Egon Krenz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Krenz.
Egon Krenz
Image illustrative de l'article Egon Krenz
Fonctions
4e président du Conseil d'État de la RDA
18 octobre 19893 décembre 1989
Premier ministre Willi Stoph
Hans Modrow
Prédécesseur Erich Honecker
Successeur Manfred Gerlach
Secrétaire général du comité central du Parti socialiste unifié d'Allemagne
18 octobre 19893 décembre 1989
Prédécesseur Erich Honecker
Successeur Fonction abolie
Biographie
Date de naissance 19 mars 1937 (77 ans)
Lieu de naissance Kołobrzeg
Nationalité Est-allemande, puis allemande
Parti politique Parti socialiste unifié d'Allemagne (PSUA)
Profession Politicien

Signature

Egon Krenz
Présidents du Conseil d'État de la RDA

Egon Krenz est une personnalité politique est-allemande, né le 19 mars 1937 à Kołobrzeg, Poméranie. Il fut le dernier secrétaire général du Parti socialiste unifié d'Allemagne (SED).

Politique[modifier | modifier le code]

Egon Krenz en 1974

Russophone, il est diplômé de l'école du Parti communiste allemand à Moscou.

Apparatchik communiste, il devint numéro deux du régime communiste de la RDA à partir de 1984. Il se bâtit dans l'ombre d'Erich Honecker une réputation de dur. Jusqu'au 18 octobre 1989 il avait en charge les questions de Sécurité intérieure et des cadres du parti.

Ami personnel de Mikhaïl Gorbatchev, il fut président du conseil d'État de la République démocratique allemande du 18 octobre 1989 au 3 décembre 1989. Annonçant dès sa prise de fonction « une offensive politique et diplomatique », il fit prendre des mesures pour faciliter les voyages à l'étranger des citoyens est-allemands et permit quelques débats publics à la radio.

Le 30 octobre 1989, plus de 500 000 personnes réclament à Berlin-Est sa démission aux cris de « Gorby, Gorby, soutiens-nous » et demandent la création d'un mouvement indépendant sur le modèle du syndicat Solidarność.

En 1997, il est condamné à six ans de prison pour meurtre, étant jugé responsable de la mort de quatre personnes qui avaient été abattues par les garde-frontières est-allemands en tentant de franchir le mur de Berlin[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Document fuels debate on East German border deaths, France 24, 13 août 2007