Mont-Saint-Martin (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mont-Saint-Martin.
Mont-Saint-Martin
Fochaire.
Fochaire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Grenoble-2
Intercommunalité Grenoble-Alpes Métropole
Maire
Mandat
Jean-Pierre Villoud
2014-2020
Code postal 38120
Code commune 38258
Démographie
Population
municipale
82 hab. (2012)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 20″ N 5° 40′ 33″ E / 45.2722222222, 5.6758333333345° 16′ 20″ Nord 5° 40′ 33″ Est / 45.2722222222, 5.67583333333
Altitude 760 m (min. : 520 m) (max. : 1 844 m)
Superficie 5,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Mont-Saint-Martin

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Mont-Saint-Martin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mont-Saint-Martin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mont-Saint-Martin

Mont-Saint-Martin est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Saint-Martiniers.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Mont-Saint-Martin est un petit village dont le territoire est rattaché au Parc régional de la Chartreuse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est limitrophe de Fontanil-Cornillon au sud, de Voreppe à l'ouest, de Proveysieux à l'est et de Pommiers-la-Placette au nord.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La commune a une superficie de 531 hectares.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Il y a trois hameaux principaux : Fochaire (le bourg proprement dit), Namiére et Collavière.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont les Saint-Martiniers

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom est connu[Comment ?] dès le XIIe siècle car le village fait partie du mandatement de Cornillon[réf. nécessaire]. Le territoire était placé[Quand ?] sous l'autorité des dauphins, seigneur du Dauphiné[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration locale[modifier | modifier le code]

La commune dépend du canton de Saint-Égrève et de la métropole Grenoble-Alpes Métropole.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Martine Doillon    
mars 2008 en cours Jean Pierre Villoud    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 82 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
121 150 143 131 135 133 121 116 122
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
115 113 97 107 98 107 91 87 76
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
69 69 53 42 38 50 49 56 35
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012 -
20 45 77 77 98 94 85 82 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Lieux de cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
  • L'église reconstruite au XIXe siècle mais dont le portail est daté du XIIe siècle, et contenant un ostensoir classé réalisé par l'orfèvre Pierre Poussielgue-Rusand et qui présente l'inscription gravée « DONNE PAR NAPOLEON III / A LA COMMUNE DE MONT SAINT MARTIN »[3]
  • Un sentier de randonnée de 4 kilomètres permet de découvrir une carrière de meules de moulins exploitée aux XIV et XVe siècles, alors qu'elle appartenait aux princes du Dauphiné. Une quinzaine de panneaux et de bornes d'interprétation jalonnent l'itinéraire et racontent toute l'histoire de ce site spectaculaire[4]
  • Dodécaédre sur le chemin du Belvédère

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.
  3. Ostensoir Saint Martin du Vinoux, Base Palissy
  4. [1]