Green Cross International

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Croix verte.

Green Cross International

Logo de l’association
Cadre
Forme juridique OING
But promotion des Droits de l'homme, du pacifisme et de l'écologisme
Zone d’influence Monde entier
Fondation
Fondation
Fondateur Mikhaïl Gorbatchev
Origine Europe
Identité
Siège Kyōto, Japon
Personnages clés Mikhaïl Gorbatchev
Président Mikhaïl Gorbatchev
Affiliation internationale ECOSOC, UNESCO
Méthode programmes de développement, publication de rapports
Site web (en) www.gci.com

Green Cross International, ou Croix verte internationale, est une organisation non gouvernementale internationale à but environnemental, fondée le 20 avril 1993 à Kyōto, suite au Sommet de la Terre qui a réuni les Nations unies à Rio de Janeiro en 1992[1]. Mikhaïl Gorbatchev, ancien dirigeant de l'URSS, en est le fondateur et l'actuel président.

Elle se donne pour mission de contribuer à l'augmentation du niveau de vie et du développement économique et social dans tous les pays, développés ou en voie de développement où c'est possible. Elle met pour cela en place des projets divers concernant l'environnement, des processus de paix ou d'aide au développement. Ainsi Green Cross a installé des camps thérapeutiques près du site de la catastrophe de Tchernobyl[2] ou a lancé des campagnes de prévention de conflits liés aux ressources en eau[3].

Historique[modifier | modifier le code]

L'idée de la Croix verte germe en 1989 lorsque Mikhaïl Gorbatchev, alors encore dirigeant de l'URSS et futur prix Nobel de la paix, fait une allocution lors du Forum mondial pour la survie de l'Humanité[4]. Basée sur le même principe que la Croix rouge, elle serait axée sur le côté environnemental de l'action humanitaire.

Trois ans plus tard, lors du Sommet de la Terre 1992 de Rio de Janeiro, des parlementaires invités relancent l'idée de cette association et convainquent Gorbatchev de mener le projet à terme. Ainsi est officiellement créée Green Cross International à Kyoto le . Au printemps 1994 suivront les premières branches nationales : au Japon, aux Pays-Bas, en Russie, en Suisse et en États-Unis. Green Cross France est inaugurée en février 2002 à Lyon lors du Forum des Dialogues pour la Terre.

Plus tard GCI devient consultant pour l'ECOSOC et partenaire de l'UNESCO. Elle est également observateur au sein de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Aujourd'hui, GCI est présente dans 30 pays : Argentine, Australie, Autriche, Biélorussie, Bolivie, Brésil, Burkina Faso, Canada, Corée du Sud, Côte d'Ivoire, Danemark, Espagne, Estonie, États-Unis, France, Hongrie, Italie, Japon, Jordanie, Pakistan, Pays-Bas, Pologne, Russie, Sri Lanka, Swaziland, Suède, Suisse, Taïwan, Tchéquie et Ukraine.

Action[modifier | modifier le code]

Green Cross International se donne pour mission d'assurer un avenir durable pour toutes les populations du monde, notamment en provoquant un changement de certaines valeurs ou en encourageant la prise de conscience quant à l'impact que peut avoir l'Homme sur son environnement. Elle résume sa mission en trois points :

« Green Cross International :

  • encourage la promotion de règles légales, éthiques et de comportement visant à des changements essentiels dans les valeurs, les actions, et les attitudes des gouvernements, du secteur privé et de la société civile, nécessaires à la construction d’un monde durable ;
  • contribue à la prévention et à la résolution de conflits résultant de la dégradation de l’environnement ;
  • fournit une assistance aux personnes touchées par les conséquences environnementales des guerres et conflits. »

Organisation[modifier | modifier le code]

Green Cross est en France une association à but non lucratif respectant une charte de conduite rédigée par ses fondateurs[5].

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

  • Mikhaïl Gorbatchev, fondateur et président
  • Jan Kulczyk, président du conseil d'administration
  • Alexander Likhotal, président et CEO
  • Sander Mallien, trésorier et président de GC Suisse
  • Mario Soares
  • Sergey Baranovskiy, président de GC Russie
  • Celso Luiz Claro de Oliveira, président de GC Brazil
  • Ousséini Diallo, président de GC Burkina Faso
  • Shoo Iwasaki, président de GC Japon
  • Scott Seydel, président de Global Green, branche américaine de GCI

Membres honoraires[modifier | modifier le code]

Branches nationales[modifier | modifier le code]

Green Cross en France[modifier | modifier le code]

Une première organisation Green Cross France a été inaugurée à Lyon en février 2002 au Forum des Dialogues pour la Terre. Elle s’est particulièrement investie dans la promotion du droit à l’eau potable et à l’assainissement élémentaire.

Green Cross France a eu le philosophe naturaliste Yves Paccalet pour président, de 2002 à 2008[6].

Depuis mi-2011, Green Cross est représentée en France par l'association loi 1901 Green Cross France et Territoires[7], présidée par Jean-Michel Cousteau. Green Cross France et Territoires a recruté en septembre 2011 son directeur exécutif, en la personne de Nicolas Imbert[8].

L'association focalise son activité selon 5 dimensions principales:

  • Encourager une plus grande prise en compte des thématiques de l’eau, qu’il s’agisse d’accès à l’eau, d’assainissement, de prévention des conflits ou de remédiation,
  • Anticiper les crises environnementales de demain,
  • Susciter le développement d’innovations (technologiques, économiques, sociales) propres créant de la valeur localement, pour l’accès à l’eau et à l’énergie, l’alimentation et la santé,
  • Développer la coopération décentralisée autour de projets concrets,
  • Accompagner les populations souffrant des conséquences des catastrophes environnementales via des programmes de médecine sociale, et informer de manière transparente sur les conséquences.

Green Cross Suisse[modifier | modifier le code]

Green Cross Suisse[9] a été fondée en 1994, soit une année après Green Cross International. Elle est l'une des premières branches nationales de l'ONG. GCS soutient particulièrement la cause du désarmement. Elle s'inscrit dans le cadre du projet « Legacy », institué par Green Cross International. Le premier objectif étant l'amélioration de la qualité de vie des personnes vivant dans un environnement contaminé, Green Cross Suisse s'engage pour la gestion des dommages consécutifs aux catastrophes industrielles et militaires, à l'élimination des sites contaminés datant de la Guerre froide, et l'élimination des armes de destruction massive. Elle œuvre aussi dans la médecine sociale, médecine qui tient compte de l'environnement social du patient pour mieux prévenir et guérir les maladies, issues par exemple de l'absence d'hygiène dans un bidonville.

Début 2009, Green Cross Suisse comptait 42 000 membres et un budget d'environ 6,8 millions de francs suisses.

Green Cross Suisse a Sander Mallien pour président.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]