Économie de marché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme d'économie de marché désigne un système économique où les décisions de produire, d'échanger et d'allouer des biens et services rares sont déterminées majoritairement à l'aide d'informations résultant de la confrontation de l'offre et de la demande telle qu'établie par le libre jeu du marché. Confrontation qui détermine les informations de prix, mais aussi de qualité, de disponibilité. Pour d'autres auteurs , tel l'économiste Jacques Sapir, ce terme « n'appartient pas à la tradition économique, mais bel et bien au vocabulaire politique [...] le terme d'"économie de marché" ne renvoie donc à rien de précis sur le plan scientifique. »[1]

Définitions[modifier | modifier le code]

Un système ouvert, anticipatif et dynamique[modifier | modifier le code]

Au cœur de l'économie de marché, le mécanisme de l'offre et de la demande concourt à la découverte et à l'établissement des prix. Ce mécanisme opère par arbitrage pour un horizon donné et pour une qualité donnée entre des valeurs représentatives du bien ou du service concerné : d'une part la valeur de son coût intrinsèque (prix de revient) mais aussi d'autre part sa valeur d'échange (prix relatif, c'est-à-dire du prix d'un produit ou d'un service par rapport aux autres).
Pour Robert Gilpin la dynamique de l'économie de marché fait intervenir également d'autres facteurs comme la concurrence et l'aptitude à la survie des acteurs dans l'activité économique [N 1].
Cette dynamique propre au marché[2] représente un facteur très positif pour la diffusion de la croissance économique et l'extension géographique des échanges dans un espace plus large, au-delà des frontières politiques des États.

Élargissement du concept[modifier | modifier le code]

Pour Roger Guesnerie[N 2] « À l'aune de l'esquisse qui est faite ici d'une économie de marché -des marchés appuyés sur la monnaie et le droit-, nombre d'économies historiquement datées ont droit au label d'économies de marché ».
D'une manière générale, il serait plus exact de parler « des » économies de marchés plutôt que « de » l'économie de marché, tant le système est dépendant des contextes et institutions très diverses qui accompagnent et soutiennent les marchés.
Dans cette perspective, l'impérieuse nécessité de prendre en compte les aspects sociaux en Europe après la Seconde Guerre mondiale a conduit à l'émergence du concept d' économie dite « sociale de marché », qui a été décliné selon différentes variantes propres aux pays concernés.
Aujourd'hui, l'importance croissante accordée à l'environnement peut laisser entrevoir une évolution [N 3] vers une « économie durable de marché » voire une « économie sociale et durable de marché » .

Sur les autres projets Wikimedia :

Distinctions utiles à souligner[modifier | modifier le code]

Distinction entre Économie de marché et capitalisme[modifier | modifier le code]

Certains auteurs posent clairement une distinction entre économie de marché et capitalisme.
Pour Fernand Braudel, les régimes de production/répartition des biens et services ont évolué selon 3 formes historiques successives [3] :

  1. celle de la vie matérielle primitive où le processus d'auto-suffisance et d'auto-consommation se déroule de manière très locale, à l'échelle de l'individu, de la famille ou de petits groupes.
  2. celle de l' économie de marché , telle qu'elle découle des échanges rendus nécessaires par une plus grande spécialisation et une plus large division du travail : Chacun produit une catégorie spécifique de bien et doit fatalement échanger avec les autres pour se procurer les biens qu'il ne produit plus et ainsi satisfaire l'ensemble de ses besoins.
  3. celle du capitalisme , amorcée par les entreprises de « commerce ou de négoce au long cours » et qui se financiarise inéluctablement pour engendrer un système où l'échange commercial n'est plus que le support ou le prétexte de gains financiers. Pour lui « le capitalisme dérive par excellence des activités économiques au sommet ou qui tendent vers le sommet. En conséquence, ce capitalisme de haut vol flotte sur la double épaisseur sous-jacente de la vie matérielle et de l'économie cohérente de marché, il représente la zone de haut profit »[4]. D'une façon générale Braudel[5] distingue deux types d'échanges « l'un terre à terre, concurrentiel puisque transparent » qui relève de l'économie de marché et « l'autre supérieur, sophistiqué, dominant » qui relève du capitalisme.

Pour Robert Gilpin[N 4] l'essence du marché réside dans le rôle des prix relatifs dans le processus d'allocation tandis que celle du capitalisme réside dans la propriété privée des moyens de production. Au niveau théorique, une économie socialiste de marché composée d'acteurs publics et de travailleur non libres est pour lui concevable comme cela est envisagé dans le concept d'économie socialiste de marché[N 5]

Distinction entre Économie de marché et Libéralisme[modifier | modifier le code]

Article connexe : économie sociale de marché.

Issue d'un concept et d'une pratique liée à l'Ordo-libéralisme, l'expression recouvre aujourd'hui un sens plus large. Ainsi, Mario Monti, le commissaire européen[6], distingue les économies de marché de type anglo-saxon des économies sociales de marché allemande ou française. Pour lui l'économie de marché doit non seulement être compatible, mais aussi être en mesure de financer la protection sociale par une imposition redistributive, de même que promouvoir un certain activisme des gouvernements et des institutions européennes en faveur de l'économie dans le respect des règles européennes de la concurrence.

La diversité des modèles de référence[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas sur le plan théorique d'unanimité quant à la définition précise de l'économie de marché. On constate en revanche l'existence et la pratique de modèles les plus divers où le mécanisme d'économie de marché est amené à coexister et à composer avec des logiques ou contraintes plus ou moins compatibles.

raisons liées à la nature et à l'imperfection des mécanismes de marché[modifier | modifier le code]

Le régime de la concurrence pure et parfaite n'étant pas concrétisé dans la réalité ,

  • il n'existe pas « un » marché général où se produit la confrontation de toutes les offres et de toutes les demandes, mais « des » marchés plus ou moins inter-connectés sinon cloisonnés qui donnent lieu à des confrontations partielles. (ex : marché des biens, des matières premières, des services, du travail, des changes, des capitaux, marché monétaire, marché immobilier, etc...)
  • les imperfections de marché prospèrent :
Monopole, duopole, oligopole, cartel, entente, position dominante, etc...
asymétrie de l'information, délai et effet retard, goulet d'étranglement, etc...
  • la demande exprimée sur un marché est perçue la plupart du temps à travers le prisme déformant de la demande solvable, c'est-à-dire celle qui émane des opérateurs disposant du pouvoir d'achat monétaire suffisant.

raisons liées à l'intervention de la norme sociale ou de la puissance publique[modifier | modifier le code]

Des actions collectives peuvent être organisées pour promouvoir ou défendre des valeurs positives ou des règles sociales, culturelles, morales, voire religieuses :

raisons liées aux comportements des agents économiques[modifier | modifier le code]

l'économie dite non marchande ou domestique ne donne pas lieu à échange rémunéré(ex : jardins familiaux, babysitting non rémunéré, femmes au foyer, aide des grands-parents ... ).
l'économie de troc et/ou l'économie de subsistance se situe relativement à l'écart des flux économiques(ex : pratiques de certaines zones rurales du tiers monde ou très déshéritées, )
l'économie spéculative ou exclusivement financière qui introduisent des logiques de type « argent ⇒ marchandise ⇒ argent » dénoncées par certains comme représentant des déconnexions forcées de l'économie réelle. (Ex : spéculation sur les matières premières)
l'économie souterraine ou les « trafics » opérés sur des marchés parallèles ou occultes (ex: le trafic de drogue, le travail ou le marché au noir, ou le proxénétisme…).
les phénomènes de corruption ou de délit d'initié qui visent par leur nature à fausser le libre jeu des forces du marché.

raisons liées à la mondialisation économique[modifier | modifier le code]

L'économie de marché s'arrête difficilement au niveau d'un seul pays, si vaste soit-il. Au niveau international, elle est d'autant plus développée que les divers pays pratiquent le libre-échange.
Cela dit, en pratique beaucoup de pays revendiquent pour leurs exportations les règles applicables à l'économie de marché,( sinon la clause de la nation la plus favorisée) en organisant par ailleurs vis-à-vis des importations des règles fort peu réciproques ( protectionnisme ) :

Certains pays issus du collectivisme -comme la Chine- se veulent « Économie socialiste de marché », alors qu'ils sont encore des économies marquées par l'empreinte du Capitalisme d'État[7].
D'autres pays bénéficient de conditions de couts qui leur permettent de pratiquer une concurrence jugée « déloyale » par leurs rivaux plus développés.
D'autres pays se trouvent dans une situation où la structure des flux échangés les entraine vers la détérioration des termes de l'échange

Économie de Marché : Les débats actuels[modifier | modifier le code]

L'économie de marché : l'exemple du débat en France[modifier | modifier le code]

Un débat donne lieu à un fort questionnement assorti de multiples prises de position:
Échanges entre socialistes « réformistes » et socialistes « fondamentalistes »

Le retour de la droite en 1986 relance le débat :

    • La question des privatisations. Elles sont menées tant par des gouvernements de droite que de gauche ( 100 milliards de francs sous le gouvernement de Jacques Chirac (1986-1988), 40 milliards sous le gouvernement d'Alain Juppé, et 210 milliards sous le gouvernement de Lionel Jospin ) ;
    • la question d'une déréglementation partielle des marchés financiers ;
  • la question d'éventuelles alternatives (d'un modèle de croissance verte à celui d'une décroissance soutenable, appuyée sur une Économie de la fonctionnalité)

[réf. nécessaire]

La prise en compte du développement durable[modifier | modifier le code]

L'économie de marché non régulée n'est pas forcément compatible avec les exigences du développement durable. En effet, la recherche de la maximisation du profit par les entreprises ne va pas spontanément dans le sens d'un développement durable, car elle conduit à des raisonnements de court terme, et elle tend à la satisfaction des intérêts des seuls actionnaires des entreprises.

L'impact des valeurs : Exemple de la Doctrine catholique[modifier | modifier le code]

L'encyclique Caritas in Veritate de Benoît XVI (juillet 2009) indique que les acteurs de la vie économique ne peuvent se limiter au marché seul, mais «que l'économie doit aussi impliquer l'État et la société civile» :

« La vie économique a sans aucun doute besoin du contrat pour réglementer les relations d’échange entre valeurs équivalentes. Mais elle a tout autant besoin de lois justes et de formes de redistribution guidées par la politique, ainsi que d’œuvres qui soient marquées par l’esprit du don. L’économie mondialisée semble privilégier la première logique, celle de l’échange contractuel mais, directement ou indirectement, elle montre qu’elle a aussi besoin des deux autres, de la logique politique et de la logique du don sans contrepartie.»
« Mon prédécesseur Jean-Paul II avait signalé cette problématique quand, dans Centesimus annus, il avait relevé la nécessité d’un système impliquant trois sujets : le marché, l’État et la société civile. » [9]

Le rôle de l'État[modifier | modifier le code]

Article connexe : État.

L'intervention de l'État, qui représente les "intérêts publics" (notion à définir), est considérée par certains comme nécessaire. Elle se fait actuellement de la façon suivante :

Être exemplaire en matière de développement durable :

Participer aux différentes initiatives qui ont lieu au niveau international sur le développement durable, sommets de la Terre, sommets de l'eau, protocole de Kyoto et ses suites, réunions sur la biodiversité...

Définir de nouvelles règles du jeu :

  • En France, les entreprises cotées en bourse doivent rendre compte des conséquences sociales et environnementales de leur activité (article 116 de la loi sur les Nouvelles Régulations Économiques),
  • Principe du bonus-malus écologique pour les véhicules automobiles,
  • Mise en place d'une finance du carbone.

Toutefois, les évaluations portant sur la mise en œuvre des Nouvelles Régulations Économiques en France montrent qu'assez peu d'entreprises se conforment réellement aux exigences de la loi. En effet, le non-respect de la loi n'entraîne aucune sanction vis-à-vis des entreprises. Il s'agit d'un droit mou.

On peut imaginer d'autres actions des États :

La société civile[modifier | modifier le code]

Article connexe : société civile.

La société civile intervient par l'intermédiaire de ses représentants, organisés en parties prenantes (organisations professionnelles, organisations syndicales, organisations non gouvernementales, ...). Par exemple, en matière environnementale, les parties prenantes représentatives sont les ONG environnementales (WWF,Greenpeace, Amis de la Terre, ...).

Les parties prenantes peuvent se concevoir par rapport aux autorités politiques, ou bien par rapport aux entreprises.

La perspective sociale libérale[modifier | modifier le code]

Par rapport à la perspective catholique, les sociaux-libéraux s'interrogent sur la notion même d'État. La distinction société civile/État leur pose un problème car elle suppose, à la manière de ce qui existe dans l'Église, une prépondérance donnée à la hiérarchie de l'État sur les citoyens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Three charactéristics of a market economy are responsible for its dynamic nature (1) the critical role of relative prices in the exchange of goods and servives, (2) the centrality of competition as a determinant of individual and institutional behavior, and (3) the importance of efficiency in determining the survivability of economic actors » in Gilpin, 1987, p.19
  2. Guesnerie, p.25
  3. Se reporter à l'article sur Nicholas Stern
  4. « The concept of "market is thus broarder than that of "capitalism". The essence of a market, defined in greater detail below, is the central role of relative prices in allocative decisions. The essence of capitalism, as noted above, is the private ownership of the means of production and the existence of free labor » cité in Gilpin p.16
  5. « Theoretically, a market system could be composed of public actors and unfree labor as envisioned in the concept of market socialism »cité in Gilpin, 1987, p.16

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Sapir, La Fin de l'eurolibéralisme, Le Seuil, 2006, p. 82.
  2. Gilpin, 1987, pp.19-20
  3. La Dynamique du Capitalisme, Paris 1985 Editions Arthaud
  4. Braudel, p.117
  5. Braudel, p.66
  6. Le Monde des 7 et 8 juin 2009, M.Monti : "Relancer l'Europe en réconciliant marché et social", propos recueillis par Arnaud Leparmentier
  7. Interview de Anne-Marie Idrac par Marie-Christine Corbier, "La Chine de remplit pas les critères d'une économie de marché" Les Échos du 9 novembre 2010
  8. Les Echos du 26/08/2009, p.28
  9. Encyclique Caritas in Veritate, chapitre III, § 37 et 38»

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]