Saint-Thibaud-de-Couz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Saint-Thibault.
Saint-Thibaud-de-Couz
Arrivée à Saint-Thibaud-de-Couz en direction de Chambéry.
Arrivée à Saint-Thibaud-de-Couz en direction de Chambéry.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Le Pont-de-Beauvoisin
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Chartreuse
Maire
Mandat
Denis Blanquet
2014-2020
Code postal 73160
Code commune 73282
Démographie
Gentilé Coudans
Population
municipale
1 035 hab. (2014)
Densité 43 hab./km2
Population
aire urbaine
220 118 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 30′ 06″ nord, 5° 50′ 42″ est
Altitude Min. 460 m
Max. 1 676 m
Superficie 24,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Saint-Thibaud-de-Couz

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Saint-Thibaud-de-Couz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Thibaud-de-Couz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Thibaud-de-Couz

Saint-Thibaud-de-Couz est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Thibaud-de-Couz est situé dans la moyenne vallée de l'Hyères. Les montagnes environnantes sont le mont Grêle (1 425 m) au nord-ouest, le mont Beauvoir (1 320 m) au sud-ouest et le mont Outheran (1 676 m) au sud-est. La forêt couvre environ la moitié du territoire communal.

La commune est comprise dans la communauté de communes Cœur de Chartreuse. Les Gros Louis est le plus gros village de la commune après le chef-lieu.

Saint-Thibaud-de-Couz se situe à 17 km de Saint-Christophe-sur-Guiers et Les Échelles au sud et à 13 km de Chambéry au nord, par la route départementale 1006. Par la même route, on rejoint le col de Couz situé au sud à 5 km environ.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Thibaud-de-Couz
Vimines
Attignat-Oncin Saint-Thibaud-de-Couz Saint-Cassin
Saint-Jean-de-Couz

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Thibaud-de-Couz.

Le toponyme de Saint-Thibaud-de-Couz est formé par le nom du saint patron de la paroisse, Thibaut (Thibaud, Théobald ou Ubald), très probablement l'archevêque de Vienne[1],[2], et du mot Couz, qui est une variante de col (du latin collum, « col, cime »), indiquant un « passage de montagne »[3]. Il s'agit du col de Couz. Le toponyme Couz était utilisé pour désigner la vallée de l'Hyère jusqu'au défilé des Grottes[4].

La plus ancienne mention de la paroisse remonte au cours du XIIe siècle avec Ecclesia Sancti Theobaltdi, dans le Cartulaire de Grenoble[2]. Le décanat de Savoie dépendait de l'évêché de Grenoble. On trouve au XVe siècle la forme S. Theobaldus de Coux (1488)[1]. Le nom complet Saint-Thibaud-de-Couz est cité pour la première fois en latin en 1497 dans le cartulaire Sabaudiæ : « Parrochia Sancti Theobaldi de Couz »[2]. On trouve au cours du XIXe siècle également la forme Saint-Thibaud-de-Coux[1].

En francoprovençal, la commune s'écrit Sin Tibô selon la graphie de Conflans[5].

Ses habitants sont les Coudanes et les Coudans[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre 1969 et 1972 fut mise au jour, dans les grottes Jean-Pierre, la plus belle séquence d'occupation de la fin du Paléolithique des Alpes du Nord (du Magdalénien final au Mésolithique, de 14000 à 7500 avant J.-C.). Les couches étagées sur trois mètres d'épaisseur contenaient des outils de silex et des pollens qui ont permis de tracer l'évolution culturelle et technique de petits groupes humains venus chasser, en particulier les bouquetins, durant la belle saison, ainsi que les changements climatiques de la fin de la dernière glaciation. Il y fut trouvé le chien domestique le plus ancien de France (7500 ans av. J.-C.) [1] et [2].

Après l'aménagement du défilé des grottes par Charles-Emmanuel II en 1670, la traversée des marais de Saint-Thibaud-de-Couz situés dans la plaine était encore un véritable problème. De nombreux voyageurs se plaignirent auprès des autorités ; il y eut même, dit-on, trois personnes embourbées avec leur calèche en 1684. Il fallut l'assèchement des marécages sous Napoléon pour pouvoir emprunter la route marécageuse Chambéry-Lyon sans trop de difficultés[réf. nécessaire].

En outre, la commune fut rattachée à la communauté de communes du Mont Beauvoir de 2005 à 2013. Depuis 2014, la commune est rattachée à la communauté de communes Cœur de Chartreuse. Depuis 2015, la commune est rattachée au canton du Pont-de-Beauvoisin[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Marc Quidoz ... ...
mars 2008 en cours Denis Blanquet ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 035 habitants, en augmentation de 12,5 % par rapport à 2009 (Savoie : 3,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
851 600 1 040 1 095 1 132 1 025 929 907 855
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
846 885 903 869 829 802 736 706 638
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
525 495 454 431 417 387 370 326 360
1982 1990 1999 2006 2011 2014 - - -
502 645 735 866 975 1 035 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Une fois par an, le premier week-end de juillet (vers la Saint Thibault), se déroule la fête du village. Un feu d'artifice couronne la fête.

Au printemps, il y a également la Fête du pain. Elle est célébrée à la brasserie du village qui se situe à côté du four à bois dans lequel est cuit le pain.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Thibaud-de-Couz est située dans l'académie de Grenoble.

  • Une école élémentaire (primaire et maternelle) existe au sud du chef-lieu.

Médias[modifier | modifier le code]

Stations de radio[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, Radio ISA, et Radio Couleur Chartreuse.

Chaînes de télévision[modifier | modifier le code]

Sur TV8 Mont-Blanc, régulièrement, l'émission La Place du village expose la vie locale. France 3 et sa station régionale France 3 Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré.

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Commerces et services[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

En 2014, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 46 lits touristiques répartis dans 9 structures[Note 2].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc naturel régional de Chartreuse.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c D'après Henry Suter, « Saint-Thibaud-de-Couz », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le 12 septembre 2015).
  2. a, b et c Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 433.
  3. D'après Henry Suter, « Couz », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le 12 septembre 2015).
  4. « Histoire de Saint-Thibaud-de-Couz », sur le site de la mairie, à la page « Présentation de la commune ».
  5. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 23
    préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  6. « Saint-Thibaud-de-Couz », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en juillet 2014), Ressources - Les communes.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».