Charavines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charavines
La mairie et Maison du Pays.
La mairie et Maison du Pays.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de La Tour-du-Pin
Canton Le Grand-Lemps
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Voironnais
Maire
Mandat
Bruno Guillaud-Bataille
2014-2020
Code postal 38850
Code commune 38082
Démographie
Population
municipale
1 863 hab. (2014)
Densité 248 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 54″ nord, 5° 30′ 51″ est
Altitude Min. 440 m – Max. 800 m
Superficie 7,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Charavines

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Charavines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Charavines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Charavines
Liens
Site web www.mairie-charavines.fr

Charavines est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants s'appellent les Charavinois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Le lac de Paladru à Charavines.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les villages néolithiques

Sur la rive sud du lac de Paladru s’installe un village aux maisons de bois en 2669 av. J.-C. et des agriculteurs défrichent la forêt aux alentours, à l’époque du Néolithique final. Les analyses du bois (dendrochronologie) ont permis d'en suivre les évolutions car il est agrandi et réparé plusieurs fois pendant 20 à 22 ans, puis les paysans partent construire un nouveau village dans les environs car les terres agricoles sont épuisées. Ils reviennent 40 ans plus tard et reconstruisent le village au même endroit où ils restent encore 20 ans. Ensuite les eaux du lac submergent définitivement le site, ce qui a permis la conservation exceptionnelle des vestiges en matière végétale : bois, manches d’outils, textiles, cordes, ficelles, graines, pains, etc. en plus des éléments imputrescibles comme le silex, les vases en terre cuite. Ces villages ont comporté au maximum cinq maisons familiales avec une cinquantaine de personnes dont on a retrouvé le reste des activités domestiques, artisanales, alimentaires et l’impact qu’elles ont eu sur l’environnement. On y retrouve traces des échanges avec des villages voisins mais aussi des échanges à longue distance comme l'ambre de la Baltique, des vases de l'Aquitaine, les haches polies du Piémont, du silex de Touraine ou le cuivre, des perles et un vase du Languedoc. Les potiers du village ont envoyé des vases fins en Suisse, sur le lac de Bienne et dans le Jura sur le lac de Chalain. Ils ont profité d’un siècle de sécheresse pour occuper une plage libérée par une baisse des eaux, période où on a pu suivre les variations [1] rapides et importantes du climat par des analyses très précises.Ce site néolithique, de renommée européenne par la qualité des fouilles subaquatiques et les extraordinaires vestiges sortis (comme des poignards en silex ayant conservé leur manche en bois), a été exploité de 1972 à 1986 par une équipe d’archéologues grenoblois bénévoles sous la direction de Aimé Bocquet et a fait l’objet de très nombreuses publications [2] sur la vie quotidienne, les activités des habitants et le matériel en bois, poterie et en pierre. Une synthèse de vulgarisation du résultat des études est disponible en français et en anglais [3]

Voir : Aimé Bocquet Les oubliés du lac de Paladru. Ils dormaient depuis 5000 ans à Charavines. 2012 Editions Fontaine de Siloé [4]

Au Moyen Âge
Reconstitution de l'habitat de Colletière. Maquette au musée archéologique du lac de Paladru.

Des chevaliers paysans[1] se sont installés vers l'an mil (1008 ?) au lac de Paladru sur la commune de Charavines au lieu-dit Colletière.

À l'époque, le niveau du lac était plus bas qu'aujourd'hui, et une soixantaine de colons ont construit un habitat fortifié en bois sur une plage de craie. Ces personnes étaient certainement envoyées par l'archevêque de Vienne pour défendre la zone frontière que constituait le lac de Paladru.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 M. Jean Papait - -
mars 2008 novembre 2008
(démission)[2]
M. Jean Reynault PS -
décembre 2008 mars 2014 M. Maurice Despierre Corporon - -
mars 2014 en cours M. Bruno Guillaud-Bataille DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 863 habitants, en augmentation de 5,97 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
898 752 962 1 153 768 786 775 799 844
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
845 842 876 882 938 962 943 968 1 042
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 111 1 172 1 139 1 129 1 224 1 155 1 165 1 155 1 253
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 237 1 250 1 142 1 163 1 251 1 423 1 700 1 810 1 863
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Tous les ans, début août, est organisé le festival Brassens.
  • Tous les ans, le dernier samedi de juillet, a lieu la fête du Lac, lors de laquelle une soirée dansante est organisée sur la plage municipale et un feu d'artifice est tiré depuis le lac.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Régate entre amateurs sur le lac devant l’hôtel Beaurivage à Charavines
Régate entre amateurs sur le lac de Paladru devant la plage de Charavines
  • Le lac de Paladru est la principale ressource touristique de Charavines avec des plages communes et payantes.
  • Association des Ayants-droit de Colletière : Les activités de l'association se divisent en 3 grandes missions : - Approvisionnement du Lac en poissons grâce à sa pisciculture - Nettoyage des berges de Colletière, entretien des roselières et plantation de frayères pour le fraie des poissons. - Maintient des droits des habitants de Colletière en étant gardien de l'histoire des Colletiéraux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Colardelle, L'habitat immergé de Colletières à Charavines (Isère) - Village ou château? un exemple de difficultés d'interprétation archéologiques, Château Gaillard XIV, 1990, p.78-90.
  2. Le maire de Charavines Jean Reynaud, démissionne.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Grange », notice no PA00117133, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :