Anne de Montafié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anne de Montafié

Description de l'image  AMontafie.jpg.
Nom de naissance Anne de Montafié
Naissance 22 juillet 1577
Paris
Décès 17 juin 1644 (à 67 ans)
Paris
Activité principale Epouse de Charles de Bourbon
Ascendants
Louis de Montafié, comte de Montafié
Jeanne de Coesme
Conjoint
Charles de Bourbon, comte de Soissons
Descendants

Anne de Montafié, comtesse de Soissons, née à Paris le 22 juillet 1577, est la fille cadette de Louis de Montafié, comte de Montafié, seigneur du Piémont et prince de Carignan (terres acquises 300 000 écus par le duc de Savoie Charles Emmanuel I), et de Jeanne de Coesme, dame de Lucé et de Bonnétable.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hilarion de Coste écrira d'elle : « comme la lune regarde toujours le soleil duquel elle reçoit sa lumière et sa splendeur, ainsi elle dépendait du visage de son mari, ne voulant point d'autre lustre que celui qui en provenait»[1],[2].

Anne de Montafié décède à Paris dans son hôtel de Soissons le 17 juin 1644, et demande par testament, que son corps soit porté à Notre-Dame de Bonne-Espérance de la Chartreuse de Bourbon-lèz-Gaillon (Eure), et ses entrailles au monastère des Feuillans de la rue Saint-Honoré à Paris.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Elle épouse le 17 décembre 1601, Charles de Bourbon, comte de Soissons. Elle eut 7 enfants dont 5 viables :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Père Hilarion de Coste, Les Eloges et vies des reynes, princesses, dames et damoiselles illustres en piété, courage et doctrine, qui ont fleury de nostre temps, et du temps de nos peres,‎ 1630, chap. 1, p. 63
  2. Aubin-Louis Millin, Antiquités nationales, ou Recueil de monuments pour servir l'histoire générale et particulière de l'Empire Français - Volume 4, Drouhin,‎ 1792 (lire en ligne), p. 20
  3. Père Hilarion de Coste, Les Eloges et vies des reynes, princesses, dames et damoiselles illustres en piété, courage et doctrine, qui ont fleury de nostre temps, et du temps de nos pères,‎ 1630, chap. 2, p. 175
  4. Louis Moreri, Le grand dictionnaire historique ou le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane, Amsterdam, Compagnie des libraires,‎ 1702, chap. 1, p. 132