Maubourguet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maubourguet
Maubourguet
L'hôtel de ville de Maubourguet.
Blason de Maubourguet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Tarbes
Intercommunalité Communauté de communes Adour Madiran
Maire
Mandat
Jean Nadal
2020-2026
Code postal 65700
Code commune 65304
Démographie
Gentilé Maubourguétois
Population
municipale
2 266 hab. (2019 en diminution de 7,36 % par rapport à 2013)
Densité 103 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 09″ nord, 0° 02′ 11″ est
Altitude 181 m
Min. 164 m
Max. 285 m
Superficie 22,04 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Maubourguet
(ville isolée)
Aire d'attraction Maubourguet
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton du Val d'Adour-Rustan-Madiranais
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Maubourguet
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées
Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Maubourguet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maubourguet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maubourguet
Liens
Site web maubourguet.fr

Maubourguet est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie. En 2019, elle compte 2 266 habitants.

Maubourguet appartient historiquement à la Bigorre et au pays de Rivière-Basse, aux confins du Pardiac, du Béarn et de l'Armagnac. La ville est au croisement de deux grands axes routiers du Sud-Ouest de la France, Auch-Pau et Bordeaux-Tarbes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de Maubourguet dans le département des Hautes-Pyrénées.

La commune de Maubourguet se trouve dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie[I 1].

Elle se situe à 27,7 km par la route[Note 1] au nord-ouest de Tarbes[1], préfecture du département, et à 140 km au sud-ouest de la capitale régionale, Toulouse[2], et à 775 km au sud-ouest de la capitale, Paris[3]. La commune est par ailleurs ville-centre du bassin de vie de Maubourguet[I 1].

Les communes les plus proches[Note 2] sont[4] : Sombrun (2,6 km), Larreule (3,0 km), Estirac (3,2 km), Lafitole (3,8 km), Lahitte-Toupière (4,6 km), Villefranque (4,8 km), Nouilhan (4,9 km), Auriébat (5,1 km) et Sauveterre (5,8 km).

Sur le plan historique et culturel, Maubourguet fait partie de la Bigorre et du pays de Rivière-Basse, qui s’allonge dans la moyenne vallée de l’Adour, à l’endroit où le fleuve marque un coude pour s’orienter vers l’océan Atlantique[5].

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Maubourguet est limitrophe de neuf autres communes dont Vic-en-Bigorre, au sud-est, par un simple quadripoint localisé à la borne des quatre chemins au lieu-dit les Aléas.

  • Hautes-Pyrénées
  • Maubourguet
  • Communes limitrophes

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Maubourguet se situe au sud du Bassin aquitain, vaste région géologique sédimentaire du Sud-Ouest de la France, à proximité de la chaîne des Pyrénées dont les contreforts (le piémont pyrénéen) sont à environ 50 km au sud de la commune, et dans la vallée de l'Adour avant son inflexion vers l'Atlantique.

Le territoire de la commune s'étend sur 22,04 km2, de manière égale de part et d'autre du fleuve. Son altitude varie entre 164 et 285 mètres[7]. Le point culminant se situe à l'ouest, sur les coteaux dominant la plaine de l'Adour. L'altitude minimale est au niveau de l'Adour lorsqu'elle quitte le territoire de la commune au nord.

L'ensemble des terrains affleurants de la commune sont issus de l'ère Cénozoïque. Les sols de la vallée de l’Adour datent de la période du Quaternaire et ceux des coteaux sont de la période du Néogène[8],[9].

Le sol des lits et des rives des rivières qui traversent Maubourguet (Adour et Échez) est constitué d'alluvions actuelles ou subactuelles de l'époque Holocène (Fz : alluvions de l'Adour et de l'Échez constituées de sables et de galets). Alors que celui de la majeure partie du territoire de la commune, situé dans la plaine de l'Adour, date des dernières glaciations de l'époque Pléistocène (Fy : alluvions des vallées de l’Adour et de l'Échez constituées de galets, de graviers et de sables - alluvions du Wùrm). Les sols des versants et du bas des coteaux situés à l'ouest de la commune sont constitués de colluvions et d'alluvions (C : colluvions caillouteuses issues du Pontien et alluvions caillouteuses). Enfin, les parties hautes des coteaux sont elles constituées de sols molassiques datant d'époques allant de l'Éocène au Miocène (p-m : argiles à galets (Pontien), tertiaire non molassique)[10].

Géologie de la commune de Maubourguet selon l'échelle des temps géologiques.
Ères Périodes géologiques Époques géologiques Nature des sols
Cénozoïque Quaternaire Holocène
C : Colluvions, dépôts de pente indifférenciés.
Fz : Alluvions fluviatiles actuelles et subactuelles.
Fy : Alluvions du stade du retrait glaciaire.
Fv : Alluvions anciennes du Günz et du Donau.
Pléistocène
Néogène Pliocène
pm : Nappe alluviale moyenne, graviers et galets à matrice sablo-argileuse jaunâtre.
pi : Nappe alluviale inférieure, graviers et galets à matrice argilo-sableuse rougeâtre.
Miocène
e-mM : Molasses, argiles carbonatées silteuses, gris-bleu à jaunâtres, à passées gréseuses (Eocène - Miocène).
X e-mM1 : Niveau de calcaire à tendance lacustre dans la molasse (Eocène - Miocène).
Paléogène Oligocène
Éocène
Paléocène non présent.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte des réseaux hydrographique et routier de Maubourguet.

Le territoire de la commune se situe dans la vallée de l'Adour, fleuve qui traverse le territoire du sud vers le nord. Le système hydrographique de la commune se compose de six cours d'eau référencés :

  • le fleuve l'Adour, long de 308,28 km[11], prend sa source dans le massif pyrénéen du pic du Midi de Bigorre, dans la commune de Aspin-Aure, et se jette dans l'océan Atlantique à Tarnos pour la rive droite et Anglet pour la rive gauche ;
    • la rivière l'Échez, longue de 64,2 km[12], affluent en rive gauche de l'Adour, prend sa source dans la commune de Germs-sur-l'Oussouet et a sa confluence avec l'Adour à Maubourguet;
    • la rivière l'Estéous, longue de 45,49 km[13], affluent en rive droite de l'Adour, prend sa source dans la commune de Souyeaux et se jette dans l'Adour au niveau de la commune de Labatut-Rivière ;
    • le ruisseau l'Ayza, long de 27,51 km[14], affluent en rive droite du Louet (affluent de l'Adour), prend sa source dans la commune de Montaner et se jette dans le Louet au niveau de la commune de Hères ;
      • le ruisseau de la Sède, long de 2,8 km[15], affluent en rive droite du Pradet (sous-affluent de l'Ayza), prend sa source dans la commune de Lahitte-toupière se jette dans le Pradet à Sombrun ;
      • le ruisseau de Lagelette, long de 2,57 km[16], affluent en rive gauche de l'Ayza, prend sa source dans la commune de Larreule et se jette dans l'Ayza à Sombrun.

Plusieurs canaux de dérivation de ces cours d'eau traversent la commune.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Climat[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous indique les valeurs normales de l'ensoleillement, des températures et des précipitations, observées par Météo-France à Ossun, où se trouve la station météorologique de référence pour le département.

Données climatiques à Maubourguet.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,6 1,3 2,7 5,2 8,3 11,6 14,1 13,9 11,7 8 3,6 1,3 6,9
Température moyenne (°C) 5,3 6,1 7,8 10 13,3 16,7 19,3 19 17,2 13,3 8,5 5,8 11,9
Température maximale moyenne (°C) 9,9 11 12,9 14,8 18,3 21,7 24,5 24 22,6 18,6 13,4 10,4 16,8
Ensoleillement (h) 108,8 118,8 155,6 157,2 181,3 191,5 215,5 196,4 194,5 164,4 124,4 104,4 1 912,8
Précipitations (mm) 112,8 97,5 100,2 105,7 113,6 80,7 57,3 70,3 71 85,2 93 112,1 1 099,4
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale d'Ossun de 1961-1990[17].
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
9,9
0,6
112,8
 
 
 
11
1,3
97,5
 
 
 
12,9
2,7
100,2
 
 
 
14,8
5,2
105,7
 
 
 
18,3
8,3
113,6
 
 
 
21,7
11,6
80,7
 
 
 
24,5
14,1
57,3
 
 
 
24
13,9
70,3
 
 
 
22,6
11,7
71
 
 
 
18,6
8
85,2
 
 
 
13,4
3,6
93
 
 
 
10,4
1,3
112,1
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[18],[19]. Un espace protégé est présent sur la commune : les « étangs de Lasbouaus », objet d'un arrêté de protection de biotope, d'une superficie de 7,1 ha[20].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 3]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : la « vallée de l'Adour »[22], d'une superficie de 2 694 ha, un espace où les habitats terrestres et aquatiques abritent une flore et une faune remarquable et diversifiée, avec la présence de la Loutre et de la Cistude d'Europe[23].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Trois ZNIEFF de type 1[Note 4] sont recensées sur la commune[24] :

  • l'« ancienne gravière de Maubourguet » (11 ha), à cheval sur les communes de Maubourguet et d'Estirac[25] ;
  • « l'Adour, de Bagnères à Barcelonne-du-Gers » (2 786 ha), répartie sur 59 communes dont 18 dans le Gers, une dans les Landes et 40 dans les Hautes-Pyrénées[26] ;
  • le « réseau hydrographique de l'Échez » (392 ha), couvrant 26 communes dont trois dans les Pyrénées-Atlantiques et 23 dans les Hautes-Pyrénées[27] ;

et une ZNIEFF de type 2[Note 5],[24] : l'« Adour et milieux annexes » (3 634 ha), couvrant 60 communes dont 18 dans le Gers, une dans les Landes et 41 dans les Hautes-Pyrénées[28].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Maubourguet est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[29],[I 2],[30].

Vue aérienne de Maubourguet en 2009.

Elle appartient à l'unité urbaine de Maubourguet, une unité urbaine monocommunale[I 3] de 2 322 habitants en 2018, constituant une ville isolée[I 4],[I 5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Maubourguet, dont elle est la commune-centre[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 13 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[I 6],[I 7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (76,53 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (80,96 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (64,84 %), zones agricoles hétérogènes (11,69 %), zones urbanisées (9,43 %), forêts (9,40 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,64 %)[31].

Occupation des sols en 1990 et 2018[31].
Type d’occupation 1990 2018 Bilan
Territoires artificialisés
(zones urbanisées, zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication, mines, décharges et chantiers, espaces verts artificialisés ou non agricoles)
183,96 ha 8,24 % 314,28 ha 14,07 % 130,32 ha en augmentation
Territoires agricoles
(terres arables, cultures permanentes, prairies, zones agricoles hétérogènes)
1 808,18 ha 80,96 % 1 709,22 ha 76,53 % −98,96 ha en diminution
Forêts et milieux semi-naturels
(forêts, milieux à végétation arbustive et/ou herbacée, espaces ouverts sans ou avec peu de végétation)
241,18 ha 10,80 % 209,83 ha 9,40 % −31,35 ha en diminution

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

Maisons de la rue de l'hôtel de ville.

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 1 397, alors qu'il était de 1 317 en 2008[i 1].

Parmi ces logements, 81,2 % étaient des résidences principales, 5,0 % des résidences secondaires et 13,8 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 78,9 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 21,1 % des appartements[i 2]. La proportion des résidences principales propriétés de leurs occupants était de 64,0 %, celles des locataires était de 32,9 %, dont 3,2 % de logements HLM loués vides et 3,1 % logés gratuitement[i 3]. > Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Maubourguet[in 1] en 2018 en comparaison avec celle des Hautes-Pyrénées[in 2] et de la France[in 3] entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (5 %) inférieure à celle du département (23,3 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 64 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (63,6 % en 2013), contre 64,9 % pour les Hautes-Pyrénées et 57,5 pour la France entière.

Le logement à Maubourguet en 2018.
Typologie Maubourguet[in 1] Hautes-Pyrénées[in 2] France entière[in 3]
Résidences principales 81,2 % 67,2 % 82,1 %
propriétaire
locataire
(dont logement HLM loué vide)
logé gratuitement
64,0 %
32,9 %
(3,2 %)
3,1 %
64,9 %
32,6 %
(10,1 %)
2,5 %
57,5 %
40,2 %
(14,7 %)
2,2 %
Résidences secondaires et logements occasionnels 5,0 % 23,3 % 9,7 %
Logements vacants 13,8 % 9,5 % 8,2 %

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Carte du cadastre de la commune de Maubourguet.

On distingue quatre grands quartiers qui ont participé à une extension de l’habitat, plus accentuée au XXe siècle :

  • le centre-ville s’est étendu au-delà des fossés du bourg médiéval ;
  • le quartier du Faubourg, également présent au Moyen Âge et situé sur la rive droite de l'Adour, s’est développé vers l’est ;
  • le quartier de l'Échez a progressé vers l’ouest en bordure de la route de Pau et vers le nord, sur la route de Bordeaux ;
  • le quartier du Marcadieu s’est étendu vers le sud, le long de la route de Tarbes, qui dessert ensuite la Zone Industrielle Marmajou développée dans les années 1990.

Le lotissement du Pic du Midi, adossé à la colline dite de la Côte de Lahitte-Toupière, constitue un hameau distinct du bourg.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est accessible par les autoroutes A64 (sortie no 12, Tarbes-ouest, à 37 km au sud-ouest de Maubourguet) et A65 (sortie no 8, Garlin, à 40 km au nord-ouest de Maubourguet).

Maubourguet est située à 27 kilomètres au nord de Tarbes sur la route départementale D935 (ancienne route nationale 135 qui, avant 1973, reliait Barcelonne-du-Gers à Sainte-Marie-de-Campan). La D 935 traverse le territoire de la commune du sud au nord. Une déviation de la D 935, qui contourne Maubourguet par l'ouest, a été mise en service par le conseil général des Hautes-Pyrénées le afin d'éviter l'agglomération[D 1]. Après la mise en service de la déviation de la D 935, la portion de route qui traversait la ville a été renommée en D 835.

Outre la D 935, qui relie Maubourguet à Nouilhan au sud et Castelnau-Rivière-Basse au nord, d'autres routes départementales relient la ville aux communes voisines : Larreule au sud-est, par la D 7 et par la D 907 ; Estirac au nord et Lafitole au sud-est, par la D 8 ; Sombrun au nord-ouest et Sauveterre à l'est, par la D 50 ; et Lahitte-Toupière au sud-ouest et Auriebat au nord-est, par la D 943.

L'aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées, situé à 32 km au sud de Maubourguet, est accessible par la D 935 ; celui de Pau-Pyrénées, situé à 55 km au sud-ouest, l'est par la D 943.

Transport en commun[modifier | modifier le code]

La ligne ferroviaire de Morcenx à Bagnères-de-Bigorre traverse le territoire de la commune. Jusqu'en 1970, Maubourguet disposait d'une gare, depuis, la ligne a été fermée au service voyageurs entre Mont-de-Marsan et Tarbes. La ligne n'est maintenue en service que pour assurer un trafic de marchandises ponctuel[32]. Actuellement, la gare la plus proche est celle de Tarbes.

La ligne 961 du réseau des lignes intermodales d'Occitanie dessert la commune de Maubourguet. Cette ligne relie la gare de Tarbes à la gare de Mont-de-Marsan[33].

Toponymie[modifier | modifier le code]

65 HP 00 8310.jpg
Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Maubourguet

Le plus ancien toponyme connu à l'emplacement du site actuel de la ville est Saint-Martin de Celle, appellation liée à l’érection d’une basilique paléochrétienne sur des ruines romaines. À partir du XIIe siècle, la ville prend le nom de Maubourguet emprunté à un village voisin dont elle a absorbé la population et qui lui-même devient dès lors le Bourg-Vieux[34].

Le nom de la localité est attesté sous les formes A Malborguet vers 1200-1230 (cartulaires Bigorre), prioris Maliburgeti en 1248 (Du Bourg), Malborguet en 1256 (trésor des chartes), Malum Borguetum en 1265 (procès Bigorre), supra Malumburguetum en 1285 (montre Bigorre), Burgum de Maloburgeto en 1300 (enquête Bigorre), De Maloburgueto en 1342 (Pouillé Tarbes) et en 1379 (procuration Tarbes), Mau Borguet, Mau Vorguet en 1429 (censier Bigorre)[35], Malburget en 1496 - 1499[36] et Maubourguet au XVe siècle[37],[38], Maubourguet fin XVIIIe siècle (carte de Cassini).

Le regroupement des populations et le transfert du nom Maubourguet vers le site de Saint-Martin de Celle résulte d’un accord passé en 1161 entre le comte de Bigorre, les prieurs du monastère de Celle et l’abbé d’Alet[39].

En ce qui concerne la signification du toponyme Maubourguet[Note 8], Albert Dauzat et Charles Rostaing remontent tous deux à l'étymologie ultime des éléments qui composent ce nom de lieu en la formulant de la sorte : du latin malum « mauvais » et *burg-ittum diminutif de bourg[40]. Il s'agit d'un raccourci pour « diminutif de burgus qui a donné la forme française bourg ». Ils pensent donc à un « mauvais petit bourg » ou « mauvaise petite fortification »[41].

Pour Ernest Nègre, comme il s'agit d'une formation toponymique médiévale, il convient de lui restituer sa forme originelle, sans pour autant remonter à l'origine latine des termes qui la composent. Selon lui, Maubourguet est un composé du gascon mau « mauvais, qui sait se défendre » et de bourguet « quartier fortifié dans les villes autrefois »[42] (gascon mau et borguet), d'où le sens global de « bourg fortifié qui sait se défendre ».

Ce nom était destiné, selon une anecdote locale, à dissuader les étrangers de tout comportement hostile et de toute intention belliqueuse à l'encontre de ses habitants.

Son nom en gascon et en catalan est Mauborguet[43].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Objets préhistoriques exposés au musée de Maubourguet.

De nombreux vestiges d’origine anthropique, exposés dans le musée de la ville, sont autant de traces de présence humaine. Ils témoignent de l’occupation du territoire au cours des différentes périodes de la Préhistoire et de la Protohistoire. De récentes recherches et découvertes aux alentours de Maubourguet témoignent du passage et l'occupation de l'Homme de Néandertal dès les périodes acheuléenne et moustérienne.

Antiquité[modifier | modifier le code]

La mosaïque au dieu Océan dans le musée de Maubourguet.

Au début de notre ère, Maubourguet est probablement un vicus gallo-romain[M 1], chef-lieu d'un pagus, au cœur du territoire du peuple des Bigerriones, peuple qui a donné son nom à la province de la Bigorre[44].

Les vestiges d'un monument antique du Haut et Bas-Empire romain, d'une basilique paléochrétienne, ainsi que la découverte de la mosaïque au dieu Océan du domaine de Saint-Girons, datant de la fin du IVe siècle ou début du Ve siècle, attestent d'un développement de la petite agglomération au cours de l'Antiquité tardive.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Localisation de la vicomté de Rivière-Basse dans la Gascogne.

Vers l'an mille, quatre villages se distinguent sur le l'actuel territoire de Maubourguet : Saint-Martin-de-Celle, qui est le premier nom connu de la ville, Maubourguet-Bourg-Vieux (village fortifié), Cucuron (motte castrale) et Saint-Girons (villa aquitano-romaine)[M 1].

Durant le Moyen Âge, Maubourguet est une étape sur un des quatre chemins de Compostelle en France, la via Tolosane. C'est au cours du XIe siècle que des moines venant de l'abbaye d'Alet batissent le monastère bénédictin de Saint-Martin-de-Celle, l'actuelle église de l'Assomption de Maubourguet[45] sur les ruines d'églises antérieures.

C'est en 1161, que Pierre de Marsan, comte de Bigorre, transfère la population et le nom de Maubourguet-Bourg-Vieux sur le site de Saint-Martin-de-Celle. Le nom originel de la ville disparait, elle porte désormais le nom de Maubourguet[M 1]. Vers 1171, le comte Centule III lui accorde une charte de franchises et coutumes[46].

En 1256, la Rivière-Basse dont Maubourguet est démembrée du comté de Bigorre au profil du vicomte de Béarn Gaston VII. Sa fille Guillemette, dame de Rivière, place ses possessions sous la suzeraineté du roi d’Angleterre Édouard 1er, en 1290[47]. À son décès en 1306, la Rivière-Basse passe à son neveu Bernard VI, comte d’Armagnac[48]. Ce dernier confirme les privilèges et coutumes aux habitants de la ville de Maubourguet en 1309[49]. Maubourguet et la Rivière-Basse font partie des domaines de la Maison d'Armagnac jusqu’à sa chute à la fin du XVe siècle et resteront ensuite rattachés à l’administration royale de l’Armagnac jusqu’à la Révolution.

Au cours de la guerre de Cent Ans, Maubourguet est fortifiée avec un rempart d’un kilomètre et une triple enceinte de fossés[50].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Jeanne d'Albret, mère Henri IV.
Maubourguet vers 1760, plan dessiné par l'intendant Étigny.

Jean V, comte d’Armagnac, conspire régulièrement contre le roi de France, son suzerain. Alors que ses domaines sont confisqués par Louis XI depuis 1469, il profite de l'appui de Charles de France, le propre frère du roi, pour reprendre Lectoure, sa capitale, en 1472. Louis XI envoie plusieurs armées qui progressent rapidement au sud de la Garonne ; Pierre de Beaujeu obtient la reddition de Jean V et de la place-forte de Lectoure. L’accord du exige que Jean V se rende auprès du roi pour répondre de l’accusation d’anglicherie et lui accorde le droit de résider dans une demi-douzaine de localités du Pays d’Armagnac dont Maubourguet. Le comte déchu séjourne en premier lieu dans cette ville qu’il quitte pour Barran dès le mois d’août[51].

En 1484, Jean de Foix, vicomte de Narbonne, conteste à sa nièce Catherine de Navarre l’héritage de la maison de Foix qui inclut aussi le Béarn, la Bigorre, mais aussi la Navarre. Il installe une garnison à Maubourguet, en Rivière-Basse, position avancée en terre d'Armagnac face au Béarn. Alain d’Albret assiège la ville en juin. Les conditions de capitulation du vicomte de Narbonne sont arrêtées par le conseil de régence du roi Charles VIII, le . L'épouse du vicomte de Narbonne, Marie d’Orléans, sœur du futur roi Louis XII, fait partie des assiégés[52].

En 1569, le comte Gabriel Ier de Montgommery, capitaine protestant au service de Jeanne d'Albret, fille d'Henri II de Navarre et mère du roi Henri IV, ravage la ville et son église[53].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le 19 mars 1814, le maréchal Soult conduit la retraite d’Espagne de l’armée des Pyrénées face à l’armée coalisée anglo-hispano-portugaise commandée par le maréchal duc de Wellington. Soult recule lentement vers Toulouse, en longeant les Pyrénées et harcèle l'adversaire par des combats brefs mais violents. Deux embuscades se déroulent à Maubourguet dans la journée du , l’une au pont de l'Echez et l’autre dans le bois du Marmajou[54]. Les deux armées se font face à Maubourguet, mais la bataille a lieu finalement à Toulouse le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Localisation de la commune de Maubourguet dans la communauté de communes Adour Madiran.

La commune de Maubourguet est membre de la communauté de communes Adour Madiran[I 8], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le qui regroupe soixante-douze communes et dont le siège est à Vic-en-Bigorre. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[55].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Tarbes, à la circonscription administrative de l'État des Hautes-Pyrénées et à la région Occitanie[I 8].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton du Val d'Adour-Rustan-Madiranais pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 8], et de la deuxième circonscription des Hautes-Pyrénées pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[56].

Politique locale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Maubourguet, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[57], pour un mandat de six ans renouvelable[58]. Compte tenu de la population communale, comprise entre 1 500 et 2 499, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 19[59]. L'exécutif communal est constitué par le maire, élu par le conseil municipal, parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil.

Les dix-neuf conseillers municipaux sont élus au premier tour avec un taux de participation de 55,50, se répartissant en quinze issus de la liste conduite par Jean Nadal, et quatre issus de celle de Mireille Baradat[60]. Les sept sièges attribués à la commune au sein de la communauté de communes Adour Madiran se répartissent en : liste de Jean Nadal (6) et liste de Mireille Baradat (1)[60].

Conseil municipal de Maubourguet (mandat 2020-2026)[60]
Tête de liste
Nom de la liste
Parti Premier tour Sièges
Voix % CM CC
Jean Nadal
Maubourguet Progrès
PS 485 56,26 15 6
Mireille Baradat
Agir avec vous pour Maubourguet
SE 377 43,73 4 1

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[61].
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 novembre 1947 Roger Labusquière SFIO Restaurateur
novembre 1947 mai 1953 Georges Saint-Lanne Gramont   Capitaine de marine retraité
mai 1953 mars 1959 Maurice Ducru Rad.
puis MRG
Vétérinaire et propriétaire-exploitant
Conseiller général du canton de Maubourguet (1945 → 1973)
mars 1959 juillet 1968 Jean Delaporte   Médecin
juillet 1968 mars 1977 Georges Dargelos   Huissier de justice
mars 1977 mars 1983 Jean Ducru MRG Vétérinaire
Conseiller général du canton de Maubourguet (1973 → 1992)
mars 1983 mars 1989 Robert Baradat   Agent d'assurance
mars 1989 octobre 1998 Jean Glavany PS Préfet
Député de la 3e circonscription des Hautes-Pyrénées (1993 → 1998)
Conseiller général du canton de Maubourguet (1992 → 2002)
octobre 1998 mars 2014 Jean Guilhas PS Techno-commercial et agriculteur
Conseiller général du canton de Maubourguet (2002 → 2015)
30 mars 2014[D 2] En cours
(au 1er juin 2020[62])
Jean Nadal PS[63] Enseignant retraité
3e vice-président de la CC Adour Madiran (2017 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des derniers scrutins électoraux dans la commune
1er score 2e score Participation
Élections municipales de 2020 56,26 % pour la liste « Maubourguet Progrès » conduite par Jean Nadal (DVG) 43,73 % pour la liste « Agir avec vous pour Maubourguet » conduite par Mireille Baradat (DVD) 55,50 %[60]
Élections départementales de 2021 65,15 % pour Fréderic Ré et Véronique Thirault (DVG) 18,04 % pour Marie-Christine Sorin et Bruno Vinceneau (RN) 34,12 %[64]
Élections régionales de 2021 63,45 % pour Carole Delga (UG-ECO) 18,36 % pour Jean-Paul Garraud (RN) 32,74 %[65]
Élections européennes de 2019 28,16 % pour Jordan Bardella (RN) 20,92 % pour Nathalie Loiseau (REM-MDM-AGR-MR-AC) 45,84 %[66]
Élections législatives de 2017 50,00 % pour Jeanine Dubié (PRG) 50,00 % pour Marie-Agnès Staricky (REM) 42,46 %[67]
Élection présidentielle de 2017 62,52 % pour Emmanuel Macron (LREM) 37,48 % pour Marine Le Pen (RN) 77,56 %[68]

Comptes de la commune[modifier | modifier le code]

En 2019, la commune disposait d'un budget de 3 341 000  dont 2 869 000  de fonctionnement et 472 000  d'investissement. Le montant des impôts locaux était de 1 148 000  avec des taux d’imposition fixés à 11,05 % pour la taxe d'habitation et 13,86 % et 54,01 % pour la taxe foncière sur le bâti et le non-bâti[69].

L’Insee attribue à la commune le code 65 3 14 304[I 9]. La commune de Maubourguet est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 216503045. Son activité est enregistrée sous le code APE8411Z[70].

Services publics[modifier | modifier le code]

La commune dispose d’un bureau de poste[71].

La sécurité de la commune est assurée par la brigade territoriale de proximité de gendarmerie de Maubourguet[72]. La commune dispose d'un centre d'incendie et de secours (CIS) rattaché au service départemental d'incendie et de secours (SDIS) des Hautes-Pyrénées[73].

Maubourguet relève du conseil de prud'hommes de Tarbes, de la cour administrative d'appel de Bordeaux, de la cour d'appel de Pau, de la cour d'assises des Hautes-Pyrénées à Tarbes, du tribunal administratif de Pau, du tribunal d'instance de Tarbes, du tribunal de grande instance de Tarbes, du tribunal de commerce de Tarbes et du tribunal pour enfants de Tarbes[74].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Maubourguétois[75].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[76]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[77].

En 2019, la commune comptait 2 266 habitants[Note 9], en diminution de 7,36 % par rapport à 2013 (Hautes-Pyrénées : +0,31 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3001 3801 6771 5071 7252 1962 2022 3102 563
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 7042 7472 7432 6002 6112 5212 5062 4292 278
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 2242 1721 9622 0751 9632 0532 2342 1392 350
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014
2 4792 5832 5732 4722 4122 4782 5142 4492 450
2019 - - - - - - - -
2 266--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[78] puis Insee à partir de 2006[79].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 26,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (29,0 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 41,0 % la même année, alors qu'il est de 34,2 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 071 hommes pour 1 251 femmes, soit un taux de 53,88 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,91 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[80]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,6 
90 ou +
4,5 
15,3 
75-89 ans
15,5 
20,5 
60-74 ans
24,1 
20,7 
45-59 ans
19,4 
13,5 
30-44 ans
12,3 
13,6 
15-29 ans
12,2 
14,8 
0-14 ans
12,0 
Pyramide des âges du département des Hautes-Pyrénées en 2018 en pourcentage[81]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,9 
9,5 
75-89 ans
13,1 
20,5 
60-74 ans
21 
21,3 
45-59 ans
20,9 
16,1 
30-44 ans
15,4 
16,1 
15-29 ans
13,1 
15,5 
0-14 ans
13,6 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le groupe scolaire Fernand-Camescasse.

Maubourguet est située dans l'académie de Toulouse. La ville possède deux écoles primaires : le groupe scolaire Fernand-Camescasse, compremant une école maternelle et une école élémentaire, et l'école Jeanne-d'Arc, ne comprenant qu'une école élémentaire[82].

Le département gère le collège Jean-Jaurès situé à Maubourguet[82].

Les lycées de proximité sont : le lycée général Pierre-Mendès-France, le lycée d'enseignement général et technologique agricole Jean-Monnet et le lycée professionnel Pierre-Mendès-France de Vic-en-Bigorre[83].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Chaque année, à la fin du mois d'août, la fête locale se déroule sur trois jours, couplée aux Rencontres de Maubourguet, une manifestation culturelle, sportive et festive. Au cours de ces journées, les artistes et les sportifs viennent à la rencontre du public pour présenter leurs arts respectifs : dédicaces de livres, expositions de peintures, ateliers artistiques, compétitions sportives, ateliers sportifs, etc. Ces journées sont aussi animées par une fête foraine et se ponctuent par des courses landaises, une corrida et un feu d’artifice[84],[85].

Le marché de Maubourguet a lieu tous les mardis matins sur la place de la Libération et sous la halle de la ville[M 2].

Santé[modifier | modifier le code]

Maubourguet dispose d'un Ehpad de 82 chambres[86]. En dehors de cette structure, aucun établissement de santé n’est implanté dans la commune. L'hôpital le plus proche est celui de Vic-en-Bigorre faisant partie du groupe hospitalier de Tarbes - Lourdes - Vic en Bigorre[87].

Cinq médecins[88], deux chirurgien-dentistes[89], deux pharmacies[90] et un laboratoire d'analyses sont installés dans la commune[M 3].

Sports[modifier | modifier le code]

Plusieurs activités sportives sont regroupées dans l’association Stade omnisports Maubourguetois (SOM). La section rugby a remporté successivement les boucliers de champions Armagnac Bigorre Promotion 2008 et Honneur 2009. Le SOM est également connu pour ses performances en budokan et tennis.

Maubourguet possède plusieurs structures sportives[M 4] :

Médias[modifier | modifier le code]

Les quotidiens régionaux La Dépêche du Midi, dans son édition locale Hautes-Pyrénées, et La Nouvelle République des Pyrénées, ainsi que les hebdomadaires régionaux : La Semaine des Pyrénées et Le Petit Journal, l'Hebdo des Hautes-Pyrénées, relatent les informations locales.

La commune se situe dans le bassin d’émission de la chaîne de télévision régionale France 3 Midi-Pyrénées diffusée par l'émetteur du pic du Midi de Bigorre.

L’information institutionnelle est assurée par plusieurs publications périodiques : Vivre à Maubourguet, le bulletin municipal d’information diffusé par la commune de Maubourguet[M 5] ; Pays Info, le bulletin d’informations de la communauté de communes du Val d'Adour[91] ; Hautes-Pyrénées 65, le journal du conseil général des Hautes-Pyrénées[92] et Midi-Pyrénées Info, le journal du conseil régional de Midi-Pyrénées[93].

Cultes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Maubourguet fait partie de la paroisse catholique « Assomption de Notre Dame » dans le secteur paroissial de Tarbes du diocèse de Tarbes et Lourdes[94]. Le lieu de culte est l'église Notre-Dame-de-l'Assomption[95].

Économie[modifier | modifier le code]

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre de ménages fiscaux était de 1 036 et le revenu disponible médian par ménage était de 18 900  dans la commune[i 4] contre une moyenne de 23 160  au niveau départemental[in 4].

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 1 245 personnes, parmi lesquelles on comptait 72,6 % d'actifs dont 61,5 % ayant un emploi et 11,1 % de chômeurs[i 5].

Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2008 et en 2018.
  2008 2018
Nb. % Nb. %
Population active 1015 72,5 % 904 72,6 %
    Actifs ayant un emploi 871 62,2 % 766 61,5 %
    Chômeurs 144 10,3 % 138 11,1 %
Population inactive 385 27,5 % 341 27,4 %
    Élèves, étudiants 105 7,5 % 101 8,1 %
    Retraités ou préretraités 168 12,0 % 116 9,3 %
    Autres inactifs 112 8,0 % 126 10,1 %
Total 1400 100% 1245 100%

On comptait 1 577 emplois dans la zone d'emploi en 2018, contre 1 722 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 778, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 10] est de 202,9 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre plus de deux emplois pour un habitant actif[i 6]. Ainsi, 53,3 % des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi et résidant à Maubourguet travaillent dans une commune extérieure[i 7].

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , Maubourguet comptait 239 établissements : 30 dans l'industrie manufacturière, les industries extractives et autres ; 28 dans la construction ; 70 dans le commerce de gros et de détail, les transports, l'hébergement et la restauration ; 9 dans les activités financières et d'assurance ; 9 dans les activités immobilières 26 dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques et activités de services administratifs et de soutien ; 46 dans l'dministration publique, enseignement, santé humaine et action sociale ; 21 dans autres activités de services[i 8].

En 2020, 15 entreprises ont été créées à Maubourguet[i 9].

La ville dispose de nombreux commerces alimentaires et autres, des supérettes, des magasins d'habillement, des restaurants, des banques, des agences d'assurances, des agences immobilières, des salons de coiffure, des pharmacies, une librairie, une maison de la presse, un opticien et de nombreux artisans[M 6].

La plus importante entreprise de la commune est l'usine agroalimentaire Euralis Gastronomie, filiale du groupe Euralis[D 3],[D 4]. Cet établissement, spécialisé dans la production de foie gras, est installé dans la zone industrielle du Marmajou.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Silos au sud de Maubourguet.

La commune est située dans la petite région agricole dénommée le « Haute Vallée de l'Adour »[96]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 11] de l'agriculture sur la commune est la culture de céréales et d'oléoprotéagineux (COP)[97].

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Maubourguet, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Maubourguet entre 1988 et 2010[97],[98],[Note 12]
1988 2000 2010
Dimension économique
Nombre d’exploitations (u) 37 26 19
Travail (UTA) 34 15 18
Surface agricole utilisée (ha) 915 586 542
Cultures
Superficies en terres labourables (ha) 842 560 516
Superficie en cultures permanentes (ha) 2 s 0
Superficie toujours en herbe (ha) 69 24 25
Céréales (ha) 713 412 345
dont blé tendre (ha) 47 39
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 626 408 304
Tournesol (ha) 0 s
Colza et navette (ha) s 38
Élevage[97]
Cheptel (UGBTA[Note 13]) 251 68 71

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Maubourguet dispose d'un office de tourisme[99], d'une médiathèque[M 7], d'un théâtre : le Théâtre Les 7 Chandelles[M 8], d'une salle polyvalente, d'une salle de danse et d'une salle de musique.

L'ancienne fonderie Fabre de Maubourguet, qui avait fermé en 2008, a été rachetée en 2013 par l'artiste russe Andreï Molodkine qui a transformé le site en un centre d'art contemporain, nommé The Foundry, et en galerie d'exposition de ses œuvres et lieu de résidence d'artistes[100],[101].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Le musée archéologique de Maubourguet[102],[103],[M 9], inauguré le [D 5], présente une importante collection archéologique rassemblée par Sylvain Doussau, dont la mosaïque au dieu Océan du domaine de Saint-Girons inscrite au titre des monuments historiques de France depuis 1980.

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

L'église de l'Assomption.

La commune compte trois monuments et six objets répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[104],[105] :

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On peut également citer :

  • le moulin Darré sur le canal de l'Échez, datant du Moyen Âge et agrandi au cours des XVIIIe et XIXe siècles[109] ;
  • la maison des associations, rue Michelet, construite au XVIIIe siècle[109] ;
  • l'hôtel de ville, inspiré du style de l’architecture antique, édifiée en 1846 par l'architecte tarbais Jean-Jacques Latour[109] ;
  • la chapelle de la maison de retraite de Maubourguet, rue du Régiment-de-Bigorre ;
  • l'ancien abattoir, datant XIXe siècle, rénové en 2012 et transformé en halle[D 6] ;
  • la halle du marché, structure métallique dite en parapluie, de style Baltard et formée de trois nefs accolées, elle est édifiée en 1909 par l'architecte tarbais Gustave Labat[M 2],[110],[109].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Tauromachie[modifier | modifier le code]

Maubourguet possède des arènes bâties dites du Bouscarret. La tradition taurine date du XIXe siècle. Des courses landaises mais aussi des becerradas ou des novilladas non piquées y ont été organisées ces dernières années durant les Rencontres de Maubourguet, une des manifestations festives de la ville qui se déroule autour du 20 août.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Maubourguet

Les armes de Maubourguet se blasonnent :

Écartelé : au premier et au quatrième d'azur aux trois fleurs de lys d'or, au deuxième et au troisième d'or aux trois renards d'azur passant l'un sur l'autre[Note 14].


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sylvain Doussau, Histoire de la mairie de Maubourguet : 1846-2007 : un édifice public monumental et des hommes, Mairie de Maubourguet et Éditions Terroirs 2000,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[21].
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Le toponyme Maubourguet était originellement celui appliqué au village maintenant dénommé Bourg-Vieux.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  10. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.
  11. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  12. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  13. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  14. Blason sculpté sur le fronton de la mairie. Vérifié auprès de la commune.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  • Dossier relatif à la commune, publié le , [lire en ligne (page consultée le 27 novembre 2021)]
  1. LOG T1 - Évolution du nombre de logements par catégorie en historique depuis 1968.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  8. DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  9. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2020.
  • Autres dossiers

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Maubourguet : Une très longue histoire » (consulté le ).
  2. a et b « Marché Hebdomadaire » (consulté le ).
  3. « Liste des praticiens de santé » (consulté le ).
  4. « Installations sportives » (consulté le ).
  5. « Les Bulletins municipaux » (consulté le ).
  6. « Commerces et Artisans » (consulté le ).
  7. « La médiathèque » (consulté le ).
  8. « Théâtre les 7 chandelles » (consulté le ).
  9. « Le musée Archéologique » (consulté le ).

Site du quotidien La Dépêche du Midi[modifier | modifier le code]

  1. Hélène Dubarry, « Maubourguet. La déviation a été inaugurée », (consulté le ).
  2. Janine Noguez, « Maubourguet. Le nouveau conseil municipal en place », (consulté le ).
  3. « Euralis Gastronomie recrute 700 personnes », (consulté le ).
  4. « Maubourguet. Euralis recrute 500 saisonniers », (consulté le ).
  5. « Maubourguet. Le dieu Océan a son musée », (consulté le ).
  6. « Maubourguet. La halle rappelle son histoire », (consulté le ).

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Stephan Georg, « Distance entre Maubourguet et Tarbes », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Maubourguet et Toulouse », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Maubourguet et Paris », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Maubourguet », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. Frédéric Zégierman 1999, p. 362-363.
  6. Carte IGN sous Géoportail
  7. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  8. « Carte géologique du BRGM », sur le site internet du BRGM (consulté le ).
  9. [PDF]« Notice explicative de la carte géologique de la région de Vic-en-Bigorre(carte 1006N) », sur le site internet du BRGM (consulté le ).
  10. « Carte géologique de Maubourguet » sur Géoportail (consulté le 8 décembre 2014)..
  11. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Adour (Q---0000) ».
  12. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Échez (Q02-0400) ».
  13. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Estéous (Q03-0400) ».
  14. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Ayza (Q0430500) ».
  15. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Sède (Q0430560) ».
  16. Sandre, « Fiche cours d'eau - Lagelette (Q0431050) ».
  17. « Climatologie mensuelle à Tarbes », sur le site de l'association InfoClimat (consulté le ).
  18. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le )
  19. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  20. « - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  22. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Maubourguet », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « site Natura 2000 FR7300889 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  24. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Maubourguet », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « ZNIEFF l'« ancienne gravière de Maubourguet » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « ZNIEFF « l'Adour, de Bagnères à Barcelonne-du-Gers » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. « ZNIEFF le « réseau hydrographique de l'Échez » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « ZNIEFF l'« Adour et milieux annexes » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  30. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  31. a et b « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  32. « Courriers de la SNCF et de RFF à Jeanine Dubié, députée de la deuxième circonscription des Hautes-Pyrénées », sur le blog de Jeanine Dubié, (consulté le ).
  33. « Liste des Documents / Sélectionner un département > Hautes-Pyrénées », sur Mestrajets.lio.laregion.fr (consulté le ).
  34. Sylvain Doussau, Recherches archéologiques sur le site et l'église de Saint-Martin de Celle, Maubourguet (Hautes-Pyrénées) (revue d'archéologie du Midi médiéval) (no 6), (lire en ligne), p. 65-89.
  35. « Maubourguet (notice extraite du dictionnaire toponymique des Hautes-Pyrénées) », sur le site internet des Archives des Hautes-Pyrénées (consulté le ).
  36. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, tome 3, Formations dialectales, Droz, Genève, 1996, p. 1480, no 26877 (lire en ligne) [1]
  37. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 441b.
  38. Ernest Nègre, op. cit.
  39. Sylvain Doussau, Église de Maubourguet, Lourdes, Imprimerie Carret-Vene, coll. « Histoire Archéologie », , 72 p., p. 11.
  40. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  41. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit., p. 96b.
  42. ibidem
  43. Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2).
  44. Sylvain Doussau, La Mosaïque au dieu Océan et le domaine de Saint-Girons, ville de Maubourguet et office du tourisme du Val d’Adour, (ISBN 978-2-913781-62-7 et 2-913781-62-4).
  45. Sylvain Doussau, Église de Maubourguet, Lourdes, Imprimerie Carret-Vene, coll. « Histoire Archéologie », , 72 p..
  46. Collectif et Robert Vié (directeur), Maubourguet et son canton : rencontre avec les chercheurs no 10, tenue à Maubourguet le , Tarbes, Association Guillaume Mauran, , 292 p. (ISSN 0248-5516).
  47. Claude Dieuzeide, La seigneurie de Sombrun au fil des siècles, . Archives départementales des Hautes-Pyrénées, F435.
  48. Collectif et Robert Vié (directeur), La Rivière-Basse : Rencontre avec les chercheurs no 6, tenue à Castelnau-Rivière-Basse le , Tarbes, Association Guillaume Mauran, , 272 p. (ISSN 0248-5516).
  49. Gustave Bascle de Lagrèze, Histoire du droit dans les Pyrénées (Comté de Bigorre), Paris, Imprimerie Impériale, coll. « Histoire Archéologie », , 526 p..
  50. (la) Claude Estiennot de la Serre,, Antiquités bénédictines de la Gascogne, manuscrit latin 12752 (BNF), t. II folio 8 et 354,, (lire en ligne).
  51. Bernard de Mandrot, Louis XI, Jean V d'Armagnac et le drame de Lectoure, Bibliothèque numérique, consulté le 28 mars 2017; http://bibnum.enc.sorbonne.fr/omeka/files/original/0be1a8dbc9c02eb043ca39c7f9b93fee.pdf
  52. Paul Parfourou et Jules de Carsalade Du Pont, Comptes consulaires de la ville de Riscle, de 1441 à 1507 (texte gascon) : Volume 1 : 1441-1484, Lacour-Ollé, Nîmes, coll. « Rediviva », (ISBN 978-2-7504-1870-0).
  53. Abbé Colomez, Histoire de la Province et comté de Bigorre, Lafitte Reprints, (réimpr. 1978).
  54. Claude Larronde, Soult dans les Pyrénées : La retraite des sans-souliers, Vic-en-Bigorre, Société Académique des Hautes-Pyrénées, , 194 p. (ISBN 2-9506164-6-1).
  55. « communauté de communes Adour Madiran - fiche descriptive au 01 octobre 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  56. « Découpage électoral des Hautes-Pyrénées (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  57. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  58. « Election du maire », sur le site de la DGCL (consulté le )
  59. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  60. a b c et d Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 18 septembre 2021.
  61. a et b Sylvain Doussau, Histoire de la mairie de Maubourguet : 1846-2007 : un édifice public monumental et des hommes, Mairie de Maubourguet et Éditions Terroirs 2000, .
  62. Janine Noguez, « Maubourguet. Jean Nadal réélu maire », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne).
  63. Mathieu Houadec, « Maubourguet : Jean Guilhas ne se représentera pas en 2014 », sur le site lasemainedespyrenees.fr de la Sarl Les Éditions de l'Adour, (consulté le ).
  64. Résultats des élections départementales 2021 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 18 septembre 2021.
  65. Résultats des élections régionales 2021 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 18 septembre 2021.
  66. Résultats des élections européennes 2019 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 18 septembre 2021.
  67. Résultats des élections législatives 2017 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 18 septembre 2021.
  68. Résultats de l'élection présidentielle 2017 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 18 septembre 2021.
  69. « Comptes individuels des collectivités - Commune de Maubourguet », sur le site du ministère de l'Action et des Comptes publics (consulté le ).
  70. « Fiche entreprise de la commune de Maubourguet », sur le site verif.com (consulté le ).
  71. « Coordonnées du bureau de poste de Maubourguet », sur le site officiel de La Poste (consulté le ).
  72. « Brigade territoriale de proximité de gendarmerie de Maubourguet », sur le site service-public.fr. (consulté le ).
  73. « Service Départemental d’Incendie et de Secours », sur le site internet des services de l'État des Hautes-Pyrénées (consulté le ).
  74. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le ).
  75. David Malescourt, « Maubourguet (65700) », sur le site habitants.fr (consulté le ).
  76. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  77. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  78. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  79. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  80. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Maubourguet (65304) », (consulté le ).
  81. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département des Hautes-Pyrénées (65) », (consulté le ).
  82. a et b « Annuaire de l'éducation nationale : les écoles de Maubourguet », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  83. « Annuaire de l'éducation nationale : les lycées de Vic-en-Bigorre », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  84. « Les rencontres et fêtes de Maubourguet », sur le site internet de l'office de tourisme de Val d'Adour et Madiran (consulté le ).
  85. « Les Rencontres de Maubourguet », sur le site internet des Les Rencontres de Maubourguet (consulté le ).
  86. « Les résidences du Val d'Adour - Résidence l'Emeraude, Maubourguet 65700 », sur santeenfrance.fr (consulté le ).
  87. « Présentation du centre hospitalier de Bigorre », sur le site internet du centre hospitalier de Bigorre Tarbes-Vic-en-Bigorre (consulté le ).
  88. « Liste des médecins sur l’annuaire du conseil national de l’ordre des médecins », sur son site internet (consulté le ).
  89. « Liste des médecins sur l’annuaire du conseil national de l’ordre des chirurgiens-dentiste », sur son site internet (consulté le ).
  90. « Liste des pharmacies sur l’annuaire du conseil national de l’ordre des pharmaciens », sur son site internet (consulté le ).
  91. « Pays Info », sur le site internet du Pays du Val d'Adour (consulté le ).
  92. « Magazine Hautes-Pyrénées 65 », sur le site internet du Conseil général des Hautes-Pyrénées (consulté le ).
  93. « Midi-Pyrénées Info », sur le site internet du Conseil régional de Midi-Pyrénées (consulté le ).
  94. « L'église de Maubourguet », sur le site egliseinfo.catholique.fr de la conférence des évêques de France (consulté le ).
  95. « Maubourguet », sur le site internet du diocèse de Tarbes et Lourdes (consulté le ).
  96. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) (fichier "référentiel CommuneRA_PRA_2017.xls") », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  97. a b et c « Données générales des exploitations ayant leur siège dans la commune de Maubourguet », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le ).
  98. « Les exploitations ayant leur siège dans la commune de Maubourguet », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  99. « Office de tourisme de Val d'Adour et Madiran », sur le site internet de l'office de tourisme de Val d'Adour et Madiran (consulté le ).
  100. Anne Elizabeth Philibert, « "The Foundry" à Toulouse, un centre international de création porté par l'artiste russe Andreï Molodkin », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  101. Igor Grebelnikov, « « The Foundry » ou la liberté artistique totale », sur rbth.com, (consulté le )
  102. « MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE - Hautes Pyrénées », sur www.tourisme-hautes-pyrenees.com (consulté le ).
  103. « Musée Archéologique de Maubourguet », sur le site internet de l'office de tourisme de Val d'Adour et Madiran (consulté le ).
  104. « Liste des monuments historiques de la commune de Maubourguet », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  105. « Liste des objets historiques de la commune de Maubourguet », base Palissy, ministère français de la Culture.
  106. « Château de Lussy », notice no PA00135472, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  107. « Église de l'Assomption », notice no PA00095397, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  108. « Domaine de Saint-Girons », notice no PA00095396, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  109. a b c et d [PDF] « Plaquette touristique Maubourguet, circuit tête en l'air », sur le site internet de l'office de tourisme de Val d'Adour et Madiran (consulté le ).
  110. « Les Rencontres de Maubourguet », sur le site internet de l'Architecture du XXe siècle en Hautes-Pyrénées (consulté le ).
  111. Bulletin de la Société académique des Hautes-Pyrénées : Études et recherches pyrénéennes, Archives départementales, rue des Ursulines ; 65000 (Tarbes), (ISSN 1957-1291, notice BnF no FRBNF32723480, lire en ligne), p. 59-69.
  112. « Fiche de Louis-François-Charles Horcat dans la base Léonore », base Léonore, ministère français de la Culture.
  113. « Horcat », sur histoire-de-guerre.net (consulté le ).
  114. Serge Augé, Osmin Gardey : Un Pyrénéen engagé de Reichshoffen à la Séparation, Curé de Sainte-Clotilde, Ouistreham, Terroirs 2000, , 176 p. (ISBN 2-84527-007-0).

___

  1. a et b « Métadonnées de la commune de Maubourguet » (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  3. « Unité urbaine 2020 de Maubourguet » (consulté le ).
  4. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  5. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Maubourguet » (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  8. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Maubourguet » (consulté le ).
  9. « Fiche communale », sur le site l'Insee (consulté le ).