Arhuaco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arhuaco
Pays Colombie
Région Sierra Nevada de Santa Marta
Originaire de Cesar et Magdalena
Nombre de locuteurs 8 000[1]
Typologie Langue SOV
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 arh
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
IETF arh
WALS ika
Glottolog arhu1242

L'arhuaco (ou ika) est une langue amérindienne appartenant à la filiation des langues chibchanes. Elle est parlée par les Arhuacos, peuple concentré au nord de la Colombie, dans la Sierra Nevada de Santa Marta, massif montagneux de la cordillère des Andes[1].

Son écriture se décline en alphabet latin[1].

Histoire de la langue[modifier | modifier le code]

Carte de répartition des Arhuacos dans la Sierra Nevada de Santa Marta.
Arhuaco à Nabusimake qui signifie : « l'endroit où le Soleil est apparu. »[2]

L'arhuaco (ou ika) est la langue parlée par l'ethnie des Arhuacos (outre l'Espagnol), un des peuples descendant des Tayronas, important groupe amérindien précolombien dont les survivants de la conquête espagnole s'enfuirent sur les hauteurs de la Sierra Nevada de Santa Marta[3].

L'arhuaco appartient à la filiation des langues chibchanes[1], [4], famille de langues amérindiennes parlées en Amérique centrale et en Amérique du Sud, notamment en Colombie.

En 1916, les missionnaires capucins s'installent au cœur de la Sierra Nevada de Santa Marta et créent un orphelinat où les enfants, enlevés à leurs parents, sont placés et demeurent jusqu'à l'âge de dix-huit ans. Ils ne peuvent donc apprendre la langue arhuaco, l'espagnol étant la seule langue qui leur est enseignée[5].

En 1975, les enseignants arhuacos fixent en dix points leur position sur la culture et la langue autochtones, ainsi que sur le contenu des programmes[6].

En 1980, les Arhuacos expulsent de leur territoire les missionnaires capucins qui font peser de graves menaces sur leur langue et sur leur religion[3].

Documentation[modifier | modifier le code]

L'UNESCO publie en 1955 The International Registor of current team research in the social sciences. Il s'agit d'une étude des dialectes arhuacos de la Sierra Nevada de Santa Marta. Cette étude a pour objet de préparer une grammaire comparée des langues chibchanes parlées dans cette région de la Colombie[7].

Jon Landaburu, linguiste et philosophe, né en 1943 à Paris, décrit, en 1983, le système verbal en arhuaco (ou ika) du groupe chibcha : les temps primitifs, les temps composés, le statut des formes négatives, les modes et les aspects[8].

Locuteurs[modifier | modifier le code]

Selon la publication, en 1985, de Paul Frank[1], [9], 14 800 locuteurs de l'arhuaco sont dénombrés dans la Sierra Nevada de Santa Marta. Beaucoup d'entre eux ont une culture traditionnelle très forte et sont monolingues, ne s'exprimant que dans leur langue maternelle, l'arhuaco. Un petit nombre d'Arhuacos sont alphabétisés en espagnol, principalement les hommes. Les jeunes Arhuacos d'âge scolaire emploient plus l'espagnol que les adultes, spécialement sous la forme écrite[1].

Spécificités[modifier | modifier le code]

Classification du langage[modifier | modifier le code]

La classification de l'arhuaco s'établit dans les branches suivantes : chibchane, chibchane de l'est, colombienne, colombienne du nord, arhuacane, arhuacane du sud, arhuacane de l'est.

Ce langage est aussi appelé : aruaco, bintucua, bintuk, bintukua, ica, ijca, ika, ike[1].

Typologie[modifier | modifier le code]

La structure des phrases est de type SOV : sujet - objet - verbe[1].

Son écriture se décline en alphabet latin.

Écritures[modifier | modifier le code]

Alphabet arhuaco[10]
a b ch d e g i j ɉ k m n o p r s t u ʉ w y z

Phonologie[modifier | modifier le code]

Voyelles[modifier | modifier le code]

Antérieure Centrale Postérieure
Ouverte i ‹ i › ɨ ‹ ʉ › u ‹ u ›
Moyenne e ‹ e › ə ‹ y › o ‹ o ›
Fermée a ‹ a ›

Consonnes[modifier | modifier le code]

Labiale Dentale Palatale Vélaire Glottale
Occlusive (sourde) p t ‹ ch › k ʔ ‹ ꞌ ›
Occlusive (sonore) b d ‹ ɉ › ɡ
Nasale m n~ŋ ‹ n ›
Fricative (sourde) s h ‹ j ›
Fricative (sonore) β ‹ w › z ʒ ‹ zh ›
Vibrante ɾ ‹ r ›

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Arhuaco language » (voir la liste des auteurs).
  1. a b c d e f g et h Ethnologue [arh].
  2. Alfredo Correa L, « Condor », Condor. Revue suisse de culture latino-américaine, nos 1-2,‎ (lire en ligne)
  3. a et b (en) « Arhuaco Indians in Columbia. About Sierra Nevada and the Tairona Civilization », sur dismalworld.com, Dismal World (consulté le 20 juin 2015).
  4. Collectif : Réunion des Musées Nationaux (France), les Esprits, l'or et le chamane : Musée de l'or de Colombie, Réunion des Musées Nationaux, , 293 p. (lire en ligne).
  5. Jean-Baptiste Mouttet et Julie Pacorel, la Grande Revanche : les Amérindiens à la reconquête de leur destin, Éditions Flammarion, , 157 p. (ISBN 2746734664, lire en ligne).
  6. Collectif : Schweizerische Amerikanisten-Gesellschaft (Société suisse des Américanistes), Bulletin, vol. 49-54, Musée d'ethnographie de Genève, (lire en ligne), p. 72.
  7. (en) Collectif : UNESCO, The International Registor of current team research in the social sciences, 1950-1952, UNESCO, , 312 p. (lire en ligne).
  8. Bernard Pottier, Langues indiennes de l'Amérique hispanique, vol. Livret 2, Librairie Droz, (ISBN 2600053107, lire en ligne), p. 201.
  9. (es) Collectif : Editorial Universidad de Costa Rica, revista de filología y lingüística de la Universidad de Costa Rica, vol. 14-15, Editorial Universidad de Costa Rica, (lire en ligne).
  10. Frank 2008.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Paul S. Frank, « Gramática de la lengua arhuaca », Lingüística Chibcha, no 27,‎ , p. 7-99 (ISSN 1409-245X, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]