Attignat-Oncin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Attignat.

Attignat-Oncin
Attignat-Oncin
Vue depuis le mont Grêle.
Blason de Attignat-Oncin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Arrondissement de Chambéry
Canton Pont-de-Beauvoisin
Intercommunalité Communauté de communes du Lac d'Aiguebelette
Maire
Mandat
Jean-Pierre Martin
2014-2020
Code postal 73610
Code commune 73022
Démographie
Gentilé Oncinois
Population
municipale
527 hab. (2015 en diminution de 5,05 % par rapport à 2010)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 30′ 33″ nord, 5° 46′ 35″ est
Altitude Min. 379 m
Max. 1 425 m
Superficie 18,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 14.svg
Attignat-Oncin

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Attignat-Oncin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Attignat-Oncin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Attignat-Oncin

Attignat-Oncin est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Petite commune rurale située dans l'Avant-Pays savoyard, Attignat-Oncin est positionnée à quelques kilomètres au sud du lac d'Aiguebelette, et celle-ci appartient à la communauté de communes qui gère de grand lac naturel de France.

Historiquement, le territoire communal se présentait, durant le Moyen-Âge, en deux paroisses distinctes, celle de d'Attignant (Saint-Martin) et celle d'Oncin (Saint Roch) qui furent ensuite réunies en une seule commune au cours de la Révolution française. Attignat-Oncin devint définitivement française lors de l'Annexion de la Savoie à la France, le .

En outre, la commune qui est située dans le canton de Pont de Beauvoisin depuis 2014, est adhérente au parc naturel régional de la Chartreuse et abrite sur son territoire un grand domaine forestier, située sur les pentes occidentales de la chaîne de l'Épine. Cette chaîne jurassienne comprend de nombreux sommets, dont le Mont Grèle, qui marque le point culminant de la commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan du territoire d'Attignat-Oncin

Situation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le département de la Savoie, dans l'arrondissement de Chambéry ainsi que dans l'ancien Canton des Échelles, rattachée depuis 2014 au canton du Pont-de-Beauvoisin depuis le redécoupage cantonal de 2014.

Les villages les plus proches d'Attignat-Oncin sont Saint-Franc, La Bauche, La Bridoire, Lépin-le-Lac, Saint-Béron, Aiguebelette-le-Lac, Saint-Alban-de-Montbel, tous situés à moins de cinq kilomètres du bourg. La commune se trouve à 32 km de Chambéry, chef-lieu du département de la Savoie[1].

En ce qui concerne les grandes villes, le centre d'Attignat-Oncin est situé à 78,5 km de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes ainsi qu'à environ 248 km de Marseille et 455 km de Paris[2].

La commune qui se situe au sud du département de la Savoie, est adhérente au parc naturel régional de Chartreuse ainsi qu'à la Communauté de communes du Lac d'Aiguebelette.

Description[modifier | modifier le code]

Attignat-Oncin est une commune rurale, composée de forêts qui constitue environ un tiers de sa superficie, ainsi que de nombreuses surfaces agricoles, notamment des pâturages et des prés.

La commune se présente sous la forme un bourg de taille modeste entourée de nombreux hameaux, tous situés sur un plateau de moyenne altitude (570 mètres), en bordure orientale de le chaînon méridional de l’Épine dont le point culminant, le mont Grêle, se trouve sur le territoire communal, est à 1 425 mètres d'altitude[1]. Le territoire communal est traversées par le GR9 qui sillonne ce massif.

La commune comprend également de nombreux hameaux et son territoire s'étend au nord jusqu'à quelques mètres de la rive gauche du Tier (ou Thiez), cours d'eau qui sert de déversoir au lac d'Aiguebelette, au niveau du Gué des planches, lieu-dit partagé les communes de Saint-Albin-de-Vaulserre et de Lépin-le-Lac.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Route du Mont Grêle

Le territoire d'Attigna-Oncin se situant sur le versant occidental du Mont Grêle, lequel représente la partie méridionale de la chaîne jurassienne de l'Épine. Après ce sommet, ce chaînon s'abaisser de façon progressive jusqu'à s'effacer totalement dans le synclinal de Voreppe, au niveau du territoire de la commune des Échelles.

Au sud du territoire, jusqu'au Mont Beauvoir, le versant occidental de ce chaînon se révèle affectée par un chevauchement appartenant au flanc oriental de l'anticlinal du Mont Grelle. On peut y constater des couches urgoniennes dessiner une charnière anticlinale en genou se déviant vers l'ouest, mais se poursuivant partiellement vers le sud dans les pentes montagneuses dominant Le territoire de la commune voisine de La Bauche. Il s'agit d'un prolongement de la faille de l'Épine[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Cascade la Pissoire

Quelques ruisseaux sillonnent le territoire de la commune[4].

  • le ruisseau du Grand-Lieu
  • le ruisseau du Merderet
  • le ruisseau de quinze sous
  • le ruisseau de la Pissoire
  • le ruisseau du Verney
  • le ruisseau du Grenan

Climat[modifier | modifier le code]

Malgré la présence d'un environnement montagneux, le climat n’est pas trop rigoureux. La région du Lac d'Aiguebelette et du sud-ouest de la Savoie reste fortement influencée par des climats de types océaniques et une protection importante des vents[5].

Le secteur d'Attignat-Oncin est située au pied des derniers contreforts du Jura, à proximité du Chartreuse, un des premiers massifs des Alpes que rencontrent les perturbations atlantiques. La pluviométrie y est donc marquée. Les brouillards sont également très fréquents en raison d'un terrain très humide parcouru par de nombreux cours d'eau et parsemé de nombreux plans d'eau.

Températures des minimales et maximales enregistrées en 2017[modifier | modifier le code]

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −5 1,8 4,4 4,5 9,9 15,7 15,6 15,2 9,1 5,7 2,2 −0,4
Température maximale moyenne (°C) 3,4 12,3 16,3 18,1 22,2 28,1 28,1 27,7 20,8 19,1 10 6
Source : Climat d'Attignat-Oncin en 2017 sur linternaute.com, d'après Météo France.


Voies routières et transport[modifier | modifier le code]

Entrée de la commune

Voies routières[modifier | modifier le code]

  • Liaison autoroutière

L'autoroute le plus proche de la commune est l'autoroute A49, connue sous l'appellation d'autoroute de la Maurienne relie Lyon à Modane. La sortie N°12, située au km 79, permet de rejoindre la commune par la route départementale 921, via Saint-Alban-de-Montbel.

Sortie 12 à 79 km : « Lac d'Aiguebelette »
  • La RD 921

La route départementale 921 (RD921) qui traverse le territoire communal dans un axe nord-sud, relie le centre-ville des Échelles à la commune de Novalaise (lieu-dit « le lac »).

  • La RD 39 et la RD39A

La route départementale 921 (RD39) qui traverse le territoire communal dans un axe est-ouest relie la commune de Saint-Béron (lieu dit des « gorges de Chailles » au centre-ville d'Aiguebelette-le-Lac.

La RD 39a se sépare de la RD39, au lieu-dit « La Génaz » pour rejoindre le bourg central de la commune de Lépin-le-Lac.

Liaison ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare la plus proche de la commune est la Gare de Lépin-le-Lac - La Bauche, située sur le territoire de la commune de Lépin-le-Lac, à quelques centaines de la limite septentrionale de la commune d'Attignat-Oncin, non loin du lieu-dit du « Gué des planches ». Cette gare est desservie par des trains TER Auvergne-Rhône-Alpes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Hameaux, écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux qui composent le territoire de la commune des Échelles, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[6]. Les principaux hameaux de la commune sont indiqués en caractères italique, conformément aux indications de la carte IGN.

  • La Pinière
  • La Burlatière
  • Le Mas
  • Image
  • Le Truchet
  • Le Magnin
  • Le Perrin
  • Les Chapelles
  • Le Cotillon
  • La Relière
  • La Fardelière
  • La Génaz
  • La Marinière
  • Rué
  • Morel
  • Béranger
  • Verchère
  • La Paluette
  • Les Plattières
  • Le Village
  • La Ciétaz
  • Le Chaboud
  • La Georgeat
  • Gruat
  • Landre
  • Coudurier
  • Le Picard
  • Les Grandes Pièces
  • La Cottardière
  • La Charrière
  • Les Fontaines
  • Plan Rosset
  • La Bourbonnière
  • Bohème
  • la Fauchère
  • Morotiot
  • La Rousse
  • Le Plat
  • Le Mollard Favier
  • Attignat
  • Grand Chemin
  • Gerbezet
  • Mollard du Pin
  • Cerbazin
  • Carcassonne

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Article connexe : Risque sismique en France.

Le territoire communal est situé en zone de sismicité 4 (dite sismicité moyenne ou modérée), les bâtiments neufs devant être de « catégorie d'importance III »[7]

Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attignat-Oncin est un nom composé des communes d’Attignat et d’Oncin. Cette dernière est absorbée peu avant ou au début de la période d'occupation du duché de Savoie par les troupes révolutionnaires françaises, entre 1790-1794[8]. Toutefois, on trouve la forme Attignac-Onzin en 1691[9],[10].

Attignat est mentionné au XIVe siècle sous la forme Attignas ou Attignac en 1575[9],[10]. Ce toponyme trouve son origine dans le domaine gallo-romain Attiniacum, dérivant du patronyme Attinius(tout comme Attignat dans le département voisin)[9],[10].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Attigna Onshin, selon la graphie de Conflans[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Quelques découvertes archéologiques ont permis de découvrir une concentration de tuiles galloromaines, repérée « en dessous » de l’église pourrait correspondre à un habitat local durant la période antique.

Moyen-Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

Selon l’État des lieux patrimonial réalisé en 2005, Attignat (Atignas) et Oncin sont constitués en deux paroisses distinctes jusqu'à la Révolution française et sont mentionnées respectivement en 1142 et au XIVe siècle[12]. La paroisse d'Attignat est dédiée à saint Ours, un des lieutenants de saint Maurice d'Agaune[13], et celle d'Oncin est consacrée à saint Martin de Tours[1]. Elles paroisses dépendent par ailleurs rattachées au diocèse de Belley[1],[12].

Les territoires de ces deux paroisses appartiennent à une seigneurie qui relève de la commanderie des Échelles[1], avant d'appartenir dans l'organisation administrative du comté de Savoie, à la châtellenie (ou mandement) des Échelles[12].

Époques moderne[modifier | modifier le code]

Au hameau de la Ciétaz, située au nord du territoire, un édifice établi sur une proéminence a conservé des ouvertures anciennes caractéristiques du XVIIe siècle.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Au cours de la période d'occupation du duché de Savoie par les troupes révolutionnaires françaises, à la suite du rattachement de 1792, les communes d'Attignat (paroisse de Saint-Martin) et d'Oncin (paroisse de Saint-Roch) appartiennent au canton des Échelles, au sein du département du Mont-Blanc[14].

En 1743, Attignat compte 63 habitants contre 455 pour Oncin ; à la veille de la Révolution, en 1776, on compte 121 habitants à Attignat contre 761 à Oncin. Après l’unification des deux paroisses, la commune recense 1425 habitants en 1801.

Selon une enquête menée par le quotidien Le Matin, du , et par l'hebdomadaire Paris-Match, du , le corps de la petite victime dans l'affaire Maëlys a été retrouvé sur le territoire de la commune d'Attignat-Oncin, non loin du hameau de Morotiot, le long d'une route forestière, au cœur d'une hêtraie et à proximité de la cascade de la Pissoire[15],[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie d'Attignat-Oncin

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En 2018, le Conseil municipal de la ville d'Attignat-Oncin est composé de treize élus dont un maire, trois adjoints et neuf conseillers municipaux[Mairie 1]. Ce conseil est également composé de huit commissions ː Finances, Urbanisme et environnement, Forêts, Bâtiments, matériel, routes, Associations et écoles, Information, Personnel communal et Appel d'Offres[Mairie 2].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1860 1869 Anthelme Vallet    
1869 1870 Pierre Bovagnet    
1870 1871 François Bellemin    
1871 1878 Anthelme Vallet    
1878 1879 François Tartavel    
1879 1881 Anthelme Vallet    
1881 1886 François Tartavel    
1886 1892 Victor Bovagnet    
1892 1908 Claude Mulet-Marquis    
1908 1919 Pierre Bernard    
1919 1929 Claude Magnin    
1929 1935 Claude Charvet    
1935 1965 Claudius Court-Fortune    
1965 2001 Michel Bovagnet DVD  
2001 en cours
(au avril 2014)
Jean-Pierre Martin DVG  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est adhérente à la La communauté de communes du Lac d’Aiguebelette (dont le siège est situé à Novalaise), laquelle est rattachée à un syndicat mixte dénommé le Le SMAPS (Syndicat Mixte de l’Avant Pays Savoyard), regroupant également deux autres communautés de communes : La communauté de communes de Yenne et la communauté de communes Val Guiers.

Les compétences du SMAPS sont essentiellement d'animer et coordonner un projet de territoire pour l’Avant Pays Savoyard, d'accompagner les communes, les structures intercommunales et leurs partenaires locaux dans leurs projets et de mettre en place un Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) et une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat (OPAH). le siège de ce syndicat est situé à Belmont-Tramonet[Mairie 3].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Oncinois(es)[17].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1561. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[19].

En 2015, la commune comptait 527 habitants[Note 1], en diminution de 5,05 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1561 1793 1800 1801 1806 1822 1838 1848 1858
9031 1901 0641 4251 3591 3501 3911 4281 195
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 0681 030983996955925855768746
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
715682563641623545538521492
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2015
448380397398418502551534527
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Enseignement primaire[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'académie de Grenoble. Elle gère, en 2017, deux écoles primaires dont une en collaboration avec d'autres communes[21],[22] :

  • l'école du chef-lieu (trois classes), regroupant 65 élèves ;
  • l'école intercommunale du Gué des Planches (classe unique), regroupant 13 élèves.

Équipements sportif et culturel[modifier | modifier le code]

La commune gère une bibliothèque située dans le bâtiment de la mairie[Mairie 4].

Les citoyens de la commune peuvent adhérer à l'association d’Animation de la Vallée des Échelles (AAVE) qui regroupe des structures d'animations sociales, particulièrement dans le domaine de l'enfance[Mairie 5].

Le centre socioculturel du Lac d’Aiguebelette auquel est rattaché la commune propose des activités diverses activités diverses : badminton, gymnastique, couture, dessin et peinture, des créations artistiques et ludiques, des séances de cinéma, un initiation au cirque et sorties culturelles[Mairie 6].

Cultes[modifier | modifier le code]

La communauté catholique de la commune d'Attignat-Oncin, ainsi que l'église Saint-Martin (propriété communale) est rattachée à la « Paroisse Sainte-Rose en Aiguebelette » qui regroupe onze communes de la région, au sein de l'archidiocèse de Chambéry, Maurienne et Tarentaise (Diocèses de Savoie)[23].

Médias[modifier | modifier le code]

Presse écrite[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée essentiellement par un titre

  • Le Dauphiné libéré
Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition de Chartreuse et de Chambéry, un ou plusieurs articles à l'actualité de la ville, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Radio et télévision[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie ainsi que par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, Radio ISA, et Radio Couleur Chartreuse. La chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie, notamment l'émission « La Place du village ». France 3 et sa station régionale France 3 Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi et activités[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

L'organisme promotionnel Savoie Mont Blanc estimait en 2017 que la capacité d'accueil de la commune était de 413 lits touristiques répartis sur 68 établissements[Note 2]. Les hébergements se répartissent comme suit : un meublé ; une structure d'hôtellerie de plein air (contre deux en 2016) ; deux chambre d'hôtes[24],[I 1].

La commune possède sur son territoire, au lieu-dit Le Génaz, situé à 500 mètres d'altitude, un terrain de camping dénommé "Camping du Signal", aménagé pour douze emplacements[I 1], et appartenant au réseau Accueil paysan[25].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église d'Attignat-Oncin.
Le monument aux morts.
  • Croix gothique en pierre
Situé dans le hameau du Gerbezet, celle-ci date du Xe siècle.
  • Église Saint-Martin
construite sur l’emplacement de l’ancienne église paroissiale d’Oncin, celle-ci date du XIXe siècle.
  • Monument aux morts
ce monument qui présente la statue d'un soldat de la première guerre mondiale en pied est situé devant l'église.
  • Stèle à la mémoire d’Albert Robin
Stèle édifiée au lieu-dit « La Chanaye », à la mémoire d’Albert Robin, résistant FTP, abattu par les Allemands le [26],[27].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc naturel régional de Chartreuse.

  • Forêt domaniale d'Attignant-Oncin.
  • Panorama du mont Grêle.
  • Les gorges du Grenand.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le général-comte de Boigne y acquit une maison, surnommée « la Grand'maison », ainsi que diverses propriétés agricoles.
  • L'animateur Jacques Martin était originaire de la commune par sa grand-mère maternelle, qui épousa le chef de cuisine du tsar de Russie ; il reviendra sur la commune avec sa mère, durant la guerre.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Attignat-Oncin Blason D'or fretté de sable, au franc-quartier de gueules à la croix d'argent[28].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  2. Les données fournies par l'organisme Savoie Mont Blanc prennent en compte l'ensemble des établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'implique donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[24].

Références[modifier | modifier le code]

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  • Données issues du site de la mairie d'Attignat-Oncin :
  1. « Equipe municipale », sur site de la commune (consulté en mai 2018).
  2. « Commissions », sur site de la commune (consulté en mai 2018).
  3. « SMAPS », sur site de la commune (consulté en mai 2018).
  4. « Bibliothèque », sur site de la commune (consulté en mai 2018).
  5. « AAVE », sur site de la commune (consulté en mai 2018).
  6. « AEL », sur site de la commune (consulté en mai 2018).

Insee[modifier | modifier le code]

  1. a et b Tourisme en 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Histoire des communes savoyardes 1984, p. 6 (Présentation).
  2. Distance entre Attigant-Oncin, les villages riverains et les grandes villes françaises, sur le site www.cartes-2-france.com.
  3. Site geol-alp, page sur le Mont Grelle, Attignat-Oncin et le Mont Beauvoir]
  4. Site de la mairie d'Attigant-Oncin, page "présentation générale de la commune
  5. Site le Figaro, le climat de la Savoie
  6. Site géoportail, page des cartes IGN
  7. Site Plan sésime, page sur Attigant-Oncin
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. a, b et c Chanoine Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 39..
  10. a, b et c Henry Suter, « Attignat », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 13 janvier 2017).
  11. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 19
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  12. a, b et c État des lieux patrimonial - 2005, p. 6.
  13. Félix Bernard, L'Abbaye de Tamié, ses granges (1132-1793), Imprimerie Allier, , 307 p., p. 130.
  14. Jules-Joseph Vernier, Étude historique et géographique sur la Savoie, Le Livre d'Histoire - Res Universis (réimpr. 1993) (1re éd. 1896), 137 p. (ISBN 2-7428-0039-5, ISSN 0993-7129), p. 96-99.
  15. Evelyne Emeri, « France - Affaire Maëlys: dans les pas du monstre », lematin.ch,‎ (lire en ligne).
  16. Arnaud Bizot, « Maelys, l'espoir est mort », Paris-Match édition du .
  17. « Attignat-Oncin », Accueil > Ressources > Communes, sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 13 janvier 2017), Ressources - Les communes.
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  21. « sur les écoles », sur le ite de la mairie d'Attignat-Oncin
  22. « Savoie (73) > Attignat-Oncin > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté en mars 2018).
  23. Site Paroisse Sainte-Rose en Aiguebelette.
  24. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie Mont Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com (consulté en mars 2018) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2016, .xlsx) ».
  25. Camping du Signal, sur le site Accueil paysan.
  26. C. B., « Une soixante de personnes a commémoré l’anniversaire de la mort d’Albert Robin à la Chanaye », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  27. Commission Départementale de l’information historique pour la Paix, Monuments stèles et plaques de la Seconde Guerre mondiale, Mémoires de Savoie, Photographies, éditions Bernard Chaffardon, Chambéry, 1992, 182 pages.
  28. 73 022 - Attignat-Oncin (Savoie), page sur le site armorialdefrance.fr.