Quaix-en-Chartreuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Quaix-en-Chartreuse
Quaix-en-Chartreuse
le bourg de Quaix en Chartreuse en mai 2019
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Grenoble-2
Intercommunalité Grenoble-Alpes Métropole
Maire
Mandat
Pierre Faure
2014-2020
Code postal 38950
Code commune 38328
Démographie
Population
municipale
900 hab. (2016 en diminution de 2,39 % par rapport à 2011)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 15′ 13″ nord, 5° 43′ 10″ est
Altitude 525 m
Min. 270 (Le pont de l'Oulle) m
Max. 1 689 (la pinée) m
Superficie 18,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Quaix-en-Chartreuse

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Quaix-en-Chartreuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quaix-en-Chartreuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quaix-en-Chartreuse
Liens
Site web www.quaix-en-chartreuse.fr

Quaix en Chartreuse est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Cette commune de moyenne montagne, installée sur les premiers contreforts du massif de la Chartreuse, entre les sommets du Néron et de la Pinéa, est cependant adhérente à la métropole de Grenoble-Alpes Métropole, seconde agglomération de la région Auvergne-Rhône-Alpes car elle reste relativement proche de Grenoble. la commune est également adhérente au parc naturel régional de Chartreuse.

Ses habitants sont dénommés les Queylard(e)s ou les Quailard(e)s[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

La commune se répartit en un bourg modeste entouré de quelques hameaux, tous situés entre 450 m et 900 m d’altitude. Le reste du territoire est essentiellement constitué d'espaces forestiers appartenant notamment à la forêt domaniale de Grande Chartreuse, elle même inscrite dans le Parc naturel régional de Chartreuse.

Le territoire de la commune se situe entre les monts de la Pinéa et de l’aiguille de Quaix au nord, le Néron et le Rachais au sud, et la vallée de la Vence au niveau du Col de Vence à l'Est.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Quaix-en-Chartreuse
Proveysieux Sarcenas
Quaix-en-Chartreuse Le Sappey-en-Chartreuse

Corenc

Saint-Égrève Saint-Martin-le-Vinoux La Tronche

Géologie[modifier | modifier le code]

Quaix-en-Chartreuse et le Néron depuis le hameau de la Jars.

Le territoire de Quaix-en-Chartreuse, en rive droite de la Vence, se présente sur un talus de prairies surélevé par rapport au lit du torrent. Le village est dominé par les escarpements boisés de l'Aiguille de Quaix et de La Raviole, pendant de la barre des calcaires du Fontanil s'allongeant dans la direction du Sud-Ouest.

À l'est du bourg cette élévation est constituée sur toute sa hauteur par les marnes dits « de Narbonne » qui passent stratigraphiquement vers le haut, au niveau le plus haut du hameau de la Jars, au-delà des couches de la base des calcaires du Fontanil.

Du côté ouest de la pente boisée qui descend depuis l'Aiguille de Quaix par l'échine de Leuilly, celle-ci est constituée par des calcaires du Fontanil dont les affleurements, étagés sur la pente jusqu'au lit de La Vence ont un pendage vers l'est de nature modeste[2].

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

La « dalle aux ammonites de Sarcenas » constituent un site géologique remarquable de 0,32 hectares. En 2014, ce site d'intérêt paléontologique est classé « deux étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Vence en aval du pont de Quaix

La commune est traversée d’est en ouest par la rivière Vence, un petit torrent affluent de l'Isère, d'une longueur de 17,2 kilomètres[4]. Cette modeste rivière compte des affluents, petits ruisseaux de montagne dont la Tenaison et le ruisseau de Sarcenas.

Climat[modifier | modifier le code]

Incendie du Néron durant l'été 2003.
Article connexe : Climat de l'Isère.

Le secteur de Quaix-en-Chartreuse est situé dans le Chartreuse, un des premiers massifs des Alpes (avec le Vercors) que rencontrent les perturbations atlantiques. La pluviométrie y est donc marquée. Les orages y sont également très fréquents, particulièrement à la fin de l'été. L'incendie du sommet du Neron du à des impacts de foudre durant l'été 2003 en est un exemple qui a marqué la mémoire des habitants de la région [5].

Voie de communication[modifier | modifier le code]

Aucune route à grande circulation ne traverse le territoire de la commune. Celui-ci est tout de même sillonné par quelques routes secondaires dont la route départementale n°57 (RD 57) qui relie la commune de Grenoble (Quartier de l'Esplanade) à la commune de Sarcenas (jonction avec la RD 512).

La route départementale 105 relie le bourg de Quaix avec la commune de Saint-Égrève (quartier de la Monta).

