Quaix-en-Chartreuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quaix-en-Chartreuse
L'église de Quaix-en-Chartreuse.
L'église de Quaix-en-Chartreuse.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Grenoble
Canton Grenoble-2
Intercommunalité Grenoble-Alpes Métropole
Maire
Mandat
Pierre Faure
2014-2020
Code postal 38950
Code commune 38328
Démographie
Population
municipale
911 hab. (2014)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 15′ 13″ nord, 5° 43′ 10″ est
Altitude 525 m
Min. 270 (Le pont de l'Oulle) m
Max. 1 689 (la pinée) m
Superficie 18,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Quaix-en-Chartreuse

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Quaix-en-Chartreuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quaix-en-Chartreuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quaix-en-Chartreuse
Liens
Site web www.quaix-en-chartreuse.fr

Quaix en Chartreuse est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Queylards et les Queylardes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se répartit en hameaux, entre 450 m et 900 m d’altitude, implantés entre les monts de la Pinéa et de l’aiguille de Quaix au nord, le Néron et le Rachais au sud, et la rivière Tenaison à l’ouest. La commune est traversée d’est en ouest par la rivière Vence.

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

La « dalle aux ammonites de Sarcenas » constituent un site géologique remarquable de 0,32 hectares. En 2014, ce site d'intérêt paléontologique est classé « deux étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[1].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Liste des hameaux de la commune de Quaix-en-Chartreuse :

  • Aujardière,
  • Fontvielle,
  • L’Aragnat,
  • l’Autre Côté de Vence,
  • la Buissière,
  • la Cime de Montquaix,
  • la Frette,
  • la Jars,
  • la Méarie,
  • la Motte,
  • le Barbet,
  • le Bas de Montquaix,
  • le Bourg,
  • le Charpen,
  • le Château,
  • le Mas,
  • Lombardie,
  • Maupertuis,
  • Montquaix,
  • Péteysset,
  • Sous la Frette.
Quaix-en-Chartreuse et le Néron depuis La Jars.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Quaix-en-Chartreuse
Proveysieux Sarcenas
Quaix-en-Chartreuse Le Sappey-en-Chartreuse

Corenc

Saint-Égrève Saint-Martin-le-Vinoux La Tronche

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1980 2001 Robert-Yvon Mazard    
2001 en cours Pierre Faure SE Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 911 habitants, en diminution de -0,11 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
720 709 768 739 700 741 767 777 742
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
652 638 622 619 601 604 568 553 504
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
511 508 471 376 380 381 338 377 275
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
243 306 268 415 608 740 904 918 911
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Clocher de l'église
  • L'église romane Saint-Martin (ensuite Saint-Jean-Baptiste), bâtie au XIIe siècle[6].
  • Le château de Quaix, du XVe siècle[6].
  • Le château de Vence, ou manoir Rostaing, du XVIIe siècle[6].
  • Les Batteries du Casque de Néron, face Nord du Néron, et les Batteries du Quichat, côté Ouest du Néron, bâties en 1884[6].
  • Le château d'Herculais se trouvait à Moncul au XVIIe siècle en face du château de Quaix, de l'autre côté des gorges du ruisseau Sarcenas. Disparu depuis[6].
  • Le château ou manoir disparu de Pouslergues au XVIIe siècle au lieu-dit de Barbet[6].
  • Une ferme imposante des années 1650, dite La Citadelle, se trouve au-dessous de Clemencière[6].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc naturel régional de Chartreuse.

  • Aiguille de Quaix, haute 50 m.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Lesdiguières avec sa maîtresse Marie Vignon posséda un château à Quaix.
  • Jean Antoine Brun ( - Quaix-en-Chartreuse † - Grenoble), militaire français des XVIIIe et XIXe siècles.
  • André Brun, nommé le Dromadaire, cousin du précédent, né à Quaix le 24 septembre 1768, mort le 18 mai 1825, surnommé le dromadaire après la campagne d'Égypte, comploteur bonapartiste lors de l'affaire Didier.
  • Jacqueline Marval, née Marie-Joséphine Vallet le 19 octobre 1866 à Quaix-en-Chartreuse, morte en 1932 à Paris, artiste-peintre française.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. a, b, c, d, e, f et g Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 410-413

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :