cm
  • Poids : 17 à 30 g

Comportement[modifier | modifier le code]

Il chasse souvent à l’affût en se suspendant aux branches basses des arbres. Il repère ses proies en écoutant les bruits, puis les capture en l’air ou au sol. Le grand rhinolophe est sédentaire. Il ne se déplace qu’entre ses gîtes d’hibernation et d’estivage. Comme tous les rhinolophes, le grand rhinolophe émet les ultra-sons par le nez et non par la bouche comme les autres microchiroptères.

  • Alimentation : lépidoptère nocturne, coléoptère (hanneton), orthoptère (sauterelle, criquet).
  • Ultra-sons : 81-84 kHz. C.F. longue, puis F.M. court et abrupte.
  • Vol : faible hauteur (4 à 5 m).
  • Longévité : jusqu'à 30 ans
  • Reproduction : maturité sexuelle à 2-3 ans, 1 jeune par an, fin juin-début juillet.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

  • Répartition : Europe, Asie.
  • Habitat hivernal : grottes, caves, mines (95 % d'hygrométrie), températures constantes et élevées.
  • Habitat estival : milieu bâti chaud (grenier, comble d'église, château).

Statut de protection[modifier | modifier le code]

Espèce protégée, le Grand rhinolophe est considéré comme une espèce vulnérable dans de nombreux pays européens. On constate en effet une diminution des effectifs et une contraction de son aire de répartition. Le rhinolophe fer-à-cheval est rendu vulnérable, comme les 4 autres espèces de chauve-souris européennes, par la dégradation de ses lieux de reproduction et par une nourriture moins abondante. L'espèce a ainsi disparu des Pays-Bas. Elle est fortement menacée aux marges de son aire de distribution : Belgique, Luxembourg, Allemagne, Suisse et Pologne. En France, les effectifs sont encore relativement importants, avec un effectif total connu approchant les 30 000 individus. Il faut néanmoins souligner l'existence de déséquilibres régionaux notables. En effet, les quatre régions de la façade atlantique (Poitou-Charentes, Pays de Loire, Bretagne et Aquitaine) accueillent, avec Midi-Pyrénées, 60 % des effectifs hivernaux. Les régions Centre, Bourgogne, Champagne-Ardenne, Franche-Comté et Lorraine conservent quant à elles localement des populations significatives (6 825 individus, soit 24 % de l'effectif total). En revanche, la situation de l'espèce est beaucoup plus précaire dans le nord du pays (l'espèce a presque disparu d'Alsace et totalement du département du Nord) ainsi que dans le quart sud-est du pays, avec respectivement 9 % et 7 % des effectifs hivernants. (les chiffres cités ci-dessus datent de 2002.)

[réf. nécessaire]

Convention de Berne du 19 septembre 1979 :

  • Annexe 2 : Sont notamment interdits : a) toute forme de capture intentionnelle, de détention et de mise à mort intentionnelle; b) la détérioration ou la destruction intentionnelles des sites de reproduction ou des aires de repos; c) la perturbation intentionnelle de la faune sauvage, notamment durant la période de reproduction, de dépendance et d'hibernation, pour autant que la perturbation ait un effet significatif eu égard aux objectifs de la présente Convention; d) la destruction ou le ramassage intentionnels des œufs dans nature ou leur détention, même vides; e) la détention et le commerce interne de ces animaux, vivants ou morts, y compris des animaux naturalisés, et de toute partie ou de tout produit, facilement identifiables, obtenus à partir de l'animal, lorsque cette mesure contribue à l'efficacité des dispositions de cet article.

Directives européennes du 21 mai 1992 et du 27 octobre 1997 concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages :

  • CE/92/43 - Annexe 2 : Directive Faune-Flore-Habitat, annexe 2 : espèces animales et végétales d'intérêt communautaire dont la conservation nécessite la désignation de zones spéciales de conservation modifiée par la Directive 97/62/CE (espèce dont l'habitat doit être protégé).
  • CE/92/43 - Annexe 4 : Directive Faune-Flore-Habitat, annexe 4 : espèce strictement protégée, la capture et la mise à mort intentionnelle est interdite tout comme la perturbation des phases critiques du cycle vital et la destruction de leurs aires de repos et de leurs sites de reproduction.

Convention de Bonn du 23 juin 1979 :

  • Accord Chauve-souris : Convention de Bonn sur les espèces migratrices : Accord relatif à la conservation des chauves-souris en Europe : Extraits de l'article 3 sur les obligations fondamentales : 1. Chaque Partie interdit la capture, la détention ou la mise à mort intentionnelle des chauves-souris, sauf lorsqu'il est délivré un permis par son autorité compétente. 2. Chaque Partie identifie, sur le territoire relevant de sa juridiction, les sites qui sont importants pour l'état de la conservation des chauves-souris, notamment pour leur abri et leur protection. En tenant compte au besoin des considérations économiques et sociales, elle protège de tels sites de toute dégradation ou perturbation. Par ailleurs, chaque Partie s'efforce d'identifier et de protéger de toute dégradation ou perturbation les aires d'alimentation importantes pour les chauves-souris.

Menaces[modifier | modifier le code]

Comme toutes les chauves-souris, cette espèce est adaptée à un environnement nocturne. Elle souffre d'une pollution lumineuse croissante.

Une étude a montré l'impact de l'éclairage direct des individus de cette espèce[3]. L'étude portait sur des colonies de Rhinolophus ferrumequinum, Myotis emarginatus et Myotis oxygnathus vivant dans des bâtiments plus ou moins illuminés ou non éclairés, mais proches les uns des autres. Les chercheurs ont étudié et comparé les dates des naissances, la masse corporelle et la longueur de l'avant-bras de ces chauves-souris et ont constaté que l'éclairage artificiel retardait le développement des jeunes de ces espèces et qu'il pouvait parfois même anéantir toute une colonie. Les petits étaient significativement plus faibles dans les bâtiments illuminés. Les différences de longueur de l'avant-bras et de masse corporelle suggèrent qu'après l'accouchement, le taux de croissance des jeunes est plus faible pour les chauves-souris vivant dans les bâtiments illuminés.

Photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad. consulté en mai 2010.
  2. (en) Derwent, Thesaurus of agricultural organisms: pests, weeds and diseases, Volume 1. Derwent Publications, Ltd. Éditions CRC Press, 1990. 1529 pages. ISBN 0-412-37290-8, 9780412372902. Rechercher dans le document numérisé. Consulté en mai 2010.
  3. sources : 1 et 2(consultées le 01 04 2008)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :