Voissant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Voissant
Voissant
Vue sur Voissant et le massif de la Chartreuse.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Canton Chartreuse-Guiers
Intercommunalité Pays Voironnais
Maire
Mandat
Bruno Cattin
2014-2020
Code postal 38620
Code commune 38564
Démographie
Gentilé voissigniauds
Population
municipale
220 hab. (2016 en augmentation de 5,77 % par rapport à 2011)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 04″ nord, 5° 42′ 38″ est
Altitude Min. 269 m
Max. 788 m
Superficie 3,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Voissant

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Voissant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Voissant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Voissant

Voissant est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants dont dénommées les Voissigniauds, ou les Voissantais. La première appellation est la plus courante.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Voissant est une commune du parc naturel régional de la Chartreuse. La commune, limitrophe de la Savoie, est délimitée au nord par les gorges du Guiers (dites Gorges de Chailles, que Jean-Jacques Rousseau visita en septembre 1731 et dont il nous a laissé une description) jusqu'au belvédère des "Trois Évêchés" (jadis point de jonction des diocèses de Vienne, Grenoble et Chambéry). À l'ouest, la délimitation est faite par l'Ainan, jusqu'au confluent de l'Ainan et du Guiers.

Géologie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Voissant
Saint-Albin-de-Vaulserre Saint-Béron (73)
Saint-Bueil Voissant
Merlas Miribel-les-Échelles Miribel-les-Échelles

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Isère.

La partie septentrionale du département de l'Isère est formée de plaines à l'ambiance tempérée, de bas plateaux et de collines un peu plus rudes, d'où leur nom de Terres froides. Du fait d'un relief peu accentué, les masses d'air venues du nord et du sud circulent aisément. En hiver, la bise du nord (dénommée bise noire par les plus anciens) peut favoriser des gelées nocturnes[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est principalement bordé par deux cours d'eau notables :

  • À l'est, le Guiers, une rivière de type torrentiel d'une longueur de 50 km[2], qui marqua autrefois la frontière entre la France et la Savoie.
  • À l'ouest, l'Ainan, d'une longueur de 16 km conflue avec le Guiers au nord du territoire de la commune à environ 280 m d'altitude[3].

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Le bourg central et ses principaux hameaux sont situés à l'écart des grandes voies de circulation, la seule route notable est la route départementale 82k (RD 82k), qui traverse le bourg, relie la RD 1075 (commune de Saint-Albin-de-Vaulserre, hameau de la Buquinière) à la commune de Miribel-les-Échelles par raccordement à la RD28.

La gare ferroviaire française la plus proche est la gare de Pont-de-Beauvoisin située à environ de cinq kilomètres du bourg central.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux qui composent le territoire de la commune de Voissant, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[4].

  • Verchère
  • la Conversière
  • Vieux Château
  • la Buigière
  • la Chanéaz
  • Bois de Bellegarde
  • Renardière

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Saint-Albin-de-Vaulserre est située en zone de sismicité n°4, non loin de la zone n°3 située plus à l'ouest[5].

Terminologie des zones sismiques[6]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 4 Sismicité moyenne accélération = 1,6 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Voissen au XIIe siècle, Voissent au XIIIe siècle, puis Voissancium.

Selon André Planck, auteur du livre L'origine du nom des communes du département de l'Isère, le nom de Voissant est probablement dérivé du mot latin « vicinus », dont le latin populaire a donné voicinus signifiant « voisin »[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

La découverte sur la commune voisine de Domessin, située en Savoie, d'un polissoir et de haches en pierre polie, permet d'indiquer que les rives du Guiers furent habitées à la fin de la période néolithique, durant les IIIe et IVe millénaires av. J.-C.[8]

Le secteur de la vallée du Guiers se situe à l'ouest du territoire antique des Allobroges, ensemble de tribus gauloises occupant l'ancienne Savoie, ainsi que la partie du Dauphiné, située au nord de la rivière Isère.

Moyen Âge et Temps Modernes[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune de Vaulserre était née du mandement de Vaulserre, auquel on avait ajouté la partie de la paroisse de Saint-Bueil qui appartenait jusqu'alors au mandement de Saint-Geoire. Après l'intermède des municipalités de canton, la commune de Vaulserre se scinda en 1801, donnant naissance aux communes de Saint-Albin de Vaulserre, Saint-Martin de Vaulserre, Saint-Bueil et Voissant[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie-école de Voissant.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles : résultats des seconds tours entre 1965 et 2012

Année Abstention Candidat Parti Voix % Voissant % Canton %France
2012 15.98 % Nicolas SARKOZY UMP 86 58.11 % 54.24 % 48.38 %
2007 14.69 % Nicolas SARKOZY UMP 101 70.62 % 59.40 % 53.06 %
2002 19.88 % Jacques CHIRAC UMP 94 70.67 % 76.00 % 82.21 %
1995 13.09 % Jacques CHIRAC RPR 88 63.77 % 58.21 % 52.64 %
1988 18.00 % Jacques CHIRAC RPR 70 59.32 % 50.22 % 45.98 %
1981 19.58 % Valéry GISCARD D'ESTAING UDF 71 60.68 % 52.69 % 48.24 %
1974 14.46 % Valéry GISCARD D'ESTAING RI 67 53.17 % 55.96 % 50.81 %
1969 27.77 % Georges POMPIDOU UDR 53 59.55 % 51.02 % 58.21 %
1965 22.65 % Charles DE GAULLE UNR 60 60.60 % 57.88 % 55.20 %

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1953 1972 Auguste Gergot DVD -
1972 1995 Roger Buscoz DVD -
1995 2014 Lucien Bertet UMP -
2014 En cours Bruno Cattin SE Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2016, la commune comptait 220 habitants[Note 1], en augmentation de 5,77 % par rapport à 2011 (Isère : +3,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
322358397409414382344334335
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
281311293334324322331309314
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
324317300293276259207255208
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
218180165204208222208220220
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école de Voissant a été lauréate nationale des Nets d'Or @ école en 2000. Malheureusement, le site internet créé par la classe n'est plus maintenu depuis longtemps, l'école du village étant désormais fermée (depuis juin 2009).

Économie[modifier | modifier le code]

Secteur agricole[modifier | modifier le code]

Le commune fait partie de l'aire géographique de production et transformation du « Bois de Chartreuse », la première AOC de la filière Bois en France[14],[15].

Autres secteurs[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le vieux château de Voissant.
Église de Voissant.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Voissant[modifier | modifier le code]

Cette église paroissiale est est la plus ancienne du diocèse de Grenoble, elle date du XIe siècle. L'édifice a été restauré en 1968.

Le Vieux Château[modifier | modifier le code]

En haut du bourg se trouve le château de Voissant ou ancien château, datant du XVIe siècle et remanié au XVIIe siècle, dont les façades, la toiture et l'escalier intérieur ont été inscrits à l'inventaire des Monuments historiques par arrêté du 3 octobre 1983[16].

Celui-ci est situé à l'écart du petit village de Voissant. Visible depuis la petite route qui longe son portail et l'ensemble du domaine, le château se présente sous la forme de deux corps de logis en équerre dont l'un est flanqué de deux tours carrées [17].

Le château de la Chanéaz[modifier | modifier le code]

Dans le hameau de la Chanéaz se trouve le château de la Chanéaz, également dit Château Gravier, du nom de l'ancien propriétaire. Ce château, de facture contemporaine, a appartenu à une famille d'industriels du tissage des Vals d'Ainan.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc naturel régional de Chartreuse.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Buste de Paul Bourde
  • Paul Bourde (1851-1914) est né à Voissant. Un buste le représentant est installé à l'entrée de la commune, à une croisée de chemins. Ami de collège d'Arthur Rimbaud, il a réintroduit la culture de l'olivier en Tunisie. Correspondant au journal Le Temps (l'ancêtre du Monde), Paul Bourde a beaucoup écrit. Outre ses récits de voyages (ex : De Paris au Tonkin, publié en 1885), il a beaucoup écrit sur la Révolution et la période napoléonienne sous le pseudonyme Paul Delion. Il est également auteur de pièces de théâtre sous le pseudonyme Paul Anthelme.
  • Le contrebandier Mandrin (1725-1755) passa fréquemment par Voissant, commune limitrophe entre le Dauphiné et la Savoie.
  • Pierre Mignerey, cinq fois champion de France de ski de fond dans les années 1990, ancien directeur sportif de l'équipe de France de ski de fond et actuel directeur du ski de fond mondiale (fis) passa toute sa scolarité primaire à l'école de Voissant.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Voissant possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michelle Berger, Histoire des communes de l'Isère : Arrondissement de La Tour-du-Pin (vol.2), Grenoble, Horvath, , 519 p. (ASIN B019NLSYA4), p. 404, « Voissant ».
  • Corinne Bourrillon, 10 000 lieux en pays voironnais, tome 1 (2016) et tome 2 (2017)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site Persée Le climat de 1927 en Savoie
  2. Site sandre, fiche sur le Guiers
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Ainan (V1520540) » (consulté le 31 août 2019)
  4. Site géoportail, page des cartes IGN
  5. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité.
  6. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance.
  7. André Planck, "L'origine du nom des communes du département de l'Isère", (ISBN 2-84424-043-7) édition L'atelier, 2006, page 174
  8. Site de la commune de Domessin, page Histoire et Patrimoine
  9. Tristan Boffard, Dictionnaire historique de Vaulserre
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. Information Presse du 5 novembre 2018 : Le Bois de Chartreuse obtient la première AOC Bois en France. Une première dans la filière bois !, site officiel du Bois de Chartreuse.
  15. Cahier des charges de l’appellation d’origine « Bois de Chartreuse », homologué par l’arrêté du 23 octobre 2018 publié au JORF du 31 octobre 2018, Bulletin officiel du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, n° 2018-46 (.PDF).
  16. Notice no PA00117358, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. site isere-annuaire.com, page sur le château de Voissant, consulté le 30 août 2019