Saint-Pierre-d'Entremont (Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pierre-d'Entremont.
Saint-Pierre-d'Entremont
Vue du chef-lieu au pied de la Roche Veyrand,en Savoie.
Vue du chef-lieu au pied de la Roche Veyrand,
en Savoie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Le Pont-de-Beauvoisin
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Chartreuse
Maire
Mandat
Brigitte Bienassis
2014-2020
Code postal 73670
Code commune 73274
Démographie
Population
municipale
410 hab. (2014)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 24′ 58″ nord, 5° 51′ 17″ est
Altitude Min. 598 m
Max. 1 854 m
Superficie 18,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Saint-Pierre-d'Entremont

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Saint-Pierre-d'Entremont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-d'Entremont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-d'Entremont

Saint-Pierre-d'Entremont est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur une des rives du Guiers Vif, Saint-Pierre-d'Entremont est une commune de moyenne montagne. Ses plus hauts sommets culminent à plus de 1 800 mètres d'altitude. Son bourg se développe en fond de vallée (650 mètres d'altitude) en prolongement de celui de la commune voisine et homonyme située en Isère. La route principale du village est la route départementale 912. La commune est entourée au nord-ouest par les sommets de Roche Veyrand et du roc de Gleisin. Le village se situe également entre les montagnes du Grand Som et de la Dent de l'Ours à l'ouest et des Lances de Malissard à l'est.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Corbel Entremont-le-Vieux Rose des vents
Corbel N Sainte-Marie-du-Mont
O    Saint-Pierre-d'Entremont (en Savoie)    E
S
Saint-Pierre-d'Entremont en Isère Sainte-Marie-du-Mont

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Saint-Pierre-d'Entremont est composé du nom du saint patron de la paroisse, l'apôtre Pierre, premier évêque de Rome[1], associé à la position topographique, « entre les montagnes »[2],[3]. En effet, le village se situe entre les montagnes du Grand Som et de la Dent de l'Ours à l'ouest et des Lances de Malissard à l'est. Le toponyme est surnommé « le Neuf » par opposition au village d'Entremont-le-Vieux. En effet, en 1306, la famille d'Entremont doit céder son château vieux, situé à Entremont, en raison d'un acte de félonie envers le comte de Savoie, Amédée V, et doit transférer le centre de sa seigneurie dans un nouveau château appelé Château-Neuf d'Entremont ou d'Entremont-le-Jeune (Saint-Pierre-d'Entremont)[4].

Les premières mentions de la paroisse remonte au XIIe siècle avec inter duos montes puis Ecclesia Sancti Petri inter montes dans le Cartulaire de Grenoble[1],[2]. Le décanat de Savoie dépendait de l'évêché de Grenoble. La forme évolue, on trouve ainsi mentionné un certain Rodoulfus dominus Intermontium en 1273, ou encore le prieur, Prioratus Sancti Petri de Intermontilens, en 1414[1],[2]. Plus tard, on trouve la forme d'Entremont-le-Neuf[1],[2].

En francoprovençal, la commune s'écrit San Pi selon la graphie de Conflans[5].

Ses habitants sont les Samperreines et Samperreins[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, on présente le village comme pauvre et isolé, mais, vers la fin du XIXe siècle, on observe un essor considérable de l'industrie (notamment de gants). Au XXe siècle, le tourisme de la commune est à son apogée.

Un nouveau château a été construit par les Entremonts au sud du Guiers. En outre, la commune fut rattachée à la communauté de communes de la Vallée des Entremonts de 2002 à 2013. Depuis 2014, la commune est rattachée à la communauté de communes Cœur de Chartreuse. Depuis 2015, la commune est rattachée au canton du Pont-de-Beauvoisin.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 René Teppet ... ...
mars 2008 en cours
(au 30 avril 2014)
Brigitte Bienassis ... ...

La commune fait partie de la communauté de communes Cœur de Chartreuse, depuis le 1er janvier 2014.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 410 habitants, en diminution de -3,76 % par rapport à 2009 (Savoie : 3,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1831 1838 1841 1848 1851
771 1 063 1 102 1 116 1 456 1 516 1 520 1 564 1 433
1858 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 269 1 161 1 126 1 127 1 188 1 138 1 073 1 054 1 023
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 004 894 856 723 706 703 705 651 563
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
503 505 440 459 443 478 422 423 410
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre-d'Entremont est située dans l'académie de Grenoble.

Elle administre une école primaire constituée d'une école maternelle et d'une école élémentaire communales regroupant 107 élèves en 2014-2015[11].

Médias[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie (diffusée sur 103,9 MHz) et Radio Couleur Chartreuse (diffusée sur 98,4 MHz ou 106 MHz).

La chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. L'émission La Place du village expose régulièrement la vie locale. France 3 et sa station régionale France 3 Alpes, peuvent également relater les faits de vie de la commune.

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré.

Sports[modifier | modifier le code]

Il existe une via ferrata sur Roche Veyrand.

Le Tour de France est passé le 13 juillet 2012 par Saint-Pierre-d'Entremont par la RD 912.

Santé[modifier | modifier le code]

L'hopital publique le plus proche se situe à Chambéry.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.
  • L'église Saint-Alexis date du XIXe siècle.
  • L'ancienne chapelle des Dix-Mille-Martyrs : sa façade, datée du Moyen Âge, est classée monument historique depuis avril 1928[12].
  • La tour d'Inferney, datée de la fin du XVe siècle, est la tour d'angle d'une ancienne maison fortifiée aujourd'hui disparue et qui occupait sans doute une place stratégique en bordure du Guiers, verrouillant le passage entre Savoie et Dauphiné.
  • La commune comprend également la Croix des Mille-Martyrs, ainsi que des vestiges néolithiques.
  • Les ruines du château fort de Montbel (ou des Teppaz), du début du XIIIe siècle[13]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La salle Notre-Dame dédiée au cinéma et au spectacle vivant a été construite par les paroissiens du village en 1938 ; entièrement équipée depuis 2008 (150 places), elle accueille d'une part des séances de cinéma (le samedi soir) grâce au partenariat établi dès 1991 avec Cinébus, cinéma itinérant des pays de Savoie classé « Art & essai » et d'autre part des saisons théâtrales (un spectacle professionnel tous les 2 mois) organisées par l'AADEC, l'association d'animation de la vallée des Entremonts, depuis 2002-2003.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Florentin Baffert (1886-1944), natif, enseignant (1903-1926) à Montevideo (Uruguay) puis à Santa-Rosa (Argentine) et à Villa Brea (Italie, 1921), supérieur des Frères de la Sainte-Famille (1933).
  • Philippe Bron : Vainqueur du classement des bosses de la coupe du monde de ski acrobatique en 1984 et 1985[14], puis entraineur d'Edgar Grospiron notamment lors de sa médaille d'or aux Jeux olympiques d'hiver de 1992 à Albertville. Jeux olympiques où le ski de bosses fut officiellement considéré comme discipline olympique (hors démonstrations). Le « Bronco » est une figure de ski de bosses inventée par Philippe Bron, c'est une rotation de 360° avec un écart quand le skieur est dos à la pente. Le nom « Bronco » est composé du nom de son créateur « Bron » et de « co », contraction d'hélico ou d'hélicoptère, autre nom donné au 360° en ski de bosses.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Brocard, Lucien Lagier-Bruno, André Palluel-Guillard, Histoire des communes savoyardes : Aix-les-Bains et ses environs - Les Bauges - La Chartreuse - La Combe de Savoie - Montmélian (vol. 2), Roanne, Éditions Horvath, , 463 p. (ISBN 978-2-7171-0310-6), p. 165-166.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d D'après Henry Suter, « Saint-Pierre », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le 13 septembre 2015).
  2. a, b, c et d Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 174.
  3. Henry Suter, « Entremont », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 13 septembre 2015).
  4. Bernard Demotz, Le comté de Savoie du XIe au XVe siècle : Pouvoir, château et État au Moyen Âge, Genève, Slatkine, , 496 p. (ISBN 2-05101-676-3), p. 276.
  5. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 22
    préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  6. « Arvillard », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 13 septembre 2015), Ressources - Les communes.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Savoie (73) > Saint-Pierre-d'Entremont > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 12 septembre 2015).
  12. « Chapelle des Dix Mille Martyrs », notice no PA00118306, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 508-511
  14. Palmarès de Philippe Bron sur le site de la Fédération Internationale de Ski