Lubomír Štrougal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lubomír Štrougal
Lubomír Štrougal (2012)
Lubomír Štrougal (2012)
Fonctions
19e Premier ministre de Tchécoslovaquie
Président Gustáv Husák
Prédécesseur Oldřich Černík
Successeur Ladislav Adamec
Biographie
Nom de naissance Lubomír Štrougal
Date de naissance (89 ans)
Lieu de naissance Veselí nad Lužnicí (Tchécoslovaquie)
Nationalité tchécoslovaque
tchèque
Parti politique Parti communiste tchécoslovaque

Signature

Lubomír Štrougal
Liste des chefs de gouvernement tchécoslovaque

Lubomír Štrougal (né le à Veselí nad Lužnicí) est un homme politique tchèque, ancien premier ministre de la République socialiste tchécoslovaque.

Après avoir dû travailler dans l'industrie allemande pendant la Seconde Guerre mondiale (voir le décret de nomination pour les citoyens tchèques - allemand : Totaleinsatz), il a terminé ses études de droit à l 'Université Charles de Prague. Il entra dans le Parti communiste de Tchécoslovaquie et à partir de la fin des années 1950 fut membre de sa direction (membre du Comité central).

Entre 1959 et 1961 Štrougal a été ministre de l'Agriculture, puis jusqu'en 1965, ministre de l'Intérieur.

En 1968, il devint vice-Président du gouvernement de Oldřich Černík. Au début, il était opposé à l'Occupation de 1968 de la Tchécoslovaquie par les forces du Pacte de Varsovie, mais plus tard, devint l'un des éminents représentants du régime de Gustáv Husák. Štrougal a été Président du gouvernement de la Tchécoslovaquie du au .

En raison de conflits persistants avec le secrétaire général du parti communiste, Milouš Jakeš, il a démissionné de son poste de Président du gouvernement. Il a critiqué l'état du parti, l'exécutif et la société du moment. Pendant la Révolution de velours Štrougal a été l'un des candidats à la présidence du parti communiste, mais a ensuite quitté la scène politique et, en février 1990, a été exclu du parti.

L'« Office de Documentation et d'enquête sur les crimes de la police communiste de la République tchèque » l'a accusé, d'avoir empêché en 1965 une enquête menée pour déterminer les crimes commis par la Sécurité d'État entre 1948 et 1949. Toutefois, le tribunal municipal de Prague a prononcé un non-lieu en 2002 en raison du manque de preuves.