Massieu (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Massieu.

Massieu
Massieu (Isère)
Massieu (vue depuis Saint-Sixte)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Canton Le Grand-Lemps
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Voironnais
Maire
Mandat
Roland Besson
2014-2020
Code postal 38620
Code commune 38222
Démographie
Population
municipale
738 hab. (2015 en diminution de 3,15 % par rapport à 2010)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 26′ 26″ nord, 5° 35′ 50″ est
Altitude Min. 422 m
Max. 867 m
Superficie 10,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Massieu

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Massieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Massieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Massieu
Liens
Site web www.massieu38.fr

Massieu est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes et, autrefois rattachée à la province du Dauphiné.

La commune se situe plus particulièrement dans la région naturelle des Terres froides, au nord de Voiron, dans la vallée de l'Ainan. Elle est une des communes adhérentes à la communauté d'agglomération du Pays voironnais.

Historiquement, le territoire de Massieu fut longtemps un hameau de la commune de Saint-Geoire-en-Valdaine et celui-ci en a été détaché pour devenir une commune indépendante à la fin de la seconde moitié du XIXe siècle.

Les habitants de Massieu se dénomment les Massieutins et les Massieutines[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le centre est de la France en région Auvergne-Rhône-Alpes, dans la partie septentrionale du département de l'Isère et plus précisément, au nord de la ville de Voiron, au bord de l'Ainan, dans le canton du Grand-Lemps.

Le centre du bourg de Massieu se situe à environ 12,1 km de Voiron. Le village est également situé, par la route, à 38 km de Grenoble, préfecture de l'Isère, 83 km de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, 313 km de Marseille, ainsi qu'à environ 552 km de Paris[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Massieu
Bilieu Saint-Sulpice-des-Rivoires Saint-Geoire-en-Valdaine
Chirens Massieu Merlas
Saint-Nicolas-de-Macherin

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

La « Tourbière de Chirens », située dans la zone marécageuse du Val d'Ainan, est un site géologique remarquable de 98,8 hectares sur les communes de Chirens et Massieu. En 2014, ce site d'intérêt sédimentologique est classé « trois étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est sillonné par une rivière et quelques ruisseaux, tous les deux affluents de cette rivière ː

  • l'Ainan, dont la longueur totale est de 16 km;
Cette petite rivière, affluent du Guiers et sous affluent du Rhône, pénètre dans la commune, non loin de sa source qui se situe dans les marais de la commune voisine de Chirens.
  • le ruisseau de la Frédière;
  • le ruisseau de Crozarieu.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Isère.

Le secteur des Terres froides présente un climat de type semi-continental[4] qui se caractérise par des précipitations plus importantes en été qu'en hiver.

Les étés sont généralement assez chauds, mais ils peuvent être plus ou moins tempérés par l'altitude qui reste cependant assez modeste. En hiver, la bise de nord prend une place importante, un vent de beau temps qui se charge parfois de nuages durs à crever en prenant un axe nord-ouest, la bise noire[5].

Tableaux des températures minimales et maximales[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, deux tableaux successifs présentant les valeurs de températures mensuelles, relevées sur le secteur de Massieu sur deux années de la dernière décennie, à deux ans d'intervalle.

  • Année 2015
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −0,3 −0,3 3,5 6,6 10,8 14,6 17,3 15,9 10,9 7,5 2,1 −1,1
Température maximale moyenne (°C) 8 6,8 14,6 20 22,3 28 31,6 28,3 22,6 16 14,2 10,7
Source : Climat de Massieu en 2015 sur linternaute.com, d'après Météo France.
  • Année 2017
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −5,8 1,2 4,6 4,9 10,3 15,8 15,9 15,4 9,5 6,2 3,5 −1,2
Température maximale moyenne (°C) 2,7 13,6 17,5 19,1 23,6 29,2 28,8 28,6 21,7 20,5 10,2 5,1
Source : Climat de Massieu en 2017 sur linternaute.com, d'après Météo France.


Voies de communication[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par deux routes départementales ː

  • la route départementale 82 (RD82) qui relie la commune de Chirens (par détachement de la RD 1075) à la commune d'Aoste par le bourg du Pont-de-Beauvoisin.
  • la route départementale 82j (RD82j) qui relie la commune de Massieu (hameau de La Sarra) à la commune de La Bâtie-Divisin (hameau de la Charrière).

Transports publics[modifier | modifier le code]

Le réseau interurbain des transports du Pays voironnais dessert le territoire de la commune avec trois arrêts (La Sarra, Massieu et La Côte d'Ainan)[6]ː

  • Ligne E1 ː Voiron (Gare SNCF) ↔ Chirens ↔ Massieu ↔ Saint-Geoire-en-Valdaine ↔ Voissant.

Cette ligne fonctionne du lundi au samedi et en heures creuses, il y a la possibilité d'utiliser le service du transport à la demande, sous certaines conditions.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits et écarts de la commune[modifier | modifier le code]

oici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux, ainsi que les écarts qui composent le territoire de la commune de Massieu, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[7].

  • Perley
  • la Garonne
  • les Grands Postes
  • les Briches
  • les Buissonnières
  • la Savoyère
  • le Cabut
  • la Sarra
  • la Villa
  • le Sirand
  • le Vallin
  • la Rebatière
  • le Chemin Vert
  • les Grandes Bruyères
  • le Repeu
  • la Gontarie
  • le Bletonna
  • le Repeu
  • Champe
  • Veysselier
  • Remillot
  • les Gaudes
  • le Matton
  • la Genetière
  • la Mérie
  • la Côte d'Ainan
  • Cuchet
  • la Davière

Logements[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques

La totalité du territoire de la commune de Masieu est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes du secteur géographique du lac de Paladru, mais en limite de la zone de sismicité n°4, qui concerne les communes situées plus à l'est, vers le massif de la Chartreuse[8].

Terminologie des zones sismiques[9]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Massieu pourrait venir de Hercule Macusain, avec un site gallo-romain d'importance. 299 noms de lieux ont été recensés sur cette commune[10]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Temps Modernes[modifier | modifier le code]

Massieu, le fond du bourg en 1912

La Révolution française, dont les prémices ont été ressenties très tôt dans le Dauphiné, comme en témoigne la célèbre journée des Tuiles, séries d'émeutes survenues à Grenoble le , puis la Réunion des états généraux du Dauphiné organisée le de la même année.

Durant cette période, la Valdaine reste à l'écart de la tourmente, et est fidèle au catholicisme contre-révolutionnaire. Le château de Longpra, situé près de Saint-Geoire-en-Valdaine abrite le clergé non jureur, et la population environnante y vient entendre clandestinement la messe.

Époque Contemporaine[modifier | modifier le code]

Dés 1845, des résidents du quartier ou hameau (dénommé section) de Massieu lancent des démarches afin de créer une commune indépendante par distraction de la commune de Saint-Geoire-en-Valdaine dont ils dépendent[11].

En 1881, la commune de Saint-Geoire-en-Valdaine, alors très vaste, est amputée de trois de ses hameaux qui sont érigés en communes indépendante : Saint-Sulpice-des-Rivoires, Velanne et Massieu. Cette dernière bénéficiant également d'une partie de territoire distrait de la commune voisine de Chirens[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En 2014, le conseil municipal comprend de quinze membres dont neuf hommes et six femmes [13]. Celui-ci est également composé d'un maire, quatre adjoints au maire et neuf conseillers municipaux [14].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 M. Louis Monin-Picard SE Agriculteur
mars 2008 en cours M. Roland Besson SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1886. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2015, la commune comptait 738 habitants[Note 1], en diminution de 3,15 % par rapport à 2010 (Isère : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
774786787725700638524536487
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
431409407350341317479662686
2006 2007 2008 2013 2015 - - - -
742750757750738----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Massieu est située dans l'académie de Grenoble est son école primaire présente un effectif de soixante-douze élèves pour l'année scolaire 2017/2018[19].

Équipement culturel et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Presse régionale

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Voironnais à la Chartreuse, un ou plusieurs articles à l'actualité du village et de ses environs, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

La communauté catholique et l'église de Massieu (propriété de la commune) dépendent de la paroisse Saint-Jacques de la Marche qui comprend vingt autres églises situées dans le même secteur des Terres froides. Cette paroisse est rattaché au diocèse de Grenoble-Vienne[20].

Économie[modifier | modifier le code]

Secteur industriel et commercial[modifier | modifier le code]

Secteur agricole[modifier | modifier le code]

Secteur touristique[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Massieu

Très ancienne, cette église fut agrandie au XVIIe siècle, puis à nouveau au XIXe siècle après le déplacement du cimetière. Deux cloches de cette église datent de 1776 et de 1839[21].

La Croix de la Lépreuse

Situé sur le talus tout proche de l'église pour la mettre en valeur, il s'agit de la croix d'une ancienne tombe dite « de la lépreuse » d'une femme noble mais touchée par la maladie et dénommée Françoise de Saint Germain de Champe, qui est décédée en 1582 à Massieu.

Le château (mairie) de Massieu et le parc Bernard de Pelagey

Cette maison forte, évoquée par écrivain et historien français Nicolas Chorier au XVIIe siècle est l'ancienne demeure de la famille Bernard de Pelagey dénommé localement sous l'appellation de « château » est l'hôtel de ville de Massieu depuis octobre 2007[22].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Langue et traditions locales[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le gentilé des habitants des communes de l'Isère
  2. Site annuaire mairie, page sur la distance entre les grandes villes françaises et Massieu
  3. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  4. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 23 juin 2016)
  5. Gérard Espinasse, « Deux plaines du Bas-Dauphiné : la Bièvre et le Liers (Etude physique) », Revue de géographie alpine, vol. 37, no 1,‎ , p. 5–70 (DOI 10.3406/rga.1949.5456, lire en ligne)
  6. Plan du réseau interurbain du pays vorionnaisconsulté le 08/07/2019
  7. Site géoportail, page des cartes IGN
  8. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  9. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  10. Corinne Bourrillon, 10 000 lieux en pays voironnais, tome 1, , p. 82 à 87
  11. Site Gallica "rapports et délibérations / Conseil général de l'Isère Isère, 1846", consulté le 11/07/2018
  12. Site Gallica, "Feuilleton / Chambre des députés France. Chambre des députés (1876-1942), consulté le 11/07/2018
  13. Site webvilles, page sur le conseil municipal de Massieu, consulté le 13/07/2018
  14. Site de la ville de Massieu, page sur le conseil municipal, consulté le 13/07/2018
  15. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  19. Site de l'éducation Nationale, page sur l'école de massieu, consulté le 13/07/2018
  20. Site messe info, page sur la paroisse Saint-Jacques de la Marche
  21. Site de la ville de Massieu, page sur l'église, consulté le 12/07/2018
  22. Site de la ville de Massieu, page sur la mairie, consulté le 13/07/2018

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :