Parti national libéral (Roumanie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti national libéral et PNL.
Parti national libéral
(ro) Partidul Național Liberal
Image illustrative de l'article Parti national libéral (Roumanie)
Logo officiel
Présentation
Président Klaus Iohannis
Fondation 24 mai 1875
Siège Bd. Aviatorilor 86, 10
Drapeau : Roumanie Bucarest (Roumanie)
Secrétaire général Marian Petrache
Président fondateur Radu Câmpeanu
Président d'honneur Mircea Quintus
Idéologie Centre-droit
National-libéralisme, conservatisme, conservatisme libéral, monarchisme
Affiliation internationale Internationale libérale
Affiliation européenne Parti populaire européen
Coalition D.A. (2004-2007)
USL (2011-2014)
Couleurs Jaune et bleu
Site web www.pnl.ro/
Présidents de groupe
Chambre des députés Ruşanu Radu
Sénat Haşotti Puiu
Parlement européen Manfred Weber (PPE)
Représentation
Députés
102 / 412
Sénateurs
51 / 176
Eurodéputés
6 / 32

Le Parti national libéral (en roumain : Partidul Național Liberal, PNL) est un parti politique roumain, national-libéral et conservateur. Il est présidé depuis 2009 par Crin Antonescu.

Initialement membre de l'Internationale libérale et de l'Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe (ALDE), il rejoint le groupe du Parti populaire européen (PPE) au Parlement européen après les élections de 2014.

Historique[modifier | modifier le code]

De la fondation à l'interdiction[modifier | modifier le code]

Fondé en 1875 et successeur du Parti libéral des principautés unies de Moldavie et de Valachie, il est suspendu entre 1938 et 1944, puis interdit par le régime communiste en 1947.

Un retour dans l'opposition[modifier | modifier le code]

Il reprend ses activités en 1989, et se présente aux élections générales de 1990, sous la direction de son président, Radu Câmpeanu, contre le Front de salut national (FSN), qui remporte une large majorité aux deux chambres du Parlement roumain, et 85 % à l'élection présidentielle. En 1992, il intègre la Convention démocratique roumaine (CDR) et soutient la candidature d'Emil Constantinescu, fondateur de la CDR, à la présidence.

Du pouvoir à la défaite[modifier | modifier le code]

Il échoue au second tour face au président sortant, Ion Illiescu, mais le défait en 1996, remportant plus de 54 % des voix. La Convention ayant gagné les législatives, le PNL entre au gouvernement, avec notamment Călin Popescu-Tăriceanu et Crin Antonescu. La coalition n'est pas reconduite lors des élections de 2000, qui marquent la victoire du Parti pour la démocratie sociale en Roumanie (PDSR), le candidat à la présidentielle des libéraux, l'ancien Premier ministre Theodor Stolojan, étant devancé au premier tour par le nationaliste Corneliu Vadim Tudor.

2004 : le succès de l'Alliance D.A.[modifier | modifier le code]

Lors des scrutins de 2004, le PNL fait alliance avec le Parti démocrate (PD) dans l'Alliance Justice et Vérité (DA), emmenée par Popescu-Tăriceanu, nouveau président du parti, et Traian Băsescu, président du PD. Băsescu est élu président de la République, au second tour contre le Premier ministre Adrian Năstase, tandis que Călin Popescu-Tăriceanu, ayant obtenu le soutien de l'Union démocrate magyare de Roumanie (UDMR) et du Parti humaniste roumain (PUR), accède au poste de Premier ministre à la suite des élections législatives, au cours desquelles la D.A. a été devancée par le Parti social-démocrate (PSD).

Depuis 2007 : la perte du pouvoir[modifier | modifier le code]

L'alliance prend fin en 2007, avec le renvoi des ministres démocrates du gouvernement. Cette même année, le PNL est largement devancé par le PD, qui remporte 28 % des voix, soit quinze points de plus que les libéraux. En 2008, le nouveau Parti démocrate-libéral (PDL) d'Emil Boc remporte les élections législatives, sans obtenir de majorité absolue, tandis que le parti libéral est relégué à la troisième place, et donc dans l'opposition. Lors de la présidentielle, organisée l'année suivante, son nouveau président Crin Antonescu arrive troisième du premier tour, avec 20 % des voix, le meilleur score pour un candidat présenté par le seul PNL.

Avec le PSD et le Parti conservateur (PC), il forme, le 19 février 2011, l'Union sociale-libérale (USL), coalition politique des partis d'opposition qui remporte une écrasante victoire aux élections législatives de 2012 avec plus de 60 % des voix. En février 2014, le PNL quitte l'USL et le gouvernement.

Principaux résultats depuis 1990[modifier | modifier le code]

Scrutin Score Position Sièges
Législatives, 1990 6,4 % des voix (Chambre)
7,1 % des voix (Sénat)
3e 29 députés
10 sénateurs
Présidentielle, 1990
Candidat : Radu Câmpeanu
10,6 % des voix 2e
Législatives, 1992
Coalition CDR
20,0 % des voix (Chambre)
20,1 % des voix (Sénat)
2e 82 députés
34 sénateurs
Présidentielle, 1992
Candidat : Emil Constantinescu
31,2 % des voix (1er tour)
38,5 % des voix (2e tour)
2e
2e
Législatives, 1996
Coalition CDR
30,1 % des voix (Chambre)
30,7 % des voix (Sénat)
1er 122 députés
53 sénateurs
Présidentielle, 1996
Candidat : Emil Constantinescu
28,2 % des voix (1er tour)
54,4 % des voix (2e tour)
2e
1er
Législatives, 2000 6,8 % des voix (Chambre)
7,4 % des voix (Sénat)
4e 30 députés
13 sénateurs
Présidentielle, 2000
Candidat : Theodor Stolojan
11,8 % des voix 3e
Législatives, 2004
Alliance D.A.
31,5 % des voix (Chambre)
31,8 % des voix (Sénat)
2e 112 députés
49 sénateurs
Présidentielle, 2004
Candidat : Traian Băsescu
33,9 % des voix (1er tour)
51,2 % des voix (2e tour)
2e
1er
Européennes, 2007
Tête de liste : Renate Weber
13,4 % des voix 3e 6 eurodéputés
Législatives, 2008 18,5 % des voix (Chambre)
18,7 % des voix (Sénat)
3e 65 députés
28 sénateurs
Européennes, 2009
Tête de liste : Norica Nicolai
14,5 % des voix 3e 5 eurodéputés
Présidentielle, 2009
Candidat : Crin Antonescu
20,0 % des voix 3e
Législatives, 2012
Union sociale-libérale
58,6 % des voix (Chambre)
60,0 % des voix (Sénat)
2e 102 députés
51 sénateurs
Européennes, 2014
Tête de liste : Norica Nicolai
15,0 % des voix 2e 6 eurodéputés

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]