Saint-Jean-de-Couz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jean.

Saint-Jean-de-Couz
Saint-Jean-de-Couz
Vue sur l'église de Saint-Jean-de-Couz
et son environnement.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Le Pont-de-Beauvoisin
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Chartreuse
Maire
Mandat
François Le Gouic
2014-2020
Code postal 73160
Code commune 73246
Démographie
Population
municipale
286 hab. (2015 en augmentation de 13,94 % par rapport à 2010)
Densité 37 hab./km2
Population
aire urbaine
220 118 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 27′ 59″ nord, 5° 49′ 12″ est
Altitude Min. 584 m
Max. 1 617 m
Superficie 7,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Couz

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Couz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Couz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Couz

Saint-Jean-de-Couz est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Autrefois traversée par la route nationale 6, désormais déclassée en simple route départementale (la RD 1006), et positionnée au cœur d'une région touristique prisée, non loin du site des grottes des Échelles et aux limites du massif de la Chartreuse, la commune est membre de la communauté de communes Cœur de Chartreuse, ainsi que du parc naturel régional de Chartreuse.

Ses habitants sont appelés les saint-jeannais et les saint-jeannaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Couz est situé au niveau du col de Couz (630 m), le long de la route RD 1006 qui serpente dans la vallée de Couz, entre Saint-Thibaud-de-Couz au nord et Saint-Christophe-la-Grotte au sud. Le village se trouve au croisement avec la route RD 45, qui grimpe les pentes de la Cochette (1 617 m), à l'est. La ligne de crête sépare la commune de celle d'Entremont-le-Vieux.

Le centre de la commune de Saint-Jean-de-Couz, est situé à 15 km de Chambéry, préfecture de la Savoie[2], 93 km de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes ainsi qu'à environ 228 km de Nice (par Grenoble) et 561 km, de Paris[3]. La commune fait partie du parc naturel régional de la Chartreuse.

Description[modifier | modifier le code]

Plan du territoire de Saint-Jean-de-Couz

La commune se distingue par son regroupement d'habitations en trois principaux hameaux : Le chef-lieu, le Replat et Côte Barrier.

Le chef-lieu s'étend le long de la RD 45. Le lieu-dit le Replat s'étend autour d'un carrefour, le long de la route de Côte Barrier. On y trouve la mairie et l'école primaire dans un même bâtiment aujourd'hui nouvellement agrandi, ainsi que l'ancien café Denat.

Au niveau du Replat, deux routes communales mènent vers les deux hameaux. Au nord, les Héritiers regroupent quelques maisons. Côte Barrier se situe en contrebas, à un kilomètre au sud. On y trouve l'ancienne carrière d'argile et de pierre ainsi que les ruines de l'ancien four à brique.

Le territoire de Saint-Jean-de-Couz est essentiellement couvert de forêts, notamment d'épicéas et de fayards, que traversent des chemins forestiers. Le plus important d'entre eux s'élève sur les pentes du Mont Beauvoir (1 319 m), dont la ligne de crête sert de limite avec les communes de Saint-Pierre-de-Genebroz et La Bauche.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le val de Couz qui comprend essentiellement les communes de Saint-Jean-de-Couz, pour sa partie septentrionale et Saint-Thibaud-de-Couz, pour sa partie méridionale constitue la limite entre le massif de la Chartreuse et la Chaîne de l'Épine, avec notamment le mont du Chat, et donc, en fait, entre les domaines subalpin et jurassien[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Jean-de-Couz
La Bauche Saint-Thibaud-de-Couz
Saint-Christophe Saint-Jean-de-Couz Entremont-le-Vieux
Saint-Christophe Corbel

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de l'Hyères, qui prend sa source au col des Égaux, sur la commune limitrophe de Corbel, s'écoule le long de la RD 45 avant de suivre la vallée de Couz et la RD 1006 en direction de Chambéry.

Climat[modifier | modifier le code]

Malgré la présence d'un environnement montagneux, le climat n’est pas trop rigoureux car le secteur du sud-ouest de la Savoie reste fortement influencée par des climats de types océaniques.[5]. Le territoire de Saint-Jean-de-Couz étant située à proximité du premier contrefort occidental du Chartreuse, un des premiers massifs préalpins que rencontrent les perturbations atlantiques, la pluviométrie y est donc marquée.

Températures des minimales et maximales enregistrées sur trois ans[modifier | modifier le code]

  • 2012
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 0,2 −5 2,1 7,1 9,9 13,8 14,7 14,8 11,8 8,3 4,2 0,5
Température maximale moyenne (°C) 7,1 3,5 17,1 16,6 22,2 25,7 26,7 29 22,2 17,4 11,5 7,4
Source : Climat de Saint-Jean-de-Couz, en 2012 sur linternaute.com, d'après Météo France.
  • 2014
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 0,9 2,1 2,6 7,1 8,9 13,1 14,8 13,6 12,4 9,3 5,3 1,5
Température maximale moyenne (°C) 8,5 10,4 15,1 18,7 20,2 27,1 24,5 24,5 23,6 20,3 13,4 7,5
Source : Climat de Saint-Jean-de-Couz en 2014 sur linternaute.com, d'après Météo France.
  • 2016
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 2,1 3,1 2 5,4 9,2 14 15 14 13,2 6,7 3,8 −3,6
Température maximale moyenne (°C) 9,2 10 12,4 16 19,9 24,6 28,8 28,4 26,1 16,1 11,2 6,9
Source : Climat de Saint-Jean-de-Couz, en 2016 sur linternaute.com, d'après Météo France.


Voies de communication[modifier | modifier le code]

La RD 1006 au Col de Couz

La RD 1006[modifier | modifier le code]

L'ancienne route nationale 6, ancienne grande route nationale française, reliant Paris à l'Italie (à la descente du col du Mont-Cenis) via Lyon et la Savoie et qui traverse la commune sur un axe nord / sud a été déclassée en route départementale sous l'appellation de RD1006. Son ancien nom durant le Premier Empire fut « Route de Paris à Milan »

Cette route à deux voies permet de relier directement le territoire de la commune aux agglomérations chambérienne, grenobloise et lyonnaise en franchissent notamment le col de Couz qui culmine à 624 m d'altitude[6].

La RD 45[modifier | modifier le code]

La route départementale 45 traverse le bourg central et le relie à la RD 1006.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Deux lotissements se sont construits au chef-lieu :

  • Le Grand Pré, à l'entrée de la commune ;
  • L'Amecoule, en contrebas du Replat, sur la route de Côte Barrier.

Hameaux, écarts et Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers, lieux-dits et écarts qui composent le territoire de la commune de Saint-Jean-de-Couz, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[7].

  • Les Héritiers
  • Le Marais
  • Le Cheval Blanc
  • Les Bottières
  • Les Fontaines
  • Le Col de Couz
  • Le Replat (bourg)
  • Côte Barrier
  • Jubin
  • Sur le Grill
  • La Cochette (sommet)
  • Fontaine Froide
  • La Pointière
  • Les Barmettes
  • Roche Corbière
  • Les Barrières
  • Le Pré du Commandeur
  • Les Vacheresses
  • Le Mont Beauvoir (sommet)
  • Le Caut

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme de Saint-Jean-de-Couz est formé par le nom du saint patron de la paroisse, Jean le Baptiste[8], érigée en paroisse distincte en 1673[9] et du mot Couz, qui est une variante de col (du latin collum, « col, cime »), indiquant un « passage de montagne »[10]. Il s'agit du col de Couz. Le toponyme Couz était utilisé pour désigner la vallée de l'Hyère jusqu'au défilé des Grottes[11].

En francoprovençal, la commune s'écrit Sin Jan selon la graphie de Conflans[12].

Ses habitants sont les Saint-Jeannaises et Saint-Jeannais[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Couz fut une ancienne paroisse cédée à la commanderie des Échelles.

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Durant l'Antiquité, une voie romaine allant de Lyon à Milan traversait le territoire de la commune. Elle fut restaurée par les princes de Piémont-Sardaigne, et ce qu'il en reste est aujourd'hui connu sous le nom de voie sarde. Un relais de poste marqua longtemps le col de Couz.

L'énigme Hannibal[modifier | modifier le code]

Trajet supposé d'Hannibal par le col de Couz et le col du Petit-Saint-Bernard. (hypothèse Bocquet en rouge)

Parmi les nombreuses théories sur le passage des Alpes par Hannibal en 218 av. J.-C., l'écrivain et préhistorien Aimé Bocquet, ancien membre du conseil supérieur de la recherche archéologique[13] sera un grand défenseur du franchissement par le col du Petit-Saint-Bernard.

En étudiant les écrits de l'historien et théoricien politique de la Grèce antique Polybe, Aimé Bocquet fait passer l'armée d'Hannibal par le défilé de Vimines-Saint Cassin, située au nord du territoire communal, et y situe le premier combat contre des Gaulois.

Ce défilé, situé entre la commune des Échelles et l'actuelle agglomération chambérienne, entraîne donc, par voie de conséquence, le passage de l'armée carthaginoise et ses alliés par la vallée du Guiers et le col de Couz. Aimé Bocquet l'explique notamment dans un ouvrage édité en 2009 et intitulé Hannibal chez les Allobroges, la grande traversée des Alpes [14].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

On a découvert au cours du XIXe siècle, un gisement de terre réfractaire qui servit à la fabrication de briques. Cette carrière, fermée vers 1948, est aujourd'hui inondée et forme un étang empoissonné pour la pêche.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, un foyer de résistance s'établit face à l'occupation allemande, notamment sous l'égide de l'ancien maire Raymond Merle. La disposition de l'habitat et le patriotisme d'une partie de la population permirent l'établissement d'un poste de commandement dans le chalet du « Souhait ». Le col du Grapillon abritait également des activités clandestines. En outre, la commune fut rattachée à la communauté de communes du Mont Beauvoir de 2005 à 2013. Depuis 2014, la commune est rattachée à la communauté de communes Cœur de Chartreuse.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Saint-Jean-de-Couz compte onze membres, dont un maire, trois adjoint au maire et sept conseillers municipaux[15].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1983 Raymond Merle ... ...
1983 2004 Pierre Meyer ... ...
2004 mars 2014 Gérard Paulus PCF ...
mars 2014 en cours François Le Gouic SE Agent de service technique
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[17].

En 2015, la commune comptait 286 habitants[Note 1], en augmentation de 13,94 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
340351389433439459369373373
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
347365306302301299281278252
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
205211202188185177147129101
1982 1990 1999 2005 2010 2015 - - -
145180215242251286---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La fête du boudin.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Couz est située dans l'académie de Grenoble.

  • Il y a une école primaire située à côté de la mairie au sud du village.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Stade de football.

Médias[modifier | modifier le code]

Stations de radio et télévision[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, la radio Isèroise Radio ISA et des radios Lyonnaises telles que Radio Scoop et Radio Espace.

La chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie, notamment l'émission « La Place du village ». France 3 et sa station régionale France 3 Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse écrite[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée essentiellement par un titre

  • Le Dauphiné libéré
Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition de Chartreuse et de Chambéry, un ou plusieurs articles à l'actualité de la ville, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Culte[modifier | modifier le code]

Religion catholique[modifier | modifier le code]

La commune dépend de la paroisse « Bienheureux Jean XXIII » qui recouvre plusieurs églises du doyenné de l'agglomération chambérienne et du diocèse de Chambéry - Maurienne - Tarentaise [20].

Autres religions[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus et emplois[modifier | modifier le code]

Le revenu médian annuel de la population de la commune a été évalué à 19 572 euros en 2012, correspondant à une baisse de croissance de 3,74 % par rapport à l'année précédente. Ce chiffre se présente à un niveau légèrement inférieur au revenu médian national par an estimé à 19 785 euros en 2012[21].

Industrie et artisanat[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La mairie.
Église et monument aux morts du village.

La plupart des bâtiments historiques sont situés au chef-lieu qui s'étend le long de la RD 45. On peut notamment y découvrir ː

Cet édifice religieux présentent des vitraux qui sont l'œuvre du maître verrier savoyard Jean-Marie Pierre Delbecque, datant des années 1980. L'église est actuellement fermée au public depuis la fin des années 1990[22].
  • l'ancien relais du Cheval Blanc, situé au col de Couz, le long de l'ancienne route nationale 6 ;
  • l'ancien bar le Relais Paris-Rome-Genève ;
  • l'ancienne fruitière ;
  • l'ancienne scierie ;

À Côte Barrier, hameau qui se situe à un kilomètre au sud en contrebas du chef-lieu, on peut trouver l'ancienne carrière d'argile et de pierre ainsi que les ruines de l'ancien four à brique.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site "habitants.fr", page sur les habitants de la Savoie
  2. Site Mappy distance St-Jean-de-Couz Chambéry
  3. Distance entre Saint-Jean-de-Couz et les grandes villes françaises
  4. Site Géol-Alp, page sur la vallée de Couz
  5. Site le Figaro, le climat de la Savoie
  6. Site "Cols cyclisme, page sur le col de Couz
  7. Site géoportail, page des cartes IGN
  8. D'après Henry Suter, « Saint-Jean », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le 12 septembre 2015).
  9. a et b « Saint-Jean-de-Couz », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 12 septembre 2015), Ressources - Les communes.
  10. D'après Henry Suter, « Couz », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le 12 septembre 2015).
  11. « Histoire de Saint-Thibaud-de-Couz », sur le site de la mairie, à la page « Présentation de la commune ».
  12. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 22
    préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  13. Site des amis de Montmélian, page des amis de Montmélian et Environs
  14. Livre "Hannibal chez les Allobroges par Aimé Bocuqte "Fontaine de Siloé"
  15. Site du journal le Monde, page sur Saint-Jean-de-Couz
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  20. Site messes infos, page sur la Paroisse
  21. Site le Monde, page sur la commune de Saint-Jean-de-Couz
  22. Site du Parc de Chartreuse, page sur Saint-Jean-de Couz