Aller au contenu

Mesplède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mesplede)

Mesplède
Mesplède
La mairie de Mesplède.
Blason de Mesplède
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Intercommunalité CC de Lacq-Orthez
Maire
Mandat
Régis Cassaroumé
2020-2026
Code postal 64370
Code commune 64382
Démographie
Population
municipale
331 hab. (2021 en diminution de 6,23 % par rapport à 2015)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 29′ 41″ nord, 0° 39′ 30″ ouest
Altitude Min. 100 m
Max. 210 m
Superficie 11,47 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Artix et Pays de Soubestre
Législatives 3e circonscription des Pyrénées-Atlantiques
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Mesplède
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Mesplède
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
Mesplède
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
Mesplède
Liens
Site web http://www.mesplede64.fr

Mesplède [mɛsplɛd] est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Mesplédois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Arthez-de-Béarn, Balansun, Hagetaubin, Lacadée, Sault-de-Navailles et Argagnon.

La commune de Mesplède se trouve dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine[2].

Elle se situe à 45 km par la route[Note 1] de Pau[3], préfecture du département, et à 18 km d'Artix[4], bureau centralisateur du canton d'Artix et Pays de Soubestre dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[2]. La commune fait en outre partie du bassin de vie d'Orthez[2].

La commune est desservie par la route départementale D 946 qui prend localement le nom de « Route d'Arthez-de-Béarn ».

Les communes les plus proches[Note 2] sont[5] : Balansun (3,2 km), Hagetaubin (4,0 km), Argagnon (4,6 km), Arthez-de-Béarn (4,8 km), Lacadée (4,9 km), Castétis (5,2 km), Sallespisse (5,4 km), Sarpourenx (5,9 km).

Sur le plan historique et culturel, Mesplède fait partie l'ancienne province du Béarn, qui fut un État indépendant jusqu'en 1620 et qui présente une unité historique et culturelle[6]. Au sein du Béarn, la commune se situe en pays de Soubestre (dans son acception large), à la limite du pays d'Orthez.

Carte topographique de Mesplède

Relief et paysages[modifier | modifier le code]

Paysage naturel de Mesplède.

Mesplède se trouve sur une ligne de coteaux située dans le nord du Béarn, au sud de la Chalosse, orientée du sud-est au nord-ouest : de Beyrie-en-Béarn (près de Lescar et de l'aéroport de Pau-Pyrénées) jusqu'à Orist au bord de l'Adour et Saint-Pandelon au sud de Dax. Avant Saint-Girons-en-Béarn cette ligne conforme le Soubestre, passé St-Girons son extrémité constitue le « Pays d'Orthe ».

Le gave de Pau longe ces coteaux par le sud et le Luy de Béarn par le nord, ce dernier les séparant de la ligne de coteaux voisine s'étendant de Serres-Morlaàs au nord de Pau jusqu'à Montfort-en-Chalosse.

Carte topographique de Mesplède

La commune s'étend ainsi sur deux ensembles paysagers : la plaine et les coteaux.

La plaine occupe la moitié nord-est du territoire communal, jusque vers une altitude d'environ 125 m. Elle correspond à la vallée alluviale de l'Aubin, affluent du Luy-de-Béarn. C'est un espace dédié aux grandes cultures de céréales (maïs), oléagineux (tournesol) et protéagineux (soja). Les arbres y sont éparses et les petits bosquets rares, principalement limités aux bords des petits ruisseaux. L'habitat y est éparse, constitué principalement de fermes isolées.

Les coteaux occupent la moitié sud-ouest de la commune, il s'agit d'un espace plus nettement boisé, surtout sur les pentes. Lorsque le relief s'adoucit des prairies et des cultures apparaissent. Les lignes de crêtes sont presque systématiquement occupées par les routes et chemin. Le bourg et les principaux hameaux s'y concentrent.

Le point culminant de la commune se trouve à 209 m d'altitude au niveau du réservoir d'eau potable à l'entrée sud du bourg, sur la route d'Arthez. Le point le plus bas, à 100 m d'altitude, se trouve au niveau du passage du ruisseau « Louru » vers la commune de Lacadée, à proximité du tripoint Mesplède-Lacadée-Hagetaubin.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Mesplède est traversée[8] par un affluent du gave de Pau, le ruisseau de Clamondé[Note 3].

ruisseau de Mousquès

Le ruisseau de Mousquès prend sa source au nord du bourg, par deux branches de part et d'autre de la route de Condou. Il coule vers le nord jusqu'à sa confluence avec les ruisseaux de las Grabas et de Hourquet sur la commune de Sault-de-Navailles où leurs cours réunis forment alors le ruisseau de Lesclauze, affluent du Luy de Béarn.

Deux tributaires de l'Aubin, le ruisseau de Chaurou (ou d'Aulet ou de Bachot) et le Louru (en gascon lo ru, c'est-à-dire : le ruisselet), arrosent eux aussi Mesplède.

Les archives du Conseil général des Ponts et Chaussées conservent la trace d'une demande de création de moulin sur le ruisseau d'Aulet[9]. Le cadastre napoléonien de la commune, daté de 1816, fait effectivement état de deux moulins sur le ruisseau passant à environ 300 m à l'Est du lieu-dit "Aulet", mais donne à ce cours d'eau le nom de "R. de Bachot"[10].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, une équipe de chercheurs des universités de Franche-Comté et de Dijon, publie une étude sur la typologie des climats en France sous l'égide de Daniel Joly[11]. Sa résolution fine (250 mètres par pixel) permet de l'utiliser pour évaluer le climat à l'échelle communale. Cette étude classe Mesplède en climat océanique altéré[12], décrit de la manière suivante :

« La température moyenne annuelle est assez élevée (12,5°C) avec un nombre de jours froids faible (entre 4 et 8/an) et chauds soutenu (entre 15 et 23/an). L’amplitude thermique annuelle (juillet-janvier) est proche du minimum et la variabilité interannuelle moyenne. Les précipitations, moyennes en cumul annuel (800-900 mm) tombent surtout l’hiver, l’été étant assez sec. »

— Joly, D. et al., Les types de climats en France, une construction spatiale

En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans la région climatique Pyrénées atlantiques, caractérisée par une pluviométrie élevée (>1 200 mm/an) en toutes saisons, des hivers très doux (7,5 °C en plaine) et des vents faibles[13].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 13,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,2 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 193 mm, avec 11,9 jours de précipitations en janvier et 8 jours en juillet[14]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune d'Orthez à 9 km à vol d'oiseau[15], est de 14,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 211,5 mm[16],[17]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[18].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Mi 2024, au moins 496 espèces animales et végétales ont été observées sur le territoire de la commune dans le cadre d'un projet de sciences participatives[19].

Les observatoires régionaux de la biodiversité permettent de compléter ces données. Ainsi l'Observatoire de la Biodiversité Végétale de Nouvelle-Aquitaine a recensé 301 espèces de plantes à fleur, fougères et mousses sur la commune[20] et l'Observatoire de la Faune de Nouvelle-Aquitaine y a recensé 237 espèces animales[21].

Parmi les espèces menacées présentes sur le territoire communal on compte notamment le Lucane cerf-volant qui apprécie les vieux arbres de gros diamètre ou encore la Narthécie brise-os qui vit dans les marais du vallon du Clamondé.

Végétation[modifier | modifier le code]

Les boisements à caractère naturel des coteaux relèvent potentiellement de la chênaie acidiphile, plus particulièrement de la « chênaie pédonculée à tauzin : bois et landes acidophiles »[22] .

Les boisements de la plaine pourraient s'apparenter plus à la « chênaie pédonculée, mésotrophe à eutrophe : bois et arbres épars, à Charme, Hêtre, Frêne (plus rarement Tilleul, Erable, Orme et Robinier) »[22].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000 à Mesplède

Deux sites du réseau Natura 2000 ont une partie de leur périmètre sur la commune au titre de la « directive Habitats »[23],[Carte 1] :

  • le « gave de Pau », d'une superficie de 8 194 ha, constitue un vaste réseau hydrographique avec un système de saligues[Note 4] encore vivace[24]. Ce site s'entend comme l'ensemble du réseau hydrographique du Gave de Pau, et n'est représenté sur la commune que par les zones de sources de deux petits affluents de la rivière : le ruisseau de Noarrieu qui naît près de Bragot, et le ruisseau "de Larribau", affluent du Clamondé, qui naît près de Béler.
  • le « vallon du Clamondé », d'une superficie de 267 ha, présentant un complexe paratourbeux avec des formations à Rhynchospore blanc, à potamots, les landes tourbeuses et dans une certaine mesure par les molinaies[25].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Carte de la grille communale de densité de l'INSEE figurant Mesplède comme une commune rurale.

Mesplède est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[26],[27],[28]. La commune est en outre hors attraction des villes[29],[30].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (89,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (52,2 %), zones agricoles hétérogènes (24 %), prairies (13 %), forêts (10,8 %)[31]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Alexandre
  • Augé
  • Aulet
  • Bacqué
  • Béler
  • Berdot
  • Bertranot
  • Bézy
  • Bidou
  • Bonché de Bach
  • Bonehé
  • Bousqué
  • Boy
  • Bragot
  • Brunet
  • Cabanne
  • Campagne
  • Cantégrit
  • Cauhapé
  • Chaurou
  • Choy
  • Claramount
  • Condou
  • Courné
  • Déban
  • Dufau
  • Eslous
  • Fourré
  • Fray
  • Gourgeot
  • Héouré
  • Hittan
  • Hourcadès
  • Janbach
  • Joulieu
  • Lapassade
  • Larcardé
  • Larrecot
  • Larroudé
  • Larrouve
  • Loumprérot
  • Manéchal
  • Maysouette
  • Maysounave
  • Monguillou
  • Moulié
  • Pédeyert
  • Pélou
  • Peyrot
  • Pountet
  • les Pouquets
  • Poutan
  • Pouyt
  • Touyaret
  • Yertou

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Mesplède est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, canicule ou sécheresse) et séisme (sismicité modérée)[32]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[33].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Mesplède.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie[34]. 73,2 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (59 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national)[Carte 3]. Depuis le , en application de la loi ELAN, différentes contraintes s'imposent aux vendeurs, maîtres d'ouvrages ou constructeurs de biens situés dans une zone classée en aléa moyen ou fort[Note 6],[35].

La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1983, 1992 et 2009[32].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune tire son nom du mot béarnais « mesplèda »[36] : lieu planté de néfliers[37] (« mesplièr » en béarnais, la nèfle se disant : « mespla »). En 2020 le site internet de la commune indique que « mesplède » était le nom d'une fête célébrée autrefois à l'occasion de la récolte des nèfles[38].

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Cantégrit, en béarnais « canta grith » littéralement « chante grillon », désigne un lieu aride.

Cauhapé, du béarnais « cauha pé » littéralement : «chauffe pied ».

Monguillou, en béarnais « Monguilho », était un surnom de personne : maître Pierre de Perer, à qui était affermée la dîme de l'évêque de Lescar pour la paroisse d'Arance (267 écus) en 1578[39].

Yé, Yertou ou encore Pédeyert (littéralement : au pied du « yert ») sont des toponymes faisant référence au mot béarnais « gèrm, gèrt[Note 7] ou hèrm » : terres de landes non cultivées ni habitées[40].

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative de la bataille de Mesplède en 1442.

Le néflier, emblème de la commune, est originaire du Caucase et a été diffusé en Europe à l'époque romaine[41].

À la fin de la guerre de Cent Ans (c'est-à-dire à la moitié du XVe siècle) , la situation du Béarn est devenue paradoxale. En effet, Gaston IV de Foix-Béarn était un des fidèles du roi de France Charles VII. Ce dernier, auparavant dit petit roi de Bourges, récupérait de plus en plus le terrain royal. La bataille de Mesplède a eu lieu le 25 août 1442, dans ce contexte paradoxale, entre les paysans de la région et l'armée française[42]. La bataille de Mesplède ferait l'objet d'un article[43] publié par Louis Batcave dans la Revue historique et archéologique du Béarn et du Pays Basque en date du 16 février 1901, mais ce numéro de la revue n'est pas disponible en ligne sur le site de Gallica[44]. Cette bataille est brièvement mentionnée par Arnaud Esquerrier et Miégeville dans leur « Chronique romane des comtes de Foix »[45] :

« [p. 69]

L’an mil quatre cens quaranta [en fait 1442], le rey de Fransa passec en Guyanna per conquestar Tartas, anec mettre lo seti à Sant Sever, oun Mosseignor lo comte [Gaston IV de Foix-Béarn] era ab sa poissansa, et conquestec Sant Sever. Lo rey anec mettre lo seti à Dax en Gascogna, et, aquy, Mosseignor lo comte foc feit cavalher per la ma del rey en l’assaut del baloard. Quand Dax se rendec, Blanquafort [capitaine des troupes royales] et sas gens entren en Bearn ; los Bearnes

[p.70]

se leven contra lor et à Mespleda foc la batalha oun los Bearnes morin, Mosseignor lo comte estan al seti de Dax et sens son conged ; don Mosseignor lo comte ne cuidec aver danger. Aquy se complic la professia de la gran batalha, que se devia fer en Gascogna. D’aquy en fora, lo rey s’en tornec en Fransa et commandec lo loc de Sant Sever à Mosseignor de Foix (…). »[46]

En 1538 et 1542 un censier (registre d'immeubles) est établi pour la commune de Mesplède[47], la première version, incomplète, est commune avec celle de Bellocq[48].

En 1620 l'église Saint-Germain est restituée aux catholiques[49] à la suite de l'édit « de mainlevée » de Louis XIII de septembre 1617[50]. À cette époque, Mesplède appartient à « Claude de Montmorency, comtesse de Gramont, femme d'Antoine II souverain de Bidache et de Guiche, comte puis duc de Gramont »[49].

À la fin du XVIIe siècle, un certain Pierre de Vignau est curé de Mesplède[51].

Au XVIIIe siècle les défrichements de bois et de landes vont bon train en Béarn et Mesplède est touché par cette modification des territoires. Sans doute plutôt dans sa partie nord-est, dans la plaine[52].

Auparavant rattaché à Arthez en Béarn, la commune aurait obtenu son détachement en 1707[53]. Néanmoins en 1776, sur le plan religieux tout du moins, la paroisse de Mesplède dépend encore de la seigneurie d'Arthez, elle-même possédée par le duc de Gramont[54].

En 1778, la Grand-chambre du Parlement de Navarre ordonne l'arrestation d'un habitant de Mesplède et d'une femme de N'haux (hameau d'Arthez), accusés de « sortilèges, diffamation et autres désordres »[55].

Entre 1784 et 1789 la route d'Arthez à Sault-de-Navailles est construite sur le territoire de la commune de Mesplède[56].

Le 14 mai 1789, la communauté d'Arthez nomme le sieur Jean d'Eslous, notaire[57] et bourgeois de Mesplède, pour être son délégué à l'assemblée du parsan de Pau afin de présenter ses griefs aux États généraux[54].

En 1792, la paroisse de « Mespleide » est réunie à celle d'« Aget-Aubin »[58].

La première moitié du XIXe siècle semble avoir été une période de développement de la partie nord-ouest de la commune, dans la plaine située entre le bourg (ce dernier sur le coteau) et le village de Mascouette, dépendant d'Haget-Aubin :

« On dit que la route par le bas de Mesplède serait isolée, et que les voyageurs n'y trouveraient pas des ressources pour s'y désaltérer. Erreur. - Tous les jours, on construit là de nouvelles habitations, et tous les jours on remarque, le long du chemin, de nouveaux défrichemens (sic). C'est à tel point que celui qui, il y a dix ans, ne voyait qu'un Pays désert trouverait aujourd'hui des habitations en grand nombre, et d'immenses étendues de landes métamorphosées en labourables et en prairies fertiles. Des cabarets pour se désaltérer ne manquent pas non plus (...). »[59]

Le plan cadastral de la commune a été établi en 1816 par M. Brajat, géomètre[10].

