René Potier de Tresmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Potier.
Portrait de René Potier, duc de Tresme, pastel par Louis XIII, Musée du Louvre.

René Potier (1579Paris, 1er février 1670), comte, puis duc de Tresmes (en) et pair de France, marquis de Gandelu, est un militaire et homme politique français du XVIIe siècle

Capitaine des gardes du corps du Roi, il fut aussi lieutenant général au gouvernement de Champagne, et gouverneur de Châlons.

Biographie[modifier | modifier le code]

René Potier était le fils aîné de Louis Potier, baron de Gesvres, secrétaire d'État, et le neveu de Nicolas III Potier de Blancmesnil.

Le comte de Tresmes, était bailli et gouverneur de Valois dès l'an 1599. Il venait d'être fait chambellan ordinaire du roi Henri IV (31 janvier 1608), lorsqu'il fut nommé, le 20 octobre suivant, gouverneur de la ville et château de Châlons.

Il eut, par lettres du 18 janvier 1611, le commandement de l'« ancienne » compagnie (3e compagnie ou 2e Cie française) des gardes du corps du roi, sur la démission du marquis de Praslin.

Dévoué à la régente Marie de Médicis, il reçut, le 27 février 1614, une commission spéciale pour se transporter à Chalons, pourvoir à la sureté de cette place et en empêcher l'entrée au duc de Nevers. Il en reçut une autre, le 8 mars suivant, pour lever une compagnie de de trois cents hommes de pied, pour la garnison de Vitry-le-François. Lorsque le gouvernement, conseillé par le cardinal de Richelieu se préparait à réprimer la nouvelle révolte des princes excitée par l'arrestation du prince de Condé, on envoya au comte de Tresmes d'autres commissions (7 septembre et 7 novembre 1616), pour pourvoir à la sûreté de Châlons.

Les services de M. de Tresmes furent récompensés par un brevet de chevalier des ordres du roi (31 décembre 1619), par la charge de conseiller d'État (26 décembre 1629), et par l'érection du comté de Tresmes en duché-pairie par lettres du mois de novembre 1648).

Il eut commission de mestre de camp d'un régiment de cavalerie, par lettres données à Saumur le 29 février 1652; fut pourvu de la capitainerie et du gouvernement du Pont-Audemer, par lettres du 29 novembre 1661.

Selon Saint-Simon: "René Potier poussa sa fortune à force d'années jusqu'à devenir duc et pair à l'étrange fournée de 1663"[1].

Il se démit en faveur de Léon Potier, marquis de Gesvres, son fils, de son duché-pairie en 1669 ; le roi lui en conserva les honneurs par brevet du 27 avril de la même année.

Orants de Marguerite de Piney-Luxembourg (ca 1585-1645), René Potier duc de Tresmes (1579-1670), et Louis Potier de Gesvres[2].

Il mourut à Paris le 1er février 1670, âgé de 91 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.littre.org/definition/fourn%C3%A9e Littré
  2. Eudoxe Soulié, Notice du Musée impérial de Versailles, vol. 3, Musée national de Versailles, C. de Mourgues Frères,‎ 1855, 2e éd. (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]