La Murette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Murette
La Murette
Entrée du village de La Murette en 2019
Blason de La Murette
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Grenoble
Canton Voiron
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Voironnais
Maire
Mandat
Bernadette Bourgeat
2014-2020
Code postal 38140
Code commune 38270
Démographie
Gentilé Murettins
Population
municipale
1 907 hab. (2016 en augmentation de 5,3 % par rapport à 2011)
Densité 452 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 22′ 54″ nord, 5° 32′ 26″ est
Altitude Min. 379 m
Max. 787 m
Superficie 4,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
La Murette

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
La Murette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Murette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Murette

La Murette est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Historiquement, la commune est rattaché à l'ancienne province du Dauphiné mais aussi au comté de Sermorens, domaine situé au débouché de la cluse de l'Isère, au pied du massif de la Chartreuse et à l'extrémité du diocèse de Vienne. La commune est adhérente à la Pays Voironnais depuis la création de cette collectivité en 2000.

Ses habitants sont dénommés les muretins[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan de La Murette et des communes limitrophes
La cluse de Voreppe depuis le village de La Murette

Situation et description[modifier | modifier le code]

La Murette est située dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, approximativement au centre du département de l'Isère. La commune est membre de la communauté d'agglomération du Pays voironnais qui regroupe trente-quatre communes[2].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le village de La Murette est situé sur la bordure nord-ouest de la dépression de Voiron, au pied de la montagne du Grand Regardou. Celle-ci est la plus occidentale des petites montagnes, formées de dépôts marins miocènes de sables molassiques qui entourent la cuvette de Voiron du côté septentrional[3].

Les pentes cultivées en contrebas du village sont constituées par un escalier de zones presque plates et légèrement inclinées. Celles-ci correspondent aux banquettes de retrait étagées qui se sont constituées au début de l'épisode de recul des glaciers Ces pentes douces se terminent par un abrupt dominant la vallée morte de Réaumont.

La « vallée morte de Réaumont », marquée par l'écoulement des eaux de fonte du glacier de l'Isère, est un site géologique remarquable de 44,33 hectares sur les communes de Saint-Cassien, La Murette et Réaumont. En 2014, ce site d'intérêt géomorphologique est classé « deux étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune ne présente pas de courts d'eau notable, hormis quelques ruisseaux de faibles débits s'écoulant depuis le plateau situé au nord.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Isère.

La partie du territoire du département l'Isère dans laquelle se situe le village de La Murette et la région de Voiron est formée de plaines à l'ambiance tempérée, de bas plateaux entourées de quelques collines de hauteur assez modeste au climat un peu plus rude. Il peut donc neiger sur le territoire de la commune alors que la plaine qu'elle domine peut n'être soumis qu'à un régime de pluie. Du fait du relief peu accentué, les masses d'air venues du nord et du sud circulent assez aisément.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Routes principales[modifier | modifier le code]

La rocade de Voiron (RD 1076) passe à proximité du territoire communal.

Selon la carte IGN, consultable sur le site géoportail, le territoire communal est également traversé un important axe routier au niveau départemental : la RD520 qui correspond à l'ancien tracé de la RN520 qui autrefois reliait la ville de Bourgoin-Jallieu par Les Éparres à la commune des Échelles en Savoie, après avoir traversé l'agglomération voironnaise. Cette route a été déclassée en route départementale lors de la réforme de 1972.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logements[modifier | modifier le code]

Hameaux, Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux qui composent le territoire de la commune de La Murette, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[5].

  • la Grange des Voleurs
  • le trou de la couleuvre (scialet)
  • le Pavé
  • le Planta
  • le Ratour
  • la Couratière
  • le Château
  • le Cellier
  • le Paysan
  • le Petit Bois
  • le Clapier
  • l'Asile
  • Champbine
  • Champonne
  • la Rondière
  • le Boulord
  • les Sorbières
  • le Pin

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de la Murette est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes située à l'ouest de son territoire, mais non loin de la zone n°4, située plus à l'est[6].

Terminologie des zones sismiques[7]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon André Planck, auteur du livre L'origine du nom des communes du département de l'Isère, le nom de La Murette pourrait dériver de la racine d'origine indo-européenne « mur » qui désigne un village au pied d'une butte, d'une colline ou d'une montagne[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Au début de l'Antiquité, le territoire des Allobroges s'étendait sur la plus grande partie des pays qui seront nommés plus tard la Sapaudia (ce « pays des sapins » deviendra la Savoie) et la partie septentrionale de l'Isère dénommé Bas-Dauphiné. Les Allobroges, comme bien d'autres peuples gaulois, sont une « confédération ». En fait, les Romains donnèrent, par commodité le nom d'Allobroges à l'ensemble des peuples gaulois vivant dans la civitate (cité) de Vienne, à l'ouest et au sud de la Sapaudia.

Moyen Âge et Temps Modernes[modifier | modifier le code]

La Murette, village limitrophe de Voiron, appartenait au le comté de Sermorens, créé probablement au IXe siècle, a joui d'une certaine autonomie politique. Sermorens est, en l'an 800, cité comme archidiaconé, et vers 850, en tant que « pagus » correspondant à ce qui deviendra ensuite un comté. Ce fief est administré à partir de la « villa » carolingienne « villa salmoringa » ou en 858 se tient l'assemblée des Trois Provinces, nom d'un faubourg actuel de Voiron.

En 1355 le traité de Paris est signé par le roi de France Jean II qui venait d'hériter du Dauphiné quelques années auparavant. Le comte de Savoie Amédée VI décide alors de fixer définitivement au Rhône et au Guiers les limites entre le Dauphiné et le comté de Savoie. Le Voironnais devient alors dauphinois. La région était encore assez enclavée à cette époque faute de grandes voies de communication.

La famille de Vachon sera le propriétaire du château de La Murette et de son domaine de 1661 jusqu’au début de la Révolution française. Le dernier membre de la famille Louis François de Vachon ayant émigré, le château sera vendu comme bien national en 1794[9].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 1995 M. René Blanchet    
1995 2014 M. Raymond Grillon PS  
2014 En cours Mme. Bernadette Bourgeat DVD Fonctionnaire[10]
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2016, la commune comptait 1 907 habitants[Note 1], en augmentation de 5,3 % par rapport à 2011 (Isère : +3,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6897779498779279369691 0061 028
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0571 1051 0771 0581 0651 0731 0351 003921
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
892892824675643630591563675
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
6797598321 0331 3221 6171 7311 7481 765
2013 2016 - - - - - - -
1 8431 907-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune, située dans l'académie de Grenoble, compte une école maternelle et élémentaire, située dans bourg central[17].

Environnement[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du programme « abeilles connectées »[18] reposant sur le déploiement du réseau de vigilance de la santé de l'abeille et de surveillance de l'environnement, la Murette accueille la section locale de l'association Maksika (Réseau solidaire associatif de protection des abeilles, des hommes et des territoires).

Soutenue par une entreprise de la Murette et le CEEA de Grenoble, la commune est sous haute surveillance environnementale.

Équipement culturel et sportif[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de La Murette[modifier | modifier le code]

Le château de La Murette également dénommé Maison Vachon, ou château des Champs[19] est une ancienne maison forte, située à la sortie du village qui domine la route de la Sure en direction de Voiron. L'édifice date XIVe siècle et fait l'objet d'une inscription partielle au titre des monuments historiques par arrêté du 25 mars 1982[20]. Rénovée et reconstruite au XVIe et XVIIe siècles. Le château, propriété privée, est fermé au public.

Les autres monuments[modifier | modifier le code]

  • La maison de Francoz, peut-être du XVe siècle[19]
  • La maison de l'asile, du XVIIe siècle[19]
  • Plusieurs maisons anciennes, qui présentent des fênetres en meneaux et croisillon, sont situées dans le village[19].

Patrimoine Naturel[modifier | modifier le code]

  • Le Bois de Bavonne et le Grand Regardou.
Le massif du Bois de Bavonne Grand Regardou font partie des collines modelées lors du retrait du glacier qui recouvrait une grande partie de l'Isère à l'époque quaternaire [21].
  • Le Trou de la Couleuvre
Situé en limite nord du territoire communal, le « trou de la couleuvre » se présente sous la forme d'un trou dans le sol de la forêt d'une profondeur estimée à vingt mètres de profondeur et composé de galets insérés dans la glaise. Un abri de chasseur est situé à proximité[22].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Murette (La) Blason Parti : au premier d'or au taureau de sable surmonté d'un dauphin d'azur crété, barbé, loré et peautré de gueules ; au second d'azur à une colombe d'argent en vol tenant un rameau du même, au chef d'argent aux trois roses de gueules disposées en fasce[23].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site les habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 14 juillet 2019
  2. « l'organisation politique de la communauté de communes », sur le site de la communauté d'agglomération du Pays voironnais (consulté le 26 septembre 2013).
  3. Site géol-alp.com, page sur La Murette et le bois de Bavonne, consulté le 14 juillet 2019
  4. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  5. Site géoportail, page des cartes IGN
  6. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  7. [1]
  8. Livre "L'origine du nom des communes du département de l'Isère" par André Planck, (ISBN 2-84424-043-7) édition L'atelier, 2006, pages 134 et 135
  9. Site http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu, page sur le château de la Murette, consulté le 14 juillet 2019
  10. https://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/isere,38/la-murette,38270/
  11. The setting up of the Overton Twinning Association
  12. Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  17. Site education.gouv.fr page sur l'école élémentaire de La Murette, consulté le 15 juillet 2019
  18. « Association abeilles de sauvegarde,des abeilles, des hommes et de leurs territoires », sur www.maksika.org (consulté le 9 janvier 2018)
  19. a b c et d Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 372-374
  20. « Château de La Murette », notice no PA00117230, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. Site randobrezins.free.fr, page sur le Grand Regardou, consulté le 14 juillet 2019
  22. Site refuges.info, page sur le trou de la Couleuvre, consulté le 14 juillet 2019
  23. Photo du blason de La Murette File:Lamurette001.jpg. Autre version du blason File:Lamurette002.jpg.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :