Roche sédimentaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les roches sédimentaires proviennent de l'accumulation de sédiments qui se déposent en couches, appelées strates.

Ce sont des roches exogènes, c'est-à-dire qui se forment à la surface de l'écorce terrestre. Les roches sédimentaires affleurent sur 75 % de la surface des continents, mais en considérant l'ensemble de la croûte terrestre (depuis la surface jusqu'à 35 km de profondeur sous un relief plat), elles ne constituent plus que 5 % de son volume total.

Sur cette falaise on voit clairement différentes couches sédimentaires.

Classification[modifier | modifier le code]

Triassic Utah.JPG

Selon leur mode de formation[modifier | modifier le code]

Le classement génétique est le suivant :

  • les roches détritiques terrigènes (ex : silicoclastiques[précision nécessaire]) : elles proviennent de l'accumulation de fragments de minéraux et de de roches préexistantes continentales, comme le grès, le sable, le limon, le lœss, l'argile. Les constituants (sédiments) de ces roches ont d'abord été transportés par les cours d'eau jusqu'aux mers et océans dont ils tapissent ensuite le fond.
  • les roches organogènes ou biogènes : elles sont liées à l'activité des organismes vivants et proviennent de l'accumulation et de la transformation de matière organique. Exemples : le charbon, le pétrole ;
  • les roches biochimiques : elles sont aussi liées à l'activité des organismes vivants mais proviennent de l'accumulation de certains des éléments minéraux qu'ils synthétisent (coquilles, tests, os). Ces squelettes minéralisés peuvent être fragmentés pour former des bioclastes (débris de squelette d'organisme). Il peut y avoir transport mais il existe aussi des organismes constructeurs qui construisent eux-mêmes la roche, comme les récifs coralliens ou des micro-organismes qui contribuent à la précipitation de certains minéraux. Il est souvent difficile de faire la part du vivant et du chimique dans l'élaboration de ces roches sédimentaires, d'où l'appellation de roches biochimiques. Exemples : le calcaire, la craie ;
  • les roches chimiques (ex : carbonatées, évaporites), dites aussi orthochimiques[pourquoi ?] : elles proviennent de la précipitation d'une solution chimique :
    • les roches évaporitiques : le chlorure de sodium ou le gypse ;
    • les roches résiduelles dont les latérites (ex : alumino-ferrugineuses, magnésifères, phosphatées), les argiles résiduelles, les paléosols : ce sont des roches exogènes formées par concentration en un lieu donné de solution quasi « insoluble ». Elles se forment à partir des éléments en solution que les eaux ont prélevés à des roches préexistantes. Lors d'une altération chimique très forte d'une roche préexistante, la majorité des constituants sont solubilisés mais il reste une phase très peu soluble qui précipite in situ.

La difficulté de ce type de classement réside dans le fait qu'il existe des roches silico-argilo-carbonatées d'origine détritique et biochimique à la fois. De plus, toutes les formes intermédiaires entre les différents critères de classement se rencontrent dans les affleurements naturels.

Selon leur nature[modifier | modifier le code]

Le classement minéralogique est le suivant :

Du fait de leur formation, les roches sédimentaires se présentent généralement impures et en plusieurs couches.

L 'affleurement des roches sédimentaires[modifier | modifier le code]

Les roches sédimentaires sont portées en surface dans le cadre des grands mouvements tectoniques qui affectent l'écorce terrestre. Le choc des plaques continentales a entraîné l'émergence des fonds marins, qui apparaissent, aujourd'hui, sous forme de bassins ou de formations d'altitude.

Lors de ces mouvements tectoniques, ces roches ont pu être soumises, localement, à des pressions très fortes et à de très hautes températures. Il en est résulté une transformation de ces roches en roches métamorphiques. Les calcaires se métamorphisent en marbres et les argiles en schistes, voire en gneiss.

Les régions sédimentaires sont riches en ressources minérales, en particulier en charbon, pétrole et fer. Le charbon formé par décomposition de forêts au fond des marécages et le pétrole formé de vies marines ensevelies au fond des mers, et certains minerais de fer formés par précipitation en présence d’oxygène, sont généralement piégés entre des couches d'argiles ou de calcaires.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :