Société des chemins de fer économiques du Nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la filiale du groupe Empain. Pour la société exploitant de nombreux réseaux secondaires français, voir Société générale des chemins de fer économiques.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CEN.

Société des Chemins de fer économiques du Nord
Création 1884
Fondateur(s) Édouard Louis Joseph Empain

Siège social Drapeau de France Anzin (France)

La Société des Chemins de fer économiques du Nord (CEN) est une compagnie de chemin de fer secondaire, créée en 1884 et dépendant du groupe Empain, fondé par le baron Édouard Louis Joseph Empain[1], développant plusieurs réseaux à voie métrique.

Son siège était à Anzin dans le département du Nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie des créations :

Une rame CEN en gare de Veurey (Isère)...
... et de Champier

Les CEN créent et gèrent plusieurs réseaux comprenant plusieurs lignes[2] :

  • Réseau Nord (1881-1966), 74 km
  • Réseau Isère (1891-1930), 100 km
  • Réseau Savoie (1891-1959), 70 km
  • Réseau Pas-de-Calais (1895-1948), 100 km

Lignes[modifier | modifier le code]

Réseau de la Haute-Savoie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : CEN Réseau de la Haute-Savoie.

Réseau de l’Isère[modifier | modifier le code]

Article détaillé : CEN Réseau Isère.

Réseau du Nord[modifier | modifier le code]

Tramway de Valenciennes, au tout début du XXe siècle. La rame est tractée par une locomotive à vapeur type bicabine, sans doute d'origine Blanc-Misseron
Article principal : Lignes CEN.
Ligne ou réseau Type Dates
tramway -
tramway -
tramway -


Réseau du Pas-de-Calais[modifier | modifier le code]

Rame des CEN (Ligne Lens - Frévent) à Lens (Pas-de-Calais)
Ligne ou réseau Type Dates
c.f. scondaire
c.f. scondaire -
c.f. scondaire -

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Arrêts[modifier | modifier le code]

Réseau de la Haute-Savoie[modifier | modifier le code]

Réseau de l'Isère[modifier | modifier le code]

Réseaux du Nord et du Pas-de-Calais[modifier | modifier le code]

Sur les réseaux du Nord et du Pas-de-Calais, la compagnie emploie des modèles standardisés de bâtiments bien qu'il existe également des bâtiments à l'architecture unique, on peut recenser 3 types de bâtiments :

  • Type 1a et 1b : utilisés sur l'ensemble des lignes de la région à l'exception de la ligne Saint-Amand - Hellemmes, une gare en R+1, en briques ou pierre enduite de 3 travées. Type 1a, comportant côté voies au rez-de-chaussée 1 porte au centre, 2 fenêtres et 3 fenêtres à l'étage. Les façades latérales comportent d'un côté une double porte au rez-de-chaussée et un œil-de-bœuf aveugle (en briques) à l'étage et de l'autre 2 portes au rez-de-chaussée et une baie à l'étage. Une variante de ce type, type 1b est dotée d'une halle à marchandise et peut comporter sur sa façade côté voies au rez-de-chaussée 3 portes. Les baies (portes et fenêtres) sont par ailleurs surmontées de plate-bandes comportant une clé[3].
  • Type 2 : utilisé sur l'ensemble des lignes de la région à l'exception de la ligne Armentières - Halluin, une aubette en briques ou pierre enduite de 3 travées. La façade côté voies comporte 2 portes en extrémités et 1 fenêtre au centre, les façades latérales comportent chacune une fenêtre. Les baies (portes et fenêtres) sont toutes surmontées de plate-bandes comportant une clé.


Divers autres types de bâtiments standardisés sont utilisés (toilettes, château d'eau...).

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Autobus[modifier | modifier le code]

Illustration Modèle / type Nombre Numéros En service Réforme Affectation Remarques
CGIT 113 1963.jpg
Modèle similaire de la Compagnie générale industrielle de transports (CGIT) de Lille.
Saviem UI20 3

Matériel roulant ferroviaire[modifier | modifier le code]

Locomotives à vapeur[modifier | modifier le code]

Illustration Modèle / type Nombre Numéros En service Réforme Affectation Remarques
ANF 030T Locomotive bicabine 5 35-39 1891 Réseau de la Haute-Savoie Numéros constructeur 39 à 43 (La Métallurgique 807 à 811).
Weidknecht 030T bicabine 1 40 1891 Réseau Isère
Société franco-belge 030T bicabine 5 21-25 1894 Lens - Frévent
Société franco-belge 030T bicabine 3 26-28 1894 Réseau Isère
Société franco-belge 1 40 1894 Réseau de la Haute-Savoie
Société franco-belge 030T bicabine 5 41-45 1895 Réseau Isère
Société franco-belge 030T bicabine 2 28-29 1895 Lens - Frévent
Veurey - CEN.jpg
ANF Ct bicabine 7 15-21 1896 Armentières - Halluin et Hellemmes - Saint-Amand-lez-Eaux à l'exception de la n°20 affectée au réseau Isère. Numéros constructeur 138 à 144 (La Métallurgique 996 à 1002).
La Métallurgique 030T bicabine[a] 1 1 1899 Réseau Isère
Saint-Martin-Boulogne - La Gare du Chemin de Fer Économique.jpg
ANF 030T bicabine 4 46-49 1899 Affectation : ligne Boulogne - Bonningues sauf n°46. Numéros constructeur 226-229 (La Métallurgique 1160-1163).
ANF 030T bicabine 1 51 1900 Modèle identique à la série 46-49; affectation : ligne Boulogne - Bonningues Numéro constructeur 261 (La Métallurgique 1253).
Pinguely 030T bicabine 1 51 1900 Réseau Isère
La Métallurgique 030T bicabine[a] 1 30 Tramway Hellemmes Saint-Amand-lez-Eaux
Piguet 030T bicabine 2 23 et 30 1924 Saint-Amand - Hellemmes et Lens - Frévent puis Boulogne - Bonningues pour l'une des 2. machines endommagées et reconstruites après guerre par Piguet
St-Brice Courcelles T4.jpg
Modèle identique des CBR.
Corpet-Louvet 030T bicabine 1 1 Boulogne - Bonningues Numéro constructeur 1635.

Automotrices diesel et essence[modifier | modifier le code]

Illustration Modèle / type Nombre Numéros En service Réforme Affectation Remarques
Autorail CEN ligne Lens Frévent gare de Lens.jpg
Renault Scemia RS 4 Lens - Frévent 2 achetés neufs, 2 d'occasion ex. réseau secondaire de la Marne.

Automotrices électriques[modifier | modifier le code]

Illustration Modèle / type Nombre Numéros En service Réforme Affectation Remarques
Gare du Portel.jpg
Constructeur inconnu

2 essieux

4 801-804 Boulogne - Le Portel

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Édouard Empain (1852-1929) prend conscience de l'importance du chemin de fer vicinal. En 1884, il s'associe avec Édouard Caze, député de la Haute-Garonne et secrétaire d'État dans le ministère Gambetta pour créer les Chemins de fer économiques du Nord S.A. » source citation : lien du 12/08/2009
  2. Source, site des CFV du Jura lien du 12/08/2009
  3. Les bâtiments de ce type sur la ligne d'Armentières - Halluin ne comportent pas toujours une clé sur les plate-bandes surmontant les baies, cela peut-être du aux reconstructions après la première guerre mondiale.

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]