Saint-Julien-de-Raz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Julien.

Saint-Julien-de-Ratz
Saint-Julien-de-Raz
Saint-Julien-de-Ratz en 1906.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Grenoble
Canton Canton de Voiron
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Voironnais
Code postal 38134
Code commune 38407
Démographie
Population 428 hab. (2014)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 21′ 02″ nord, 5° 39′ 45″ est
Altitude Min. 463 m
Max. 1 891 m
Superficie 10,81 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration La Sure en Chartreuse
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

Voir sur la carte administrative de la zone Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 15.svg
Saint-Julien-de-Ratz

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 15.svg
Saint-Julien-de-Ratz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Julien-de-Ratz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Julien-de-Ratz

Saint-Julien-de-Raz ou Saint-Julien-de-Ratz[1] est une ancienne commune française, rattachée à la commune nouvelle de La Sure en Chartreuse et située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le défilé du Grand Crossey.

Situation et Description[modifier | modifier le code]

Le bourg de Saint-Julien-de-Ratz est située sur le Plateau du Grand-Ratz auquel elle doit son nom. Ce modeste plateau calcaire situé à l'extrémité sud du massif du Jura, au pied du massif de la Chartreuse dans le département de l'Isère.

Le territoire de cette ancienne commune se positionne dans la partie septentrionale du territoire communal de La Sure en Chartreuse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Saint-Julien-de-Raz au XIXe siècle, illustré par Victor Cassien (1808 - 1893)

Jusqu'en 1784, le village s'est appelé dans tous les actes publics Saint-Gelin de Ras[2].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le , la commune fusionne avec sa voisine Pommiers-la-Placette pour créer la commune nouvelle nommée La Sure en Chartreuse[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Mme Marie-Madeleine Sirand-Pugnet    
mars 2014 décembre 2014
(démission)
M. Gilbert Montel   Retraité
2014 décembre 2016 Mme Virginie Rivière    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2014, la commune comptait 428 habitants[Note 1], en diminution de 0,7 % par rapport à 2009 (Isère : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
274298295345356383382430377
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
328317307312301281302260250
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
210165185128123123124196214
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
148165228318353443435432429
2013 2014 - - - - - - -
429428-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges du château de la Perrière, château fort du XIIIe siècle[8].
  • Le château des Dauphins ou château Bazire, du XIVe siècle, aujourd'hui établissement de soins de suite et de réadaptation[8].
  • L'église du XIXe siècle[8].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc naturel régional de Chartreuse.

  • Le lac[8].
  • Les gorges du Bret[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean de Revol, des seigneurs de la Revollière, évêque d'Orange en 1349.
  • Ennemond de Revol, fils de Louis de Revol, secrétaire d'État à la guerre sous Henri III, sera évêque de Dol-de-Bretagne en 1590, son neveu Antoine de Revol, également évêque de Dol en 1604.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : 1er janvier 2014.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. site officiel de la commune
  2. Jules Ollivier, Paul Colomb de Batines (vicomte), Revue du Dauphiné, volume 5 [lire en ligne], L. Borel, 1839 - p. 154
  3. « Recueil des actes administratifs des services de l'État de l'Isère », sur le site de la préfecture de l'Isère, (consulté le 23 janvier 2017).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  8. a, b, c, d et e Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 465-469