Chiquitano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chiquitano
bésɨro
Pays Bolivie
Nombre de locuteurs 6 000 à 60 000 selon les évaluations
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Bolivie
Codes de langue
ISO 639-2 sai[1]
ISO 639-3 cax
IETF cax

Le chiquitano (ou chikitano) est une langue macro-jê parlée dans la région de Santa Cruz de la Sierra, au sud-est de la Bolivie, et dans quelques municipalités limitrophes au Brésil.

L'évaluation du nombre de locuteurs varie beaucoup d'une source à l'autre (de 6 000 à 40 000, et même 60 000), selon la zone géographique et les dialectes retenus. Si l'on se base sur l'évaluation la plus large, cette langue se place en quatrième position en Bolivie après le quechua, l'aymara et le chiriguano.

La langue actuelle est le résultat d'un intense brassage linguistique entre diverses tribus indigènes, dans de petites colonies appelées réductions (reducciones) organisées par les Jésuites, sur une période couvrant la fin du XVIIe siècle et une grande partie du XVIIIe siècle, la première mission, San Francisco Javier (aujourd'hui San Javier), ayant été fondée en 1691. Ces réductions sont même pour une grande part restées actives après l'expulsion des Jésuites en 1767, et ce jusqu'aux dévastations provoquées par la révolution, notamment à partir de 1880. On trouvera un exemple de ces réductions dans l'article La Santisima Trinidad de Paraná (en).

Il existe des grammaires, et un alphabet normalisé pour l'écriture de la langue.

On distingue parfois quatre dialectes du chiquitano : le tao, le manasi, le peñoqui et le piñoco.

Répartition géographique approximative de la langue chiquitano en Bolivie

Écriture[modifier | modifier le code]

Alphabet chiquitano[2]
Majuscules A B Ch E I Ɨ J K M N
Minuscules a b ch e i ɨ j k m n
Majuscules Ñ O R S T Ty U X Xh Y
Minuscules ñ o r s t ty u x xh y

Dans l’orthographe chiquitano, les voyelles longues sont notées en doublant la lettre ‹ aa ee ii ɨɨ oo uu ›.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es+cax) Juana Pocoena Tomichá, Anacleto Parapaino Supayabe et Pedro Pablo Soqueré Choré, Piarikoróx nauki uipia bésɨro nauki tosape manityakáx, Cartilla de aprendizaje del bésiro como segunda lengua, Cochabamba, Bolivia, FUNPROEIB Andes, , 92 p. (ISBN 978-99954-874-7-8, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]