Vézère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
la Vézère
Pont sur la Vézère à Montignac.
Pont sur la Vézère à Montignac.
Caractéristiques
Longueur 211,2 km
Bassin 3 736 km2
Bassin collecteur la Dordogne
Débit moyen 58,9 m3/s (Campagne)
Régime pluvial
Cours
Source à l'ouest du Puy Pendu (973 m)
· Localisation Meymac
· Altitude 887 m
· Coordonnées 45° 32′ 12″ N 2° 08′ 52″ E / 45.536667, 2.147778 (Source - la Vézère)  
Embouchure la Dordogne
· Localisation Limeuil
· Altitude 50 m
· Coordonnées 44° 53′ 10″ N 0° 53′ 23″ E / 44.886111, 0.889722 (Embouchure - la Vézère)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Corrèze, Madrange
· Rive droite Bradascou, Loyre
Pays traversés Drapeau de la France France
Principales villes Uzerche, Terrasson-Lavilledieu, Montignac

La Vézère (en occitan Vesera) est une rivière française de la Corrèze et du Périgord et un affluent de la Dordogne. Une partie de la vallée de la Vézère est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Vézère provient de l'antique hydronyme Vizara ou Izara, formé de deux racines ligures accolées. La première, viz ou iz, et la seconde ara. Viz ou Iz signifiant vallée creuse, et ara voulant dire cours d'eau, le mot Vézère signifie donc cours d'eau dans la vallée creuse.

Les deux racines se rencontrent dans bien d'autres noms de cours d'eau, tant dans l'ancienne Gaule que dans une bonne partie de l'Europe occidentale. On reconnait aisément iz-ara dans le nom de la rivière Isar qui arrose Munich en Bavière et dans celui du petit fleuve franco-belge Yser, tous deux provenant de izara, ou encore dans le nom que les romains donnaient à l'Oise : Isara c'est-à-dire iz-ara (l'adjectif isarien a subsisté en français pour qualifier ce qui se rapporte à l'Oise). La forme Iz-ara se retrouve bien sûr dans Isère, importante rivière des Alpes qui a donné son nom à un département français.

On retrouve la forme Viz-ara dans Auvézère, cours d'eau du Limousin et du Périgord coulant non loin de la Vézère. Mais Viz-ara constitue aussi l'origine du nom du fleuve du nord de l'Allemagne arrosant Brême et qui s'appelle Weser (prononcez véz-er), ainsi que celle du nom de la rivière wallonne arrosant Eupen et Verviers et appelée Vesdre, qui d'ailleurs se dit également Weser en langue allemande, là où elle prend naissance.

Géographie[modifier | modifier le code]

Profil en long de la Vézère

La Vézère prend sa source dans la tourbière de Longéroux, sur le plateau de Millevaches, dans le Massif central en Corrèze, à l'altitude de 887 mètres, sur la commune de Meymac, à l'ouest du Puy Pendu (973 m) dans la forêt domaniale de Longéroux, au lieu-dit « sources de la Vézère ». Elle se jette dans la Dordogne à Limeuil, à l'altitude de 50 mètres.

Son principal affluent est la Corrèze, leur confluent se trouvant dans la banlieue ouest de Brive-la-Gaillarde.

La vallée constitue une remarquable voie touristique par la beauté des paysages qu'elle traverse et l'intérêt des témoignages laissés surtout aux environs de Montignac et des Eyzies par les générations d'hommes qui se sont succédé là depuis environ 100 000 ans.

La longueur de son cours d'eau est de 211,2 km[1].

Départements et principales communes traversés[modifier | modifier le code]

La Vézère et la Corrèze dans le sud du Limousin

La Vézère traverse 2 départements et 53 communes[1] dont les principales localités sont :

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

D'amont vers l'aval :

N.B. : (rd) = affluent rive droite ; (rg) = affluent rive gauche

Aménagements[modifier | modifier le code]

la Vézère à Uzerche

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Vézère est une rivière très abondante, à l'instar de ses voisines dévalant des plateaux du Limousin. Son débit a été observé durant une période de 43 ans (1968-2010), à Campagne, localité du département de la Dordogne située peu avant son confluent avec la Dordogne [2]. La surface ainsi étudiée est de 3 736 km2, soit la quasi-totalité du bassin versant de la rivière.

Le module de la rivière à Campagne est de 58,9 m3/s.

La Vézère présente des fluctuations saisonnières de débit bien marquées sans être excessives, comme c'est généralement le cas dans le bassin de la Dordogne. Les hautes eaux se déroulent en hiver et se caractérisent par des débits mensuels moyens allant de 79 à 98,6 m3/s, de décembre à avril inclus (avec un maximum en janvier et surtout février). Dès le mois de mai, le débit baisse progressivement jusqu'aux basses eaux d'été qui ont lieu de juillet à septembre inclus, entraînant une baisse du débit mensuel moyen jusqu'au niveau de 19,4 m3 au mois d'août, ce qui reste fort confortable, il est vrai. Mais ces moyennes mensuelles ne sont que des moyennes et cachent des fluctuations bien plus prononcées selon les années ou sur de plus courtes périodes.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Campagne
(Données calculées sur 41 ans)

Aux étiages, le VCN3 peut chuter jusqu'à 6,8 m3/s, en cas de période quinquennale sèche, ce qui est loin d'être très sévère.

Les crues peuvent être assez importantes, compte tenu de la taille étendue du bassin versant. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 430 et 560 m3/s. Le QIX 10 est de 660 m3/s, le QIX 20 de 740 m3, tandis que le QIX 50 se monte à pas moins de 860 m3/s.

Le débit instantané maximal enregistré à Campagne a été de 682 m3/s le 7 juillet 2001, tandis que la valeur journalière maximale était de 617 m3/s le 7 janvier 1994. Si l'on compare la première de ces valeurs à l'échelle des QIX de la rivière, l'on constate que cette crue était n'était pas même d'ordre vicennal, et donc destinée à se répéter tous les 14-15 ans en moyenne.

La Vézère est une rivière fort abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 499 millimètres annuellement, ce qui est largement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus (320 millimètres), ainsi qu'à la moyenne du bassin de la Garonne (384 millimètres au Mas-d'Agenais). C'est cependant inférieur à la lame d'eau de la Dordogne en amont de son confluent avec l'Isle (619 millimètres à Bergerac). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint le chiffre très robuste de 15,8 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

En amont de Campagne, la station hydrologique de Montignac, en service depuis 1898, offre une période d'étude beaucoup plus longue. À cet endroit, la superficie du bassin versant représente 3 125 km2. La plus forte crue a été atteinte le 5 octobre 1960 avec 830 m3/seconde de débit journalier maximal et 8,90 mètres de hauteur[3], après deux journées de pluies intenses sur le plateau de Millevaches et notamment les bassins amont de la Corrèze et de la Vézère[4].

Curiosités et sites remarquables[modifier | modifier le code]

La vallée de la Vézère a été surnommée la « Vallée de l'Homme » dès la fin du XIXe siècle à la suite de la multiplication des découvertes de sites préhistoriques exceptionnels, dont l'abri de Cro-Magnon, la grotte de Font-de-Gaume et celle des Combarelles aux Eyzies. Elle abrite également la grotte de Lascaux à Montignac. Les sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco.

Dans son essai Les Sept Filles d'Ève, le chercheur généticien anglais Bryan Sykes développe la thèse qu'une de ces filles, Héléna, viendrait des bassins de la Vézère et de la Dordogne. Celle-ci représentant la génitrice de 41 à 47 % des européens actuels, la vallée de la Vézère mériterait donc bien son qualificatif de « Vallée de l'Homme »[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b SANDRE, « Fiche rivière la vézère (P---0100) » (consulté le 6 octobre 2010)
  2. Banque Hydro - Station P4271010 - La Vézère à Campagne (option Synthèse). Consultée la 6 octobre 2010. (ne pas cocher la case « Station en service »)
  3. Banque Hydro - Station P4161010 - La Vézère à Montignac (option Synthèse). Consultée le 6 octobre 2010 (ne pas cocher la case "Station en service").
  4. La crue exceptionnelle d'octobre 1960 dans l'ouest du Massif Central, p. 37-62 sur Persée. Consulté le 6 octobre 2010.
  5. « Sept filles d'Eve », L'express international,‎ 2001, p. 23 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]