Mont-Saint-Martin (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mont-Saint-Martin
Mont-Saint-Martin (Isère)
Fochaire (Bourg central et son église).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Grenoble-Alpes Métropole
Maire
Mandat
Vincent Lecourt
2020-2026
Code postal 38120
Code commune 38258
Démographie
Population
municipale
77 hab. (2018 en diminution de 2,53 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 20″ nord, 5° 40′ 33″ est
Altitude 760 m
Min. 520 m
Max. 1 844 m
Superficie 5,3 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Grenoble
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Grenoble-2
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Mont-Saint-Martin
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Mont-Saint-Martin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mont-Saint-Martin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mont-Saint-Martin

Mont-Saint-Martin est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Cette petite commune, dont le territoire est entièrement inscrit en secteur rural dans une zone de moyenne montagne, se positionne sur le balcon occidental du Massif de la Chartreuse dominant la vallée de l'Isère. Celle-ci a adhéré, à ce titre, au parc naturel régional de la Chartreuse, ce qui ne l'empêche pas d'être également une commune adhérente de l'intercommunalité Grenoble-Alpes Métropole, agglomération urbaine de plus de 400 000 habitants.

Ses habitants sont dénommés les Saint-Martiniers[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Mont-Saint-Martin est un petit village d'une superficie de 531 hectares se positionnant dans un secteur de moyenne montagne. Il est situé au nord de l'agglomération grenobloise, quasiment au centre du département de l'Isère. Étalé dans la partie occidentale du massif de la Chartreuse, son territoire est rattaché au Parc régional de la Chartreuse.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est limitrophe de Fontanil-Cornillon au sud, de Voreppe à l'ouest, de Proveysieux à l'est et de Pommiers-la-Placette qui fait aujourd'hui partie de la nouvelle commune La Sure en Chartreuse, au nord.

Communes limitrophes de Mont-Saint-Martin
La Sure en Chartreuse
Voreppe Mont-Saint-Martin Proveysieux
Fontanil-Cornillon

Géologie[modifier | modifier le code]

Le chef-lieu de ce village est suspendu au-dessus de la cluse de l'Isère, sur un replat du vallon drainé par le ruisseau du Lanfray[2].

L'« ecroulement anté-rissien du Sappey de Proveysieux », site géologique remarquable d'intérêt géomorphologique de 119,32 hectares, est classé « deux étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique » en 2014. Il se trouve sur les communes de Mont-Saint-Martin et Proveysieux[3].

Un sentier balisé permet de rejoindre une des meulières des Dauphins, ré-découverte grâce aux archives du XVIe siècle ; elle se trouve en amont des Combes[4],[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • le ruisseau du Lanfray prend sa source dans la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune, positionné dans un cirque montagneux est à l'écart des grandes voies de ciculation. L’autoroute A48 permettant la liaison de Lyon à Grenoble passe non loin de la commune et auquel, elle est relié par la RD105d qui mène à la commune de Fontanil-Cornillon, puis la RD1075 et la bretelle de sortie n°14 :

Sortie 14 Saint-Égrève nord à 52 km : Saint-Égrève, Fontanil-Cornillon.

La gare ferroviaire la plus proche est la gare de Saint-Égrève-Saint-Robert, située à moins de trois kilomètres du centre. Cette gare est desservie par les trains TER Auvergne-Rhône-Alpes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mont-Saint-Martin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Grenoble, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 204 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (80,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (91,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (73,4 %), zones agricoles hétérogènes (19,8 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (6,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,7 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux qui composent le territoire de la commune de Mont-Saint-Martin autour du bourg central (Fochaire), présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[13].

  • le Fournet
  • Pas du Bœuf
  • l'Échaillon
  • le Grolier
  • Côte Charvet
  • les Combes
  • l'Espagne
  • le Sappey
  • Colavière
  • Namière
  • Révalière
  • les Tarets
  • la Bonnard
  • la Rivoire
  • Rocher de l'Église (sommet)

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Mont-Saint-Martin est entièrement situé en zone de sismicité n°4 (sur une échelle de 1 à 5), comme la plupart des communes de son secteur géographique[14].

Terminologie des zones sismiques[15]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 4 Sismicité moyenne accélération = 1,6 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Saint-Martin est issu du nom du saint catholique romain Saint-Martin du IVe siècle, évêque de Tours, saint-patron de la paroisse de Saint-Martin du Néron.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom est connu[Comment ?] dès le XIIe siècle car le village fait partie du mandatement de Cornillon[réf. nécessaire]. Le territoire était placé[Quand ?] sous l'autorité des dauphins, seigneur du Dauphiné[réf. nécessaire].

Aucune trace de maisons fortes ou châteaux du Moyen Âge n'est attestée sur la commune[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Administration locale[modifier | modifier le code]

La commune dépend du canton de Saint-Égrève et elle est adhérente à Grenoble-Alpes Métropole.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Martine Doillon    
mars 2008 avril 2017 Jean-Pierre Villoud SE Retraité
mai 2017 mai 2020 Serge Hortemel SE Retraité
mai 2020 En cours Vincent Lecourt SE Enseignant
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2018, la commune comptait 77 habitants[Note 3], en diminution de 2,53 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
121150143131135133121116122
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1151139710798107918776
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
696953423850495635
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018
204577779894858077
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre chaque jour de la semaine et du week-end, dans son édition Chartreuse-Sud Grésivaudan, une page complète sur l'actualité du canton et quelquefois de la commune, proposant des informations sur les événements locaux, des comptes-rendus, des annonces, des dossiers sur des thèmes variés.

Lieux de cultes[modifier | modifier le code]

Le clocher de l'église du village.

La communauté catholique et l'église de Mont-Saint-Martin (propriété de la commune) dépendent de la paroisse Saint Martin du Néron, celle-ci étant également rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[21].

Économie[modifier | modifier le code]

Le commune fait partie de l'aire géographique de production et transformation du « Bois de Chartreuse », la première AOC de la filière Bois en France[22],[23].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
  • L'église Saint-Martin du Mont, reconstruite au XIXe siècle mais dont le portail à l'Ouest est daté du XIIe siècle[16], et contenant un ostensoir classé réalisé par l'orfèvrerie Poussielgue-Rusand et qui présente l'inscription gravée « Donnée par Napoléon III à la commune de Mont Saint Martin »[24]
  • La meulière des Dauphins
Une meule sur le sentier de découvert de La meulière des Dauphins
Une meule sur le sentier de découvert de La meulière des Dauphins
Un sentier de randonnée de 4 kilomètres permet de découvrir une carrière de meules de moulins exploitée aux XIVe et XVe siècles, alors qu'elle appartenait aux princes du Dauphiné. Une quinzaine de panneaux et de bornes d'interprétation jalonnent l'itinéraire et racontent toute l'histoire de ce site spectaculaire[25]
  • Le dodécaèdre, sculpture sur le chemin du Belvédère
  • plusieurs vieilles demeures anciennes[16]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc naturel régional de Chartreuse.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Mont-Saint-Martin (Isère) possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 8 mars 2020
  2. Site geol-alp.com, page sur Mont-Saint-Martin, consulté le 8 mars 2020.
  3. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  4. Le sentier de la meulière des Dauphins, chartreuse-tourisme.com, accès le 8 janvier 2016.
  5. Mont-Saint-Martin. Le sentier de la meulière des Dauphins, Balades et randonnées. La Métropole grenobloise, carte au 1/30000, Département de l'Isère
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 avril 2021)
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. Site géoportail, page des cartes IGN
  14. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  15. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  16. a b et c Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, , 741 p. (ISBN 2-911148-66-5), p. 360.
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. Site Messe infos, page sur la paroisse Saint Martin du Néron, consulté le 8 mars 2020
  22. Information Presse du 5 novembre 2018 : Le Bois de Chartreuse obtient la première AOC Bois en France. Une première dans la filière bois !, site officiel du Bois de Chartreuse.
  23. Cahier des charges de l’appellation d’origine « Bois de Chartreuse », homologué par l’arrêté du 23 octobre 2018 publié au JORF du 31 octobre 2018, Bulletin officiel du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, n° 2018-46 (.PDF).
  24. Ostensoir Saint Martin du Vinoux, Base Palissy
  25. [1]