Vimines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vimines
Chef-lieu de Vimines devant les Belledonnes.
Chef-lieu de Vimines devant les Belledonnes.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Cognin
Intercommunalité Chambéry métropole
Maire
Mandat
Lionel Mithieux
2014-2020
Code postal 73160
Code commune 73326
Démographie
Population
municipale
1 846 hab. (2012)
Densité 130 hab./km2
Population
aire urbaine
125 974 hab.
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 47″ N 5° 51′ 56″ E / 45.5463888889, 5.8655555555645° 32′ 47″ Nord 5° 51′ 56″ Est / 45.5463888889, 5.86555555556  
Altitude Min. 320 m – Max. 1 378 m
Superficie 14,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Vimines

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Vimines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vimines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vimines
Liens
Site web www.vimines.com
Vimines vue depuis Saint-Cassin.

Vimines est une commune française située dans le département de la Savoie en région Rhône-Alpes.

Elle est située à l'ouest de l'agglomération de Chambéry sur le versant est de la chaîne de l'Épine.

Ses habitants sont appelés les Vimenais et Vimenaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vimines est une commune de 1 423 hectares située à 6 km au sud-ouest de Chambéry, préfecture du département de la Savoie. Elle est composée d'un chef-lieu et de plusieurs hameaux et lieux-dits répartis sur les premiers reliefs de la chaîne de l'Épine, chaînon méridional du massif du Jura, ce qui lui vaut une altitude minimale de 320 mètres contre 245 mètres pour Chambéry. En outre, le territoire de la commune s'étend jusqu'à la crête du massif de l’Épine, lui conférant ainsi un dénivelé de plus de 1 000 mètres, pour une altitude maximale de 1 378 mètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune de Vimines n’a pas de limite partagée avec celle de Chambéry, les deux communes étant séparées par celle de Cognin (au nord-est). Elle possède en outre une limite avec Saint-Cassin dans le massif de la Chartreuse, Saint-Sulpice sur le versant est de la chaîne de l'Épine, et Saint-Thibaud-de-Couz dans la vallée de Couz. Pour l’autre versant de l’Épine, la principale commune limitrophe est Aiguebelette-le-Lac, mais Vimines connaît également une courte limite commune avec Lépin-le-Lac et Attignat-Oncin.

Communes limitrophes de Vimines
Aiguebelette-le-Lac Saint-Sulpice Cognin
Aiguebelette-le-Lac Vimines Cognin et
Saint-Cassin
Lépin-le-Lac et Attignat-Oncin Saint-Thibaud-de-Couz Saint-Cassin

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

L'accès principal pour se rendre sur la commune de Vimines est la D 1006 (ex-Nationale 6). La route, axe principal venant de Lyon et rejoignant l’Italie via le col du Mont-Cenis, longe Vimines au niveau de sa limite commune avec Saint-Cassin dans la vallée de Couz, du sud-ouest au nord-est. Elle passe ainsi en contrebas du chef-lieu et des principaux hameaux, situés plus hauts sur les reliefs du massif de l'Épine. Des routes départementales et communales permettent donc de rejoindre directement les zones habitées de la commune au départ de la D 1006.

Côté autoroutier, l'autoroute A43 liant Lyon aux vallées alpines passe par Aiguebelette-le-Lac à l'ouest de l’Épine, et la Motte-Servolex et Chambéry à l'est. L'autoroute traverse la chaîne à environ 3 km au nord de Vimines.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune de Vimines voit passer la ligne de Saint-André-le-Gaz à Chambéry reliant notamment Lyon à Chambéry via le nord-Isère. La ligne est toutefois couverte sur l’ensemble du territoire car son passage sur la commune correspond à la majeure partie du tunnel ferroviaire de l’Épine dont l’entrée du versant est débute, à quelques mètres près, au niveau de l'entrée dans la commune (en arrivant de Chambéry). L'entrée ouest se situe pour sa part sur la commune d'Aiguebelette-le-Lac.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Le chef-lieu et les hameaux de Vimines sont desservis par une unique ligne de bus au départ de Cognin, exploitée par le STAC, service de transports en commun de Chambéry métropole.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche de Vimines est l'aéroport de Chambéry - Savoie situé à une dizaine de kilomètres plus au nord près du Bourget-du-Lac. Un aérodrome, l'aérodrome de Chambéry - Challes-les-Eaux est également situé à Challes-les-Eaux à une dizaine de kilomètres plus au sud.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreuses théories sur le passage des Alpes par Hannibal en 218 av. J.-C., Aimé Bocquet, tenant du franchissement par le col du Petit-Saint-Bernard, fait passer l'armée d'Hannibal par le défilé de Vimines-Saint Cassin, et y situe le premier combat contre des Gaulois[1].

Les chevaux et les éléphants eurent de grosses difficultés comme le souligne Polybe : « Le passage était, en effet, non seulement étroit et rocailleux, mais encore escarpé. » Les Gaulois du bassin de Chambéry et de l'oppidum de Saint-Saturnin auraient profité du désordre pour piller la colonne. Hannibal les combattit puis les détruisit dans la plaine. Cela lui permit selon Polybe de mettre la main sur des vivres et du bétail qui assurèrent deux à trois jours de ravitaillement mais l'armée dut se reposer un jour entier pour récupérer ses forces.

Une église est mentionnée dès le XIIe siècle, dédiée à l'Assomption de la Vierge. L'église actuelle a été reconstruite à proximité en 1873.

Cette commune est essentiellement agricole ; culture des céréales et de la vigne, puis élevage de bovins. Au début du XXe siècle, meuniers et carrière ferment. Ces carrières dont était extrait du marbre à coloration rouge et jaune, semblaient exploitées depuis l'Antiquité, et avaient fourni les pierres de la façade de l'Hôtel de Ville de Lyon[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Vimines se compose du maire, de cinq adjoints et de 13 conseillers municipaux.

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du conseil municipal :

Groupe Président Effectif Statut
Vimines, un avenir à dessiner ensemble Lionel Mithieux 19 Majorité

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des derniers scrutins électoraux
1er score 2e score Participation
Élections européennes de 2014 24,10 % pour Renaud Muselier (UMP) 19,97 % pour Jean-Marie Le Pen (FN) 47,59 %
Élections municipales de 2014 100,00 % pour Lionel Mithieux (SE) - 55,83 %
Élections législatives de 2012 51,16 % pour Bernadette Laclais (PS) 48,84 % pour Christiane Brunet (DVD) 58,39 %
Élection présidentielle de 2012 56,31 % pour Nicolas Sarkozy (UMP) 43,69 % pour François Hollande (PS) 87,10 %
Élections régionales de 2010 51,85 % pour Jean-Jack Queyranne (PS) 36,40 % pour Françoise Grossetête (UMP) 57,22 %
Élections cantonales de 2008 62,02 % pour Lionel Mithieux (MoDem) 37,98 % pour Paul Chevallier (PS) 63,58 %

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1953 François Perrier ... ...
1957 1959 Jean Reboton ... ...
1959 1971 Pierre Bisillat-Donnet ... ...
1971 mars 1983 André Mithieux UDF ...
mars 1983 mars 1995 François Cometto PS ...
mars 1995 mars 2001 Louis Eynard-Machet RPR ...
mars 2001 en cours Lionel Mithieux UDF>MoDem Maire, Vice-Président de Chambéry métropole, conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 846 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
955 1 125 1 136 1 400 1 358 1 341 1 206 1 209 1 186
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 159 1 150 1 090 1 021 1 004 907 914 850 778
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
655 670 689 726 700 649 681 640 862
1982 1990 1999 2006 2008 2012 - - -
1 171 1 351 1 496 1 634 1 675 1 846 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]