Portail:Guerre froide

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coldwar.png Portail de

la guerre froide

1 313 articles sont actuellement liés au portail.
Sous-portails — Portails connexes
Précédé par
Portail de la Seconde Guerre mondiale
Portail de la Guerre froide Suivi par
Portail des années 1950 • jusqu'à • Portail des années 1990

Présentation modifier ]

Le monde de la guerre froide en 1959.

La guerre froide (anglais :Cold War ; russe : Холодная Война, Halodnaïa Vaïna) est la période de tensions qui s'est ouverte à la fin de la Seconde Guerre mondiale entre les États-Unis et l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) et, de manière plus large, entre les démocraties libérales occidentales et les régimes communistes, et qui s'est achevée par la dislocation de l'URSS en 1991.

Cette rivalité entre les deux superpuissances était latente depuis le milieu du XIXe siècle, Tocqueville l'avait annoncée dès 1835 dans son ouvrage « De la démocratie en Amérique ». Elle s'est cristallisée avec l'arrivée des communistes au pouvoir en Russie en 1917 en lutte ouverte contre le capitalisme, ajoutant un fort contenu idéologique aux enjeux de domination politique et économique du monde.

La Seconde Guerre mondiale avait contraint Soviétiques, Américains et Britanniques à une alliance de circonstance sans autre but que de vaincre l'armée du IIIe Reich allemand et d'abattre le régime nazi. Si les désaccords entre les Alliés commencèrent à se faire jour dès avant la fin du conflit mondial, les espoirs de paix étaient grands en 1945, suscitant la renaissance d'une gouvernance mondiale par la création de l'ONU, dans un monde en ruine et dont la configuration avait été bouleversée :

  • Les États-Unis, seule grande puissance au sortir de la guerre et de plus seul pays possédant l'arme atomique, se retrouvent directement face à l'URSS, dès lors que le Royaume-Uni et la France très affaiblis par la guerre ont perdu leur statut de puissance dirigeante du monde.
  • L'Union soviétique sort exsangue de la guerre mais son armée conventionnelle sans rivale occupe une large portion de l'Allemagne, de l'Autriche et de l'Europe de l'Est dont elle entend coûte que coûte faire un glacis - le bloc de l'Est - la mettant à l'abri de toute tentative de renversement.

L'échec des négociations de paix sur l'Allemagne, la mise en œuvre du Plan Marshall au bénéfice des seules nations occidentales et le blocus de Berlin montrèrent de la manière la plus claire dès 1947-1948 l'entrée en guerre froide pour plus de 40 ans.

Si l'Europe a été le terrain initial et emblématique de la guerre froide, toutes les parties du monde ont été d'une manière ou d'une autre impliquées dans l'affrontement entre les deux Grands : l'Asie qui sera le théatre des guerres les plus « chaudes » de cette période : en Chine (1949), en Corée (1950-1953) et au Vietnam de 1945 à 1954 puis de 1962 à 1975, mais aussi le Proche-Orient où cet affrontement se nourrira du conflit israélo-arabe, l'Afrique et l'Amérique latine où chacun soutiendra ses partisans dans la conquête ou la conservation du pouvoir par tous les moyens : subversion, coup d'État, guérilla, aides économique ou militaire…

Chacun des deux Grands a constamment exercé sur son camp un certain degré de contrainte visant à en assurer l'intégrité afin d'éviter un effet domino et de préserver ses intérêts vitaux. C'est ainsi que l'URSS brisera l'insurrection de juin 1953 en Allemagne de l'Est ou bien celle de Budapest en 1956, et que les États-Unis renverseront le gouvernement du Guatemala en 1954 ou tenteront de renverser Fidel Castro à Cuba (débarquement de la baie des Cochons) en 1961.

Cependant la bipolarisation sera remise en cause par des pays désireux d'occuper une place à part entière dans le jeu diplomatique mondial, comme la Chine populaire qui rompra avec Moscou en 1961 ou la France du Général de Gaulle qui quittera l'organisation militaire intégrée de l'OTAN en 1966. En marge des deux blocs, les pays du tiers monde tels que l’Inde de Nehru, l’Égypte de Nasser et la Yougoslavie de Tito formèrent pour un temps le mouvement des non-alignés, proclamant leur neutralité et jouant sur la rivalité entre les blocs pour obtenir des concessions.

En savoir plus sur la guerre froide

Lumière sur... modifier ]

L'Europe au temps du rideau de fer (représenté par un liseré noir).

Le rideau de fer (en anglais : iron curtain ; en allemand : eiserner Vorhang) est la frontière fortifiée et en grande partie électrifiée qui traversait l'Europe pendant la guerre froide, séparant les États européens alliés aux Soviétiques des États européens occidentaux.

Ce rideau était concrétisé par des lignes de barbelés séparées par des no man's lands, des champs de mines et des miradors armés de mitrailleuses du côté soviétique. Du côté occidental, il y avait de nombreux dispositifs d'observation. La section la mieux fortifiée, surveillée et la plus célèbre était le mur de Berlin ainsi que le village de Mödlareuth en Allemagne, situé sur la frontière RFA / RDA et coupé en deux par un mur semblable à celui de Berlin. Le but de ces installations, érigées à l'initiative de Joseph Staline et de Nikita Khrouchtchev, était d'empêcher le passage des populations de l'Est vers l'Ouest.

Lire l'article

modifier
 Biographie
Brejnev en 1967.

Léonid Ilitch Brejnev (en russe : Леони́д Ильи́ч Бре́жнев), né à Kamenskoïe le 19 décembre 1906 (correspond au 6 décembre du calendrier julien) et décédé à Moscou le 10 novembre 1982, est un homme politique soviétique, secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique, et donc principal dirigeant de l'URSS de 1964 à 1982. Il fut en outre président du Præsidium du Soviet suprême (fonction honorifique de chef de l’État) à deux reprises, de 1960 à 1964 et de 1977 à 1982.

Son autorité, d'abord partagée, s'affirma progressivement à la tête du Parti et de l'État, atteignant son apogée durant les années 1970, avant que la vieillesse et la maladie ne limitent progressivement son rôle politique au profit des membres de la nomenklatura.

Lire la suite

Nuvola apps atlantik.png
Une autre biographie au hasard...


Géopolitique de la Guerre froide modifier ]

Le monde en 1980, polarisé entre les deux superpuissances (URSS et États-Unis). Les États non-partisans sont les non-alignés. La République populaire de Chine s'éloigne de l'URSS après la rupture sino-soviétique à la fin des années 1950.

La guerre froide se caractérise par une organisation bipolaire du monde :

Ces appellations montrent la nature géographique, économique et idéologique de cette bipolarisation des relations internationales. Chacun des deux mondes a cherché à renforcer sa puissance et sa cohésion en créant des organisations transnationales de nature politique, économique ou militaire.

La possession de l'arme nucléaire par les États-Unis et l'URSS, la capacité qu'elle leur a donné de détruire le monde, la course aux armements qui en est résultée de peur de laisser l'autre camp prendre un avantage décisif sont aussi une caractéristique unique de la guerre froide. Des alliances militaires ont été organisées par les deux superpuissances afin de renforcer les liens avec leurs alliés et d'améliorer les capacités opérationnelles de mise en oeuvre des armements nucléaires et conventionnels.

Le mouvement des non-alignés a constitué la tentative la plus spectaculaire de pays d'Asie et d'Afrique, ayant souvent acquis leur indépendance de fraîche date, pour échapper à cette bipolarisation et faire entendre une autre voix[3]. Ce mouvement ne s'est toutefois jamais constitué en une force politique très organisée et unie autour de choix politiques clairs, ne serait-ce que de par l'appartenance de certains de ses acteurs à l'un des deux blocs.

  1. Les pays suivants, en proie à des insurrections communistes internes, jouèrent également un rôle majeur pendant la guerre froide en s'alliant aux États-Unis et/ou au Royaume-Uni : Royaume du Laos, République khmère, République du Viêt Nam (Sud-Viêt Nam), Corée du Sud, Honduras, Guatemala, Bolivie et Fédération de Malaisie.
  2. Les pays suivants jouèrent un rôle majeur lors de la guerre froide en s'alliant à l'URSS et/ou à la République populaire de Chine : Corée du Nord, Cuba, République démocratique du Viêt Nam (Nord-Viêt Nam), Kampuchéa démocratique, République populaire du Kampuchéa, République populaire démocratique lao, République démocratique populaire du Yémen (Yémen du Sud), République populaire mongole, République populaire d'Angola, République populaire du Bénin, République populaire du Congo, République populaire démocratique d'Éthiopie, République populaire du Mozambique, République démocratique somalie, Jamahiriya arabe libyenne et l'Égypte de Gamal Abdel Nasser dans le cadre du processus de décolonisation des puissances occidentales.
  3. Les pays les plus actifs de ce mouvement ont été l'Inde, le Maroc, l'Égypte, l'Indonésie, le Pakistan, Cuba, l'Afrique du Sud, l'Iran, la Malaisie, ainsi que l'ex-Yougoslavie puis la République populaire de Chine à partir des années 1960

Géopolitique de la guerre froide en Europe :

C'est en Europe que la notion de blocs a trouvé sa forme la plus aboutie tant au plan géographique, que politique, économique ou militaire. Dès 1946 Churchill dénonce la séparation de l'Europe en deux par un rideau de fer à l'Est duquel tous les pays sont inféodés à l'Union soviétique. Les nombreuses conférences de la paix en Europe entre 1945 et 1955 ne permettront pas d'aboutir à un accord sur l'avenir de l'Allemagne entre les anciens alliés de la Seconde Guerre mondiale.

Dès lors, à partir de 1947, afin de renforcer leurs liens politiques et de répondre aux enjeux de développement économique, chacun des deux blocs montera des organisations intergouvernementales, parmi lesquelles :

Au plan militaire, deux alliances de grande ampleur ont vu le jour, qui ont englobé tous les pays d'Europe et de l'Atlantique Nord à l'exception de quelques pays restés neutres comme la Suisse, l'Autriche ou la Finlande :

  • L'Alliance atlantique en 1949 créée après le blocus de Berlin par les Soviétiques et répondant au désir des européens de bénéficier d'un engagement fort des États-Unis dans la défense du continent.
Drapeau de l'OTAN.

Flag of the United States.svg États-Unis  Flag of Canada.svg Canada  Flag of France.svg République française  Flag of Germany.svg République fédérale allemande[1]  Flag of Belgium (civil).svg Royaume de Belgique  Flag of the Netherlands.svg Royaume des Pays-Bas  Flag of the United Kingdom.svg Royaume-Uni  Flag of Denmark.svg Royaume du Danemark  Flag of Iceland.svg Islande  Flag of Norway.svg Royaume de Norvège  Flag of Spain.svg Royaume d'Espagne[2]  Flag of Portugal.svg République portugaise[3]  Flag of Italy.svg République italienne  Flag of Greece.svg République hellénique[4]  Flag of Turkey.svg République turque 

  1. L'Allemagne de l'Ouest (RFA) rejoindra l'OTAN en 1955.
  2. 1939-1975 : Espagne franquiste dirigée par Francisco Franco. L'Espagne ne rejoindra l'OTAN qu'en 1982 après chute du régime franquiste et la restauration de la démocratie sous la monarchie de Juan Carlos Ier et sous le gouvernement de Felipe González.
  3. 1933-1974 : Estado Novo dirigé par António de Oliveira Salazar. Il s'agit de l'un des membres fondateurs de l'OTAN avec les États-Unis, la France, le Canada et le Royaume-Uni en 1949.
  4. 1944-1973 : Royaume de Grèce, prend fin avec l'établissement de la dictature des colonels dirigée par Geórgios Papadópoulos. La Grèce rejoindra l'OTAN en 1951, en même temps que la Turquie.
  • Le Pacte de Varsovie créé en 1955 en réaction à l'entrée de la RFA dans l'Alliance Atlantique.
Logo du Pacte de Varsovie.

Flag of the Soviet Union.svg Union des républiques socialistes soviétiques  Flag of Bulgaria (1971-1990).svg République populaire de Bulgarie  Flag of Romania (1965-1989).svg République socialiste de Roumanie  Civil Ensign of Hungary.svg République populaire de Hongrie  Flag of East Germany.svg République démocratique allemande  Flag of Poland corrected.svg République populaire de Pologne  Flag of Albania (1946-1992).svg République populaire socialiste d'Albanie[1]  Flag of Czechoslovakia.svg République socialiste tchécoslovaque.

  1. jusqu'au début des années 1960; après la rupture sino-soviétique, le pays s'est allié à la République populaire de Chine maoïste et se retire du bloc soviétique, adoptant ensuite un positionnement autarcique.



Géopolitique de la guerre froide en Asie :

Si en Europe, la guerre froide a été le résultat direct des politiques menées par les deux Grands, il en a été tout autrement en Asie où les initiatives locales fortement teintées de nationalisme ont été le vecteur premier de l'affrontement entre le monde occidental et le monde communiste. La Chine populaire et la République socialiste du Viêt Nam sont nées de l'action de mouvements communistes et nationalistes qui ont combattu sans le soutien direct de l'Union soviétique. Cependant l'idéologie marxiste et la méfiance profonde de Mao Zedong à l'égard des États-Unis le conduiront à une alliance claire avec les soviétiques, choix dont découlera largement l'histoire de la guerre froide en Asie.

Staline n'apportera son soutien à Mao Zedong qu'une fois sa victoire assurée et il n'apportera sa caution à l'attaque de la Corée du Sud par le Nord qu'après de longues hésitations, sous peine de perdre son image de leader de la révolution mondiale, conduisant les États-Unis à intervenir dans une guerre longue et coûteuse qui allait faire craindre aux occidentaux qu'elle ne soit en fait que le prélude à une attaque des soviétiques en Europe, contribuant ainsi notablement au renforcement des arsenaux nucléaires et conventionnels des américains.

Les États-Unis avaient dès la fin de la Seconde Guerre mondiale affirmé leur contrôle total du Japon, en faisant au fil des années un allié et un partenaire économique majeur, indiquant clairement à l'URSS qu'ils ne toléreraient pas qu'elle tente de s'opposer à cette situation. En revanche dans le reste du Sud-Est asiatique, la politique américaine a été plus hésitante, entre encouragement à la fin de la colonisation, refus de perdre les débouchés économiques de cette partie du monde, mais sans pour autant tenter d'y installer un bloc aussi solide que celui formé avec l'Europe de l'Ouest.

En savoir plus sur la guerre civile chinoise, sur la guerre de Corée ou la rupture sino-soviétique.

Articles récompensés modifier ]

Article de qualité Articles de qualité

Bon article Bons articles

Article potentiellement bon ou de qualité Votes en cours

  • Aucun vote en cours pour le moment.

Fairytale questionmark 2.png Intentions de vote

Proposer un article : bon article / article de qualité

Sélection d'articles modifier ]

Une Tsar Bomba, 1993.
Rembarquement des missiles soviétiques à Cuba.

Lire l'article


Une illustration de la théorie des dominos telle qu'elle avait été prédite en Asie (cliquer pour agrandir).

Lire l'article


Lire l'article


Lire l'article


Timbre de l'URSS de 1961 commémorant le vol de Youri Gagarine, premier homme dans l'espace

Lire l'article


Lire l'article


Lire l'article


  • L'équilibre de la terreur (ou destruction mutuelle assurée) est une doctrine de stratégie militaire de dissuasion nucléaire selon laquelle l'utilisation à grande échelle de l'arme nucléaire par l'un des deux belligérants provoquerait la destruction des deux camps. À cet effet, il est nécessaire pour chaque protagoniste de disposer d'un stock d'armes de destruction massive suffisant pour annihiler l'ennemi.

Lire l'article


  • Stanislav Petrov (en russe : Станислав Евграфович Петров), né en 1939, est un officier en retraite de la Voyska PVO, la force de défense anti-aérienne de l'Armée soviétique. Lors d'une alerte déclenchée par les satellites de surveillance soviétiques en septembre 1983, il aurait, comme il l'a rapporté, pris la décision d'informer sa hiérarchie qu'il pouvait s'agir d'une fausse alerte, et non d'un tir de missiles contre l'Union soviétique comme l'indiquait le système informatique d'alerte anti-missiles. Cette crise intervint à un moment d'extrême tension entre l'URSS et les États-Unis, et aurait donc pu déclencher une riposte soviétique.

Lire l'article

Catégories modifier ]

Navigation modifier ]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Pierre du Bois de Dunilac, « Guerre froide, propagande et culture (1945-1953) », Relations internationales, n° 115, 2003, p. 437-454
  • André Fontaine, La Guerre froide, 1917-1991, Paris, La Martinière, 2006, 572p.
  • André Fontaine, Histoire de la guerre froide, en deux tomes Fayard 1967, réédition Le Seuil, 1983 :
    • 1. De la révolution d'octobre à la guerre de Corée ;
    • 2. De la guerre de Corée à la crise des alliances. 1950-1971;
  • René Girault, Robert Frank, Jacques Thobie, La Loi des géants, 1941-1964 : Histoire des relations internationales contemporaines, III, Paris, Payot et Rivages, 2005, 541 p.
  • Jeannesson, Stanislas, La Guerre froide, La Découverte, Paris, 2002, 123 p.
  • Lilly Marcou, La Guerre froide, l’engrenage, Bruxelles, Éditions Complexe, 1987, 275 p.
  • Georges-Henri Soutou, La Guerre de cinquante ans. Les relations Est-Ouest. 1943-1990, Fayard, 2001. Réédité en poche sous le titre : La Guerre froide. 1943-1990, Hachette/Fayard, coll. Pluriel, 2011 avec une postface de l'auteur.
  • Maurice Vaïsse, Les Relations internationales depuis 1945, Armand Colin, 3e éd., 2003, 257 p.
  • Michel Winock (éd.), Le Temps de la guerre froide. Du rideau de fer à l'effondrement du communisme. Paris, Seuil, 1994, collection Points-Seuil (recueil d'articles publiés dans le magazine L'Histoire).
  • Marc Nouschi, La Démocratie aux États-Unis et en Europe (1918-1989), Armand Colin, Paris, 1999, 362 p
  • L'OTAN et le Pacte de Varsovie, Faucon Patrick, Paris Éditions Atlas, 1992.
  • Stratégie Soviétique et chute du Pacte de Varsovie - La clé de d'avenir, Publications De La Sorbonne, 2002.
  • Georges Mink, Vie et mort du bloc soviétique, Casterman, 1997.
  • Jean-Yves Potel, Les Cent Portes de l'Europe centrale et orientale, Éditions de l'Atelier, 1998.
  • Jean-François Soulet, L'Empire stalinien. L'URSS et les pays de l'Est depuis 1945, LGF, coll. Références, 2000.

Liens externes

Image du mois modifier ]

Le mur de Berlin (en allemand : Berliner Mauer) érigé en plein Berlin à partir de la nuit du 12 au 13 août 1961 par la République démocratique allemande (RDA), sépara physiquement Berlin-Ouest (RFA) et Berlin-Est pendant plus de vingt-huit ans avant sa chute le 9 novembre 1989, qui mènera à la réunification allemande. Photographie prise en 1986.

Chronologie (voir chronologie détaillée) modifier ]






  • 1950 :
    • Signature du pacte sino-soviétique — Traité d'amitié, d'alliance et d'assistance mutuelle signé entre la République populaire de Chine et l'URSS.
    • Début de la guerre de Corée — Les troupes de la Corée du Nord envahissent la Corée du Sud. Deux jours plus tard, les Nations Unies décident de soutenir la Corée du Sud. Le président américain Truman envoie l’armée américaine en Corée. La Chine et l'URSS rejoignent le conflit du côté de la Corée du Nord.


















  • 1972 : Visite de Richard Nixon en Chine, la première visite d'un président américain en Chine.

















Portails connexes modifier ]

Projets connexes modifier ]

Sur les autres projets Wikimedia :

N'hésitez pas à apporter vos contributions, critiques, commentaires et suggestions Nuvola apps filetypes.png sur la page de discussion du portail...

Autres portails.

Avertissement