Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tayac (homonymie).
Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil
L'Homme primitif de Paul Dardé et le Château de Tayac, abritant une partie du Musée national de Préhistoire.
L'Homme primitif de Paul Dardé et le Château de Tayac, abritant une partie du Musée national de Préhistoire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Saint-Cyprien
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de l'Homme
Maire
Mandat
Philippe Lagarde
2014-2020
Code postal 24620
Code commune 24172
Démographie
Population
municipale
827 hab. (2011)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 56′ 12″ N 1° 01′ 05″ E / 44.9366666667, 1.01805555556 ()44° 56′ 12″ Nord 1° 01′ 05″ Est / 44.9366666667, 1.01805555556 ()  
Altitude Min. 55 m – Max. 245 m
Superficie 37,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil

Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine. Ses habitants sont appelés les Eyzicois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est implantée au confluent de la Vézère et de la Beune. Elle est accessible par le réseau SNCF à la gare des Eyzies, par l'autoroute A89, sortie sortie 16 Périgueux-Est (axe Bordeaux - Périgueux) puis par la route départementale 710 ou encore par Montignac via Terrasson (axe Lyon - Terrasson-Lavilledieu).

Au nord-ouest, la commune est également arrosée par un autre petit affluent de la Vézère, le Manaurie.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes des Eyzies-de-Tayac-Sireuil
Manaurie Tursac Peyzac-le-Moustier
Saint-Cirq des Eyzies-de-Tayac-Sireuil Marquay
Campagne Saint-CyprienMeyrals Saint-André-d'Allas

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Las Aisiás de Taiac e Siruèlh[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site des Eyzies-de-Tayac-Sireuil est habité depuis le Paléolithique.

Alors que régnait en Europe la seconde période glaciaire, à l'époque où l'Auvergne voyait s'allumer les volcans de la chaîne des Puys, les hommes préhistoriques durent abandonner les plaines du nord trop froides, où s'étaient déjà développées les civilisations abbevillienne et acheuléenne, et partir, à la suite des animaux sauvages qu'ils chassaient, vers des pays plus cléments. La basse Vézère, qui coulait alors à une trentaine de mètres au-dessus de son niveau actuel, les retint par les ressources de ses massifs forestiers, par ses cavernes naturelles facilement accessibles et ses surplombs, bien exposés, pouvant servir d'abris, dus à la nature de ses calcaires, moins friables et moins fissurés que ceux de la vallée de la Dordogne. Pendant plusieurs dizaines de milliers d'années, les hommes se sont succédé dans ces abris, y laissant des traces de leur passage et de leurs activités : ossements, cendres de foyers, outils, armes, ustensiles, poteries, motifs décoratifs. Leur civilisation a évolué en même temps que le milieu naturel dans lequel ils vivaient. Le réchauffement du climat, à la fin du Magdalénien, a poussé les hommes à abandonner les abris pour vivre en plein air sur des pentes exposées au soleil.

En 1905, la commune de Tayac prend le nom de Les Eyzies-de-Tayac.

Elle fusionne ensuite en 1973 avec la commune de Sireuil sous le nouveau nom de Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil.

Sireuil conserve le statut de commune associée et, à ce titre, élit un maire délégué qui siège obligatoirement au conseil municipal des Eyzies-de-Tayac-Sireuil.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Tayac a, dès 1790, été rattachée au canton de Marquay qui dépendait du district de Sarlat jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX (28 janvier 1801) portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Saint-Cyprien dépendant de l'arrondissement de Sarlat (devenu l'arrondissement de Sarlat-la-Canéda en 1965)[2].

Tayac change de nom pour Les Eyzies-de-Tayac en 1905 puis s'associe avec Sireuil en 1973, devenant Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2000, Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil intègre la communauté de communes Terre de Cro-Magnon. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes de la Vallée de l'Homme.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1995 (réélu en mars 2014[3]) en cours Philippe Lagarde SE Conseiller financier
Président de la CC Terre de Cro-Magnon (2008-2013)
Président de la CC de la Vallée de l'Homme (depuis 2014)
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune de Tayac change de nom et devient « Les Eyzies-de-Tayac » en 1905.

Jusqu'en 1972, les communes de Sireuil et Les Eyzies-de-Tayac étaient indépendantes[4]. Le 1er janvier 1973, la commune des Eyzies-de-Tayac devient « Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil » lorsqu'elle s'associe à la commune de Sireuil.

En 2011, Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil comptait 827 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2007, 2012, 2017, etc. pour Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil[5]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population de Tayac, puis des Eyzies-de-Tayac, puis des Eyzies-de-Tayac-Sireuil  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
923 936 900 990 1 162 1 229 1 289 1 320 1 347
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 450 1 429 1 264 1 159 1 331 1 342 1 373 1 303 1 215
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 192 1 132 1 123 944 994 955 954 1 066 1 028
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
958 877 886 858 853 909 848 839 827
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique de Tayac, puis des Eyzies-de-Tayac,
puis des Eyzies-de-Tayac-Sireuil

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'Homme primitif est une statue de Paul Dardé, inaugurée en 1931 et placée sur une plate-forme naturelle qui domine le village des Eyzies ; on peut l'approcher lors de la visite du Musée national de Préhistoire.

Sites naturels[modifier | modifier le code]

Sites préhistoriques[modifier | modifier le code]

La commune compte de nombreux sites archéologiques préhistoriques dont :

Nombre de ces sites ont été classés au Patrimoine mondial par l'Unesco en tant que « sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère ». L'ensemble de ces richesses fait que la ville revendique le statut de capitale mondiale de la préhistoire.

Musée[modifier | modifier le code]

Le Musée national de Préhistoire, où sont conservés de nombreuses découvertes préhistoriques, se trouve au cœur du village. Très riche en silex taillés, il s'adresse particulièrement aux spécialistes.

Article détaillé : Musée national de Préhistoire.

Sites historiques[modifier | modifier le code]

Projets locaux[modifier | modifier le code]

La commune est au cœur d'un vaste projet de valorisation utilisant le thème de la Préhistoire comme support de développement local. Ce projet est le fruit de l'intervention de l'État, du Conseil général de la Dordogne et du Conseil régional d'Aquitaine. Il se concrétise sur le terrain par le Pôle International de la Préhistoire (PIP), structure de pilotage opérationnel du projet.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les pionniers de l'archéologie :

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 28 août 2013.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Pierre Fock, Le maire des Eyzies a été réélu président, Sud Ouest édition Périgueux du 18 avril 2014, p. 20.
  4. Code officiel géographique de Sireuil sur le site de l'Insee, consulté le 17 octobre 2013.
  5. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 25 février 2014)
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  7. F Bordes, P. Fittes, S. Blanc, L'abri Armand Chadourne dans Bulletin de la Société préhistorique de France, 1954, Vol. 51, N° 5-6, pp. 229-254.