Saint-Bernard (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Bernard.
Saint-Bernard
L'église.
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Le Moyen Grésivaudan
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Grésivaudan
Maire
Mandat
Fabrice Serrano
2014-2020
Code postal 38660
Code commune 38367
Démographie
Gentilé Bernardins / Bernardines
Population
municipale
627 hab. (2014)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 19′ 48″ nord, 5° 54′ 14″ est
Altitude Min. 593 m
Max. 2 047 m
Superficie 21,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Bernard

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Bernard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Bernard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Bernard
Liens
Site web www.petites-roches.org

Saint-Bernard (encore appelée Saint-Bernard-du-Touvet) est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Bernardins (Bernardines).

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue de la chaîne Belledonne, à partir du village de Saint Bernard du Touvet.

La commune de Saint-Bernard est située sur le plateau des Petites-Roches, un balcon naturel en bordure orientale du massif de la Chartreuse, dominé par la Dent de Crolles. En face, se trouve la chaîne de Belledonne.

Saint-Bernard est une commune du parc naturel régional de la Chartreuse.

Patrimoine Religieux[modifier | modifier le code]

L'église
L'église

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Saint-Bernard est un village composé de plusieurs hameaux :

  • les Benoîts
  • le Pelloux
  • le Prayer
  • la Diat
  • le Guillot
  • la Bâtie
  • le Combet
  • le Rajon
  • Saint-Michel (rattaché à la commune au milieu du XIXe siècle)
  • Col de Marcieu

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes voisines de Saint-Bernard sont

Histoire[modifier | modifier le code]

Aucune présence de maisons fortes ou châteaux du Moyen Âge est attestée sur la commune[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Bernard Blason D'argent au chevron d'azur accompagné en pointe d'une fleur de lis de sable.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1989 M. Alain Chemarin    
1989 1990 M. Bernard Jacquier    
1990 1995 M. Emile Verger    
1995 1998 M. Louis Di Bartolomeo    
1998 2001 M. Sixte Rey    
2001 2014 Mme Dominique Clouzeau-Germain    
2014 en cours M. Fabrice Serrano SE
puis M1717[2]
Ingénieur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 627 habitants, en augmentation de 1,62 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
281 300 321 333 378 400 428 432 544
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
541 530 504 509 478 453 445 415 401
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
360 317 270 238 229 192 187 168 111
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
93 92 137 233 359 468 569 632 627
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges de la commune de Saint-Bernard en 2008[7] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
> 90
0,4 
3,0 
75-89
4,2 
10,5 
60-74
9,5 
21,7 
45-59
24,4 
22,9 
30-44
30,1 
11,4 
15-29
7,3 
30,4 
0-14
24,2 

Sports[modifier | modifier le code]

Au col de Marcieu on peut pratiquer plusieurs activités : balade en poney, bike-board, forêt ludique, luge sur l'herbe, mountain-board, orienteering, parcours aventure, parcours golf à 6 trous, swingolf, tubing d'été.

  • rampe de skate pour skate board, rollers et bicross.

Le col de Marcieu abrite aussi une petite station de sports d'hiver pour le ski de fond et le ski alpin : elle permet la pratique du ski de piste (6 pistes et 4 remontées mécaniques, dont un tapis) et du ski de fond (4 pistes pour un linéaire de 20 kilomètres). Elle possède également un mini-domaine pour les enfants, et les débutants, un accrobranche ainsi qu'une piste de luge.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Saint-Bernard est principalement basée sur le tourisme avec la présence de la station de ski du Col de Marcieu. Plusieurs auberges, gîtes et chambres d'hôtes sont ainsi présents sur le territoire de la commune. De manière plus marginale, l'agriculture subsiste avec quelques exploitants.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Dans la commune se trouve un ancien monastère qui n'est désormais plus en activité, géré anciennement par des sœurs cisterciennes (monastère Notre-Dame-des-Petites-Roches)[8] venant de la Lille.

Trois édifices religieux se situent sur le territoire communal : une église traditionnelle au cœur du village, une chapelle récemment restaurée au lieu-dit Saint-Michel près du col de Marcieu[1], et une chapelle en bois dans le monastère des sœurs cisterciennes. L'église d'origine, bâtie par les religieux de Saint-Martin-de-Miséré et dédiée à Saint Bernard de Clairvaux, est documentée à partir du XIe siècle. L'église actuelle, aux Pelloux, date de 1836[1].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le hameau de la Bâtie, dont le toponyme pourrait réveler la présence d'une maison forte (une bâtie médievale fortifiée) qui n'a pas laissé de traces[9], cache des vieilles maisons[1].

Évènements[modifier | modifier le code]

La fête de Saint Bernard, le 20 août, est la fête de la commune.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 435-436
  2. http://www.politiquemania.com/forum/elections-senatoriales-2017-f47/elections-senatoriales-2017-isere-t5847.html
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. [1] (2008)
  8. Site internet du monastère Notre-Dame-des-Petites-Roches
  9. L'hypothèse avancée par Tasset, comme suggéré par lui-même, nécessiterait d'une confirmation plus rigoureuse du simple toponyme.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Communes de l'Isère

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :