Castagnède (Pyrénées-Atlantiques)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Castagnède
Castagnède (Pyrénées-Atlantiques)
Le centre de Castagnède.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Intercommunalité Communauté de communes du Béarn des Gaves
Maire
Mandat
Jean Hourquebie
2020-2026
Code postal 64270
Code commune 64170
Démographie
Population
municipale
204 hab. (2018 en augmentation de 0,99 % par rapport à 2013)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 27′ 19″ nord, 0° 59′ 35″ ouest
Altitude Min. 21 m
Max. 171 m
Superficie 8,33 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Salies-de-Béarn
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Orthez et Terres des Gaves et du Sel
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Castagnède
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Castagnède
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Castagnède
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Castagnède
Liens
Site web http://www.castagnede.fr

Castagnède (en béarnais Castanheda ou Castagnéde) est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Castagnède est située sur la rive droite du gave d'Oloron.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale 27.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[1] par le gave d'Oloron, affluent du gave de Pau, et par son tributaire, le ruisseau des Augas.

Un affluent du Saleys, le ruisseau de Montségur, est également présent sur la commune.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • le Bourget
  • Lo Hour
  • Lasbordes
  • Membrède
  • Mu ou Mur
  • Lo Padu
  • Simounét
  • Mongay
  • Chemin de casteres

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Castagnède[2]
Auterrive Carresse-Cassaber
Escos Castagnède Salies-de-Béarn
Oraàs

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Castagnède est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Salies-de-Béarn, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 6 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (67,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (67,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (38,2 %), forêts (29,9 %), terres arables (25,1 %), prairies (4 %), eaux continentales[Note 3] (2,8 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Castagnède apparaît sous les formes Castaneta (XIIe siècle[9], cartulaire de Sorde[10]), Castaeda (XIIIe siècle[9], fors de Béarn[11]), Castayhede (vers 1360[9], titres de Came[12]), Castanhede (1385[9], censier de Béarn[11]), Sent Johan de Castanhede (1442[9], notaires de Labastide-Villefranche[13]), Castanhade (1538[9], réformation de Béarn[14]), Castaignede (1582[9], aliénations du diocèse de Dax[15]) et Castaede (1614[9], réformation de Béarn[14]).

Autres toponymes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Membrède, fief de Castagnède, apparaît sous les formes Membred (XIIe siècle[9], cartulaire de Sorde[10]) et Membreda (1538[9], réformation de Béarn[14]).

Le toponyme Mu, hameau de Castagnède, apparaît sous les formes Sanctus-Severus de Muro (XIIe siècle[9], cartulaire de Sorde[10]), Mur (1246[9], titres de Came[12]), Murr (1376[9], montre militaire de Béarn[16]), la domengedure de Mur-Mayor (1385[9], censier de Béarn[11]) et Sent-Berthomiu de Mur (1442[9], notaires de Labastide-Villefranche[13]).

Graphie béarnaise[modifier | modifier le code]

Son nom béarnais est Castanheda[17] ou Castagnéde[18].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[9] note qu'en 1385, Castagnède et Mu comptaient ensemble cinquante-et-un feux et appartenait au diocèse de Dax. Le village dépendait du bailliage de Mu et Labastide-Villefranche, qui s'étendait à Labastide-Villefranche, By, le Leu, Mu et Saint-Dos.

Castagnède est un village béarnais dont on trouve des traces dès le XIe siècle. Une légende veut qu'il ait été occupé par les Maures après leur défaite en 732. Le seigneur du lieu aurait alors épousé une princesse Sarrazine. Ce qui est certain, c'est qu'Auger de Membrède seigneur du lieu, a fait les Croisades et entra le premier, dit-on, dans la cité trois fois sainte. Jusqu'en 1790, le village était partagé entre Mur (ou Mu), aujourd'hui un simple hameau et le bourg de Castagnède. Les ruines de l'église Saint-Barthélémy de Mur subsistent dans une enceinte féodale remarquable. Le bourg abrite une église romane, remaniée au XVIIIe siècle avec un retable représentant saint Jacques de Compostelle et, chose plus rare dans la vallée du gave, saint Joseph d'Arimathie. Le village sert de frontière entre la Gascogne (Auterrive) et la Navarre (Escos). Il dépendait de l'évêque de Dax.

Le fief de Membrède[9] était vassal de la vicomté de Béarn et dépendait du bailliage de Mu. Il y avait au XVIe siècle un bac sur les gave d'Oloron, face à la commune d'Escos.

L'église recèle la sépulture de la très illustre et très ancienne famille de Membrède. La famille de Dufourcq fut propriétaire du château jusqu'en 1876. Le cimetière renferme les sépultures d'un aventurier, Faustin Lestage, qui fut le premier à trouver du pétrole en France sur les flancs de la pène de Mur. On y voit aussi une croix hosannière dont le fut remonte probablement à l'occupation romaine[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Castagnède a fait partie de l'arrondissement de Pau jusqu'au . À cette date, elle appartient désormais à celui d'Oloron-Sainte-Marie[20].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Jean-Marc Balesta    
2001 2008 Jean-Marc Balesta    
2008 2009 Jacques Bargel    
2009 2014 Jean Hourquebie    

Liste des maires (1802-1871)[21] :

  • LOUSTATOT Jean 1802-1805 ;
  • de MEMBREDE Jean François 1807-1832 ;
  • LESTAGE Vincent 1841-1871.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Castagnède fait partie de cinq structures intercommunales[22] :

  • la communauté de communes de Salies-de-Béarn ;
  • le SIGOM ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable du Saleys et des gaves ;
  • le syndicat intercommunal des gaves et du Saleys.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[24].

En 2018, la commune comptait 204 habitants[Note 4], en augmentation de 0,99 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
391403424419456504540534508
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
454420425403426494458452444
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
420394365347327290265273263
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
213200194192212211199195209
2018 - - - - - - - -
204--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone d'appellation d'origine contrôlée (AOC) du Béarn et de celle de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste.

L'église Saint-Jean-Baptiste[27] d'origine romane possède un très ancien retable dit retable d'Arimathie car il représente ce saint montrant le Saint-Graal. L'église recèle une cloche[28] datant de 1791.

Il y a à la Pène de Mur, les ruines de l'ancienne église Saint-Barthélémy abandonnée en 1793. Une statue monumentale de la Vierge a été érigée sur la Pène en 1906 en exécution d'un vœu fait par le curé de paroisse qui faillit se noyer.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Auger de Membrède, seigneur de Castagnède, passe, selon la légende, pour avoir été le premier croisé à être entré dans Jérusalemn en 1099.

Guilhem de Membrède, reconego que mossenhor lo comte I-a prestatz II boeus, los quaus lo prometo reder e tornar en auta bon estat cum los a recebur o pargar XXV floriis d'aur dessi a cap d'an prosmar bient, obligan totz sos bees, ... Testimonis lo senhor deu Castegnau, Johan son fray, Navarrot Gros. Feit fo en lo casteg d'Ortez, lo prumer jorn de december. 'Guilhem de Membrède, reconnait par cet acte devoir à Gaston Fébus, 2 bœufs empruntés...'[29]

La famille de Membrède était une des plus nobles et des plus anciennes du Béarn, et plusieurs de ses membres figurent dans le cartulaire de l'abbaye Saint-Jean de Sorde.

Les armes de cette antique famille furent fondues aux XVIIIe siècle dans celle de la famille de Dufourcq, seigneurs de la Maison noble de Lescun de Larreule, alliée avec la dernière descendante des Membrède.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Castagnède, consultée le 13/07/09
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Salies-de-Béarn », sur insee.fr (consulté le 2 avril 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 avril 2021)
  9. a b c d e f g h i j k l m n o p et q Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  10. a b et c Cartulaire de l'abbaye Saint-Jean de Sorde, publié par extraits dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  11. a b et c Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  12. a et b Titres de Came - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  13. a et b Notaires de Labastide-Villefranche - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  14. a b et c Réformation de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, coll. « manuscrits du XVIe au XVIIIe siècle »..
  15. Registres d'aliénations - ancienne bibliothèque impériale - Bibliothèque nationale de France
  16. Manuscrit de 1376 - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  17. Ostau Bearnes, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie classique » [PDF] (consulté le 26 janvier 2019).
  18. Institut béarnais et gascon, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie moderne » [PDF] (consulté le 26 janvier 2019).
  19. Source: Historial de Castagnède - Alexis Ichas
  20. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de Pau, de Bayonne et d'Oloron-Sainte-Marie du département des Pyrénées-Atlantiques » [PDF], sur un site de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, (consulté le 3 janvier 2017).
  21. Registres d'état civil
  22. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 3 juin 2014).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  27. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Jean-Baptiste
  28. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur la cloche de l'église Saint-Jean-Baptiste
  29. (Extrait du registre de Bernard de Luntz, notaire de Béarn sous Gaston Fébus. 1371/ 1376)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexis Ichas, Historial de Castagnède, 2003 ;
  • Alexis Ichas, Historial des gaves, Biarritz, Éditions Atlantica, Biarritz, 2008, 281 p. (ISBN 978-2-7588-0170-2) ;
  • Alexis Ichas, Chroniques béarnaises du Gave et du Saleys, Éditions Atlantica, Biarritz, 2006 (ISBN 978-2-84394-984-5) ;
  • Alexis Ichas, Paul-Jean Toulet : au bord du Gave, Éditions Atlantica, Anglet, 2003, , 97 p. (ISBN 978-2-84394-653-0).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]