Sarcenas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sarcenas
Sarcenas
Sarcenas (au centre) et Le Sappey-en-Chartreuse (au fond).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Grenoble-Alpes Métropole
Maire
Mandat
Sylvain Duloutre
2020-2026
Code postal 38700
Code commune 38472
Démographie
Population
municipale
202 hab. (2018 en augmentation de 1,51 % par rapport à 2013)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 29″ nord, 5° 45′ 31″ est
Altitude 1 100 m
Min. 892 m
Max. 2 079 m
Superficie 7,8 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Grenoble
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Grenoble-2
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Sarcenas
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Sarcenas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sarcenas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sarcenas
Liens
Site web www.sarcenas.com

Sarcenas est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Autrefois rattachée à la province du Dauphiné, la commune se situe dans la partie méridionale du massif préalpin de la Chartreuse et à ce titre, elle est une commune adhérente du parc naturel régional de Chartreuse. La commune abrite le site du Col de Porte, bien connu des amateurs de courses cyclistes et des randonneurs.

Ses habitants sont dénommés les Sarcenais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Sarcenas se présente sous la forme d'un modeste bourg, entouré de plusieurs hameaux et positionné dans un cadre de moyenne montagne, le balcon sud du massif de la Chartreuse. Son territoire est dominé à l’est par le sommet de Chamechaude (2 082 m), point culminant de la commune et du Chartreuse et à l’ouest par le sommet de la Pinéa. Entre ces deux sommets, le territoire forme un vallon qui s’étend de la clairière du Col de Porte au nord jusqu’à la limite avec la commune de Quaix en Chartreuse sud.

Les trois quarts du territoire de 796 hectares est compris entre 897 mètres et 2 082 mètres d’altitude est composée essentiellement de forêts de résineux et de hêtres. Au nord du bourg, la clairière du Col de Porte est un espace ouvert au milieu de l'immense forêt domaniale de Grande Chartreuse. Bien que d'aspect essentiellement rural et exclusivement située dans un secteur de moyenne montagne, la commune est adhérente à Grenoble-Alpes Métropole[2].

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Prairie du Col de Porte

Le versant sud du col de Porte où se situe la majeure partie du territoire communal est entièrement couvert de forêts jusqu'aux abords du fond de vallon de Sarcenas. Dans cet espace de prairies et de cultures le bedrock marneux n'affleure que dans l'entaille d'un talweg.

Les marnes de Narbonne qui affleurent au fond du vallon où se situent la plupart des hameaux de Sarcenas y sont presque totalement masquées par l'extrémité aval de la nappe d'éboulis anciens qui descend des pentes occidentales de Chamechaude, plus raides et boisées. Le col de Porte situé à peine à l'ouest de la voûte de l'anticlinal de l'Écoutoux, ce qui en fait un bel exemple de relief inversé[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Un seul ruisseau traverse le village : le ruisseau de Sarcenas.

Climat[modifier | modifier le code]

Village de Sarcenas en hiver (janvier 2021)

La Chartreuse est un des premiers massifs des préalpes que rencontrent les perturbations atlantiques. La pluviométrie y est donc assez marquée, Il tombe ainsi plus de 2 mètres d'eau par an près de la Grande Chartreuse, contre moitié moins en vallée du Grésivaudan.

Voies routières[modifier | modifier le code]

La route départementale 512 (RD512), ancienne route nationale 512 qui reliait Grenoble à Sévrier a été déclassée en route départementale, à la suite de la réforme de 1972. En 2018, cette route relie Grenoble, par La Tronche, à celle de Saint-Pierre d'Entremont, en traversant successivement, le col de Porte (limite sud du territoire communal), le bourg de Saint-Pierre-de-Chartreuse et le col du Cucheron.

La route départementale 57 (RD57) permet de relier Sarcenas à la commune de Saint-Martin-le-Vinoux.

Transports publics[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les Transports de l'agglomération grenobloise avec la ligne 62 ayant son terminus au musée de Grenoble.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sarcenas est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Grenoble, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 204 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (86,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (96,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (83,7 %), prairies (13,5 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (1,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits et écarts de la commune[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Sarcenas est située en zone de sismicité n°4 (sur une échelle de 1 à 5), comme l'ensemble des communes iséroises du massif de la Chartreuse[11].

Terminologie des zones sismiques[12]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 4 Sismicité moyenne accélération = 1,6 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village se dénommait Cercenatis villa en 858, nom dérivé avec le suffixe d´appartenance -atis du gentilice Cercenius, traité comme Cercenus, selon Ernest Nègre[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge et Temps Modernes[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Un des premiers téléski français a été installé au Col de Porte. Une première remontée a été installée en 1932 par Yvon Marlier. En 1934, le charpentier Charles Rossat transforme son système de débardage des rondins de bois à câbles forestiers afin de créer un remonte-pente destiné aux skieurs[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Sarcenas

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981   Paul Oddos    
2001 2014 Paul Garin    
2014 2020 Jean Lovera SE Architecte
2020 En cours Sylvain Duloutre SE Ingénieur Informaticien
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2018, la commune comptait 202 habitants[Note 3], en augmentation de 1,51 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
10614014913213111010311198
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
86938489981001209191
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
817370848082817762
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
69809098128141160197196
2018 - - - - - - - -
202--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

  • Une station de ski au col de Porte : ski de fond et ski alpin[19].
  • Nombreux sentiers de randonnée dont l'un démarrant du Col de Porte pour se rendre au sommet de la Chamechaude.

Manifestations sportives[modifier | modifier le code]

Col de Porte
Courses cyclistes

Le Tour de France, célèbre course sportive cycliste a traversé quatorze fois le territoire de Sarcenas (1947, 1948, 1951, 1958, 1961, 1962, 1965, 1968, 1971, 1971, 1978, 1989 et 1998, notamment pour franchir le col de Porte et traverser le bourg de Saint-Pierre-de-Chartreuse, très souvent pour se rendre à Grenoble, ville étape de la compétition[20].

Lors de la 7e étape du Critérium du Dauphiné dans son édition de 2017, le tracé 2017 reprend la traversée mythique de la Chartreuse par le col du Cucheron et le col de Porte, entrainant par la même occasion la traversée du territoire de Sarcenase[21].

Médias[modifier | modifier le code]

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Voironnais à la Chartreuse, un ou plusieurs articles à l'actualité des villages du massif, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Télévision[modifier | modifier le code]

La chaîne de télévision locale TéléGrenoble diffuse des émissions sur les pays d'Isère. France 3 et sa station régionale France 3 Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Le commune fait partie de l'aire géographique de production et transformation du « Bois de Chartreuse », la première AOC de la filière Bois en France[22],[23].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Mairie et église de Sarcenas en janvier 2021

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Barthélemy, du XIIe siècle[19].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Une salle des fêtes.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le Col de Porte depuis la Chamechaude.

La commune s'inscrit dans le cadre du parc naturel régional de Chartreuse et comprend de nombreux sommets et sites de ce massif préalpin, dont notamment la Chamechaude (2082 mètres), point culminant du massif mais partagé avec les communes de Saint-Pierre-de-Chartreuse et du Sappey-en-Chartreuse, la Pinéa (1771 mètres), partagé avec les communes de Quaix-en-Chartreuse et de Proveysieux)[24] et le Col de Porte (1326 mètres), entièrement situé sur le territoire de Sarcenas.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le père de Stendhal, Chérubin Beyle fit l'acquisition du château de Sarcenas qui appartenait au sieur Brunet de Vence. Ruiné par la révolution, il le céda à au père de l'écrivain, le 1er Nivôse an II (21 décembre 1793). Le bâtiment est devenu est l'Auberge de Sarcenas[25].
  • Le père Henri Genevrier, curé de Sarcenas au début du XXe siècle, acteur et auteur d'un texte sur les débuts du ski dans sa paroisse [26].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Sarcenas possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le gentilé des habitants des communes de l'Isère
  2. Site sarcenas.com, page "Village et patrimoine", consulté le 6 janvier 2020.
  3. Site geol-alp.com, page "Col de Porte, Sarcenas", consulté le 6 janvier 2020.
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 avril 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité.
  12. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance.
  13. Site henrysuter.ch, page sur Sarcenas, consulté le 6 janvier 2020.
  14. Site coldeporte.fr page Histoire, consulté le 6 janvier 2020.
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. a b et c Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, , 741 p. (ISBN 2-911148-66-5), p. 531.
  20. Site le Dico du Tour, page sur le Col de Porte, consulté le 6 janvier 2020
  21. Site Mapado, Passage du Critérium du Dauphiné
  22. Information Presse du 5 novembre 2018 : Le Bois de Chartreuse obtient la première AOC Bois en France. Une première dans la filière bois !, site officiel du Bois de Chartreuse.
  23. Cahier des charges de l’appellation d’origine « Bois de Chartreuse », homologué par l’arrêté du 23 octobre 2018 publié au JORF du 31 octobre 2018, Bulletin officiel du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, n° 2018-46 (.PDF).
  24. « Nœud : La Pinéa (277694145) », sur OpenStreetMap (consulté le 7 mars 2020).
  25. Site grenoble-congres.com, page sur l'auberge de Sarcenas, consulté le 6 janvier 2020.
  26. Livre : Le prône du Curé de Sarcenas sur les sports d'hiver, Grenoble, imprimerie Brotel, 1908.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]