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, il existait à Mesplède une auberge dénommée "auberge Tounet"[60].

En 1877 la presse régionale vantait les mérites agricoles de Mesplède en signalant la progression de l'équipement des agriculteurs de la commune en charrues (au nombre de 67 pour 533 habitants)[61].

L'église de Mesplède, dont le clocher menaçait ruine, fut rénovée de fond en comble entre 1889 et 1893[62].

Le cimetière de la commune a été agrandi en 1931[63].

Entre 2008 et 2013, des travaux d'aménagement viennent modifier le bourg du village : enfouissement des réseaux, circulation modifiée, accessibilité facilitée pour les personnes à mobilité réduite (suppression des marches), aménagement d'espaces verts, création d'un parking à côté de la salle des fêtes[64],[65].

Le maire de Mesplède, Régis Cassaroumé, tente en 2021 d'impulser une filière de production du lin "Lin des Pyrénées"[66].


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Mesplède était membre du « District de la zone de Lacq », avec 16 autres communes. Cette structure se transforme en communauté de communes, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre, le qui prend la dénomination de communauté de communes de Lacq.

Celle-ci fusionne avec sa voisine pour former, le , la communauté de communes de Lacq-Orthez, dont la commune est désormais membre.

Mesplède est également membre en 2020 d'autres structures intercommunales[67] :

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[68]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1789 Sieur Costedoat Condom[69]   Jurat de la communauté de Mesplède
  1816 M. Pouydaban[70]    
1835[71] 1837 M. Moulia[72]    
  1889 M. Carsuzàa   révoqué pour faux en écriture publique par décret du préfet des Basses-Pyrénées en date du 26 août 1889[73]
1889 ? 1895 Pierre Rey[74]   Propriétaire
  1931 Jean Damien Costedoat   docteur en médecine demeurant à Arthez[75]
1944 1945 Adrien Cazenave    
1945 1961 Damien Costedoat DVD Médecin
Conseiller général d'Arthez-en-Béarn (1945 → 1961)
Décédé en fonction
1961 1995 Léon Costedoat[76],[77] UDF Médecin, fils du précédent
Maire d’Arthez-de-Béarn (1995 → 2001)
Conseiller général d'Arthez-en-Béarn (1979 → 1986)
1995 2008 Bernard Lafitte    
2008 En cours
(au 11 juillet 2020)
Régis Cassaroumé   Agriculteur
Vice-président de la CC de Lacq-Orthez (2020 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[78],[79]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[80]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[81].

En 2021, la commune comptait 331 habitants[Note 8], en diminution de 6,23 % par rapport à 2015 (Pyrénées-Atlantiques : +3,43 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
572480564583668622621608584
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
581547561533508501504456459
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
472434437410424424417387331
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
373359375333358332330324316
2015 2020 2021 - - - - - -
353334331------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[82] puis Insee à partir de 2006[83].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Les fêtes du village se tiennent traditionnellement vers le 10 juillet sur un weekend.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Germain-d'Auxerre.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Germain-d'Auxerre a été rénovée à la fin du XIXe siècle par l'architecte orthézien Bourdette. Ses verrières ont été exécutées par le maître verrier Dauriac, de Toulouse. De l'église primitive il ne resterait que le mur gouttereau sud[62].

Le vallon du Clamondé est un site naturel remarquable géré par le conservatoire d'espaces naturels d'Aquitaine[84] depuis 2004. Situé en bordure du ruisseau du même nom, au cœur d'un paysage bocager, ce vallon regroupe des milieux humides de grande qualité abritant des espèces rares et protégées. Classé site prioritaire au niveau régional, ce site renferme de véritables trésors écologiques.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes de Mesplède se blasonnent ainsi : d'or, coupé, au premier parti, en 1er de Béarn, en 2d au lion de sinople qui est d'Andoins (référence aux armes d'Arthez-de-Béarn à laquelle le hameau de Mesplède a longtemps été rattaché), et en pointe à une nèfle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Sur le cadastre napoléonien, le ruisseau du Clamondé est indiqué sous le nom "R. de Bertranot", du nom d'un lieu-dit proche de ce cours d'eau au sud-ouest de la commune.
  4. La saligue est un mot patois (langage local) qui désigne la végétation typique qui habille toutes les zones marécageuses du gave de Pau.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. Dans les zones classées en aléa moyen ou fort, différentes contraintes s'imposent :
    • au vendeur d'informer le potentiel acquéreur du terrain non bâti de l’existence du risque RGA ;
    • au maître d’ouvrage, dans le cadre du contrat conclu avec le constructeur ayant pour objet les travaux de construction, ou avec le maître d'œuvre, le choix entre fournir une étude géotechnique de conception et le respect des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire ;
    • au constructeur de l'ouvrage qui est tenu, soit de suivre les recommandations de l’étude géotechnique de conception, soit de respecter des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire.
  7. Le g béarnais est prononcé comme un y français, d'où ces orthographes francisées.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. « Sites Natura 2000 de types sites d'intérêt communautaire (SIC) (Directive Habitats) de la commune de Mesplède », sur geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  2. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  3. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. a b et c « Métadonnées de la commune de Mesplède », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Mesplède et Pau », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Mesplède et Artix », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Communes les plus proches de Mesplède », sur villorama.com (consulté le ).
  6. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 30.
  7. Carte IGN sous Géoportail
  8. Notice du Sandre sur Mesplède
  9. Conseil Général des Ponts et Chaussées. 24e registre des délibérations du Conseil Général des Ponts et Chaussées à dater du 2 octobre 1813 jusqu'au 26 janvier 1814, Pierrefitte-sur-Seine, Archives Nationales de France, (lire en ligne), Séance du samedi 9 octobre 1813 présidée par Monsieur le Baron Fabbroni, Maître des Requêtes, p. 108-109 :

    « Affaire rapportée par M. Deschamps, inspecteur divisionnaire. Département des Basses-Pyrénées [Pyrénées-Atlantiques]. — Usines, autorisation préfectorale accordée au sieur Jean Prat pour établir un moulin sur une dérivation du ruisseau d'Aulet dans la commune de Mesplède. »

    .
  10. a et b Cadastre napoléonien. Mesplède. Tableau d'assemblage, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, (lire en ligne).
  11. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot et Jean Cavailhes, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergeo: European Journal of Geography,‎ (ISSN 1278-3366, DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  12. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot et Jean Cavailhes, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergeo: European Journal of Geography,‎ , Type 4 : Climat océanique altéré (ISSN 1278-3366, DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  13. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  14. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  15. « Orthodromie entre Mesplède et Orthez », sur fr.distance.to (consulté le ).
  16. « Station Météo-France « Orthez » (commune d'Orthez) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  17. « Station Météo-France « Orthez » (commune d'Orthez) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  18. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  19. « ABC de Mesplède », sur iNaturalist (consulté le )
  20. « OBV :: Formulaire de téléchargement de DEE », sur obv-na.fr (consulté le )
  21. « FAUNA - Requêteur de données », sur observatoire-fauna.fr (consulté le )
  22. a et b « Carte des végétations potentielles du CNRS » Accès libre, sur cdn.obs-mip.fr, (consulté le ).
  23. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Mesplède », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « site Natura 2000 FR7200781 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « site Natura 2000 FR7200766 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  28. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  29. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  30. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  31. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  32. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Mesplède », sur Géorisques (consulté le ).
  33. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  34. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  35. « Sols argileux, sécheresse et construction », sur ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  36. Cenac Moncaut, Dictionnaire gascon-français, Paris, Librairie archéologique de Didron, , 143 p. (lire en ligne), p. 82.
  37. L. Batcave, « Les Vics de Béarn (d'après les Fors). Le Vic de Castétis », Revue historique et archéologique du Béarn et du Pays Basque,‎ , p. 166-170 (p. 167) (lire en ligne Accès libre)
  38. « MESPLEDE » (consulté le ).
  39. H. Lassalle, « La restitution des biens ecclésiastiques en 1620 dans le diocèse de Lescar (suite) : XII - Mise en possession des biens ecclésiastiques du 6 Novembre. 52 - Arance », Revue historique et archéologique du Béarn et du Pays Basque,‎ , p. 225 (lire en ligne Accès libre)
  40. Simin Palay, Dictionnaire du Béarnais et du Gascon modernes, vol. II (F-Z), Pau, Marrimpouey jeune, (lire en ligne Accès libre [PDF]), p. 58
  41. Michel Chauvet, Encyclopédie des plantes alimentaires, Belin, (ISBN 978-2-7011-5971-3)
  42. Pierre Tucoo-Chala, La Vicomté de Béarn et le problème de sa souveraineté, p. 93, 2019 (posthume) [lire en ligne] (consulté le 7 octobre 2023)
  43. H. Courteault, « Louis Batcave (biographie et bibliographie) », Revue historique et archéologique du Béarn et du Pays Basque,‎ , p. 292 (lire en ligne Accès libre)
  44. consulté le 21 septembre 2022 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32859999m/date.item
  45. Félix Pasquier et Henri Courteault, Chroniques romanes des comtes de Foix, composée au XVe siècle par Arnaud Esquerrier et Miégeville, Foix, Toulouse, Paris & Pau, Société Ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, , XXVII + 192 (lire en ligne), p. 69-70
  46. Félix Pasquier et Henri Courteault, Chroniques romanes des comtes de Foix, composée au XVe siècle par Arnaud Esquerrier et Miégeville, Foix, Toulouse, Paris & Pau, Société Ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1895, XXVII + 192 (lire en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1116199/f100.item), p. 69-70
  47. « Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Cours et juridictions, Chambres des comptes de Pau et de Nérac, 1522-1554, 1542 » Accès libre, sur earchives.le64.fr (consulté le ).
  48. « Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Cours et juridictions, Chambres des comptes de Pau et de Nérac, 1522-1554, 1538 » Accès libre, sur earchives.le64.fr (consulté le ).
  49. a et b H. Lassalle, « La restitution des biens ecclésiastiques en 1620 dans le diocèse de Lescar (suite) : XIV - Mise en possession des biens ecclésiastiques du 17 Novembre : nº65 Mesplède », Revue historique et archéologique du Béarn et du Pays Basque,‎ , p. 256 (lire en ligne Accès libre)
  50. H. Lassalle, « Le rétablissement du culte catholique en Béarn », Revue historique et archéologique du Béarn et du Pays Basque,‎ , p. 65 (lire en ligne Accès libre)
  51. Charles-René d'Hozier, VOLUMES RELIES du Cabinet des titres : recherches de noblesse, armoriaux, preuves, histoires généalogiques. Armorial général de France, dressé, en vertu de l'édit de 1696. III Béarn., 1701-1800 (lire en ligne), p. 61
  52. Serge Lerat, « Les pays de l'Adour à la fin du XVIIIe siècle d'après la carte de Cassini », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest. Sud-Ouest Européen, vol. 28, no 4,‎ , p. 373–387 (DOI 10.3406/rgpso.1957.1476, lire en ligne, consulté le )
  53. Commune de Mesplède / Communauté de Communes de Lacq-Orthez, Plan Local d'Urbanisme - pièce 1 : rapport de présentation, Mesplède, Communauté de Commune de Lacq-Orthez, , 217 p. (lire en ligne), p. 37
  54. a et b « Cahier des griefs rédigés par les communautés de Béarn en 1789 et conservés dans les archives des Basses-Pyrénées », Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Pau,‎ , p. 309 (lire en ligne Accès libre)
  55. « Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Cours et juridictions, Parlement de Navarre (Parlement de Pau), Grand-chambre premier bureau, Arrêts, Arrêts sur support, 1777-1782, 10 décembre 1778 - 22 février 1779 » Accès libre, sur earchives.le64.fr (consulté le ).
  56. « Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Administrations provinciales, Intendance de Pau et Bayonne, Communes, De Bazet à Orthez, de Macaye à Miramont : Établissement de la route d'Arthez à Sault-de-Navailles sur le territoire de Mesplède ; -- liquidation des dettes de la commune de Mesplède (p. 236-254) » Accès libre, sur earchives.le64.fr (consulté le ).
  57. « Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Cours et juridictions, Maîtrise des eaux et forêts de Pau, Sentences de la maîtrise, 1778. » Accès libre, sur earchives.le64.fr (consulté le ).
  58. « Les circonscriptions paroissiales du département des Basses-Pyrénées en 1792 (suite) », Revue historique et archéologique du Béarn et du Pays Basque,‎ , p. 105-116 (lire en ligne Accès libre)
  59. Mémorial des Pyrénées, politique, judiciaire, industriel et d'annonces. Jeudi 1er septembre 1836. XXIIe année (nº 105) Quelques observation sur la nouvelle route départementale d'Arzacq à Orthez. (lire en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k52315040/f5.item) p. 5-6.
  60. « L'Impartial des Pyrénées : journal quotidien, républicain, indépendant », sur Gallica, (consulté le ).
  61. « Comice agricole de Lagor-Arthez », L'Écho des Pyrénées,‎ (lire en ligne Accès libre)
  62. a et b Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Germain-d'Auxerre
  63. « Purge d'hipothèque légale », Le Patriote des Pyrénées,‎ (lire en ligne Accès libre)
  64. « Mesplède : le bourg fait peau neuve » Accès libre, sur La République des Pyrénées, (consulté le ).
  65. « Mesplède : le bourg a été inauguré », sur La République des Pyrénées, (consulté le ).
  66. Nina Dworianyn, « Mesplède : Le lin des Pyrénées débutera sa commercialisation à la fin de l’année » Accès payant, sur La République des Pyrénées, (consulté le ).
  67. Outil de recherche BANATIC, consulté le 4 décembre 2020
  68. « Les maires de Mesplède », sur francegenweb.org (consulté le ).
  69. « Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Administrations provinciales, Intendance de Pau et Bayonne, Communes, De Bazet à Orthez, de Macaye à Miramont, Requête présentée par le sieur Larriu Gertou et consorts de Mesplède en Béarn (p. 247) », sur earchives.le64.fr (consulté le ).
  70. « Cadastre napoléonien de la commune de Mesplède (1816), tableau d'assemblage », sur earchives.le64.fr (consulté le ).
  71. « Le Mémorial des Pyrénées : politique, judiciaire, industriel et d'annonces. Supplément au nº 120. Mardi 6 octobre 1835. Tribunal civil séant à Orthez, nº2 Vente sur saisie immobilière. », sur Gallica.bnf.fr (consulté le ).
  72. « Le Mémorial des Pyrénées : politique, judiciaire, industriel et d'annonces. Tribunal civil séant à Orthez. nº2 Vente par expropriation forcée. », sur Gallica.bnf.fr (consulté le ).
  73. « Chronique locale et régionale », Le démocrate libéral, journal républicain de l'arrondissement d'Orthez,‎ (lire en ligne, consulté le )
  74. « Chronique du palais, Cour d'Assises des Basses-Pyrénées, Audience du 1er août 1895 : 2ème affaire : vol qualifié », L'Impartial des Pyrénées,‎ (lire en ligne, consulté le )
  75. « Purge d'hipothèque légale », Le Patriote des Pyrénées,‎ (lire en ligne, consulté le )
  76. « Arthez-de-Béarn : Léon Costedoat, ancien conseiller général est décédé : Ancien maire de Mesplède et ancien conseiller général du canton d’Arthez de Béarn, Léon Costedoat vient de s’éteindre à l’âge de 86 ans », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  77. Bernard Gaye, « Léon Costedoat s’est éteint », Sud Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  78. Claude Thommeret, « Mesplède : Régis Cassaroumé brigue un troisième mandat : L’équipe du maire sortant est partiellement renouvelée en vue d’une nouvelle mandature », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  79. « Élus : Le conseil municipal élu en 2020 », sur mesplede64.fr (consulté le ).
  80. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  81. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  82. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  83. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  84. Site du CEN Aquitaine

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :