Corbel (Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Corbel
Corbel au pied de Roche Veyrand.
Corbel au pied de Roche Veyrand.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Les Échelles
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Chartreuse
Maire
Mandat
Jean-Michel Fertier
2014-2020
Code postal 73160
Code commune 73092
Démographie
Population
municipale
138 hab. (2012)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 49″ N 5° 49′ 34″ E / 45.4302777778, 5.8261111111145° 25′ 49″ Nord 5° 49′ 34″ Est / 45.4302777778, 5.82611111111  
Altitude Min. 480 m – Max. 1 617 m
Superficie 10,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Corbel

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Corbel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corbel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corbel

Corbel est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Rhône-Alpes. Elle est limitrophe du département de l'Isère.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Corbel possède trois principaux courts d'eau : le Gringalet, l'Hyères et le Guiers Vif. Le Gringalet partage la vallée de Corbel du nord au sud et le Guiers Vif passe à sa frontière sud, dans les gorges du Guiers Vif (ou gorges du Frou). Le Gringalet prend sa source dans la commune, à proximité des Cruz, et se déverse dans le Guiers Vif. La rivière de l'Hyères (ou Hyère), quant à elle, prend sa source au niveau du col des Égaux et descend vers la commune de Saint-Jean-de-Couz. Au niveau de la vallée de Corbel, si la commune est assée boisée et escarpée à sa frontière sud (avec le Guiers Vif), elle l'est moins au centre et au nord. Au niveau du col des Égaux, il y a plus de prairies et de surfaces planes. Les trois principales montagnes du massif de la Chartreuse qui se trouvent sur le territoire de la commune sont Roche Veyrand (1 356 m), La Cochette (1 618 m) et Le Thivelet (1 231 m). Roche Veyrand et La Cochette sont limitrophes avec d'autres communes. Le Thivelet se trouve entièrement sur la commune. Au nord-est de la commune se trouve la Cluse qui permet de rejoindre le col de la Cluse par la D45.

Vue des hameaux des Cruz et des Perrucons depuis la Cochette.

Le village de Corbel (845 m), centre de la commune, est situé sur le versant est du Thimelet (ou Thivelet), à environ 20 km de Chambéry, par la D45 puis par la D1006. Au sud de la commune et en contrebas de Corbel se trouve le hameau des Gants (685 m). Entre Roche Veyrand et le Thivelet est situé le village des Fiolins (860 m). Plus au nord de la commune se trouvent les villages des Mathés (900 m) ainsi que celui des Cruz (980 m). Le lotissement Morel et le lotissement de La Cochette sont situés en contrebas de la montagne du nom de La Cochette, ainsi qu'à proximité des hameaux des Burneys et des Perrucons. De l'autre côté du versant de la chaîne montagneuse du Thimelet se trouve le village des Égaux, à proximité du col des Égaux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Corbel
Saint-Jean-de-Couz
Saint-Christophe Corbel Saint-Pierre-d'Entremont (Savoie)
Saint-Pierre-d'Entremont (Isère)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, la commune de Corbel connut une explosion démographique. La population est passée de 260 habitants en 1755 à 555 habitants en 1801. La commune de Corbel fut rattachée au canton de Saint-Thibaud-de-Couz lors de la Révolution, puis plus tard, à celui des Échelles. Au XIXe siècle, la commune était relativement pauvre et peuplée (580 habitants en 1848). La famine menaçait souvent les Corbelains car la terre permettait uniquement de cultiver l'avoine et la pomme de terre.

La principale ressource de la commune était le commerce, notamment l'exportation de bois vers Les Échelles et Chambéry. Durant le XIXe siècle les entreprises de ganterie de Grenoble redistribuaient du travail dans la vallé des Entremonts, notamment à Corbel aux hameaux des Gants et des Cruz. Il y avait également des carrières de pierre à chaux sur la commune. On atteste aussi la présence de plusieurs moulins à farine fonctionnant à cette époque, notamment dans les gorges du Frou et au Rieu (ruisseau du Gringalet). À partir de 1850, avec la création de la principale route vers Chambéry (la D45), la commune se dépeuple, subit l'exode rural, et voit sa population divisée par deux en moins de cinquante ans. Avec ces nouvelles voies d'accès, la famine et la pauvreté vont progressivement disparaître définitivement de la commune.

Au XXe siècle, la richesse de la commune et le niveau de vie de la population augmente progressivement. En 1994 est créée une petite route qui relie directement Saint-Pierre-d'Entremont à Corbel. Depuis 1982, la population de la commune augmente de manière modérée et était composée en 2012 de 138 habitants. La commune fut ratachée à la communauté de communes de la Vallée des Entremonts de 2002 à 2013.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1881 1884 Pierre SILLON ... ...
1884 1892 François DEBELLE D'AVIGNERE ... ...
mars 2001 2008 Jean SILLON ... ...
2008 2014 Jean SILLON ... ...
2014 en cours Jean-Michel FERTIER ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 138 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
386 426 463 566 529 580 431 427 427
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
406 411 389 375 340 303 266 248 233
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
198 193 182 178 171 136 109 86 68
1982 1990 1999 2004 2006 2009 2012 - -
82 90 109 128 131 135 138 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Église et sentiers, Des fours et des fontaines : randonnée pédestre sur le sentier des fours et des fontaines de Corbel suivie d'un apéritif offert par l'Office de tourisme des Entremonts en Chartreuse.

Sports[modifier | modifier le code]

De nombreuses activités sportives peuvent être exercées sur la commune. Il a été aménagé des sentiers balisés pour les prommeneurs. On peut pratiquer le cyclisme, l'escalade, l'équitation, le parapente ainsi que le kanoé dans les gorges du Frou. Le village des Fiolins est le point de départ d'un chemin menant à une Via Ferrata qui passe par Roche Veyrand pour arriver à Saint-Pierre-d'Entremont Savoie.

Corbel est à proximité de stations de ski et de luge (Le Désert d'Entremont). Il y a également la présence de chemins balisés en raquette reliant Corbel à la station du Désert, mais aussi faisant des circuits variés dans la commune uniquement.

Médias[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Corbel depuis le Chef-lieu.
Croix et fontaine au Col des Égaux.
  • Les points de vue sur le massif de la Chartreuse sont nombreux sur les hauteurs de Corbel, on peut y observer notamment La Ruchère, le Grand Som ou encore la crête des Éparres.
  • L'Église du chef-lieu date du XIIIe siècle, mais elle a été rénovée notamment au XVIIIe siècle. Elle est l'église plus ancienne des Entremonts[3] et elle comporte des vitraux d'Arcabas depuis le XXe siècle (1997).
  • Un moulin du XVIe siècle existe sur la route entre Les Fiolins et Les Perrucons.
  • Dans la commune, certains bassins ou fontaines taillés en pierre sont très réputés. En effet, en 1999, la plupart des bassins de la commune ont été rénovés. Les fours des différents hameaux sont également notables et ont leurs spécificités. Le circuit pédestre "Des fours et des fontaines" a été créé spécialement pour visiter de la plupart des fours et fontaines de la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]