Belleville-sur-Vie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Belleville-sur-Vie
Église de Belleville-sur-Vie
Église de Belleville-sur-Vie
Blason de Belleville-sur-Vie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Le Poiré-sur-Vie
Aizenay (2015)
Intercommunalité Communauté de communes de Vie et Boulogne
Maire
Mandat
Régis Plisson
2014-2020
Code postal 85170
Code commune 85019
Démographie
Gentilé Bellevillois
Population
municipale
3 858 hab. (2011)
Densité 254 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 47′ 03″ N 1° 25′ 48″ O / 46.7841666667, -1.4346° 47′ 03″ Nord 1° 25′ 48″ Ouest / 46.7841666667, -1.43  
Altitude Min. 55 m – Max. 84 m
Superficie 15,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
Belleville-sur-Vie

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
Belleville-sur-Vie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belleville-sur-Vie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belleville-sur-Vie

Belleville-sur-Vie est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé sur l’axe La Roche-sur-Yon/Nantes, à 15 km au nord de La Roche et à 40 km de Saint-Gilles-Croix-de-Vie sur la côte atlantique. La commune a une superficie de 1516 ha. 17 ha sont constitués en 4 parcs et 32 ha en espaces verts. Elle est arrosée par la Vie, fleuve côtier de 62 km qui prend sa source à Belleville et se jette dans l’océan Atlantique à Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Elle reçoit, quatre affluents : le Jaunay, la Petite Boulogne, le Gué Gorand et le Ligneron.

La commune a doublé sa population en vingt ans pour compter aujourd’hui 3 838 habitants (chiffre INSEE au 01/01/2009). 58 % de la population a moins de 40 ans dont 36 % moins de 25 ans.

Une centaine d’entreprises fournissent près de 1 400 emplois, sur cinq zones d’activités : Actipôle 85, Le Petit Bourbon, Le Grand Pli, la Verdure et le Recrédy.

Belleville appartient à la Communauté de communes « Vie et Boulogne » qui regroupe : Aizenay, Beaufou, La Génétouze, Le Poiré-sur-Vie, Les Lucs-sur-Boulogne, St. Denis la Chevasse et Saligny et fait également partie du Pays « Yon et Vie » regroupant 23 communes avec La Roche-sur-Yon.

Environnement[modifier | modifier le code]

Belleville-sur-Vie possède deux fleurs au Concours des villes et villages fleuris (palmarès 2009). Première fleur obtenue en 2007. Deuxième fleur obtenu en 2009.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château fortifié de la seigneurie de Belleville a été construit vers la fin du XIe siècle. Il était entouré de douves. Dès 935, l’histoire fait mention d’un seigneur de Belleville ; cette lignée s’éteindra à la mort du dernier descendant masculin, Maurice de Belleville en 1306. Seule héritière, Jeanne de Belleville vit son époux décapité sur ordre du roi de France pour trahison. Ses biens ont alors été confisqués. Remarié au sire de Harpedanne, d’origine anglaise, ils s’établissent alors en Poitou lors de l’occupation qui suivit le traité de Brétigny (1360).

La famille Harpedanne de Belleville recevra du roi Charles VI, la seigneurie de Belleville dont elle prendra le nom au début du XVe siècle. Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, la seigneurie de Belleville sera érigée en Baronnie. Vers 1850, fut construite la mairie actuelle avec les pierres de l’antique demeure seigneuriale.

L’ancienne église construite vers la fin du XIIe siècle est l’un des plus curieux monuments de l’époque du roman vendéen. Il ne reste plus actuellement que le portail composé de quatre arcades ogivales concentriques. Pendant l’année 1793, Belleville fut la plaque tournante des armées vendéennes. Le général Charette, sous la terreur (1794-1795), y avait établi son quartier général d’où il mena une guerre impitoyable aux « bleus », les acculant à des pourparlers de paix qui aboutiront au traité de la Jaunaye (guerres de Vendée).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Daniel Privat    
mars 2008 en cours Régis Plisson[Note 1],[1] PR directeur d'usine retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 858 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
159 277 303 333 329 372 405 912 957
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 012 1 162 1 058 1 067 1 067 1 104 1 141 1 187 1 172
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 209 1 200 1 080 1 082 1 055 1 030 1 097 1 154 1 157
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
1 229 1 565 2 186 2 532 2 969 3 517 3 673 3 858 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,5 %, 15 à 29 ans = 16,7 %, 30 à 44 ans = 23,6 %, 45 à 59 ans = 21,8 %, plus de 60 ans = 14,4 %) ;
  • 50,4 % de femmes (0 à 14 ans = 22,2 %, 15 à 29 ans = 16,3 %, 30 à 44 ans = 23,8 %, 45 à 59 ans = 20,6 %, plus de 60 ans = 17,1 %).
Pyramide des âges à Belleville-sur-Vie en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,5 
4,2 
75 à 89 ans
6,5 
10,0 
60 à 74 ans
10,1 
21,8 
45 à 59 ans
20,6 
23,6 
30 à 44 ans
23,8 
16,7 
15 à 29 ans
16,3 
23,5 
0 à 14 ans
22,2 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Portail de la nouvelle église
  • Seul vestige de l'ancienne église de Belleville-sur-Vie, le porche composé de quatre arcades ogivales concentriques et reposant sur des colonnettes à chapiteaux ornés (cf. histoire) Logo monument historique Classé MH (1947)[6]
  • À l’entrée de la nouvelle église : pierre tombale armoriée du XVIe siècle

Cinq circuits pédestres :

  • Le jaune : À la découverte de Belleville, 5 km à travers l’agglomération.
  • Le bleu : Circuit des vieilles demeures, 8,5 km au sud est permettant de découvrir les anciens lieux-dits témoins du passé.
  • L’orange : Sentier de la Vie, 6,8 km à l’ouest sur la vallée de la Vie.
  • Le rouge : Du Recrédy à la Morandière, 9,5 km au nord ouest de l’agglomération passant par le village du Recrédy, chargé d’histoire.
  • Le vert : « Parcs et jardins » en partie le circuit bleu allongé de deux boucles. Environ 13 km.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Gironné de gueules et de vair de douze pièces.
  • (Armoiries de la famille Harpedanne de Belleville).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2014.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Insee.
  5. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  6. « Notice no PA00110038 », base Mérimée, ministère français de la Culture