Attignat-Oncin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Savoie
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Savoie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Attignat-Oncin
Vue depuis le mont Grêle.
Vue depuis le mont Grêle.
Blason de Attignat-Oncin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Arrondissement de Chambéry
Canton Les Échelles
Intercommunalité CCLA Communauté de Communes du Lac d'Aiguebelette
Maire
Mandat
Jean-Pierre Martin
2014-2020
Code postal 73610
Code commune 73022
Démographie
Gentilé Oncinois
Population
municipale
534 hab. (2014)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 30′ 33″ nord, 5° 46′ 35″ est
Altitude Min. 379 m – Max. 1 425 m
Superficie 18,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Attignat-Oncin

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Attignat-Oncin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Attignat-Oncin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Attignat-Oncin
Attignat-Oncin015.jpg
Attignat-Oncin003.jpg

Attignat-Oncin est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc naturel régional de Chartreuse.

Attignat-Oncin est composée de forêts (environ 1/3 de la commune) et de nombreux prés ; la commune est bordée à l'est par le chaînon méridional de l’Épine dont le point culminant, le mont Grêle, se trouvant sur la commune, est à 1 425 mètres d'altitude ; la chaîne est traversée par le GR9.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Attigna Onshin, selon la graphie de Conflans[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Attignas au XIVe siècle.
L’histoire ancienne de la commune est très intéressante pour les archéologues. En effet, au XIXe siècle, lors de l’élargissement d’une route, on trouva de nombreuses tombes tournées vers l’orient, accompagnées d’ustensiles gallo-romains, mais également des dalles, des tuiles et des graviers datant de l’Antiquité.

Jusqu’à la Révolution française, il y avait deux villages, avec deux paroisses distinctes, Oncin (paroisse Saint-Martin) et Attignat (paroisse Saint-Roch), dépendantes toutes deux du mandement des Echelles et attachées à l’évêché de Belley. La Révolution les unifia sur ordre d'Albitte[réf. nécessaire] lors de la création du département du Mont-Blanc.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Attignat-Oncin Blason D'or fretté de sable, au franc-quartier de gueules à la croix d'argent[2].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1860 1869 Anthelme Vallet    
1869 1870 Pierre Bovagnet    
1870 1871 François Bellemin    
1871 1878 Anthelme Vallet    
1878 1879 François Tartavel    
1879 1881 Anthelme Vallet    
1881 1886 François Tartavel    
1886 1892 Victor Bovagnet    
1892 1908 Claude Mulet-Marquis    
1908 1919 Pierre Bernard    
1919 1929 Claude Magnin    
1929 1935 Claude Charvet    
1935 1965 Claudius Court-Fortune    
1965 2001 Michel Bovagnet DVD  
2001 en cours
(au avril 2014)
Jean-Pierre Martin DVG  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 534 habitants, en diminution de -3,09 % par rapport à 2009 (Savoie : 3,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1 190 1 064 1 359 1 350 1 391 1 438 1 195 1 068 1 030
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
983 996 955 925 855 768 746 715 682
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
563 641 623 545 538 521 492 448 380
1982 1990 1999 2004 2009 2014 - - -
397 398 418 502 551 534 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
  • Croix gothique en pierre, à Gerbezet, datant du Xe siècle.
  • Fouilles archéologiques à divers endroits.
  • Stèle à la mémoire d’Albert Robin, résistant abattu par les Allemands le 19 mai 1944.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc naturel régional de Chartreuse.

  • Panorama du mont Grêle.
  • Les gorges du Grenand.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'architecte Trivelly a conçu l'église actuelle au milieu du XIXe siècle.
  • Le général-comte de Boigne y possédait une maison seigneuriale nommée « le château de la Cietaz ».
  • L'animateur Jacques Martin était originaire de la commune par sa grand-mère maternelle, qui épousa le chef de cuisine du tsar de Russie ; il reviendra avec sa mère sur la commune durant la guerre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 19
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=3183
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .