Chepoix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chepoix
Le calvaire du hameau de Warmaise.
Le calvaire du hameau de Warmaise.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Arrondissement de Clermont
Canton Canton de Breteuil
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées de la Brèche et de la Noye
Maire
Mandat
Jacques Taveau
2014-2020
Code postal 60120
Code commune 60146
Démographie
Population
municipale
389 hab. (2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 36′ 21″ N 2° 22′ 56″ E / 49.6058333333, 2.3822222222249° 36′ 21″ Nord 2° 22′ 56″ Est / 49.6058333333, 2.38222222222  
Altitude Min. 88 m – Max. 155 m
Superficie 8,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chepoix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chepoix

Chepoix est une commune française située dans le département de l'Oise et la région Picardie. Chepoix est réputée pour ses illuminations et les décorations de ses maisons lors de la période de noël.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Bacouël a été détachée de Chepoix par une loi du 19 juin 1865. Votée le 17 mai 1867 après accord définitif du corps législatif et ratifié par Napoléon III, le 19 juin 1867 au Palais des Tuileries[1].

Hameaux[modifier | modifier le code]

Warmaise, située sur la route de Bonvillers est une dépendance de Chepoix.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les sires de Chepoix eurent une forteresse importante pendant le Moyen Âge. Malheureusement il n'en reste rien aujourd'hui.

Cette Famille d'ancienne chevalerie originaire du Santerre. Ou la forteresse de Chepoix était située eut de l'importance au Moyen Âge. Thibaut, sire de Chepoix, amiral et grand-maître des arbalétriers de France, rendit de grands services A Philippe-le-Bel. Il remplit la charge d'amiral de la mer dans l'expédition de Romanie de 1306 à 1308 et recevait en cette qualité trente sols par jour d'émoluments (mémorial cotté Pater. )

Jean II de Chepoix commanda les galères que Philippe de Valois envoya contre les Turques en 1334. (Do Cange. )

Louis de Chepoix mourut à Azincourt.

Charles de Chepoix devint chambellan de Louis XII.

Méry de Chepoix fut fait chevalier par François I." à la bataille de Marignan. Il mourut vice-amiral de Bretagne.

Cette illustre maison s'éteignit par la mort de Robert de Chepoix, gouverneur de Saint-Quentin et bailli du Valois, à la fin du xvi.* siècle. Alliances avec les Coucy, Lannoy, Ongnies, Renty, Rubempré, Saveuse, etc. Armes : d'or, à cinq châteaux maçonnés de sable. les tourelles et portails de gueules, 2, 2 et 1[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Alain Fauqueux DVD  
mars 2008[3] mars 2014 Dominique Boutin   Médecin
mars 2014[4] en cours
(au 28 août 2014)
Jacques Taveau   Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 389 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
831 847 928 859 907 900 904 957 986
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
985 1 014 966 448 448 411 418 409 433
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
417 401 384 411 341 335 328 330 359
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
327 287 259 271 297 302 357 373 389
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,9 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,8 %, 15 à 29 ans = 16,3 %, 30 à 44 ans = 23,8 %, 45 à 59 ans = 19,8 %, plus de 60 ans = 20,4 %) ;
  • 53,9 % de femmes (0 à 14 ans = 19,9 %, 15 à 29 ans = 23,4 %, 30 à 44 ans = 19,9 %, 45 à 59 ans = 16,9 %, plus de 60 ans = 19,9 %).
Pyramide des âges à Chepoix en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
4,7 
75 à 89 ans
6,0 
15,7 
60 à 74 ans
13,9 
19,8 
45 à 59 ans
16,9 
23,8 
30 à 44 ans
19,9 
16,3 
15 à 29 ans
23,4 
19,8 
0 à 14 ans
19,9 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Intérieur de la chapelle funéraire de la famille Joseph Bellemère.

La commune possède un unique monument historique sur son territoire.

  • Chapelle funéraire de la famille Joseph Bellemère : construite de la deuxième moitié du XXe siècle dans l'art contemporain de l'époque, elle fut réalisée par Gérard Ansart (mosaïste) et Pierre Ansart (architecte, décorateur). Elle est classée monument historique depuis 2011[9].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Léger : L'édifice appartenait à l'ordre de Malte. Le clocher à flèche date du XVIe siècle. Au-dessus du portail, dans une niche, se trouve une statue de Saint Léger mitré, crossé, tenant une palme. À l'intérieur, retable de la Vierge à l'Enfant, chaire datant de 1739 et vitrail du début XVe siècle représentant une Piéta. On trouve également un ensemble de deux statues de Saint-Léger et de Saint-Jean-Baptiste. Les verrières et ces statues sont classées monuments historiques[10].
  • Calvaire, hameau de Warmaise

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]