Mouvement des droits et des libertés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Mouvement des droits et des libertés (MDL) (en bulgare : Движение за права и свободи, Дпс, DPS — ou en turc, Hak ve Özgürlükler Hareketi, HÖH) est à l'origine le principal parti politique des Turcs et des musulmans de Bulgarie[1]. Il se veut désormais un parti pour tous les Bulgares. Le MDL est membre du Parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs (Parti ELDR) à l'instar du plus ancien parti politique ethnique, le Svenska Folkpartiet des Suédois de Finlande. Son chef, de 1990 à 2013, est Ahmed Dogan. Depuis janvier 2013, le parti est dirigé par Lioutvi Mestan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Turcs de Bulgarie et islam en Bulgarie.

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

  • 1994: 14 sièges
  • 1997: 19 sièges
  • 2001: 21 sièges (en coalition avec le parti tzigane Euroroma, qui n'a obtenu aucun élu)
  • 2005: 34 sièges
  • 2007 (Parlement européen) : 3 sièges (sur 18).
  • 2009 (Parlement européen) : 3 sièges (sur 18).
  • 2009: 37 sièges
  • 2013: 36 sièges
  • 2014: (Parlement européen) : 4 sièges (sur 17).

Élections législatives de juin 2005[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de 2005, le MDL a obtenu de bons résultats : passé de 21 à 33 sièges, il devient la troisième force politique du pays, et de loin comme la première auprès des électeurs bulgares résidant à l'étranger en ayant recueilli plus de 60 % de leurs suffrages d'après les premiers dépouillements.

Plus d'un million et demi de citoyens bulgares résideraient à l'étranger, dont un tiers en Turquie où beaucoup avaient fui le régime communisto-nationaliste de 1944 à 1989. D'après l'ambassade de France à Sofia, il y a eu « émigration forcée en 1989 de 340 000 turcophones, 160 000 sont revenus » , mais « depuis 1989, 650 000 personnes ont émigré de Bulgarie, dont 243 000 vers la Turquie ». Il y avait 344 bureaux de vote dans 72 pays, dont 78 pour la Turquie.

Les résultats électoraux du MDL par arrondissements montrent que ce parti a une assise territorialement très concentrée: sur les 31 circonscriptions électorales, 17 ont envoyé des députés du MDL avec des scores allant de 7,18 % à Plovdiv (1 siège sur 10) à 67,32 % (5 sièges sur 5) dans l'arrondissement électoral de Kardjali, fief de son dirigeant et fondateur Ahmed Dogan, prisonnier politique sous Todor Jivkov.

Participation gouvernementale[modifier | modifier le code]

Controverses[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joël Kotek, Philippe Destatte, Université libre de Bruxelles, L'Europe et ses villes-frontières, Éditions Complexe,‎ 1996, 329 p. (ISBN 287027663X, lire en ligne), p. 120

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]