Saint-Baldoph

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Saint-Baldoph
Saint-Baldoph
Vignobles et église de Saint-Baldoph en été.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton La Ravoire
Intercommunalité Chambéry métropole - Cœur des Bauges
Maire
Mandat
Christophe Richel
2014-2020
Code postal 73190
Code commune 73225
Démographie
Gentilé Saint-Bardolains
Population
municipale
2 870 hab. (2015 en diminution de 3,2 % par rapport à 2010)
Densité 460 hab./km2
Population
aire urbaine
220 118 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 10″ nord, 5° 57′ 11″ est
Altitude Min. 291 m
Max. 881 m
Superficie 6,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 14.svg
Saint-Baldoph

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Saint-Baldoph

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Baldoph

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Baldoph
Liens
Site web saintbaldoph.fr

Saint-Baldoph est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. C'est une des trois communes du vignoble d'Apremont.

Géographie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée dans Saint-Baldoph à proximité des vignobles (et panonceau du logo du parc naturel régional de Chartreuse).

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Baldoph est située dans le département de la Savoie, à 4 km de Chambéry sa préfecture. D'une superficie de 624 hectares, elle s'étend sur les premières hauteurs nord du massif de la Chartreuse et fait partie du parc naturel régional de la Chartreuse[1]. Son altitude varie donc de 291 mètres à 881 mètres au plus haut, soit près de 600 mètres de dénivelé total. Le chef-lieu de la commune se situe pour sa part à 320 m.

Saint-Baldoph est en outre principalement traversée par la rivière Albanne, venant du Mont Granier et se jetant dans la Leysse quelques kilomètres plus loin à Chambéry. Le mont Granier surplombe la commune de son versant nord. Les pentes sont douces et orientées est/sud-est ce qui les rend propices à la viticulture. Saint-Baldoph possède ainsi plusieurs hectares de vignobles.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Baldoph est entourée par les communes de Barberaz et La Ravoire au nord, Myans à l'est, Apremont au sud et Montagnole à l'ouest. Apremont et Myans possèdent elles aussi des vignobles sur leur territoire.

Communes limitrophes de Saint-Baldoph
Barberaz Barberaz et La Ravoire La Ravoire
Montagnole Saint-Baldoph Myans
Montagnole Apremont Apremont

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Baldoph n'est traversée par aucun axe routier majeur. Toutefois la route nationale 201, 2 x 3 voies faisant suite à l'autoroute A43 venant de Lyon traversant l’agglomération de Chambéry, redevient A 43 en direction des vallées alpines peu avant la commune, qu'elle longe à moins d'un kilomètre sur son côté est. La sortie no 20 « Saint-Baldoph » permet par ailleurs de rejoindre le chef-lieu directement.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ligne ferroviaire de Culoz à Modane dite ligne de la Maurienne passe à quelques centaines de mètres de la limite est de Saint-Baldoph, sans toutefois la traverser. La gare ferroviaire la plus proche est la gare de Chambéry-Challes-les-Eaux située à Chambéry à environ cinq kilomètres, permettant des liaisons vers Paris par TGV, et Lyon, Grenoble, Annecy, Genève et les vallées alpines par TER.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Saint-Baldoph faisant partie de l’agglomération chambérienne, la commune est ainsi desservie par les bus du STAC gérée par Connex pour Chambéry métropole - Cœur des Bauges. Les liaisons entre Chambéry et Saint-Baldoph en passant par Barberaz ont par ailleurs été renforcées à l'automne 2011.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Chambéry - Savoie situé sur la commune de Voglans au nord de Chambéry à une quinzaine de kilomètres de Saint-Baldoph. Plus proche, à Challes-les-Eaux se trouve également l'aérodrome de Chambéry - Challes-les-Eaux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Saint-Bardolains et les Saint-Bardolaines puisque par le passé la commune s’est fait appeler « Saint-Bardoph » puis « Saint-Bardot »[1].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Sè Bardo, selon la graphie de Conflans[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans l’Antiquité, le territoire de la commune de Saint-Baldoph a révélé une présence romaine non localisée. En effet divers objets retrouvés peuvent l'attester :

  • une statuette de Mercure nu (disparue aujourd’hui mais précédemment au musée Savoisien) ;
  • une lampe à huile ;
  • un buste de satyre en bronze.

Ce sont les traces les plus anciennes que connaissent ce territoire.

En 1248, le mont Granier connaît un éboulement spectaculaire qui détruit plusieurs villages de la cluse de Chambéry et fait de nombreuses victimes. Après l’éboulement, le prieuré de Notre-Dame-du-Granier est alors transféré à Saint-Baldoph, épargnée. La commune accueille alors une communauté de moines mais sa population décline peu à peu.

En décembre 1742, un moine sacristain de la commune a vu les Espagnols venir en Savoie par Chaparaillan (au sud) en longeant le pied du Granier par les Abîmes et Apremont.

Les Espagnols occupèrent en 1742 la Savoie afin d'en tirer profit. Toutes les maisons de Saint-Baldoph furent pillées ainsi que l'église. « Ils entrèrent dans la maison presbytéral du révérend Joseph Bouvier, curé pour lors de ladite paroisse, d’où ils enlevèrent tous les registres de baptême, mariage, sépulture, et autres titres. » À la paix, en 1749, les habitants demandèrent une aide financière afin de relever les ruines[3].

À l’époque de l’Ancien Régime, le village appartenait à la seigneurie et la baronnie d’Apremont. La seigneurie passe alors dans différentes mains et revient au XVIIe siècle à la famille Coudrée d’Allinges, de même la famille Millet d’Arvillard détient un important territoire à Saint-Baldoph[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Saint-Badolph se compose du maire, de cinq adjoints et de 17 conseillers municipaux.

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du conseil municipal :

Groupe Président Effectif Statut
Agir pour Saint-Badolph Christophe Richel 18 Majorité
Saint-Badolph Construisons l'avenir Jean-Jacques Fresko 3 Opposition
Saint-Badolph Demain Odil Grumel 2 Opposition

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des derniers scrutins électoraux
1er score 2e score Participation
Élections européennes de 2014 23,10 % pour Jean-Marie Le Pen (FN) 22,82 % pour Renaud Muselier (UMP) 48,17 %
Élections municipales de 2014 56,93 % pour Christophe Richel (SE) 26,26 % pour Jean-Jacques Fresko (SE) 68,10 %
Élections législatives de 2012 52,16 % pour Béatrice Santais (PS) 47,84 % pour Pierre-Marie Charvoz (DVD) 61,52 %
Élection présidentielle de 2012 51,48 % pour Nicolas Sarkozy (UMP) 48,52 % pour François Hollande (PS) 87,03 %
Élections régionales de 2010 51,91 % pour Jean-Jack Queyranne (PS) 32,74 % pour Françoise Grossetête (UMP) 57,87 %
Élections cantonales de 2011 54,99 % pour Robert Gardette (PS) 45,01 % pour Jean-Marc Léoutre (DVD) 41,51 %

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2002 2008 Henri Albert ... Vice-Président de Chambéry métropole - Cœur des Bauges
2008 2014 Olivier Fayn ... ...
2014 en cours Christophe Richel SE ...
Les données manquantes sont à compléter.

Henri Albert a contribué au développement de Saint-Baldoph pendant plus de 30 ans. Son successeur a fait de l'environnement une priorité centrale.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2015, la commune comptait 2 870 habitants[Note 1], en diminution de 3,2 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
6826576371 0091 0251 0131 009955911
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
838821816788749680634649576
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
5065305374945185457769111 153
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2015 -
1 3582 2272 8432 9242 9362 9482 8882 870-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 1901[9], la population de Saint-Baldoph était de 634 habitants. Elle est passée en un siècle à 2 843 habitants. Elle a donc été multipliée par quatre en 100 ans. Depuis 1999, la population de Saint-Baldoph a continué d'augmenter. En 2008, il y avait 2 948 habitants. La densité de la population est de 472,4 habitants par kilomètre carré. En 2010, le taux de natalité est supérieur au taux de mortalité (33 naissances pour 32 décès).

Économie[modifier | modifier le code]

  • Saint-Baldoph est une des trois communes du vignoble d'Apremont, et la seule qui en fasse partie en totalité.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vignes à Saint-Baldoph.
Vue de Saint-Baldoph.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église et ancien prieuré

Plusieurs fois remaniée, l’église faisait partie du prieuré, mais celui-ci n’existe plus depuis longtemps à présent…

  • Chapelle

Existait en 1730 mais n’était déjà plus figurée en 1862. Deux autres chapelles auraient existé également à la même époque mais n’est pas vérifiable.

  • Cimetière

Délimité par un muret, le cimetière se situe à l’est de l’église. Il présente des tombes de manière classique pour la plupart, les plus âgées présentent des décors plus particuliers et des croix en ferronnerie ou en fonte moulée.

Patrimoine public[modifier | modifier le code]

  • Écoles

Dans les années 1940, l’école se trouvait à côté de l’église. Il y avait trois instituteurs. Il s’agissait de la maison communale, aujourd’hui abattue, qui abritait à la fois l’école et la mairie ; une plaque informative rappelle ce morceau de l’histoire du village. Au XIXe siècle, ces établissements scolaires étaient appelés « maison d’école ».

  • Mairie

En 1984, la mairie est bâtie sur son emplacement présent. Le bâtiment, qui abritait alors aussi l’école, n’a pas été modifié.

  • Monument aux morts

Situé devant la mairie, sur un espace dominant récemment réaménagé. Ce monument aux morts adopte la forme classique de l’obélisque, souvent utilisé pour ce type de monument commémoratif[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Baldoph Blason Parti: au 1er de gueules à la croix d'argent, au 2e d'azur à la crosse contournée d'or senestrée d'une tour du même ouverte et ajourée de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ville de Saint-Baldoph - La Commune, la Mairie de Saint-Baldoph et sa ville (France / Rhône-Alpes) - Advercity.Vacher, 2004. Disponible sur : http://www.annuaire-mairie.fr/ville-saint-baldoph.html
  2. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 22
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  3. Perrousse,Gabriel André, Les environs de Chambéry, La fontaine de siloé, 1993, p.391, (ISBN 2-908697-47-5)
  4. a et b Site du parc de la Chartreuse. Saint-Baldoph. 2005/2006. Disponible sur : http://www.parc-chartreuse.net/culture/pdf/Haut_Gr%C3%A9sivaudan/SaintBaldoph.pdf
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. recensement du 1er décembre 2008. Insee