Jean Maitron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maitron.

Jean Maitron, né le 17 décembre 1910, mort le 16 novembre 1987, est un historien français spécialiste du mouvement ouvrier et du mouvement libertaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 17 décembre 1910 à Sardy-lès-Épiry (Nièvre), Jean Maitron est élevé dans une famille communiste (son père Marius Maitron est un membre du Parti Ouvrier Français), ses deux parents étant instituteurs. Après des études secondaires au lycée de Nevers, il entre en hypokhâgne en 1929 au lycée Louis-le-Grand où il adhère à l'Union fédérale des étudiants proche du Parti communiste français. Docteur ès lettres en 1950, il est instituteur en 1936 puis professeur de cours complémentaire jusqu'en 1955, passant ensuite dans le second degré jusqu'en 1958[1].

Pierre Renouvin le fait obtenir son détachement au CNRS de 1955 à 1963 puis le fait nommer maître-assistant à la Sorbonne, avec pour mission de fonder le Centre d'histoire du syndicalisme. Il termine sa carrière en 1976 à l'Université paris I[2].

Pionnier de l'histoire ouvrière en France, il la fait entrer à l'université et lui donne ses bases archivistiques. Ses publications englobent des ouvrages de référence, notamment le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, poursuivi après sa mort et appelé couramment « le Maitron », et une histoire de l'anarchisme. Jean Maitron a fondé et dirigé deux revues : L'Actualité de l'histoire puis Le Mouvement social. Historien du mouvement et de l'anarchisme mais pas anarchiste comme beaucoup le croient, il adhère au Parti communiste en 1931 puis à la Ligue communiste en 1932 avant de revenir au PCF en 1935 et de rompre définitivement avec lui en 1939 lors du Pacte germano-soviétique[3].

Son œuvre est poursuivie par une équipe dirigée par Claude Pennetier, dans le cadre du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (CNRS / université de Paris I). En 2006, une nouvelle série du dictionnaire, prévue en douze volumes, a vu le jour. Intitulée Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social, elle couvrira la période 1940-1968.

Hommages, prix Maitron[modifier | modifier le code]

En 1996, la Fédération de l'Éducation nationale (aujourd'hui UNSA Éducation) crée le prix Jean-Maitron qui prolonge son œuvre et qui récompense un mémoire de master (initialement un mémoire de maîtrise). Le jury du prix Maitron, actuellement présidé par Antoine Prost, a l'originalité d'être composé pour moitié d'universitaires et pour moitié de syndicalistes.

Une collection de livres d'histoire sociale porte également son nom.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Histoire du mouvement anarchiste en France (1880-1914), SUDEL, Paris, 1951, 744 p., épuisé. Deuxième édition avec préface de G. Bourgin, 1955, épuisé. Réédition en deux volumes chez François Maspero, Paris, 1975, réédition Gallimard 2011.
  • Le Syndicalisme révolutionnaire, Paul Delesalle. Préface d'É. Dolléans, Éditions ouvrières, 1952, 176 p. Réédité par A. Fayard en 1985.
  • De la Bastille au Mont Valérien. Dix promenades à travers Paris révolutionnaire, Éditions ouvrières, 1956, 286 p.
  • Ravachol et les anarchistes, collection Archives, 1964, 216 p.
  • Publication de textes : H. Messager, Lettres de déportation, 1871-1876, Paris, Le Sycomore, 380 p., 1979.
  • Les Archives de Pierre Monatte (en collaboration avec Colette Chambelland), préface de E. Labrousse, Maspero, 1968, 462 p.
  • Le mouvement anarchiste en France, des origines à 1914, tome 1, Paris, Gallimard, 1992.
  • Le mouvement anarchiste en France, de 1914 à nos jours, tome 2, Paris, Gallimard, 1992.

Dictionnaires[modifier | modifier le code]

La série de 61 volumes du Maitron français et international, 34 de son vivant, 27 après sa mort, sous la direction de Claude Pennetier, Éditions de l'Atelier.

Audiovisuel[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maurice Joinet, Les grandes heures du mouvement ouvrier dans la Nièvre, Association culturelle ouvrière nivernaise,‎ 1999, p. 8
  2. Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle, Fayard,‎ 1988, p. 255
  3. Claude Pennetier, « Le dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français », Genèses, vol. 14, no 14,‎ 1994, p. 131

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]