Jean de Lancastre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean de Lancastre
Jean de Lancastre prie devant Saint Georges, détail d'une miniature du Livre des Heures de Bedford, vers 1423.
Jean de Lancastre prie devant Saint Georges, détail d'une miniature du Livre des Heures de Bedford, vers 1423.
Fonctions
Duc de Bedford
141414 septembre 1435
Prédécesseur création
Biographie
Date de naissance 20 juin 1389
Date de décès 14 septembre 1435
Lieu de décès Rouen
Père Henri IV d'Angleterre
Mère Marie de Bohun
Conjoint Anne de Bourgogne
Jacquette de Luxembourg
Enfant(s) Marie de Bedford

Jean de Lancastre

Jean de Lancastre (20 juin 138914 septembre 1435, Rouen), 1er duc de Bedford, est un membre de la famille royale d’Angleterre. Troisième fils d’Henri IV d’Angleterre et de Marie de Bohun, il est le frère puîné d’Henri V et l’oncle d’Henri VI.

Carrière[modifier | modifier le code]

La tour de Babel,
Heures du duc de Bedford,
Maître de Bedford

Il est nommé connétable d’Angleterre par son père (1403), duc de Bedford et de Candale et comte de Richmond par son frère Henri V (1414) et enfin lieutenant général du royaume pendant les campagnes de ce dernier en France.

Il aide puissamment son frère à conquérir le royaume de France et est nommé régent de ce royaume à la mort de ce prince, dont il proclame le fils Henri VI, à la fois roi de France et d’Angleterre (1422). Capitaine général en Normandie (1422-1435) et capitaine de Paris (1423-1429), il se fait également nommer duc d'Anjou et comte du Maine mais ne parvient pas à profiter de ces territoires.

Il remporte la bataille de Cravant (1423) et la bataille de Verneuil (1424), et est un moment maître de presque tout le royaume, mais la délivrance d'Orléans par Jeanne d'Arc (1429), puis le renversement d’alliance du duc de Bourgogne Philippe le Bon, au profit de Charles VII (1434) mettent un terme à ses succès, et il se voit bientôt enlever la plus grande partie de ses conquêtes. En outre, il ternit fortement sa gloire en 1431 en exerçant d’importantes pressions sur le tribunal ecclésiastique chargé du procès de Jeanne d'Arc, bafouant les droits de la défense et conduisant la Pucelle d’Orléans au supplice (en 1456, le procès en réhabilitation ordonné par le Pape Calixte III constatera de très importantes irrégularités dans le premier procès, déclarera ses conclusions nulles et non avenues et proclamera l’innocence de Jeanne d'Arc).

Son échec final vient du fait qu’il ne peut réduire les résistances qui ne cessent de se manifester au nord de la Loire tout en ne parvenant pas à prendre pied au sud. Constamment sur la défensive, le maintien de ses troupes entraîne de lourdes charges financières. Il doit faire appel au Trésor anglais tout en alourdissant la fiscalité en France, ce qui lui vaut l’impopularité des deux côtés de la Manche. Au fil des revers anglais, il se replie peu à peu vers la Normandie. Il est le fondateur de l’Université de Caen (1432).

Le 14 juin 1423 à Troyes[1], il épouse Anne de Bourgogne (1404-14 novembre 1432, Paris) fille de Jean sans Peur, duc de Bourgogne et de Marguerite de Bavière.

Veuf, il se remarie à Thérouanne, le 22 avril 1433, avec Jacquette de Luxembourg (1416?-30 mai 1472), fille de Pierre Ier de Luxembourg et de Marguerite des Baux. Il n’a aucune postérité de ses 2 unions.

Il eut une fille illégitime, Marie de Bedford, qui se maria avec Pierre de Montferrand, seigneur de Lesparre, (décapité en 1463), et fils du seigneur de Langoiran, Bertrand III de Montferrand.

Il meurt subitement le 14 septembre 1435 à Rouen et est enterré dans la cathédrale Notre-Dame de la ville, son tombeau de marbre noir sera détruit en 1562 par les calvinistes, lors des guerres de religions. À cet emplacement, au pied du gisant d'Henri le Jeune, une plaque a été scellée.

Amateur d’art et de livres[modifier | modifier le code]

Marque de propriété aux armes de Bedford dans un manuscrit contenant des œuvres de Geoffroi de Charny (BNF, Manuscrit français 25447, fol. 3 (détail)

Le duc de Bedford commandita plusieurs manuscrits enluminés[2]. Son nom est resté attaché à plusieurs célèbres manuscrits du XVe siècle, dont le Bréviaire de Salisbury réalisé par un enlumineur anonyme surnommé le Maître de Bedford, mais aussi le Psautier et livre d'heures de Bedford, ainsi que les Heures de Bedford, que sa première épouse, Anne de Bourgogne avait reçues de son père Jean sans Peur comme cadeau de mariage[3].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il avait déjà épousé Anne de Bourgogne par procuration le 13 ou le 17 avril précédent. Le 14 juin, il est présent en personne.
  2. Un manuscrit du XVè vendu 2M d'€, Le Figaro, 27 avril 2012.
  3. Showcases :: The Bedford Hours

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.