Transport public[modifier | modifier le code]

Le territoire de Quaix-en-Chartreuse est desservi trois lignes « Flexo » de la compagnie des transports de l'agglomération grenobloise[6]:

  • la ligne 55 qui relie le Col de Clémencière à l'Hôtel de ville de Saint-Martin-le-Vinoux, et qui poursuit son trajet vers le collège Chartreuse à certaines heures seulement.
  • la ligne 56 qui relie le col de Clémencière à l'arrêt Casamaures-Village avec une bifurcation vers le collège Chartreuse à certaines heures.
  • la ligne 61 qui relie la Cime de Montquaix et le Pont de Vence à Saint-Egrève

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le bourg en mai 2007

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

L’habitat se répartit en un modeste bourg entourés de quelques hameaux dispersés en zone de moyenne montagne et structuré en de nombreux bâtiments de ferme (dont certaines sont encore en activité), autour d’un petit nombre de maisons rurales. La majorité des hameaux de commune sont situés sur la rive droite de la Vence qui bénéficie d’un meilleur ensoleillement de par sa position sur une pente exposée au Sud[7].

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste complète des hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux de la commune de Quaix-en-Chartreuse, présentés selon un axe nord-sud et selon les références du « Plan de Ville » fourni par la mairie et l'office de tourisme local aux visiteurs.

  • Chantermerle
  • Aujardière,
  • Fontvielle,
  • L’Aragnat,
  • l’Autre Côté de Vence,
  • la Buissière,
  • la Cime de Montquaix,
  • la Frette,
  • la Jars,
  • la Méarie,
  • la Motte,
  • le Barbet,
  • le Bas de Montquaix,
  • le Bourg,
  • le Charpen,
  • le Château,
  • Melattes
  • le Mas,
  • Lombardie,
  • Maupertuis,
  • Montquaix,
  • Péteysset,
  • Sous la Frette.

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risque sismique[modifier | modifier le code]

L'intégralité du territoire de Quaix-en-Chartreuse est situé en zone de sismicité no 4, comme l'ensemble des communes de l'agglomération grenobloise[8].

Terminologie des zones sismiques[9]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 4 Sismicité moyenne accélération = 1,6 m/s2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Kez ou Quez au XI, Quaisium au XIII, Quaix en 1706. En 1968, la commune prit le nom de Quaix-en-Chartreuse mettant ainsi fin aux risques de confusion avec le nom la ville de Claix situé dans la vallée du Drac[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, la paroisse de Quaix fait partie du mandement de Cornillon.

Temps Modernes et Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Auparavant dénommé Quaix, la commune prend le nom de Quaix-en-Chartreuse le 9 février 1968. Sur le plan démographique, la commune de Quaix connaît un accroissement de population important dés la fin du XXe siècle. En 2014, la communauté de communes du Balcon Sud de la Chartreuse, à laquelle appartenait la commune de Quaix, fusionnent avec Grenoble Alpes Métropole[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En 2019, le conseil municipal de Quaix-en-Chartreuse est composé de quinze membres (onze hommes et quatre femmes) dont un maire, quatre adjoints au maire et dix conseillers municipaux[12].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1980 2001 Robert-Yvon Mazard    
2001 En cours Pierre Faure SE Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2016, la commune comptait 900 habitants[Note 1], en diminution de 2,39 % par rapport à 2011 (Isère : +3,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
720709768739700741767777742
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
652638622619601604568553504
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
511508471376380381338377275
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
243306268415608740868886904
2013 2016 - - - - - - -
918900-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Quaix est situé dans l'académie de Grenoble et héberge une école maternelle et élémentaire, située route de Clémencières, présentant un effectif de 79 élèves lors de le rentrée scolaire de 2018[17].

Équipement culturel[modifier | modifier le code]

La bibliothèque de Quaix-en-Chartreuse, située près de l'école municipale, présente à la disposition du public un ensemble estimé à environ 3 000 documents[18]

Équipement sportif[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition de l'agglomération grenobloise, un ou plusieurs articles à l'actualité au secteur de Quaix et de ses environs, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

La communauté catholique de Quaix et son église (propriété de la commune) est rattachée à la paroisse de Saint Martin du Néron, elle même rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[19].

Économie[modifier | modifier le code]

Le commune fait partie de l'aire géographique de production et transformation du « Bois de Chartreuse », la première AOC de la filière Bois en France[20],[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Clocher de l'église
  • L'église romane Saint-Martin (ensuite Saint-Jean-Baptiste), bâtie au XIIe siècle[22].
  • Le château de Quaix, du XVe siècle[22].
  • Le château de Vence, ou manoir Rostaing, du XVIIe siècle[22].
  • Les Batteries du Casque de Néron, face Nord du Néron, et les Batteries du Quichat, côté Ouest du Néron, bâties en 1884[22].
  • Le château d'Herculais se trouvait à Moncul au XVIIe siècle en face du château de Quaix, de l'autre côté des gorges du ruisseau Sarcenas. Disparu depuis[22].
  • Le château ou manoir disparu de Pouslergues au XVIIe siècle au lieu-dit de Barbet[22].
  • Une ferme imposante des années 1650, dite La Citadelle, se trouve au-dessous de Clemencière[22].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc naturel régional de Chartreuse.

  • Aiguille de Quaix, haute de 50 m.

Langue et traditions locales[modifier | modifier le code]

Langue locale[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Dauphinois (dialecte) et Francoprovençal.
Carte linguistique du Dauphiné : Le dauphinois est un dialecte arpitan parlé dans le nord du Dauphiné. La moitié sud du Dauphiné est quant à elle du domaine linguistique de l'occitan et de son dialecte local, le vivaro-alpin.

Le territoire de la commune se situe dans la partie méridionale du massif de la Chartreuse, au nord de Grenoble et donc le domaine linguistique des patois dauphinois, laquelle appartient au domaine des langues dites francoprovençales ou arpitanes au même titre que les patois savoyards, vaudois, Valdôtains, bressans et foréziens. (voir carte).

Historiquement, l'idée du terme francoprovençal, attribué à cette langue régionale parlée dans le quart centre-est de la France, différent du français, dit langue d'oil et de l'occitan, dit langue d'oc, est l'œuvre du linguiste et patriote italien Graziadio Isaia Ascoli en 1873 qui en a identifié les caractéristiques.

Contes et mythes locaux[modifier | modifier le code]

Il existe encore quelques ouvrages qui relatent les contes et les légendes des différents secteurs de la Chartreuse et du Grésivaudan. Le plus connu est un ouvrage notable consacré aux légendes du Dauphiné, fruit d'une recherche importante. Cette brochure assez volumineuse a été rédigée par Charles Joisten (1936-1981), ancien conservateur du Musée dauphinois situé à Grenoble et qui relate, parmi les autres légendes, le bestiaire fantastique des montagnes et des vallées dauphinoises[23].

Le mythe du « chat noir du Pont de Vence » narre les mésaventures des personnes ayant croisé l'animal réputé porté malheur à l'endroit où la route de Quaix franchit le torrent, est évoqué dans un livre de l' écrivain et documentaliste français Christian Doumergue[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François de Bonne de Lesdiguières avec sa maîtresse Marie Vignon posséda un château à Quaix.
  • Jean Antoine Brun ( - Quaix-en-Chartreuse † - Grenoble), militaire français des XVIIIe et XIXe siècles.
  • André Brun, nommé le Dromadaire, cousin du précédent, né à Quaix le 24 septembre 1768, mort le 18 mai 1825, surnommé le dromadaire après la campagne d'Égypte, comploteur bonapartiste lors de l'affaire Didier.
  • Jacqueline Marval, née Marie-Joséphine Vallet le 19 octobre 1866 à Quaix-en-Chartreuse, morte en 1932 à Paris, artiste-peintre française.
  • Henri Marrou (1904 - 1977), historien et philosophe français, installé à Grenoble se maria avec Jeanne Bouchet, native de la commune. Jeanne est décédée en 1976 à l'âge de 70 ans[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 10 avril 2019
  2. site Geol-Alp, page sur la vallée moyenne de la Vence, vallons du Rivet et de Clémencière, consulté le 10 avril 2019
  3. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Vence (W3010500) » (consulté le 26 août 2013)
  5. Site le dauphiné libéré, article "Il y a dix ans, l’incendie du Néron", consulté le 10 avril 2019
  6. site de la commune de Quaix-en-Chartreuse, page sur les transports publics, consulté le 10 avril 2019
  7. [Site du parc naturel régional de Chatreuse, "États des lieux patrimonial de Quaix-en-Chartreuse], consulté le 10 avril 2019
  8. carte des zones de sismicité, Site de la préfecture de l'Isère
  9. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  10. Livre "L'origine du nom des communes du département de l'Isère" par André Planck, (ISBN 2-84424-043-7), éditions L'atelier, 2006, page 159
  11. La Métro en chiffres et en dates, sur le site lametro.fr du 31 décembre 2013
  12. Site de la mairie de Quaix en Chartreuse, page sur le conseil municipal, consulté le 10 avril 2019
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  17. site du ministère de l'éducation nationale, page sur l'école de Quaix en Chartreuse, consulté le 10 avril 2019
  18. site de la commune de Quaix-en-Chartreuse, page sur la bibliothèque, consulté le 10 avril 2019
  19. Site messe-info, page sur l'église Saint Jean-Baptiste, consulté le 10 avril 2019
  20. Information Presse du 5 novembre 2018 : Le Bois de Chartreuse obtient la première AOC Bois en France. Une première dans la filière bois !, site officiel du Bois de Chartreuse.
  21. Cahier des charges de l’appellation d’origine « Bois de Chartreuse », homologué par l’arrêté du 23 octobre 2018 publié au JORF du 31 octobre 2018, Bulletin officiel du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, n° 2018-46 (.PDF).
  22. a b c d e f et g Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 410-413
  23. Êtres fantastique en Dauphiné
  24. Google livre "Le chat - Légendes, mythes & pouvoirs magiques" de Christian Doumergue, éditions de l'opportun (ISBN 2360755579), consulté le 10 avril 2019
  25. Google livre "Henri Irénée Marrou: historien engagé"de Pierre Riché, consulté le 10 avril 2019

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :